dimanche 12 janvier 2020

La semaine en bref #105




Lundi:
★ La première migraine de l'année ne se sera pas fait attendre. Je mobilise toute mon énergie pour bosser comme prévu - et après ça, j'avoue qu'il ne m'en reste ni pour aller marcher, ni même pour faire ma séance de yoga.
★ Histoire de contrebalancer, je reçois une bonne nouvelle de boulot: l'essai envoyé vendredi dernier est "très concluant"; je récupère donc une trad jeunesse courte et sympa qui vient s'insérer dans mon premier trimestre désormais bourré à craquer.
★ De joie, je commande un grand tapis bleu clair pour notre salon. Il a juste les bonnes dimensions, l'air bien moelleux, et il est soldé à -70%. Ce serait bête de ne pas en profiter.
★ Si comme moi, vous flippez à mort devant l'actualité internationale du moment, conseil d'amie: n'essayez surtout pas de regarder "Years and years". Le premier épisode n'est pas encore fini que me voilà recroquevillée en PLS autour d'une plaquette de Xanax.

Mardi:
★ Sans surprise, j'ai passé une mauvaise nuit. Mais Chouchou, lui, va passer une mauvaise journée, car il se fait un tour de reins en allant à la salle de bain.
★ Histoire de sortir un peu de la maison, je vais relire une des deux trads que je dois rendre avant la fin du mois au Léopold Café Presse le plus proche. C'est drôle: tous les gens qui papotent par deux sont dans la salle de devant, alors que dans la salle du fond, nous sommes trois nanas seules, chacune en train de bosser sur son Mac avec un air hyper concentré. Encore plus drôle: nos mecs respectifs nous rejoignent à quelques minutes d'écart.

Mercredi:
★ En allant à la Poste pour expédier un colis Momox, je remarque les sapins alignés devant les maisons de la rue derrière chez nous, et je me dis: "Zut, ça aurait fait un bon plan pour ma seconde vidéo du jour". Je me décide à redescendre en fin d'après-midi, après avoir terminé mon quota de pages: le camion du ramassage est passé entre-temps. Damned. Il va me falloir un peu de temps pour intégrer ce nouveau rituel à mon quotidien et développer les réflexes qui vont avec. 
★ "Bonjour Armalite, et meilleurs voeux pour 2020! Merci pour la relecture d'épreuves que tu as effectuée pendant les fêtes; tu trouveras ci-joint des corrections à valider pour lundi." Je, je.
★ Patreon refusant de me laisser accéder à mon ancien compte inactif depuis deux ou trois ans, je me décide à en créer un autre pour soutenir la charmante Rebecca de A clothes horse, une des Instagrameuses qui m'inspire le plus. Elle me donnerait presque des envies de nature...

Jeudi:
★ J'ai du boulot par-dessus la tête, mais je me lève tard et après m'être colletée avec les sites de la SNCF et de TUI pour tenter de planifier mes prochaines allées et venues entre Toulon et Bruxelles, je suis totalement vidée.  Du coup, je ne fous rien le matin et je dois mettre les bouchées doubles l'après-midi. Pas bravo.

Vendredi:
★ Après des semaines d'empêchements divers et variés, j'arrive enfin à me traîner jusque Chez ta mère pour le banh mi du vendredi midi. Aujourd'hui, ils n'ont que des penne aux champignons. Le frigo est vide, et je n'ai pas le temps de déjeuner dans un "vrai" resto. Je rebrousse chemin dépitée. Finalement, Chouchou rapporte des plats du Iyagi, un Coréen qu'on voulait tester depuis plusieurs mois. 
★ Pour la... 37ème fois à vue de nez, je transpire à grosses gouttes afin de remettre d'aplomb une timeline de thriller complètement foireuse, et je m'interroge: bordel, mais que foutent les éditeurs américains? Je ne parle même pas des autres incohérences du texte, aussi nombreuses que souvent flagrantes. Je pense néanmoins avoir fait du bon boulot, et j'envoie ma traduction finie à l'éditrice avec autant de satisfaction que de soulagement. 

Samedi:
★ C'est officiel: j'ai réussi à tuer une piléa. Oui, la plante qui pousse si facilement et si vite qu'on s'étonne qu'elle n'ait pas encore colonisé la lune. Il m'aura fallu presque deux ans, mais le résultat est bien là. Au fond du salon, la nouvelle monstera tremble en contemplant son avenir.
★ J'ai tellement l'habitude des meubles Ikea que je ne m'attendais pas à recevoir une table basse en kit sans trous pour les vis. Une fois de plus, c'est la seconde épouse de Chouchou qui va nous dépanner en nous prêtant sa perceuse.
★ Au Comptoir Rodin, le propriétaire nous reconnaît et nous informe qu'il a tellement aimé les photos prises par Chouchou qu'il les joint désormais à toutes ses communications officielles - par exemple, l'article sur les meilleurs brunchs de Bruxelles qui sortira bientôt dans Femme Actuelle. Crédit photo? C'est quoi ça?
★ Nous sommes très contentes de papoter avec nos amies G et D pendant que leur adorable petit garçon explore la salle, examine les couverts et tente d'escalader les sièges sans embêter personne. Si contentes que lorsque nous rentrons à la maison, il est... 16h30, quand même.
★ Non seulement l'amie suisse qui porte le même prénom que moi a déjà reçu le tablier brodé, mais elle a tenu sa promesse de se photographier nue avec. Oboï. Je ne pensais pas que ce cadeau pourri me procurerait tant d'authentique joie. 

Dimanche:
★ Une navette Bruxelles-Charleroi + un vol Charleroi-Hyères réservé il y a une semaine + un taxi Hyères-Monpatelin m'auront coûté 80€, soit le même prix qu'un billet de train Bruxelles-Toulon pris des mois à l'avance. J'ai gagné sur le temps de trajet, et au lieu de m'émerveiller en voyant la mer apparaître sur la droite à Cassis, je me suis émerveillée en voyant les marais salants et la côte se découper en contrebas à l'atterrissage. L'un dans l'autre, pas une mauvaise opération.
★ Non seulement l'URSSAF m'a envoyé un appel de cotisations comme si j'étais encore en BNC alors que je ne le suis plus depuis 3 ans, mais elle l'a envoyé au nom de... mon ex-mari, dont je suis divorcée depuis 22 ans (et dont je n'avais de toute façon jamais pris le nom). Je ne sais même pas par quel miracle ce courrier a atterri dans ma boîte à lettres. Mon facteur doit être devin.
★ En échange du tablier brodé, mon amie suisse m'a envoyé douze plaques de chocolat protégées par une couche anti-incontinence. Propre, a-t-elle néanmoins eu la bonté de préciser dans le petit mot d'accompagnement. J'attends avec impatience Noël 2020 pour échanger mon prochain cadeau pourri contre une meule d'Etivaz que je n'aurai pas le droit de manger.

vendredi 10 janvier 2020

Les conversations absurdes #82


MOI: Tu pètes vraiment beaucoup depuis ce matin.
CHOUCHOU: Je crois que ce sont les oignons rouges d'hier soir. 
MOI: Ah bon? Parce que moi, ils me filent des brûlures d'estomac, et je kiffe pas trop de me réveiller avec leur arrière-goût dans la bouche. On les supprime de nos recettes? 
CHOUCHOU: Si tu veux. 
MOI, solennelle: Oignons rouges, les aventuriers de la tribu ont décidé de vous éliminer, et leur sentence est irrévocable.

jeudi 9 janvier 2020

"Imaqa: Une aventure au Groenland" (Flemming Jensen)


Dans les années 1970, Martin Willumsen, un instituteur danois de 38 ans qui s'ennuie dans la vie, réclame sa mutation au Groenland - non pas dans un comptoir qui se rapprocherait des grandes villes qu'il connaît, mais dans un hameau de quelques centaines d'habitants. Le fonctionnaire du ministère en charge de son dossier le prévient: Martin ne doit surtout pas apprendre un mot de la langue locale. Il va là-bas pour imposer le danois et le mode de vie moderne de son peuple. 

