mardi 13 novembre 2018

Revue de presse internet - novembre 2018






Toutes mes récentes lectures m'en ont persuadée: on ne contrera pas le réchauffement climatique en se contentant de modifier nos habitudes de consommation individuelle.

Par contre, une tentative d'action intéressante: la montée en puissance d'une justice climatique mondiale.

Marie-Claire a soumis les enfants de la rédaction à un nouveau test sur la présence de produits toxiques dans leur organisme. Résultat: ils sont tous contaminés.

Ca va plutôt à l'encontre de mes croyances, mais cet article très documenté affirme que manger bio ne diminue pas le risque de cancer(en anglais)

Très pertinent: Internet et la brutalisation du débat public.

Les fausses images utilisées pour propager des stéréotypes négatifs au sujet des migrants. (en anglais)

Une chouette infographie pour expliquer le fonctionnement de la mémoire.

Après avoir longtemps utilisé "auteure", j'ai récemment adopté "autrice", et voici pourquoi.

lundi 12 novembre 2018

Les conversations absurdes #50


Devant le pilote de "A discovery of witches". 
MOI, agacée: Rhââââ, mais y'en a marre des vampires élégants et taiseux, quel cliché, putain! Jamais on nous en fout un jovial et grassouillet, pour changer un peu? 
CHOUCHOU, toujours prêt à aider: Les loups-garous sont comme ça. 
MOI, interloquée: Les loups-garous sont joviaux et grassouillets? 
CHOUCHOU, catégorique: Absolument. Tu crois que ça sert à quoi, tout ce poil? C'est pour planquer leur bide et leur bonne humeur.

dimanche 11 novembre 2018

La semaine en bref #44





Lundi:
Pour valider mon Museum Pass, je dois télécharger un portrait en ligne. Les deux premières fois, l'application me dit: "Nous ne reconnaissons pas de visage sur cette photo". Je suis quoi, un fantôme?
★ Le reste de ma journée de chômeuse technique: ajuster le rembourrage de mon oreiller orgasmique, ranger le linge sec, vider et remplir le lave-vaisselle, préparer un gâteau au yaourt qui refuse de lever une brique vaguement comestible, faire la séance de yoga la plus difficile depuis le début du programme de 30 jours, aller me promener au parc en quête de jolies couleurs d'automne, lire deux bédés chez Filigranes, racheter du lait, préparer ma soupe de gnocchi aux légumes pour le dîner, m'ennuyer ferme devant l'épisode 304 de "This is us".  Au secours.

samedi 10 novembre 2018

"Les vieux fourneaux T5: Bons pour l'asile" (Lupano/Cauuet)


Emile et Antoine montent à Paris pour assister au match de rugby France-Australie. Ils doivent en profiter pour voir Pierrot, mais celui-ci, plus actif que jamais avec son collectif anarchiste "Ni yeux ni maître", est coincé en garde à vue suite à une action spectaculaire en faveur des réfugiés. De son côté, Sophie s'est fixé deux objectifs qui pourraient bien révolutionner la géographie familiale... 

Passé le début d'une série de bédé (ou de romans, d'ailleurs), c'est très rare que je parle d'un tome individuel. Mais si "Les vieux fourneaux" a toujours été d'une qualité exceptionnelle, "Bons pour l'asile" est sans doute son meilleur opus à ce jour. Bien sûr, il se peut que je ne sois pas objective parce que les auteurs ont choisi d'aborder un sujet qui me touche beaucoup: la manière inique dont le monde en général et la France en particulier traitent les réfugiés. Et ils le font avec toute la gouaille cinglante, toute l'excentricité jusquauboutiste de leurs héros hauts en couleur.

La grande gueule de Pierrot, la mauvaise foi d'Antoine, la simplicité trompeuse d'Emile peignent une image réjouissante d'une vieillesse aux convictions et à l'énergie toujours vivaces. Avec des répliques qui font mouche comme: "Quand c'est le Qatar qui rachète les musées, les plages privées et les clubs de foot, personne ne crie à l'invasion arabe. Tout le monde est content. Donc, ce ne sont pas les étrangers qui font peur, ce sont les étrangers pauvres." ou "On est 500 millions de guignols en Europe et on veut nous faire croire qu'on peut pas accueillir un million de pauvres gens? Ca fait même pas un par village!", ce tome 5 assume fièrement son âme militante et généreuse. Et il le fait avec tant de brio que j'ai éclaté d'un fou-rire monstrueux à la page 47 pour finir en larmes à la 56. Bravo, messieurs Lupano et Cauuet. On attend le tome 6 avec impatience.

