vendredi 29 décembre 2006

Court-circuit

Et le prix du cadeau le plus drôle, le plus original, le plus neuf-kilos-en-dessous-de-la-vérité-actuelle revient aux VIP.

jeudi 28 décembre 2006

2006 dans le rétro*

* copyright Baud
Janvier : La crise « Eleven », qui couve depuis plus d’un an, atteint son apogée. Au terme d’une explication sur AIM, je décide de faire mon deuil et de me recentrer sur ma relation avec l’Homme. Dans la foulée, j’arrête de fumer du jour au lendemain, parce que j’ai besoin de faire quelque chose de positif et que j’y pensais depuis un petit moment. Succès immédiat et total, dont je suis la première étonnée.

Février : Juste au moment où je décide de travailler sur notre relation, l’Homme manifeste des signes de lassitude et de je-m’en-foutisme plus prononcés que jamais. J’ai le sentiment que cette année où j’ai eu le cœur ailleurs a réellement creusé un gouffre entre nous. Mais je veux croire que c’est encore rattrapable.

Mars : Après une tentative de week-end en amoureux à l’occasion de la sortie au Cerza avec la chouchoute et le reste de la family, l’Homme finit par avouer qu’il ne m’aime plus. Une semaine plus tard, je fête mes 35 ans à Paris avec les VIP. Anniversaire morose. Je n’ai qu’une envie : m’enfermer à l’appart’ pour pleurer.

Avril : L’inéluctable dégradation de mon couple se poursuit. L’Homme est de plus en plus absent dans tous les sens du terme. Je bois pour oublier et prend notamment une cuite mémorable pour l’anniversaire de la mère d’Autre Moi. Je me juge 100% responsable de l’échec de cette relation avec un être aussi parfait que l’Homme.

Mai : Je pensais attendre mon retour de vacances pour envisager la situation à tête froide, mais je n’y tiens plus. J’annonce à l’Homme que je m’en vais. Son absence de réaction me fait mal au cœur. Quelques jours pour déménager à l’arrache, puis décollage pour l’ouest américain avec les VIP. Voyage fabuleux, mais crevant et un peu gâché par le fait que je m’enferme tous les soirs dans la salle de bain pour pleurer. Il permet toutefois de marquer une vraie bonne coupure.

Juin : Je m’installe à l’appart’. J’achète une voiture (une Twingo vert chelou). Et pour fêter ma nouvelle vie de célibataire, je fais les 400 coups avec Etre Exquis dans la villa de l’Ecrivain Anglais. Le moral est bon, d’autant que j’ai repris contact avec Captain pendant les vacances. Je sais que c’est trop tôt pour me relancer dans une histoire potentiellement sérieuse, mais je ne peux pas m’en empêcher.

Juillet : Mois de canicule, émaillé de moments forts : d’abord une semaine à Nantes avec Captain, puis le concert de Toto avec David et enfin les 50 ans de mariage de Pierre et Jeanne, à Lyon avec une bonne partie de ma famille maternelle. Je suis toute fière d’avoir rebondi aussi vite et aussi bien, encore un peu triste mais plutôt sereine dans l’ensemble.

Août : Chouette week-end à Dunkerque avec les VIP pour l’anniversaire de Kris. Au retour, l’éloignement d’avec Captain devient vite intenable. A cran, j’ai du mal à me concentrer et mon travail (le tome 3 de Maudite Série) en souffre. Lorsque Captain arrive pour passer une semaine à la maison, la situation ne tarde pas à dégénérer. Et le jour où je le raccompagne prématurément à la gare, je découvre que l’Homme me trompait en fait depuis des mois. Effondrée, je pars à Toulouse pour panser mes plaies en famille.

