lundi 21 août 2006

Rite of passage

L'avantage de tester pour la première fois l'épilation du maillot brésilien à la cire, un lundi matin au saut du lit après avoir dormi moins de cinq heures, c'est qu'on est immédiatement réveillée. Très, très réveillée. Et prête à battre le record du nombre de "putaiiiiiin!" enchaînés presque sans discontinuer en l'espace de cinq minutes. Heureusement, la gentille esthéticienne avait dû en voir (et en entendre) d'autres; elle ne l'a pas pris pour elle.
A la fin, j'ai même pas osé examiner le résultat. Trop peur de ressembler à un poulet fraîchement plumé. Je sais, la comparaison n'est pas très glamour. Mais le processus ne l'était pas non plus. Jusque là, y'a que mon gynéco qui m'avait vue dans cette (non-)tenue et dans cette position. Et il me fait moins mal, et il est remboursé par la Sécu. Les trucs qu'on s'inflige au nom de l'amour, quand même... Ah nan, c'est pas vraiment au nom de l'amour en fait :)

samedi 19 août 2006

Hâte, hâte, hâte

Captain est en train de rentrer d'Espagne et sera chez moi lundi soir pour une dizaine de jours. Je ne tiens plus en place. J'ai une liste d'activités prévues longue comme mon bras, un emploi du temps verrouillé quasiment à la minute près (mais je ferai semblant d'être super cool, c'est promis; d'ailleurs j'ai tout inscrit au crayon papier sur mon agenda au cas où y'aurait besoin de permuter, hé hé hé). Ca fait déjà un mois que je peaufine la déco de l'appart, ce que j'aurais fait de toute manière maintenant que j'y habite, mais pas forcément aussi vite et de manière aussi pointilleuse. Après sept semaines de canicule et une semaine de vent/pluie, le temps est enfin idéal - chaud mais pas trop, avec juste un souffle de vent par-ci par-là. En plus l'Homme est parti en stage ce matin pour la semaine, donc je n'ai même pas à craindre de le croiser dans les rues de mon village. Et mes parents s'en vont incessamment sous peu eux aussi, ce qui m'évitera de me poser la question "je le leur présente déjà ou j'attends quelques mois de plus?". Bref, les conditions idéales sont réunies pour une chouette parenthèse en amoureux, d'autant que je suis d'une humeur, euh, assez torride pour rester polie :) J'espère que Captain s'est bien reposé pendant ses trois semaines à glander en Andalousie parce qu'il risque de pas dormir beaucoup...

vendredi 18 août 2006

J'aime pas Castorama

D'abord parce qu'on n'y croise que des couples ou des hommes seuls, ce qui tend à perpétuer le cliché de la nana incapable de faire quoi que ce soit de ses dix doigts dans une maison hormis le ménage et la bouffe.
Ensuite parce que toutes les jolies poignées de porte n'existent qu'en entraxe 195 alors qu'il me faut du 165, bordel!
Enfin, parce que venue pour acheter, donc, une poignée de porte et un pot de peinture acrylique turquoise, je suis repartie avec un tas de conneries supplémentaires parmi lesquelles un cadre photo rouge et or et un coussin de sol en velours havane. Je pensais qu'il n'y avait pas grand risque que ma serial-shoppingite récidive dans une grande surface de bricolage: je me trompais.

mercredi 16 août 2006

Your signature strengths

Long et réservé aux anglophones, mais super intéressant:
http://www.authentichappiness.sas.upenn.edu/tests/SameAnswers_t.aspx?id=310

Your Top Strength
Curiosity and interest in the world
You are curious about everything. You are always asking questions, and you find all subjects and topics fascinating. You like exploration and discovery.
Your Second Strength
Judgment, critical thinking, and open-mindedness
Thinking things through and examining them from all sides are important aspects of who you are. You do not jump to conclusions, and you rely only on solid evidence to make your decisions. You are able to change your mind.
Your Third Strength
Appreciation of beauty and excellence
You notice and appreciate beauty, excellence, and/or skilled performance in all domains of life, from nature to art to mathematics to science to everyday experience.
Your Fourth Strength
Social intelligence
You are aware of the motives and feelings of other people. You know what to do to fit in to different social situations, and you know what to do to put others at ease.
Your Fifth Strength
Bravery and valor
You are a courageous person who does not shrink from threat, challenge, difficulty, or pain. You speak up for what is right even if there is opposition. You act on your convictions.

Les 24 "signature strengths" possibles se répartissent en 6 catégories:
*Wisdom and knowledge: Curiosity, Love of learning, Judgment, Ingenuity, Social intelligence, Perspective
*Courage: Valour, Perseverance, Integrity
*Humanity and love: Kindness, Loving
*Justice: Citizenship, Fairness, Leadership
*Temperance: Self-control, Prudence, Humility
*Transcendence: Appreciation of beauty, Gratitude, Hope, Spirituality, Forgiveness, Humour, Zest

3/5 en "Wisdom & Knowledge" et rien en "Temperance"... Quelle surprise :)
Plus étonnant: rien en "Justice" et 1/5 en "Transcendence"

dimanche 13 août 2006

Instant surréaliste

Si quelqu'un m'avait dit il y a quinze ans qu'un jour de l'été 2006 je serais debout dans une cuisine entre Astral et Tidav' en train de surveiller la cuisson d'un pot-au-feu, je l'aurais soupçonné d'avoir abusé du Grilladin.