Les conversations absurdes #49


CHOUCHOU: Tiens, tu as mis du céleri dans la salade?
MOI: Il en restait au frigo, je ne voulais pas le gaspiller.
CHOUCHOU: Mais tu détestes ça!
MOI: Bah, à force d'en mettre dans mes fonds de soupe, j'ai fini par m'habituer plus ou moins. 
CHOUCHOU, une lueur d'espoir dans le regard: Du coup...
MOI, fermement: Pour le fenouil, c'est toujours non. 


vendredi 9 novembre 2018

"The toymakers" (Robert Dinsdale)


Londres, 1906. Cathy Wray n'a pas encore 16 ans, et la voilà déjà enceinte. Ses parents veulent la faire accoucher en secret et abandonner le bébé, mais tout en elle s'y refuse. Un soir, elle tombe sur une étrange offre d'emploi dans le journal: "Vous êtes perdu et effrayé? Vous avez gardé votre âme d'enfant? L'Emporium de Papa Jack cherche des vendeurs". Installé au fond d'une petite ruelle, ce magasin à la façade modeste mais à l'intérieur labyrinthique vend des jouets dont la magie attire les foules chaque hiver, depuis le premier gel jusqu'à l'apparition des perce-neige. A sa tête, Jekabs Godman dit Papa Jack, un colosse mystérieux qui ne sort presque jamais de son atelier. Il est secondé par ses fils Kaspar, digne héritier du talent paternel et épouvantablement sûr de lui, et Emil, un garçon pataud aux capacités plus limitées qui s'est spécialisé dans les petits soldats. Entre les deux jeunes gens, la Longue Guerre fait rage pour savoir qui prendra la suite de Papa Jack. Accueillie à bras ouverts dans la grande famille de l'Emporium, Cathy va être le témoin privilégié de sa grandeur et de sa décadence à travers la première moitié du vingtième siècle. 

Je suis toujours bonne cliente pour le réalisme magique, surtout quand les critiques comparent un roman à "Le cirque des rêves" d'Erin Morgenstern. Même si je n'ai pas gardé mon âme d'enfant, même si je ne suis pas du tout sensible à la soi-disant magie de Noël, j'ai pris un plaisir sans mélange à m'immerger dans l'atmosphère de l'Emporium, à partager l'excitation des petits et des grands devant les jouets fabuleux de Papa Jack, à découvrir peu à peu les recoins du magasin et les secrets qu'ils dissimulent. Puis vers le milieu du roman, alors que la guerre de 14-18 faisait basculer la destinée des Godman, j'ai été un peu alarmée par le tour inattendu et très noir que prenait l'histoire. Je ne m'attendais absolument pas à quelque chose d'aussi tragique que le récit du passé de Jekabs Godman, encore moins à ce qu'il advient de Kaspar ou aux conséquences de la rivalité entre Emil et lui. Mais une fois que j'ai accepté de me laisser entraîner, je n'ai pu qu'admirer la manière originale dont Robert Dinsdale orchestre la chute de l'Emporium, jusqu'à une conclusion aussi poétique que poignante. J'envie franchement le/la collègue qui va avoir le plaisir de traduire "The toymakers" en français: magique et sombre à la fois, c'est un roman formidable - et une parfaite lecture de saison!

jeudi 8 novembre 2018

Yoga With Adriene: mon coup de foudre bien-être




La vidéo d'Halloween 

Développer une pratique quotidienne du yoga est un de mes objectifs récurrents depuis des années, mais aussi un de ceux qui se dérobent à moi le plus obstinément. J'ai pris mon premier cours en salle il y a plus de 20 ans, et depuis, je n'ai pratiqué que de manière sporadique, alors même que je suis absolument convaincue des bienfaits du yoga - dans l'absolu mais surtout pour moi. Physiquement, je sais que ça m'aide à préserver ma souplesse articulaire, à dénouer les tensions induites par mon mode de vie ultra-sédentaire et les nombreuses heures passées chaque jour assise devant un ordinateur, et que même si les types de yoga que j'affectionne ne sont pas les plus toniques, ils sollicitent un peu ma musculature et contribuent à renforcer mon core. Mais la vraie magie du yoga, c'est ce qu'il me fait mentalement: il me rappelle de respirer profondément, apaise mes angoisses, me permet de prendre du recul vis-à-vis de mes soucis, ramène mon esprit dans une réalité aussi concrète qu'immédiate et le reconnecte à mon corps.