Septembre : Mois de bouleversements familiaux. Sœur Cadette accouche de Cahouète, et mes parents déménagent dans la lointaine banlieue toulousaine. Mon moral est au 36ème dessous. Les VIP passent en coup de vent pour ce qui sera sans doute notre dernier concert des filles tous ensemble (à Cavalaire, avec une apparition éclair et poulpesque de Jailbait). Je commence deux correspondances assez intensives, avec mon éditeur A. et un blogueur que je fréquente de loin depuis deux ans et demi. La plus significative des deux, à long terme, ne sera pas du tout celle que je pensais.

Octobre : Nouveau séjour à Toulouse pour faire la connaissance de mon neveu tout neuf. C’est le coup de foudre. Parallèlement, je découvre la webcam et les joies du cybersex. Toute la retenue que je m’étais imposée ces dernières années saute comme un bouchon de champagne au contact de Hawk. N’y tenant plus, je file à Bruxelles pour le rencontrer en live. J’en reviens totalement chamboulée. Et pour marquer ce nouveau tournant de ma vie, je me fais piercer le labret.

Novembre : Hawk vient passer un week-end à la maison, quatre jours vertigineux. Trois semaines plus tard, c’est moi qui remonte à Bruxelles, où je rencontre plusieurs autres blogueurs lors d’une soirée d’anthologie. Une amitié instantanée et profonde naît entre Chou et moi. Quant à Hawk… C’est l’amour fou, celui qui ouvre des perspectives d’avenir insoupçonnées jusque là. Après cinq ans de totale inactivité physique, je me remets au sport en salle.

Décembre : Le mois commence par un week-end prolongé entre Paris et Bruxelles : concerts de X-tina et de Nolwenn avec les VIP, première de la pièce de Baud, spectacle de lumières sur la Grand-Place, ébats torrides en chambre et en salon. Mais je rame de plus en plus au boulot, et la frustration de l’éloignement est parfois insupportable. Elle se fait beaucoup sentir pendant les fêtes. Après un Noël en famille sympa, à Toulouse, je pars demain pour le Center Parks de Sologne avec les VIP histoire de finir l’année comme on l’a commencée (bien que pas au même endroit).

mercredi 27 décembre 2006

Power ranger family, fin



Mouah ah ah.
My work here is done.

Power ranger family, suite

Introducing: la marraine d'Attila, jamais la dernière pour faire des conneries.
Maintenant, faudrait que j'arrive à faire poser Père et Mère...

mardi 26 décembre 2006

Réorientation stylistique

[Attention, post de mauvais goût. You have been warned.]

Armalite dit :
en ce moment ma wishlist ressemble à un catalogue de sexshop haut de gamme
Armalite dit :
j'ai toujours acheté beaucoup de fringues et d'accessoires
Armalite dit :
mais depuis deux mois...
Armalite dit :
mes proches se demandent pourquoi ils ne me voient pas systématiquement un truc nouveau sur le dos
Armalite dit :
"tu as arrêté le shopping ou quoi?"
Armalite dit :
"hum non non c'est pas tout à fait ça..."
Phil H dit :
"mais mon shopping, c'est pas vraiment pour mon dos"
Armalite dit :
vala
Armalite dit :
"est-ce que mon cul rentre vraiment dans du 38?" est devenu "est-ce que du 30/8 me rentrerait vraiment dans le cul?"
Armalite dit:
c'est presque pareil mais pas tout à fait

lundi 25 décembre 2006

Power ranger family




Soeur Cadette et son mari travaillent dans la finance. Ce sont des gens tristes et aigris, qui ont perdu leur âme d'enfant et ne savent plus du tout s'amuser :)