Mais une fois à Nunaqarfik, Martin oublie tous les conseils reçus. Il est fasciné par la joie inouïe dont les Groenlandais font preuve dans les circonstances les plus terribles, le fatalisme qui leur fait accepter les épreuves comme elles viennent, les traditions de chasse, de pêche et d'élevage de chiens de traîneau qui leur permettent depuis toujours de survivre dans des conditions extrêmes. 

Petit à petit, il découvre aussi le revers de la médaille, la raison pour laquelle les Danois considèrent les Groenlandais comme des sauvages qu'ils ont le devoir de sauver d'eux-mêmes. Que peut faire un étranger contre l'alcoolisme omniprésent au village et les violences domestiques qu'il entraîne? Doit-il seulement faire quelque chose? Malgré toute sa bienveillance et sa bonne volonté, Martin ne trouve aucune réponse à ces questions...

mercredi 8 janvier 2020

Les conversations absurdes #81


Chouchou possède le super pouvoir pourri "Dispersion de nourriture". Régulièrement, je retrouve des miettes dans sa poche, un petit pois derrière son oreille, un bout de jambon collé sur son omoplate... Mais cette semaine, nous avons atteint un nouveau level.

Echange de messages privés:

MOI: Il y avait ceci sous ta chaise.
La zone de contamination s'étend.
CHOUCHOU: J'en suis fort marri.
MOI: Je suis assez intriguée par la présence d'un morceau de courgette parfaitement cuit mais n'ayant de toute évidence jamais touché la passata. Qui, que, comment?
CHOUCHOU: Il y a peut-être un portail dimensionnel entre la poêle et le dessous de ma chaise?
MOI: L'espace-temps a fini par warper dans l'appartement. Je suppose que ça devait arriver un jour. 
CHOUCHOU: Il y a un objet gravitationnel très dense quelque part qui plie l'espace et crée un wormhole.
MOI: ...LE CHAT EN CERAMIQUE!
CHOUCHOU: C'est lui! Jetons-le vite avant qu'il n'ouvre un trou noir qui avalera tout l'univers depuis Ixelles.
MOI: Nous n'avons plus le choix. Si ta mère se vexe, nous lui dirons qu'il en allait de la survie de l'univers.

mardi 7 janvier 2020

Mon projet 365




Si vous avez lu ma liste d'intentions pour 2020, vous vous êtes peut-être demandé en quoi consistait le fameux projet 365 que j'y évoquais. 

La première fois que j'ai entendu parler de self-compassion (il y a quelques années, alors que je lisais tout ce que des scientifiques sérieux avaient pu écrire sur le sujet du bonheur), j'avoue avoir ricané intérieurement. Encore un prétexte pour se montrer complaisant avec ses propres défauts et ne surtout rien y changer! J'ai toujours été une grande adepte de la responsabilité personnelle, ce qui à mes yeux implique d'être lucide sur ses propres failles et de travailler en priorité à les combler. Mais je présente aussi un manque d'empathie assez sévère doublé d'un manichéisme rampant. Et il y a quelques mois, j'ai fini par admettre que si je pouvais effectivement oeuvrer à améliorer mon attitude, il existait néanmoins - chez moi comme chez autrui - un câblage de base qu'il était impossible de changer.

lundi 6 janvier 2020

"The map of us" (Jules Preston)


C'est l'histoire de Tilly,  analyste de données en plein divorce qui crée un dossier à base de graphiques et d'index pour comprendre comment elle en est arrivée là.
C'est l'histoire de Violet aux jambes détruites par la polio, qu'une famille maltraitante a abandonnée dans une grande maison dont elle parvient à s'évader grâce à l'écriture. 
C'est l'histoire d'Abby qui ne peut pas avoir de frange parce que les cheveux ras, c'est plus pratique pour sa maman. 
C'est l'histoire de John, autorité mondiale sur la couleur bleue que tout le monde prend toujours pour un skater. 
C'est l'histoire de Katherine qui achète des centaines de sacs à main parfaits sans réussir à combler le vide de son existence.
C'est l'histoire d'un sculpteur de sable abonné aux deuxièmes places parce que c'est toujours un dauphin qui remporte la première.
C'est l'histoire d'Owen qui n'a pas de nom de famille mais qui parle aux jardins. 
C'est l'histoire de Daniel, businessman aux sept costumes gris-chemises blanches-paires de chaussures Oxford identiques, qui ne sait rien faire d'autre que travailler. 
C'est l'histoire de Rose qui envoie des lettres à sa fille trop souvent absente pour la tenir au courant de l'espérance de vie de sa 76ème machine à laver. 
C'est l'histoire de Matt qui tient beaucoup trop à ce vieux canapé rose défoncé dont il n'a jamais payé sa moitié. 
C'est l'histoire d'un chien appelé Le Chien, qui aime se faire transporter en brouette comme un roi. 
C'est l'histoire d'Arthur, aventurier peu coopératif qui refuse parfois de bouger de son rocher pendant des jours. 
C'est l'histoire de Sidney, l'homme qui n'enlevait jamais ses gants parce que...

dimanche 5 janvier 2020

La semaine en bref #104




Lundi:
30 pages de traduction + 150 pages de relecture d'épreuves: je me lève à 7h30 pour reprendre le boulot sur les chapeaux de roue. Même pas mal. La belle lumière hivernale aide beaucoup. 
 Je vois passer sur Twitter des bilans de la décennie écoulée - les gens qui énumèrent les grands changements dans leur vie depuis début 2010. Moi j'ai toujours le même mec, le même nombre d'enfants, le même boulot et les mêmes apparts. (Par contre: moins un père et moins deux chats, aucun des trois n'ayant été remplacé.) Dois-je en déduire que j'ai gaspillé mon temps?
 Chaque fois que Chouchou annonce qu'il met les princesses à cuire, j'ai des visions de Blanche-Neige et Cendrillon marinant dans une cocotte-minute. Alors que c'est juste le nom des haricots verts en Belgique.

vendredi 3 janvier 2020

"Greenglass House" (Kate Milford)


Milo Pine, 11 ans, s'attend à passer un Noël tranquille avec ses parents adoptifs: l'hôtel où ils habitent est surtout fréquenté par des contrebandiers, et ils n'ont jamais de clients à cette période. Pourtant, le premier soir des vacances, cinq personnes empruntent le funiculaire pour se hisser au sommet de la colline où se dresse Greenglass House. 