mercredi 7 novembre 2018

Ces choses que je ne m'autorise pas





Je ne m'autorise pas à trop me soucier de mon apparence - à me laisser abattre par l'expansion de mon tour de taille, la dégringolade de mes chairs ou le blanchissement de mes cheveux. On en est tous plus ou moins là aux abords de la cinquantaine; se prendre la tête pour un phénomène aussi inéluctable est une souffrance inutile. Mieux vaut accepter que je vieillis, comme tout le monde, et qu'il y a des préoccupations autrement plus importantes. 

lundi 5 novembre 2018

La semaine en bref #43





Lundi:
★ Je deviens dingue à tourner en rond chez moi sans bosser. Du coup, malgré la pluie battante, je prends le bus pour me rendre chez Maisons du Monde, où je teste les modèles de fauteuils qui iraient bien dans le coin de mon bureau, et chez Zôdio, où j'achète des cadres pour les dessins d'artistes acquis ces dernières années (j'ai hâte de récupérer le dernier en date, signé Lou Bonelli!).

dimanche 4 novembre 2018

Envies de novembre





les tomes 5 de deux de mes séries de bédé préférées, "Les vieux fourneaux" et "Les beaux étés"
(qui sortent le même jour - trop de bonheur d'un coup)

la suite en VO de la géniale série jeunesse "Le club de l'ours polaire"

...et celle de la non moins géniale "Nevermoor"
(et là, je m'aperçois avec horreur que je n'ai jamais pris la peine de rédiger une critique du premier tome - une omission que je me ferai un devoir de réparer à cette occasion)

"Les crimes de Grindelwald" au cinéma
(même si j'ai été déçue par le film précédent, et malgré la présence de Johnny Depp dans le rôle-titre: oui, je me suis laissée séduire par la bande-annonce)

un nouveau Nokia
(le mien aura bientôt l'âge de passer son bac et ne tient plus trop la charge, mais ça devient dur de trouver un téléphone qui ne fasse que téléphoner!)

une bougie Pyropet dragon ou licorne
(je viens de faire brûler un oiseau et c'est rigolo comme tout)

cette "robe de voyage" qui semble tellement parfaite
(le tissu stretch épais! les poches secrètes!)

le calendrier de l'avent "Thé et confitures" de Natures & Découvertes
(mais ce que je voudrais vraiment, c'est que Lupicia en fasse un...)

le brunch dominical de Louise Factory
(nous n'avons testé aucun nouveau brunch à Bruxelles depuis le début de l'année; il nous reste moins de deux mois pour remédier à cet état de fait scandaleux)

l'expo Mucha au musée du Luxembourg
(je passe brièvement à Paris en fin de mois pour l'inauguration du salon du livre jeunesse de Montreuil - et ça ne sera même pas un mardi!)

vendredi 2 novembre 2018

"The house with chicken legs" (Sophie Anderson)



Marinka a 12 ans et ne rêve que d'une chose: se faire des amis. Des amis vivants qu'elle pourra côtoyer davantage que l'espace d'une soirée. Car Marinka est la petite-fille d'une Yaga, Gardienne chargée de guider les âmes vers l'au-delà dont elle devra prendre la suite un jour. Tous les soirs, Baba et elle préparent un festin pour accueillir les morts et leur font raconter leurs meilleurs souvenirs avant de les aider à traverser le Portail. De temps en temps, sans crier gare, leur maison se dresse sur ses pattes de poulet et court s'installer ailleurs, dans un endroit toujours désert. Marinka a beau voir du pays et avoir un familier très attachant - un choucas prénommé Jack -, elle n'en peut plus de sa solitude et se rebiffe contre sa destinée...

Le mythe slave de Baba Yaga, la sorcière qui vit dans une maison ambulante, a inspiré de nombreux créateurs - Hayao Miyazaki, notamment. Ici, Sophie Anderson en livre une interprétation extrêmement originale et surprenante. Elle présente la mort comme un passage serein, une boucle qui se referme avec l'assistance bienveillante des Gardiennes que sont les Yaga. Elle réussit à faire de Jack le choucas et surtout de la maison à pattes de poulet des personnages pleins de caractère, extrêmement attachants. Et sur cette toile de fond singulière, elle peint une héroïne à la rébellion fort compréhensible, qui enchaîne les mauvais choix et se retrouve rongée par les regrets et la culpabilité. Bien que s'adressant à un public assez jeune, "The house with chicken legs"  n'hésite pas à aborder de façon très émouvante des thèmes graves tels que la responsabilité et le choix, l'identité et l'appartenance. A la fois roman initiatique et conte envoûtant, il m'a enchantée de bout en bout. 