La crèche de mon enfance




Mère l'a fabriquée pendant qu'elle était enceinte de Soeur Cadette, il y a donc un peu plus de trente ans. C'est une oeuvre d'envergure qui a occupé la famille pendant assez longtemps. Il a d'abord fallu trouver des accessoires crédibles aux rois mages: un coffret que Père a fabriqué de ses mains en clinquant de cuivre, un encensoir qu'il a mis des années à dégoter, et à ce jour, Melchior a toujours les mains vides de myrte - et non pas de mitre, n'est-ce pas Soeur Cadette ;) Chaque automne de mon enfance a été ponctué de longues balades dominicales en forêt pour trouver la mousse et l'écorce de chêne nécessaires à la confection du décor. Il paraît que je traînais les pieds et tirais la tronche un maximum, réclamant qu'on me laisse dans la voiture pour lire, voire qu'on m'abandonne sur le chemin pour y mourir car là vraiment j'en pouvais plus. Si jeune et déjà si peu branchée nature, tss tss. Bref. Quand Soeur Cadette et moi sommes devenues grandes, mes parents ont arrêté de "faire le sapin", mais ils ont toujours monté la crèche. Elle est présente dans tous mes souvenirs de Noël familiaux. Et bien partie pour figurer également dans ceux de la nouvelle génération.

dimanche 24 décembre 2006

Les joies du réveillon en famille

Attila: Bon alors maintenant on se met tous sur le canapé et on regarde Pôle Express et à la fin je pose des questions.
Moi, revenant en douce du bureau avec mon ordi sous le bras: OK OK.
Attila: Tatie tu joues pas à la console en même temps!
Moi: T'inquiète, Tatie est multitâches.
Soeur Cadette, qui me connaît bien (sur un ton ironique et en désignant divers endroits de ses vêtements): Une tache, deux taches, trois taches...

samedi 23 décembre 2006

Idée de cadeau pour Soeur Cadette

Un
pilon
pour
préparer
le
poulet
aux
noix
de
cajou
*
*
*
EDIT:
Moi: Ca y est, tes mains sont sur internet.
Soeur Cadette, fataliste: Mieux vaut mes mains que mon cul.
Moi: ...

Rapport du front

La brioche des rois au petit déj ça le fait très bien; Etre Exquis est un amour en toute saison et ça serait cool que Center Parcs vende des boules à neige souvenir; Autre Moi en Père Noël est... comment dire... enfin c'est à voir quoi; le Teoz était blindé de monde mais il fallait s'y attendre; j'ai pas vu passer le trajet parce que j'ai mis bien deux heures à adapter une chanson à la con pour le boulot (mais ça faisait longtemps que j'avais pas réussi à caser le mot "déréliction" dans une trad - on a les satisfactions qu'on peut); on se gèle grave les noix à Toulouse; j'ai attendu mon beau-frère devant l'hôtel Mercure attenant à la gare Matabiau où j'ai passé presque tous mes week-ends à m'envoyer en l'air pendant le premier semestre 1994; j'ai fait quatre grilles de loto flash au cas où l'univers voudrait se racheter pour ce qu'il m'a fait subir en début d'année (comment ça, "Hawk"?); Soeur Cadette trouve mon piercing affreux mais Père a décrété "ça va c'est pas trop gros comme clou"; je me suis roulée par terre avec Attila en lui faisant des chatouilles, tout va bien la tradition est sauve; Cahouète m'a copieusement régurgité dessus après que je lui aie filé son bib mais je m'en fous je l'aime d'amour; le meilleur beau-frère du monde m'a branché sur sa connexion wi-fi et je suis déjà en train de chatter avec Hawk; life is good and would be perfect if only he was here with me.