Le matin suivant, trois d'entre elles rapportent que des effets personnels ont été volés dans leur chambre - et peu de temps après, une tempête de neige coupe l'hôtel du reste du monde. Aidé par son amie Meddy, Milo tente de résoudre un mystère qui pourrait bien être lié à l'histoire de Greenglass House...

Quel dommage d'avoir lu ce chouette roman 9-12 (disponible en français sous le titre "L'étrange hôtel de Secrets' Hill") trop tard pour l'inclure dans ma liste de bouquins à offrir pour Noël: je connais pas mal de jeunes lecteurs qui auraient pu l'adorer! Certes, c'est un pavé dont l'histoire prend son temps pour dérouler les méandres. Mais la lenteur du rythme colle parfaitement à l'ambiance hivernale archi-douillette et un peu intemporelle. Le huis clos et la galerie de personnages secondaires tous potentiellement coupables font penser à une version junior des romans d'Agatha Christie. 

20 intentions pour 2020




1. suivre le challenge de janvier d'Adriene
2. ... et m'abonner à sa chaîne FWFG pour rester motivée les 11 mois suivants
3. sur Instagram: poster des critiques vidéos de livres 
4. ...et mener à bien un projet 365 sur le thème du self-care
5. réaliser une vidéo de mon année avec l'app 1 Second Everyday
6. faire un carnet de voyage pendant le road trip écossais
7. organiser un séjour à Saint-Pétersbourg + Riga en automne
8. effectuer un stage de fauconnerie au Jardin des Hiboux
9. pour le salon de l'appartement de Bruxelles: acheter une table basse artisanale en bois
10. ...repeindre le mur marron en jaune
11. ... et trouver un très grand tapis, moelleux et pas trop salissant
12. faire un tri de penderie à Monpatelin
13. passer aux verres progressifs
14. tester les extensions de cils
15. m'offrir une robe en lin sur mesure, brodée par Pinja Heikkinen
16. noter le budget consacré à mes achats de vêtements et d'accessoires
17. lire un ouvrage de non-fiction chaque mois
18. mettre mon réveil à 7h30 les matins de semaine
19. viser 5000 pas par jour
20. me remettre aux exercices de cohérence cardiaque

jeudi 2 janvier 2020

Décembre 2019



[LECTURE] Les sorties de janvier que j'attends avec impatience


ROMANS:

"Il est juste que les forts soient frappés": Lorsque Sarah rencontre Théo, c'est un choc amoureux. Elle, l'écorchée vive, la punkette qui ne s'autorisait ni le romantisme ni la légèreté, se plaisant à prédire que la Faucheuse la rappellerait avant ses 40 ans, va se laisser convaincre de son droit au bonheur par ce fou de Capra et de Fellini. Dans le tintamarre joyeux de leur jeunesse, de leurs amis et de leurs passions naît Simon. Puis, Sarah tombe enceinte d'une petite fille. Mais très vite, comme si leur bonheur avait provoqué la colère de l'univers, à l'euphorie de cette grossesse se substituent la peur et l'incertitude tandis que les médecins détectent à Sarah un cancer qui progresse à une vitesse alarmante. Chaque minute compte pour la sauver. Le couple se lance alors à corps perdu dans un long combat, refusant de sombrer dans le désespoir. Un récit d'une légèreté et d'une grâce bouleversantes, entre rire et larmes, dont on ressort empreint de gratitude devant la puissance redoutable du bonheur. (Note à moi-même: préparer une boîte de Kleenex avant d'entamer ma lecture.) Sortie le 8

mercredi 1 janvier 2020

Bonne année 2020




Je vous souhaite des réveils frais et dispos, pleins de curiosité pour la journée qui commence.
Je vous souhaite des couchers de soleil sublimes qui écarquillent les yeux et gonflent le coeur.
Je vous souhaite un travail qui ne serve pas juste à payer vos factures (ou au moins, qui vous permette de les payer correctement). 
Je vous souhaite de vous sentir utile à quelque chose ou à quelqu'un.
Je vous souhaite de trouver ou de ne pas perdre de vue votre place en ce monde.
Je vous souhaite des projets qui vous feront trépigner d'impatience.
Je vous souhaite des fou-rires à vous couper le souffle et remercier la robustesse de votre périnée.
Je vous souhaite une infinie gratitude devant les petits miracles du quotidien.
Je vous souhaite le courage de vous montrer authentiques et vulnérables. 
Je vous souhaite une tête froide et une flamme d'espoir têtue devant le pire de l'actualité.
Je vous souhaite de l'air pur dans les poumons et de la sérénité dans le coeur.
Je vous souhaite une famille, biologique ou non, qui vous soit un refuge dans les moments difficiles.
Je vous souhaite une main chaude dans la vôtre.
Je vous souhaite de ne jamais oublier que la première personne dont vous devez prendre soin, c'est vous. 
Je vous souhaite de l'émerveillement, beaucoup d'amour et une force qui vous pousse en avant.

Soyez heureux, soyez bienveillants.

mardi 31 décembre 2019

Lectures de Décembre 2019




ROMANS:
- La passe-miroir #4: La tempête des échos (Christelle Dabos) ♥︎♥︎
- Les sept vies de Léo Belami (Nataël Trapp) ♥︎♥︎♥︎
- Impossible times #3: Dispel illusion (Mark Lawrence) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Pages & Co #1: Tilly and the Bookwanderers (Anna James) ♥︎♥︎♥︎
- Le Passageur #2: Le journal et le serpent (Andoryss Mel) ♥︎♥︎♥︎
- Le berger de l'Avent (Gunnar Gunnarsson) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- The goldfinch (Donna Tartt)
- The Polar Bear Explorers' Club #3: Explorers on Black Ice Ridge (Alex Bell) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- The rules of seeing (Joe Heap)
- Greenglass House (Kate Milford) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- The map of us (Jules Preston) ♥︎♥︎♥︎♥︎♥︎

BEDE/MANGA:
- Le dernier des étés (Alfonso Casas) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- The mortal instruments #3 (Cassandra Clare/Cassandra Jean) ♥︎♥︎♥︎
- Five years #6 (Terry Moore) ♥︎♥︎♥︎
- HMS Beagle: Aux origines de Darwin (Fabien Grolleau/Jérémie Royer) ♥︎♥︎
Fruits basket #6 (Natsuki Takaya) ♥︎♥︎♥︎
- Fruits basket #7 (Natsuki Takaya) ♥︎♥︎

Cette rubrique, qui me servait surtout d'archive personnelle, n'intéresse pas grand-monde et fait désormais doublon avec mon compte GoodReads. Dès début janvier, elle sera donc remplacée par une liste de livres à paraître prochainement et que j'attends avec impatience. 