Momox: pour vous débarrasser facilement des livres, CD, DVD et jeux vidéo dont vous ne voulez plus





J'ai souvent parlé ici de mes difficultés à évacuer 95% des bouquins que j'ai lus - un peu parce que je n'ai pas la place de les garder et un peu parce que, relisant rarement, je ne vois pas l'intérêt de m'encombrer. Sauf que quand je débarque chez des bouquinistes avec des sacs entiers d'ouvrages parus très récemment et d'apparence neuve (pardon de lire vite et d'être soigneuse), ils me regardent comme si je les avais volés dans le seul but de les revendre. Je ne sais pas ce qui me vexe le plus, qu'on mette en doute mon honnêteté maladive ou qu'on pense qu'il est impossible de lire autant et en abîmant si peu ses bouquins. Bref. 

jeudi 1 novembre 2018

Ambivalence immobilière





Y'a des gens qui ont une relation amour-haine avec certains de leurs amis ou des membres de leur famille, voire avec leur partenaire.

Moi, j'ai ça avec mon appartement.

J'ai souvent dit que si c'était à refaire, je ne l'achèterais pas, parce que c'est loin d'avoir été l'économie qu'on me faisait miroiter et que ça m'a plus ou moins enchaînée à Monpatelin ces 15 dernières années.

Mais à côté de ça, dans les périodes où ça allait mal avec Chouchou, j'ai toujours su que j'avais un endroit où me réfugier en cas de besoin. Et maintenant que j'ai fini de le payer, je peux respirer un peu du côté financier (même s'il faudrait que j'investisse dans quelques travaux de rafraîchissement).

mercredi 31 octobre 2018

"Coeur battant" (Axl Cendres)


Ils sont cinq dans le groupe des Suicidants, ceux qui ont déjà tenté de se tuer. Colette et son mari ont voulu partir ensemble avant que la mort les sépare, mais elle s'est ratée et se retrouve seule. Jacopo ne trouve aucun intérêt à la vie: malgré sa richesse, tout l'emmerde. Victor souffre de son obésité mais aime tellement manger qu'il ne parvient pas à se freiner. Alice avec son look gothique semble déjà morte, et c'est le plus beau compliment qu'on puisse lui faire. Alex a cessé de ressentir quoi que ce soit après la disparition de sa mère bipolaire quand il n'avait que sept ans, et le jour où son coeur s'est remis à battre, il a trouvé ça insupportable. Tous ensemble, ils concluent un pacte de suicide et fuient la clinique où ils sont traités pour aller se jeter du haut d'une falaise normande...

Depuis plusieurs années déjà, la sortie de chaque nouveau roman d'Axl Cendres est saluée par un concert de louanges. Curieuse, j'ai décidé de m'intéresser à ce "Coeur battant" dont l'idée de départ me faisait beaucoup penser à "Petits suicides entre amis" d'Arto Paasilinna. Arrivée à la fin, je regrette de ne pas partager l'enthousiasme général. Certes, l'autrice a une plume très agréable, vive et directe, émaillées de jolies saillies poétiques. Mais dans le cas de ce roman précis, les nombreux aphorismes dont les Suicidants parsèment leurs dialogues me sont assez vite devenus insupportables. Creux et répétitifs, ils ont tué tout le plaisir que j'aurais pu prendre à ma lecture. Par ailleurs, j'ai trouvé qu'Axl Cendres restait trop en surface de ses personnages et de son thème. Je peux comprendre qu'elle n'ait pas voulu faire dans le pathos, mais de mon point de vue, il y a là un potentiel psychologique et émotionnel insuffisamment exploité. La fin arrive très vite et n'apporte aucune surprise. En ce qui me concerne, un rendez-vous manqué. 