jeudi 21 décembre 2006

C'est la vie cui cui

(Juste parce que je ne me lasse pas d'écouter cette chanson; elle me fait vraiment mourir de rire... Comme tous les textes des Fatals Picards)
Tout a été créé super bien
Les animaux ont la bonne taaailleuu
Y a pas de chats de 700 kilos
(Ou alors, loin)
Les éléphants en plus petit
Y z'auraient été ridicuuuleuus
Et si les chèvres avaient trois pattes
Ca serait plus dur pour qu'on les en...
Qu'on les emmène dans les prés
Car après tout faut les distraire
Les chèvres ça a pas de télé
Les chèvres savent pas qui c'est
Francis Huster !!!
Les légumes ont un sixième sens
On a souvent vu des caroootteuus
Faire plusieurs milliers de kilomètres
Pour retrouver leur terrier, leur maître
(En semant derrière des petites crottes)
Il ne leur manque que la parole
Et aussi un peu le mouvement
Mais d'un autre côté c'est pas plus mal
Sinon on pourrait pas se les mettre...
Dans les casseroles à réchauffer
Si elles faisaient qu'à s'agiter
Ce serait pénible et pis galère
Rien à voir avec
Francis Huster !!!
Et c'est la vie, cuicuiiiiii
C'est un oiseau, un animaux
Et c'est la vie, cuicuiiiiii
C'est un oiseau un animaux
La nature elle est trés bien faite
On a toujours ce qu'on mériiiiteuu
Superman a fait le malin
Hé ben maintenant il a des roulettes
Le sport a plus l'air de lui plaire
Même dans le p'tit bain c'est galère
(Allez on pousse sur les bras là !)
Il flotte moins bien qu'un bidibule
Lui ce qu'il voudrait c'est qu'on l'en...
Qu'on l'emmène au gré du vent
Et puis voler au secours des gens
Et supprimer toute la misère
Et tant qu'à faire...
Stopper les guerres !!!
Et c'est la vie, cuicuiiiiii
C'est un oiseau, un animaux

Message pour Autre Moi II - La Vengeance



Mouah ah ah

La journée commence bien

Tirée du lit par un chat qui vomissait ses boyaux. Nettoyage des dégâts.

Toilettes pour pipi matinal. Constat: j'ai fui pendant la nuit. Et un bas de pyj à nettoyer à la main à l'eau glacée, un.

Préparation déjeuner. Pour le chocolat chaud, c'est 2mn20 ou 2m30 au micro-ondes?

...Apparemment c'était 2mn20.

Et aujourd'hui je dois faire le ménage à fond parce que demain j'aurai pas le temps et qu'après-demain je m'en vais. Et j'ai maaaaal partout parce que j'ai trop forcé à la gym hier soir.

Quelqu'un a vu ma coquille?

mercredi 20 décembre 2006

Message pour Autre Moi

Et me balancer des vidéos de concert toute la soirée en me disant "Pink est fabuleuse sur scène, t'aurais adoré!", alors que je suis coincée chez moi avec un lépreux et une connexion internet pourrie, c'est aussi une tradition païenne de cette époque de l'année, j'imagine? ;)

A l'attention des gens que j'aime...

...Soeur Cadette dont le mail lu ce matin au saut du lit m'a bien retournée pour la journée, mais aussi les amis IRL à qui j'ai donné l'adresse de ce blog à l'époque où je n'y écrivais que des choses inoffensives.
"Le rose et le noir" évolue avec moi. J'y parlerai encore de mes moments de blonditude qui vous font tant marrer, mais aussi, de plus en plus, de sexe, d'amour et d'opinions pas très politiquement correctes. Parce que c'est ce dont j'ai besoin et envie en ce moment. Si ça vous choque ou vous blesse, merci d'arrêter de me lire. Mon propos n'est absolument pas de vous heurter. Je veux juste m'exprimer et ce, dans tous les domaines et sur tous les sujets qui me tiennent à coeur. Mais vous avez le droit de ne pas vouloir entendre n'importe quoi de ma part. C'est facile: il suffit de ne plus passer ici.