2019 dans le rétro




Janvier: Un samedi en amoureux à Liège pour bruncher dans un salon de thé Alice au pays des merveilles et voir l'expo Génération 80. Pas payée depuis mi-novembre, je suis forcée de me mettre en mode restrictions économiques sévères; je passe le reste du mois à bosser et à faire du yoga avec le challenge Dedicate d'Adriene, dans lequel j'entraîne pas mal de lectrices. 


lundi 30 décembre 2019

La semaine en bref #103




Lundi:
Pour positiver une journée plutôt ratée à Rotterdam, je dirais que nous avons quelques bonnes photos, plus de 16 000 pas au compteur et aucun problème de train à déplorer.
 A la Gare du Midi, un gamin de 13 ou 14 ans, très pâle et visiblement mal nourri, me demande si j'ai une pièce pour lui. Sachant mon porte-monnaie vide, je marmonne "Désolée" en détournant les yeux. Cinquante mètres plus loin, je me souviens qu'il me reste un billet de 5 euros dans une poche. Je reviens sur mes pas, mais le gamin a disparu. Son visage me hante toute la nuit. 

dimanche 29 décembre 2019

[GAND] Un brunch au milieu des lave-linges et une plongée dans la Belgique de Grand-Papy




Après une nuit moins reposante que prévu (malgré l'excellente qualité de la literie) pour les 50% d'entre nous dont les bouchons d'oreille aimablement fournis par la réception n'ont pas suffi à faire barrage aux ronflements des 50 autres %, nous traînons dans la chambre jusqu'à 11h45 pour en profiter au maximum. Fossilisée dans le petit fauteuil de lecture sous une fabuleuse couverture en nid d'abeilles, j'oublie totalement que j'ai apporté une robe qui tourne pour faire des photos d'ambiance dans le couloir. C'est ballot, il faudra revenir!

samedi 28 décembre 2019

[GAND] Une lettre avec vue sur grande roue et un petit tour au bal infernal




Jeudi 26 décembre. Après un début de semaine plutôt morose, nous prenons le train un peu avant 11h à la gare du Midi. Il n'y a pas beaucoup de monde en ce lendemain de Noël, et nous pouvons squatter tout un carré avec nos petits bagages. 29 minutes plus tard, nous débarquons à Gand Saint-Pierre, située assez loin du centre historique pour que nous préférions prendre le tram 1 au lieu de marcher. (Bon à savoir: les tickets coûtent 3€ si vous les prenez en version papier à une machine, mais seulement 1,80€ si vous les achetez en version numérique sur l'app de Delijn qui gère les transports en commun flamands.)

dimanche 22 décembre 2019

La semaine en bref #102




Lundi:
 Les Jules & Jenn que j'avais commandées sont super belles mais trop étroites pour moi. Je les renvoie à regret. Ma quête de baskets à scratch en cuir noir se poursuit.
 A partir d'octobre 2020, il y aura des vols directs Bruxelles-Singapour. Clairement, l'univers conspire pour que je retourne là-bas. Je me verrais bien y fêter mon demi-siècle...
Ce soir, je tente une recette de Nigella Lawson. Chouchou ne la connaissait pas, et à voir sa tête devant la vidéo, je sens bien que je l'ai perdu.
 N'empêche que malgré mes craintes concernant la cuisson (réduite de deux heures à une seule pour la partie à 160°), mon poulet est hyper réussi et parfaitement savoureux. Zéro féculent et des tonnes d'ail: je pense que ça deviendra un classique de la maison. 

samedi 21 décembre 2019

"Le berger de l'Avent" (Gunnar Gunnarsson)


Le premier dimanche de l'Avent, le fermier Benedikt se met en route avec son bélier Roc et son fidèle chien Leo pour aller chercher les moutons égarés dans les montagnes avant qu'ils ne soient condamnés par l'hiver. C'est la 27ème fois qu'il entreprend ce périple à pied et à skis. Mais cette année, rien ne se passe comme prévu. D'abord retardé par des imprudents, Benedikt se trouve vite confronté à une météo extrêmement hostile...

Avec moins de 70 pages au compteur, ce très court roman se lit aussi vite qu'il laisse une forte impression. Benedikt est un homme simple qui se satisfait de peu et, même dans les pires situations, ne doute jamais de sa mission. Il a la force tranquille des gens qui se sentent à leur place dans le monde. Résultat, "Le berger de l'Avent" irradie la sérénité dans la tempête - d'une façon très littérale que la lectrice admirative que je suis aimerait pouvoir transposer dans sa propre vie.

Traduction de Gérard Lemarquis et Maria S. Gunnarsdottir

jeudi 19 décembre 2019

[LECTURE] Mon budget 2019




Début 2019, j'ai eu envie de mesurer combien je dépensais exactement en livres. Je me suis donc créé un petit tableau pour noter au fur et à mesure mes achats sur Amazon ou en librairie, ainsi que mes reventes sur Momox ou en bouquinerie - car faute de place ou d'étincelle de joie à leur vue, je conserve très peu d'ouvrages après les avoir lus. 

mardi 17 décembre 2019

Ma To Do List de fin d'année




Depuis que mon père est mort et que mes rapports avec ce qui me reste de famille proche sont devenus très compliqués, j'ai pris Noël en grippe. Chaque année à cette période, je lutte pour ne pas déprimer en cherchant des activités sympas autres que décorer un sapin, acheter des tonnes de cadeaux ou préparer et avaler un repas de réveillon. Du coup, la semaine prochaine, nous ferons deux sauts de puce en train, l'un à Rotterdam et l'autre à Gand. Chouchou a du matériel photo à tester et moi des croustillons (smoutebollen en bruxellois, olliebollen en néerlandais) à manger. 

dimanche 15 décembre 2019

La semaine en bref #101




Lundi:
 Je reçois un virement au titre du droit à la reprographie pour les années 2017 et 2018. Ouah, 19,03€! Chouchou, fais tes bagages, on part fêter Noël à Singapour!
 Une manoeuvre malencontreuse efface tout le billet consacré au tome 4 de "La Passe-Miroir" que je m'étais tellement embêtée à rédiger et que je révisais une dernière fois avant publication. Tant pis, je n'ai pas le courage de recommencer. 
La SNCF invite les voyageurs munis de billets pour les prochains jours à renoncer à leur voyage et à se faire rembourser d'avance. Soit, mais le lien fourni mène à un formulaire qui refuse de reconnaître mon numéro de réservation; l'appli Oui.SNCF me dit qu'un incident technique l'empêche d'accéder à ma demande, et le chatbot Twitter me répond complètement à côté de la plaque. Moi je dis: c'est pas gagné.
 Le vent est tellement violent ce soir à Monpatelin que même avec des bouchons d'oreille et la couette rabattue sur la tête, je l'entends encore. J'arrive néanmoins à m'endormir assez vite, ce qui est toujours très bon signe quant à mon état mental.

samedi 14 décembre 2019

Les conversations absurdes #80


MOI, me pavanant devant le miroir de notre chambre avec ma nouvelle robe Son de Flor: Regarde comme elle est bêêêêêêlle! Regarde comme elle touuuuuuurne! 
MOI: OK, it's a keeper. Je la range direct dans la penderie. 
MOI, me débattant pour ôter la superbe robe: Par contre, c'est la galère pour la mettre et surtout pour l'enlever. La taille coince au niveau de la poitrine. Il n'y a pas de fermeture éclair, et le lin n'est pas du tout une matière élastique. 
CHOUCHOU, doctement: Mais tes boobs le sont.

jeudi 12 décembre 2019

2019: l'année où...