Merci aux éditions Sarbacane pour cette lecture

Octobre 2018




mardi 30 octobre 2018

Lectures d'Octobre 2018





ROMANS/NOUVELLES:
- We rose up slowly (Jon Gresham) ♥︎
- The Uncommoners T1: The crooked sixpence (Jennifer Bell)
- Le discours (Fabrice Caro) ♥︎♥︎♥︎
- Valentine ou la belle saison (Anne-Laure Bondoux) ♥︎♥︎♥︎
- The nearest faraway place (Hayley Long) ♥︎♥︎♥︎
- Soy sauce for beginners (Kirstin Chen) ♥︎♥︎
- Two dark reigns (Kendare Blake) ♥︎♥︎
- L'échiquier de jade (Alex Evans)
- Nine perfect strangers (Liane Moriarty) ♥︎♥︎
- Sherlock Holmes et les ombres de Shadwell (James Lovegrove) - en cours
- La marelle (Samantha Bailly) ♥︎♥︎♥︎
- Coeur battant (Axl Cendres) ♥︎♥︎
- La soirée de Mrs Dalloway (Virginia Woolf) ♥︎♥︎
- Words in deep blue (Cath Crowley) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- The disreputable history of Frankie Landau-Banks (E. Lockhart) ♥︎♥︎♥︎
- The Sunday lunch club (Juliet Ashton) ♥︎♥︎♥︎
- Wundersmith: The calling of Morrigan Crow (Jessica Townsend) ♥︎♥︎♥︎♥︎♥︎

BEDE/MANGA:
- Chroniques de l'île perdue (Loïc Clément/Anne Montel) ♥︎♥︎
- The ancien magus' bride T9 (Kore Yamakazi) ♥︎♥︎♥︎
- Bouillon (Olivier Milhaud/Sandra Cardona) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- March comes in like a lion T10 (Chica Umino) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Ma vie d'artiste (Mademoiselle Caroline) ♥︎♥︎♥︎
- Kamakura diary T1 (Akimi Yoshida)* ♥︎♥︎♥︎
- Moi en double (Navie/Audrey Lainé) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- La cantine de minuit T4 (Yaro Abe) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- L'atelier des sorciers T3 (Kamome Shirahama) ♥︎♥︎
- Kamakura diary T2 (Akimi Yoshida) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Quand j'avais ton âge (Katja Klengel) ♥︎♥︎
- Kamakura diary T3 (Akimi Yoshida) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Kamakura diary T4 (Akimi Yoshida) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Kamakura diary T5 (Akimi Yoshida) ♥︎♥︎♥︎♥︎♥︎
- Kamakura diary T6 (Akimi Yoshida) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Kamakura diary T7 (Akimi Yoshida) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Gloutons & dragons T6 (Ryoko Kui) ♥︎♥︎♥︎
- It's a magical world (Bill Watterson)* ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Le secret de l'ange T4 (Shiki Kawabata) ♥︎

lundi 29 octobre 2018

Conseils à mon Moi futur pour affronter l'hiver





Chère Moi de fin octobre 2018,

Alors ça y est, on est repassé à l'heure d'hiver; il fait de nouveau nuit au milieu de l'après-midi et tu n'as plus qu'une envie: dormir jusqu'en mars prochain. N'écoute pas ton ourse intérieure! L'an dernier, tu as traversé cette saison déprimante le sourire aux lèvres. Au cas où tu aurais déjà oublié comment tu as accompli cet exploit, je m'en vais te rafraîchir la mémoire avec quelques conseils testés et approuvés par Toi-Même (la meilleure garantie de qualité au monde):

dimanche 28 octobre 2018

La semaine en bref #42





Lundi:
Le proverbe "Jamais deux sans trois" se vérifie sur le coup des 16h30. Me voilà repartie dans les champs monpatelinois, que je commence à très bien connaître. Au moins, il fait encore jour cette fois. 
 En revenant, je croise une de mes voisines dans le village (l'ex-femme du Gros Con, qui a racheté sa part de leur appartement). On avait fini par sympathiser à l'avant-dernière assemblée générale. Et alors qu'on a siégé ensemble au conseil syndical pendant 10 ans, hors contexte, je suis infoutue de la reconnaître. Non, je ne suis pas physionomiste. Du tout. 
 De cet article lu ce matin, j'ai retenu deux astuces naturelles pour éloigner les souris: le laurier et l'huile essentielle d'eucalyptus. Mon primeur étant fermé cet après-midi, j'achète un flacon de la seconde à la pharmacie et rentre chez moi imbiber des chiffons que je fourre ensuite dans mes placards. Heureusement que ça fait partie des rares odeurs que j'aime bien.
 Dans la foulée, j'envoie un mail à la voisine qui gère la copropriété avec moi pour lui signaler le problème, et elle me répond immédiatement qu'il y a aussi des souris (enfin, au moins une) chez elle. Nous convenons de faire dératiser l'ensemble de la résidence. 