69 things I love about you

J’aime ton regard si intense qui vire du noisette au noir selon ton humeur ; j’aime que tu aies une vraie gueule ; j’aime le creux de ton cou – blanc, doux et chaud ; j’aime la largeur de tes épaules ; j’aime les poils sur ton torse ; j’aime la peau satinée de tes flancs ; j’aime ton ventre que je trouve émouvant ; j’aime la rondeur de tes fesses dans lesquelles j’ai toujours envie de mordre ; j’aime ta façon de te tenir, mi-arrogante mi-hésitante ; j’aime tes soi-disant pattes de chien qui me caressent si bien ; j’aime l’habileté de ta langue ; j’aime ta queue quand elle s’enfonce en moi ; j’aime ta voix quand elle est cassée par le désir ou par l’amour.
J’aime ton manteau noir quand il vole un peu derrière toi comme les ailes de l’oiseau de proie dont tu as le profil et le surnom dans mon univers ; j’aime ta façon de porter le jean ; … et le pantalon en cuir ; j’aime tes combat boots de warrior urbain.
J’aime que tu lises ; j’aime que tu aies besoin d’écrire autant que moi ; j’aime quand tu parles de cinéma avec des tremolos dans la voix ; j’aime que tu prennes des photos à tout bout de champ, et j’aime me trouver vraiment belle sur certaines d’entre elles ; j’aime ta sensibilité artistique tous azimuts ; j’aime que tu sois attentif aux détails ; j’aime que tu aies le goût de la mise en scène et des décors recherchés.
J’aime que tu sois bisexuel parce que ça signifie que tu ne laisses personne te dire ce dont tu dois avoir envie ou pas ; j’aime que tu n’aies pas ou très peu de tabous ; j’aime que tu sois prêt à me caresser n’importe où, y compris en extérieur et en public ; j’aime que tes films X préférés soient aussi classe et bandants ; j’aime que tu aies une vraie culture de l’érotisme et de la pornographie ; j’aime que la confiance que je te porte fasse fondre toutes mes réticences antérieures comme neige au soleil ; j’aime que tu me fasses mal ; j’aime que tu aies trouvé mon mode d’emploi aussi facilement, et j’aime que tu t’en serves souvent ; j’aime qu’on puisse inverser les rôles au lit ; j’aime que tout un monde sensuel que j’osais à peine fantasmer s’ouvre à moi par la seule grâce de ta présence.
J’aime que tu sois si attiré par la culture japonaise ; j’aime qu’on soit déjà en train de prévoir un grand voyage ensemble ; j’aime t’imaginer intrigué, amusé, ému, stupéfait par les choses que tu découvriras à mes côtés là-bas ; j’aime que tu t’investisses autant dans ce projet d’un point de vue affectif ; j’aime penser aux albums somptueux que je ferai avec tes photos.
J’aime ta ville, cette petite capitale européenne grouillante de vie où les gens sont si gentils ; j’aime que notre histoire fasse de moi une nomade sentimentale ; j’aime autant que je hais la distance qui nous sépare car elle sert de garde-fou à notre passion ; j’aime que tu me fasses découvrir tes endroits, et j’aime enrichir l’histoire des miens en t’y inscrivant à l’encre indélébile ; j’aime l’idée que des lieux que nous ne connaissons pas encore deviendront un jour « les nôtres ».
J’aime que tu aies attendu d’être sûr de toi avant de me dire « je t’aime » ; j’aime ne jamais douter de ta sincérité ; j’aime que tu sois romantique et cru tour à tour, voire en même temps ; j’aime que tu me montre tes sentiments ; j’aime que tu les exprimes publiquement à travers ton blog ; j’aime les mots que tu utilises pour parler d’amour, pour parler de moi, pour parler de l’amour que tu as pour moi ; j’aime que tu te dévoiles si intimement et considère ça comme le cadeau le plus précieux que tu puisses me faire : toujours être toi avec moi.
J’aime avoir une influence positive sur toi, que mon amour te rende plus fort ; j’aime que tu sois une source d’inspiration pour moi, que tu me donnes envie de régler une fois pour toutes les problèmes que je traîne depuis des années ; j’aime avoir autant de choses à dire et à écrire sur toi ; j’aime que tu décuples ma créativité globale ; j’aime que tu me bouleverses à un niveau fondamental.
J’aime que tu aies Barbapapa pour avatar ; j’aime que tu l’utilises pour faire des photos drôles et attendrissantes ; j’aime que tu aies gardé une âme d’enfant et qu’elle contrebalance si bien ton côté obscur ; j’aime quand tu ris comme un môme joyeux.
J’aime que l’on puisse parler de tout ensemble, du plus léger au plus grave ; j’aime qu’on ait tous les deux un passé de rôlistes et pas mal de références culturelles un poil marginales en commun ; j’aime qu’entre nous le sexe et la conversation fassent si bon ménage ; j’aime que la parole écrite et orale tienne une place si importante dans notre histoire. Mais par-dessus tout, j’aime la conviction qui t’habite quant tu parles d’avenir avec moi alors que ça ne faisait pas du tout partie de tes plans à la base. Ca ne m’était jamais arrivé. J’aime qu’avec toi, tout soit possible et rien ne soit interdit.