Le fabricant du You Zi Hua Cha a cessé l'exportation vers l'Europe - mais j'ai fini par lui trouver un remplaçant vietnamien à Paris.
Mon ophtalmo bien-aimée a pris sa retraite.
Attila a eu son bac et entamé des études de médecine, tandis que Darklulu partait en sport-études à Grenoble.
J'ai réalisé mon rêve de visiter le château de Neuchswanstein et eu un gros coup de coeur pour la vieille ville de Tallinn.
Je suis retournée à Porto et à Vienne pour un deuxième séjour très réussi.
J'ai connu deux mois de chômage technique suivis par une surprenante embellie professionnelle.
J'ai découvert les bienfaits de la couverture lourde contre le stress et les angoisses.
J'ai (enfin) fait réparer l'éclairage de ma cuisine et acheté un lave-vaisselle.
J'ai investi dans un canapé avec méridienne pour le salon de Bruxelles et un fauteuil de lecture pour la bibliothèque de Monpatelin.
J'ai remplacé mon vieil iPad par un iPad mini que je me suis mise à trimballer partout, tombant ainsi à moitié dans les travers des utilisateurs de smartphone.
J'ai acheté une seule paire de chaussures (des baskets, en plus!).
J'ai été hyper déçue par la fin de "Game of Thrones" et celle de "La Passe-Miroir".
J'ai fini par accepter mes limitations sociales et comportementales de probable autiste.
J'ai fait du yoga très régulièrement, pas tous les jours comme je l'ambitionnais, mais assez souvent pour en retirer un vrai bénéfice et pour que dérouler mon tapis devienne mon premier réflexe chaque fois que je me sentais mal.
J'ai arrêté de boire de l'alcool pour lutter contre mes migraines de plus en plus fréquentes. 
J'ai commencé à avoir des bouffées de chaleur sans pour autant entamer ma ménopause.
Et ma tension déjà en hausse l'an dernier est montée jusqu'à la limite de l'acceptable avant traitement.
De son côté, Chouchou a été diagnostiqué pour de multiples problèmes de santé qu'il traînait sans doute depuis très longtemps.
L'accélération palpable du réchauffement climatique, la montée des extrémismes et la destruction des acquis sociaux en France m'ont souvent donné un sentiment d'apocalypse imminente.

mercredi 11 décembre 2019

[TOULON] Best of 2019




Quand je dis "Best of", entendons-nous bien: je n'ai pas tout testé. Il ne s'agit pas d'un palmarès exhaustif, juste des adresses que j'aime, que je fréquente régulièrement et que je suis prête à recommander les yeux fermés. Toutes se situent dans le centre-ville et sont à distance de marche les unes des autres. J'actualise cette liste d'année en année. 

RESTAURANTS

Cuisine italienne sublime; pâtes maison préparées le jour même avec des produits importés d'Italie,  et pizza napolitaine dont la recette figure au patrimoine de l'Unesco. Le restaurant s'est dédoublé en récupérant un second local situé juste derrière le premier. Terrasse (couverte en hiver). Réservation conseillée.

Cuisine fraîcheur avec les produits du marché voisin. Déco fantaisiste et colorée. Plats légers et souvent inventifs. Mais le meilleur, ce sont les desserts de Gilles, qu'on peut également savourer l'après-midi avec un thé Mariage Frères ou un chocolat chaud maison. Terrasse presque toute l'année.

O garden, 6 rue Emile Zola (à côté de la cathédrale)
Le midi seulement. Cuisine multi-culturelle et healthy, avec de grandes salades variées et délicieuses - ma préférée: la Pattaya, d'inspiration asiatique. Service un peu lent aux heures de pointe, mais ça vaut la peine d'attendre. Terrasse quand la météo le permet.

Le resto des artistes, 10 rue de l'Humilité
Cuisine du marché savoureuse et salle à l'ambiance intimiste dans une toute petite rue près de l'Opéra.

Les tables de la fontaine, place Gustave Lambert
C'est le resto le mieux noté de Toulon sur TripAdvisor, et il le mérite. Accueil toujours au top. Spécialités du sud-ouest à déguster dans une salle à l'atmosphère chaleureuse ou, si la météo le permet, sur la jolie terrasse au calme devant la fontaine. Ouvert le soir seulement le vendredi et le samedi. Pensez à réserver.

Les têtes d'ail, 22 rue des Bonnetières
Pour la carte provençale variée et savoureuse, qui change tous les jours, mais surtout pour profiter de la place en zone piétonne garnie d'oliviers et de fontaines, les jours où il fait beau.

Le Bistrok, 19 rue Picot
Mon dernier coup de coeur en date. Pour la carte à base de plats asiatiques revisités, la qualité de l'accueil et l'ambiance indus chaleureuse.  

dimanche 8 décembre 2019

La semaine en bref #100




Lundi:
★ Livraison de mon lave-vaisselle. Au premier coup d'oeil, je constate que le panier (fixe) de dessus est tellement bas que mes assiettes plates ne rentreront pas dans celui de dessous. Mais après avoir mis des années à me décider pour en acheter un, j'ai la flemme de le renvoyer et de tout recommencer à zéro. De toute façon, quand je suis seule, je salis surtout des mugs, des bols et des couverts.
★ Arrivée du thé vietnamien à la fleur de pamplemousse envoyé par Shermane. Je le goûte immédiatement. Sur une échelle de 1 à 10, 1 étant le Lipton jaune et 10 le You Zi Hua Cha, je lui attribue un petit 9. Autrement dit, il fera très bien l'affaire, d'autant que le vendeur est disposé à me l'envoyer par la Poste quand j'aurai épuisé ce premier sachet. Hourra!

samedi 7 décembre 2019

[NOEL 2019] 10 idées de bédés à offrir aux grands




Tout le monde aime les albums de Pénélope Bagieu ou Riad Sattouf; du coup, la personne pour qui vous cherchez un cadeau risque fort de les avoir déjà lus! Voici quelques suggestions de bédés moins connues, mais qui me semblent susceptibles de plaire aussi bien aux fans du genre qu'à ceux qui en lisent peu. A une exception près, ce sont toutes des histoires complètes.

"Nous vivons chez nos chats": La journée ordinaire d'un couple d'artistes très amoureux, qui travaillent à la maison et doivent affronter deux deuils parallèles. Une tranche de vie réaliste et hyper touchante. Ma critique détaillée ici.  

jeudi 5 décembre 2019

[TOULON] Le Bistrok




Depuis son ouverture au début de l'été, je voulais tester ce resto-concept où tout est à vendre: les meubles, la vaisselle et la déco aussi bien que les plats de la carte (mais pas le personnel... quoi que, vous précise-t-on malicieusement). J'avais déjà tenté ma chance un samedi midi et m'étais heurtée à une porte close. Ma seconde tentative, mardi midi après un rendez-vous médical, fut la bonne.

mardi 3 décembre 2019

Envies délirantes de décembre




Cher Papa Noël,

J'ai été exceptionnellement sage cette année, et ça fait des lustres que je ne t'ai rien demandé. Aussi, tu trouveras ci-dessous une liste de cadeaux tout à fait hors de mon budget, mais que je mérite de découvrir le 25 au pied de mon sapin ma piléa:

Un puzzle en bois artisanal de 900 pièces, représentant les 4 saisons de Mucha (Ce sera toujours moins cher qu'une oeuvre originale de l'artiste, et ça m'amusera plus longtemps.)