"Words of deep blue" (Cath Crowley)


Juste avant de déménager, Rachel a écrit à son meilleur ami Henry pour lui avouer qu'elle l'aimait. Pourtant, il n'est jamais venu lui dire au revoir. Alors, pendant les 3 années qui ont suivi, Rachel a ignoré toutes ses tentatives de contact. Mais aujourd'hui, elle revient dans leur ville natale complètement transformée: son frère Cal s'est noyé dix mois plus tôt; elle a raté sa dernière année de lycée et ne parvient pas à sortir de sa dépression. Elle n'a aucune envie de revoir Henry. Malheureusement pour elle, c'est dans la librairie d'occasion des parents de celui-ci que sa tante lui a trouvé un petit boulot. Howling Books est un lieu bien particulier, notamment grâce à sa Bibliothèque des Lettres: un coin dans le fond du magasin où les livres ne sont pas à vendre, mais à annoter et à utiliser pour correspondre avec des gens vivants ou morts... 

Vive les recommandations de Good Reads! Sans elles, je ne serais probablement jamais tombée sur ce roman non traduit en français d'une autrice jeunesse australienne inconnue de moi. Alors que c'est une pépite, et que je l'ai dévoré quasiment d'un trait - achevant sa lecture dans un café où j'ai dû baisser la tête pour renifler discrètement dans ma tasse de thé vide depuis belle lurette. J'ai adoré le concept de la Bibliothèque des Lettres, dont Cath Crowley fait un usage astucieux autant qu'émouvant. Je me suis attachée aux héros adolescents: Rachel incapable de surmonter son chagrin, Henry tiraillé entre des aspirations contradictoires, sa petite soeur George, goth farouche à la langue bien pendue, Martin, le geek populaire qui veut absolument gagner son amitié, Lola, bassiste-compositrice lesbienne dont le bon sens ne s'applique qu'à la vie des autres... Bien sûr, j'ai cordialement détesté Amy, la belle gosse qui mène Henry par le bout du nez, et son nouveau petit ami Greg, archétype de la brute sans cervelle. 

En principe, je ne suis pas une grande fan des histoires d'amour, surtout adolescentes. Ici, j'ai été touchée par celle qui se noue entre George et son correspondant anonyme. Zéro surprise du côté de Rachel et Henry; ce qui m'a intéressée chez eux, c'est leurs problématiques individuelles, la situation sans espoir à laquelle chacun d'eux doit faire face. Rachel ne se remet pas de la mort de son frère. Elle ne parvient plus à approcher de l'océan qu'elle aimait tant et, alors qu'elle a toujours été passionnée par les sciences, a renoncé à son rêve de devenir biologiste marin. Quant à Henry, il se retrouve dans la situation impossible de décider si Howling Books, qui ne rapporte plus assez d'argent pour faire vivre sa famille, doit être vendu ou non: sa mère est pour, son père contre et sa soeur a décidé de se ranger à son avis. Henry est un amoureux des livres qui n'a jamais aspiré à rien d'autre qu'à vivre parmi eux, mais n'est-ce pas justement ce manque d'ambition et cet horizon minuscule qui ont fait fuir Amy? Les discussions entre lui et Rachel, grande pragmatique qui soutient que les mots n'ont aucun pouvoir véritable, devraient trouver écho chez tous les amoureux de littérature. Vous l'aurez compris: "Words in deep blue" est mon coup de coeur du mois!

jeudi 25 octobre 2018

Quit while you're ahead?





Aujourd'hui fait partie de ces jours de plus en plus nombreux où je ne vois plus du tout l'intérêt de continuer.

Le monde actuel me terrifie. L'avenir s'annonce pire. Mes lectures les plus récentes ont fait évaporer mes dernières réserves d'espoir qu'on finisse par redresser un peu la barre. Je sais bien que je ne suis pas devin et qu'on n'est jamais à l'abri d'une bonne surprise, que beaucoup de gens se battent contre le réchauffemement climatique, la montée des fascismes, la persistance du sexisme, du racisme ou de l'homophobie. Je suis aussi, à tort ou à raison, persuadée que leurs efforts ne sont que gouttes d'eau dans un océan empoisonné. Que le capitalisme est une machine inarrêtable dont les dérives monstrueuses vont tous nous broyer beaucoup plus tôt qu'on ne veut le croire.