mardi 19 décembre 2006

De la frustration et de ses effets nuisibles sur le romantisme

Hawk dit :
je vais bientôt me taper la tête sur les murs
Armalite dit:
ah moi c'est pas la tête le problème ^^
Armalite dit :
en même temps se taper la chatte sur les murs c'est moyennement pratique
Hawk dit :
en effet, de plus ça fait ventouse

Be careful what you wish for...

Apparemment la question de Noël va se régler d'elle-même de la façon la plus radicale qui soit. Je vais sans doute être obligée d'annuler mes vacances en famille et mon réveillon entre potes pour la bête raison que je n'ai personne qui puisse garder mes chats. Etre Exquis a manifesté son agacement d'être sans cesse sollicité (ce qui se comprend, je passe ma vie en vadrouille), ma voisine part chez ses enfants dans le sud-ouest (saleté de vieux, on peut même pas compter sur eux), aucune garderie ne me les prendra car leurs vaccins sont périmés (oui, oui, je sais, j'aurais pas dû laisser filer) et il est hors de question que je fasse appel à l'Homme ce chacal. Je cherche encore une solution, mais ça me paraît fort mal barré :(
EDIT: J'ai appelé Etre Exquis avec une voix d'outre-tombe. Il m'a dit qu'il n'y avait pas de problème, qu'il s'occuperait de mes chats, que j'allais quand même pas renoncer à mes vacances pour si peu. Si quelqu'un a une idée de chouette cadeau qui signifie en substance: "You're my hero", je prends.

Comme Manu

Extraits d'une interview d'Emmanuelle Béart parue dans le dernier numéro de Biba:
-->Mes lieux de vacances
1. La Belgique. "Pour les bottes en caoutchouc, la pluie, les feux de cheminée, les escargots... Et surtout pour les Belges, leur gentillesse, leur convivialité."
Comme elle dit la dame. Même si je sais pas trop de quels gastéropodes elle parle. Ceux en chocolat qui auraient migré depuis la Bourgogne à l'approche des fêtes, ceux que je n'ai pas repérés dans la carte des restaurants (en même temps jusqu'ici j'ai fait qu'asiatique et italien), ou ceux que je n'ai pas vus se promener dans les rues de Bruxelles?
-->"J'ai une passion pour les chaussures. J'adore Free Lance (...). J'en ai tellement que je ne sais pas où les ranger. Et avec mon petit 35, je ne peux les donner à personne."
Si. A moi, à moi, à moi! *sautille sur place en agitant la main en l'air* Si par hasard tu avais une paire de mes boots noirs que je traîne partout, mais la version en peau retournée beige façon Camarguaises basses, ce serait parfait. D'avance merci.

Réponse à Baud...

...Et à tous les gens qui me demandent sans cesse : "Alors, quand est-ce que tu écris un livre?"
"Il ne faut pas s'astreindre à une oeuvre, il faut seulement dire quelque chose qui puisse se murmurer à l'oreille d'un ivrogne ou d'un mourant." (Cioran)