Les 3 volumes de l'omnibus de "Sandman" (Te rends-tu compte que je n'ai lu que deux ou trois bribes de cette oeuvre majeure? Mon honneur de lectrice est en jeu.)

Une robe en lin brodée sur mesure par la talentueuse Pinja Heikkinen (Oui, je passe trop de temps sur Instagram.)

Un traitement visage raffermissant "Biotec firm-a-lift" d'une heure et demie, au spa Elemis de Londres (Merci de joindre un aller-retour en Eurostar, ainsi qu'une nuit dans un hôtel de bon goût.)

Un baptême de montgolfière en Suisse (C'est sur ma bucket list depuis si longtemps que ça en devient presque embarrassant.)

Une nuit au Full Moon Lodge de Pairi Daiza (Si possible avec ma soeur, mon beau-frère et mes neveux puisque le logement est pour 6 personnes.)

Et si vraiment tu es disposé à casser ta tirelire: un voyage en Orient-Express: Londres-Vérone, par exemple (Mais honnêtement, n'importe quelle destination me conviendra.)

Merci, bisous.

lundi 2 décembre 2019

Novembre 2019



Lectures de Novembre 2019




ROMANS/RECITS/NOUVELLES
- Un sandwich à Ginza (Yôko Hiramatsu/Jirô Taniguchi) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- The Storm Keeper's island (Catherine Doyle) ♥︎♥︎♥︎
- A witchcraft mystery #9: A magical match (Juliet Blackwell) ♥︎♥︎
- The Starless Sea (Erin Morgenstern) ♥︎♥︎♥︎
- Cruelty (Roald Dahl)
- Oligarchy (Scarlett Thomas) ♥︎
- Dreamer #1: Call down the hawk (Maggie Stiefvater) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- The last Spell Breather (Julie Pike) - en cours

BEDE/MANGA
- Fruits basket #1 (Natsuki Takaya) ♥︎♥︎♥︎
- Je veux manger ton pancréas #1 (Yoru Sumino/Idumi Kirihara) ♥︎♥︎♥︎
- Kitsune (Stéphane Presle/Thibaut Chimier) ♥︎♥︎♥︎
- La boîte de petits pois (GiedRé/Holly R) ♥︎♥︎♥︎
- Fruits basket #2 (Natsuki Takaya) ♥︎♥︎♥︎
- Five years #5 (Terry Moore) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Fruits basket #3 (Natsuki Takaya) ♥︎♥︎♥︎
- Stand still, stay silent #2 (Minna Sundberg) ♥︎♥︎♥︎♥︎♥︎
- Fruits basket #4 (Natsuki Takaya) ♥︎♥︎♥︎
- Fruits basket #5 (Natsuki Takaya) ♥︎♥︎♥︎
- Nous vivons chez nos chats (Eloisa Scichilone) ♥︎♥︎♥︎♥︎♥︎
- L'atelier des sorciers #5 (Kamome Shirahama) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Gloutons & dragons #7 (Ryoko Kui) ♥︎♥︎♥︎

DIVERS
- Boutiques de Tokyo (Mateusz Urbanowicz) - en cours
- La maison de Madame M (Clotilde Perrin) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Big dreams, daily joys (Elise Blaha Cripe) ♥︎♥︎♥︎

dimanche 1 décembre 2019

La semaine en bref #99




Lundi:
Après plus de deux mois de vaines tentatives pour donner notre ancien canapé-lit, nous nous résignons à appeler les encombrants afin qu'ils viennent le chercher. Ils promettent de passer "entre 7h et 14h" dans une dizaine de jours. Merci d'avance à la Seconde Epouse de Chouchou, qui va venir l'aider à descendre le bouzin sur le trottoir à une heure où l'aube n'aura pas encore blanchi la campagne.
 Chouchou a reçu les verres progressifs commandés pour une bouchée de pain chez Polette, et ils lui conviennent parfaitement. J'espère qu'il en ira de même pour moi l'an prochain.

samedi 30 novembre 2019

[NOEL 2019] Des idées de livres à offrir aux ados




"Magic Charly (1 tome paru): Un Harry Potter à la française avec un jeune héros noir. Beaucoup de références aux classiques du genre, et notamment aux Annales du Disque-Monde de Terry Pratchett. Un de mes grands coups de coeur de l'année, dont ma critique détaillée se trouve ici.

"Chroniques des Cinq Trônes" (1 tome paru): Une saga envoutante et épique entre magie séculaire et combats médiévaux. La mägerie n'obéit qu'à un seul principe : elle ne peut s'exercer qu'à deux. Liutgarde le sait. Elle a pourtant fui Ortaire, l'époux qui lui avait été imposé, renonçant ainsi à son pouvoir. Exilée au nord des terres, elle serait morte sans l'aide des caravaniers et de Rollon, un mäge à l'esprit torturé. Épris l'un de l'autre, Liutgarde et Rollon se déplacent en roulottes avec leur communauté dans l'hostile forêt de la Sylverëe, ancien royaume des Faëes de l'Hiver. Mais l'équilibre de cette vie en cavale va complètement basculer, les obligeant l'un et l'autre à régler les dettes de leurs vies antérieures. Car dans ce monde tout se sait et tout se paie un jour. Leur pouvoir et leur amour suffiront-ils à les protéger ?

jeudi 28 novembre 2019

A few things I'm grateful for





Thanksgiving, que les Américains célèbrent aujourd'hui, a des origines historiques passablement affreuses. Mais outre le fait qu'elle a donné lieu à une scène absolument hilarante dans "Addams Family Values", j'adore l'idée d'une fête annuelle de la gratitude. Surtout en cette saison où la météo maussade et les journées si courtes nous poussent à nous replier frileusement sur nous-mêmes et à ne pas voir plus loin que le bout de notre nez gelé. En vrac, quelques choses pour lesquelles je me sens très reconnaissante au terme d'une année plutôt mouvementée, tant à titre personnel que mondial...

mardi 26 novembre 2019

[NOEL 2019] Des idées de livres à offrir aux 3-12 ans




3-8


JOLIES HISTOIRES:

"La maison en thé": Michèle et ses parents viennent d'emménager dans une nouvelle maison. La petite fille commence à aimer ce nouvel endroit, mais une chose cependant l'intrigue. Tous les jours, à l'heure du goûter, son chat se met à gonfler puis disparaît comme par magie ! Bien décidée à percer ce mystère, Michèle entreprend alors de le suivre discrètement. Sortant d'une plinthe, tremblotante et fumante, une théière fait alors son entrée sur le parquet. Comme une locomotive, elle traîne tout un convoi de porcelaine derrière elle. Ses étranges passagers et son contrôleur poussent alors Michèle à grimper à bord et la voilà, devenue minuscule, embarquée pour une étrange aventure aux accents d'"Alice aux pays des merveilles"...

"Le pull de Noël": C'est Noël ! Le chat Fransson sort pour se promener dans la ville en fête. Heureusement, son beau pull de laine rouge lui tient chaud. Pourtant, au bout d'un moment, une étrange sensation de froid le saisit au ventre : son pull s'est entièrement détricoté en chemin ! Comment va-t-il faire pour tenir bon dans sa maison de carton ? S'ensuit alors une course-poursuite après le dernier fil de son pull. Parviendra-t-il à en retrouver la trace ?

lundi 25 novembre 2019

La semaine en bref #98




Lundi:
Histoire de ne pas trop déprimer pendant les fêtes, je nous réserve une chambre au superbe hôtel 1898 The Post, un jour de semaine entre Noël et le Jour de l'An. Je suis sûre que Gand sera encore plus belle à cette période de l'année!
 Pour la première fois de ma vie, je vais donc utiliser une bouillotte, non pas pour soulager mes douleurs d'endométriose, mais pour remplir sa fonction première: réchauffer mes draps glacés avant de me glisser dedans. 

samedi 23 novembre 2019

"Nous vivons chez nos chats" (Eloisa Scichilone)


Dans une maison rustique, au cœur de l’hiver italien, Elo et Mao essaient tant bien que mal d’avoir un bébé. Difficile pour eux de se ménager des moments d’intimité avec leurs cinq chats qui cherchent à obtenir toute l’attention possible - pires que des enfants, mais si attachants! Un dimanche en apparence ordinaire égrène les attentes, les espoirs et confronte le couple à la perte de deux êtres chers. Heureusement, les facéties félines vont animer cette journée faite de drames et de sourires… 

A l'époque où j'avais des chats, je me suis souvent fait la réflexion que c'était moi qui habitais chez eux et non l'inverse. Du coup, lorsque mon regard s'est posé sur la couverture du roman graphique d'Eloisa Scichilone, ce choix de titre m'a d'abord fait craindre une bédé humoristique - créneau dont je ne suis vraiment pas cliente. Un rapide feuilletage m'a vite rassurée: il s'agissait plutôt d'une tranche de vie réaliste. Et ça, par contre, j'adore!

vendredi 22 novembre 2019

Privilège de classe




Je suis issue d'une famille de Français tout ce qu'il y a de plus moyens. Mes parents travaillaient tous les deux et touchaient un salaire correct de petits fonctionnaires. Mais très marqué par la pauvreté dans laquelle il avait grandi, et à cause de laquelle il avait dû entrer dans la vie active à 14 ans, mon père refusait de dépenser le moindre centime superflu. Il achetait de la bonne qualité pour les choses indispensables: voiture, mobilier, nourriture... Le reste n'entrait tout simplement pas chez nous. Il n'y avait ni magnétoscope ni Canal+ à la maison. Nous ne voyagions pas: nous passions toutes nos vacances chez mes grands-parents maternels, dans le trou du cul du monde un petit village de Haute-Loire. Nous n'allions au cinéma qu'une ou deux fois par an, et nous ne mangions à l'extérieur que le dimanche le plus proche du 31 mars - au Flunch, pour l'anniversaire de mariage de mes parents. Quand j'avais 20 ans, mon petit ami de l'époque s'est gentiment moqué de moi parce que j'entrais dans un restaurant asiatique et goûtais des nems pour la première fois de ma vie... 

mercredi 20 novembre 2019

Les conversations absurdes #79


Chouchou a reçu un nouvel objectif spécial portraits. Il fait des tests et s'extasie sur les performances du bouzin. 
CHOUCHOU: Tu te rends compte? Même dans cette lumière merdique, on distingue chacun des pores de ton nez!
MOI: Le monde avait-il réellement besoin de ça?

lundi 18 novembre 2019

"The Starless Sea" (Erin Morgenstern)


Alors qu'il prépare une thèse sur la narration dans les jeux vidéo, Zachary Rawlins découvre un curieux livre dans la bibliothèque de son université. Parmi les histoires de pirates amoureux, de cités perdues et d'acolytes sans nom, il tombe sur une scène extraite de sa propre enfance. Bien décidé à résoudre cette énigme, il suit la piste des indices présents sur la couverture. Une abeille, une clé et une épée le guident jusqu'à un bal masqué, puis un inquiétant club privé, et pour finir, une porte magique. De l'autre côté de celle-ci s'étend un monde souterrain rempli d'histoires...

8 ans. 

Après le succès mondial de "The Night Circus", que j'avais adoré à l'époque, c'est le temps qu'Erin Morgenstern aura pris pour publier son deuxième roman à la quatrième de couverture si prometteuse. Je l'attendais avec tant d' impatience qu'à minuit une le jour de sa sortie, je le téléchargeais sur ma Kindle.

dimanche 17 novembre 2019

La semaine en bref #97




Lundi:
 La première crève de la saison débute innocemment, par une narine gauche bouchée sans raison apparente. Cette nuit, pour une fois, c'est peut-être moi dont les ronflements empêcheront Chouchou de dormir.

mercredi 13 novembre 2019

Mes trucs anti-migraine




Je suis migraineuse depuis toujours.

Généralement, cela survient de la façon suivante: j'ai eu trop chaud pendant la nuit, et je me réveille avec un mal de tête qui empire au fil de la matinée. S'il devient vraiment très violent, je vomis, et la douleur s'évapore instantanément; sinon, il est parti pour me pourrir toute la journée. En revanche, il persiste rarement jusqu'au lendemain. Il m'arrive parfois, mais c'est beaucoup plus rare, qu'une migraine démarre en journée à cause d'une odeur trop forte ou d'un coup de stress. Enfin, depuis deux ou trois ans, il me semblait que l'alcool bu le soir pouvait être un facteur déclencheur du lendemain - raison pour laquelle j'ai totalement arrêté d'en boire le mois dernier.

mardi 12 novembre 2019

Les conversations absurdes #78


MOI: Tes nouveaux followers risquent d'être bien déçus. Tu les as appâtés avec des bombasses vingtenaires nues alors qu'à partir de lundi, tu ne publieras de nouveau que les photos d'une quinquagénaire dodue emmitouflée jusqu'aux oreilles. 
CHOUCHOU: Tu te fais une fausse idée de mes followers. J'ai beaucoup de gens de notre âge. 
MOI: ...Et les hommes de 50 ans ne s'intéressent pas du tout au corps des femmes de 20, c'est bien connu. 

lundi 11 novembre 2019

La semaine en bref #96





Lundi:
Alors que j'attends le métro à Trône, un monsieur aux cheveux teints en orange me demande avec un fort accent indien: "Doubroukèr?" en désignant le panneau d'affichage sur lequel ne figure aucune station de ce nom. J'essaie de lui expliquer que De Brouckère est sur l'autre ligne et qu'il faut changer à Arts-Loi, mais visiblement, il ne comprend pas l'anglais. Et il traîne une énooorme valise. Du coup, je renonce à rester sur ma ligne jusqu'à Rogier, et je l'accompagne à sa destination. Tant pis pour Waterstones: ce n'est pas comme si je manquais de bouquins à lire! 
 Je retrouve Nelly au Peck 47 pour lui donner les poêles en inox achetées il y a quelques années, et dont nous n'avons jamais su nous servir correctement. Elle et son chéri cuisinent beaucoup; ils en feront sûrement un meilleur usage! En échange, elle m'a apporté des cannelés maison. Je lui dis que je les dégusterai demain; elle me suggère d'en goûter au moins un ce soir, "pendant qu'ils sont bien craquants". Puis nous passons une soirée agréable à discuter autour d'un burger. 
 Mon métro de retour tombe en panne à Parc, et après 20 minutes d'attente vaine, je me décide à finir le trajet à pied. On est mal récompensée de ses bonnes actions, je vous jure. 
 Arrivée chez nous, je dispose les cannelés sur une jolie assiette et j'attends Chouchou (qui avait un événement pro ce soir) pour les partager avec lui. Quand il vient s'asseoir face à moi, il est déjà en train d'engloutir le deuxième. Je pousse les hauts cris. "Mais je croyais que tu avais mangé les tiens et que les autres étaient tous pour moi!" se défend-il. Du coup, obligée de me jeter dessus pour en avoir. "Au moins un ce soir", tu parles: ils ont tous disparu en 5 minutes.

dimanche 10 novembre 2019

Les conversations absurdes #77


CHOUCHOU: Une des modèles que j'ai photographiées hier à la Brussels Tattoo Convention a partagé ma publication. Résultat: j'ai touché 1500 personnes au lieu de 30 d'habitude, et j'ai 32 likes de plus sur ma page Facebook Monsieur Tout-Le-Monde. Et tout ça en quelques heures!
MOI: La fâmâpoâl, c'est toujours vendeur. 
CHOUCHOU: Du coup, j'ai une suggestion pour remonter les stats de ton blog...

vendredi 8 novembre 2019

La quête du New You Zi Hua Cha




Lundi en fin de journée, je suis passée au Nong Cha demander les coordonnées du fabricant de You Zi Hua Cha qui ne veut plus importer vers l'Europe. La patronne m'a expliqué que c'était encore pire: il arrête complètement son activité, d'une part parce qu'il est très âgé et que son fils ne veut pas prendre la relève, d'autre part parce que les thés subtils mais assez chers qu'il produit ne trouvent plus vraiment d'acheteurs en Chine (son pays d'origine et son principal marché). Manque de bol, c'était également lui qui vendait le fabuleux thé au jasmin que j'adorais.

mercredi 6 novembre 2019

Les sacrifices de l'âge




Au début de l'automne, trois incidents se sont produits en succession rapide.

D'abord, mon généraliste m'a annoncé que j'avais 14/9 de tension artérielle - le dernier stade avant une augmentation significative du risque d'AVC. J'ai été à 12/9 toute ma vie d'adulte jusqu'à l'an dernier, où j'étais passée à 13/9. Si ça monte encore d'un point, je devrai prendre des médicaments. J'ai demandé ce que je pouvais faire pour éviter ça; mon docteur a suggéré de commencer par diminuer très sérieusement la charcuterie, le sel et le fromage. La charcuterie, je n'en mange presque jamais. Le sel et le fromage, en revanche, sont deux de mes plus grands plaisirs gustatifs. Et je ne suis pas du tout certaine qu'ils soient seuls responsables de cette tension limite. Mais il faut bien commencer quelque part, et de toute façon, en consommer moins ne peut pas me faire de mal. Avec la modération qui me caractérise, j'ai donc cessé d'utiliser du sel quand je cuisine, renoncé au parmesan sur les pâtes et mis la pédale douce sur l'adjonction de fêta dans à peu près tous les plats qui s'y prêtent vaguement. Au début, j'ai trouvé que ma bouffe n'avait plus aucun goût. Et puis petit à petit, je me suis habituée. Je ne suis pas encore au stade où je ne fais plus la différence, mais je suis confiante: ça viendra. 

mardi 5 novembre 2019

"Un sandwich à Ginza" (Yôko Hiramatsu/Jirô Taniguchi)


Ecrivaine et gastronome, autrice de nombreux essais culinaires, Yôko Hiramatsu se penche sur les délices que propose la cuisine japonaise, de la plus populaire à la plus raffinée. "Un sandwich à Ginza" rassemble quantité d'histoires délectables classées en une douzaine de thèmes et illustrées par le regretté Jirô Taniguchi. On y découvre le végétarisme bouddhique à Kamakura, la fête de l'anguille à Narita ou le pot-au-feu de fugu à Osaka, mais aussi les menus de restaurants d'entreprise, les sandwichs au pain de mie de Ginza, la comfort food par excellence que peut être un simple omu-rice, la façon différente de savourer un nabe selon qu'on se trouve dans un cadre moderne ou traditionnel, une toute première dégustation de viande d'ours... La curiosité de l'autrice la pousse également à écumer les restaurants chinois d'Ikebukuro à la recherche des plats régionaux les plus authentiques, ou à se lancer dans une étude des bières belges en pleine percée sur le marché japonais.

dimanche 3 novembre 2019

La semaine en bref #95




Lundi:
L'Agessa m'informe que je suis éligible à la compensation de la CSG pour un montant de X euros, et qu'en conséquent, elle va me verser (X+10%) euros. Pourquoi, je l'ignore. Mais c'est mieux que l'IRCEC, à qui j'ai récemment payé Y euros, et qui m'a aussitôt émis un avis de versement pour (Y-10) euros. En revanche, la date reste un mystère: "au 15 novembre" d'après le site, "courant décembre" d'après le mail que j'ai reçu. Ce sera la surprise.
 Parce que le stand OPI de la boutique duty free de Zaventem était momentanément indisponible, j'ai acheté un rouge Essie à la place. 24h après la pose, il est déjà tout écaillé au bout de mes ongles de touriste qui n'a pourtant pas foutu grand-chose de ses mains récemment. Essie, c'est un peu le Apple du vernis à ongles: joli et user-friendly, mais niveau solidité, zéro.
 Devant un terrarium où seule est visible une mue abandonnée sur une branche, Chouchou commente: "Le serpent s'est barré en laissant son slip". 


samedi 2 novembre 2019

Envies de novembre




CULTURE

"La tempête des échos", le très attendu quatrième et dernier tome de "La Passe-Miroir" de Christelle Dabos

"The Starless Sea", le deuxième roman d'Erin Morgenstern dont j'avais adoré "The Night Circus"

"Explorers on Black Ice Bridge", le troisième tome de la chouette série 9-12 "Le Club de l'Ours Polaire" d'Alex Bell

"Call down the hawk", le nouveau Maggie Stiefvater ayant pour héros Ronan Lynch (un des Raven boys de sa série précédente)

"The Morning Show", nouvelle série avec Jennifer Aniston et Reese Witherspoon

...et la saison 3 d'"Atypical"

SORTIES

la 5ème Bourse 'o' Pop, convention dédiée aux figurines Funko Pop, demain à Bruxelles

une gaufre salée chez Gaufres & Waffles, dans les galeries royales

le Salon du Livre et de la Presse Jeunesse, le dernier week-end du mois à Montreuil (je serai à la soirée d'inauguration si j'arrive à choper une invite)

SHOPPING

le calendrier de l'Avent FunkoPop Harry Potter (que j'ai commandé dès le jour de sa mise en vente, tant je craignais qu'il n'en reste déjà plus début novembre)

deux mini-infuseurs Sakkunnig chez Ikea: ils me seront utiles dans mes efforts pour remplacer le thé par des infusions de plantes cet hiver

la robe à carreaux Mimi Pumpkin; j'envisage assez sérieusement de faire virer une partie de mes droits d'auteur directement chez Collectif

ce pull Emily & Fin rouge et rose pâle - une association de couleurs que j'adore