Ca commence...

Mes parents viennent de m'appeler pour m'annoncer qu'ils seront à Toulouse le 28 et que c'est là-bas qu'ils fêteront les 60 ans de mon père. Ils m'ont bien entendu proposé de me joindre à eux, mais Captain sera là pendant cette période et je trouverais un peu prématuré de l'emmener chez ma frangine pour un week-end alors qu'officiellement je suis toujours célibataire.
Je ne suis pas spécialement portée sur les célébrations à date imposée, mais cet "incident" marque la fin d'une époque. Le 22 septembre, mes parents quittent l'appart dans lequel j'ai passé mon adolescence, et la ville où je suis revenue m'installer pour eux après mon retour des Etats-Unis. Ils vont emménager dans une maison qui ne sera jamais chez moi, à côté de ma soeur qui, elle, a eu le bon goût de se reproduire.
Depuis le temps qu'ils en parlent, j'ai eu le temps de me faire à cette idée et de surmonter mon sentiment puéril d'abandon. Mais ma vie privée a déjà été pas mal chamboulée cette année sans que j'y puisse rien, et je commence à saturer. Ne parlons même pas de Neveu n°2, alias Cahouète, qui doit également faire son entrée en scène la deuxième quinzaine de septembre. S'il ressemble à son frère aîné au même âge, c'est parti pour cinq ans de rigolade.

samedi 12 août 2006

Mon idée de la décadence


Vautrée sur Georges (mon lit), mater des épisodes de Gilmore Girls sur Oscar (mon ordi portable) jusqu'à 3h du matin en mangeant un mini Mars glacé après m'être lavé les dents, sous l'oeil attentif de Coraline (mon armoire).
Trop rock n'roll je suis.

vendredi 11 août 2006

I call it bliss

Je suis une obsédée des listes et des bilans réguliers. A la fin de chaque année, je procède à une sorte d'inventaire de ma vie pour m'assurer que tout va bien et, dans le cas contraire, prendre les mesures nécessaires pour y remédier. Nous sommes à peine en août et je me dis déjà que la récap 2006 va être beaucoup plus longue que d'habitude.
Ces sept derniers mois:
- J'ai arrêté de fumer du jour au lendemain après plus de 17 ans à un demi-paquet par jour en moyenne
- Je me suis séparée de la personne qui partageait ma vie depuis presque 7 ans (et qui était censée continuer jusqu'à la fin)
- Je me suis fait un fabuleux road trip dans l'ouest américain avec mes gens que j'aime
- J'ai acheté une voiture neuve, avec mes sous, pour la première fois
- J'ai démarré une nouvelle histoire d'amour pas trop banale
Et je ne parle que des grands chamboulements visibles de l'extérieur. A l'intérieur, je continue à être en perpétuelle mutation. Je pense que globalement, je m'améliore. Certains de mes défauts sont là pour rester - je serai toujours cyclothymique, maniaque et velléitaire ; d'autres s'estompent peu à peu - je ne suis plus asociale, j'ai renoncé à considérer toute relation humaine comme un jeu de pouvoir et mon matérialisme rampant a baissé de quelques crans.
La suite des événements n'a jamais été aussi ouverte. C'est bien la première fois de ma vie que j'ai si peu d'entraves (et à la base, j'ai toujours évité de m'en créer). Que je peux être/faire absolument tout ce que je désire. Qu'est-ce que je désire? Bonne question. Beaucoup de choses contradictoires entre elles, me semble-t-il. Je me suis donné jusqu'à la fin de l'année pour m'habituer à ma nouvelle situation et décider du cap à prendre.
D'ici là, je continuerai à vivre en ermite dans ma grotte-duplex rose bonbon. J'adore passer du temps avec les gens que j'aime, mais j'éprouve aussi une vraie jouissance à être seule, juste reliée au monde par Internet (c'est déjà énorme, toutes ces présences accessibles par un simple clic). Il y a dans ma tête un univers peuplé - entre autres mais pas seulement - de trolls à péage, de motards invisibles, de Père Noël dur en affaires qui sponsorise Coca. A côté, le monde du dehors me paraît bien fade.

jeudi 10 août 2006

Ma nouvelle excuse à tout faire

"C'est pas ma faute si je suis nombreuse"

Backlash

Hier, je suis passée chez l'Homme pour imprimer le bouquin dont je venais de finir la trad. Pendant que j'attendais devant l'ordi que mes quelques centaines de feuillets finissent de sortir, il a proposé de me montrer les photos qu'il avait prises à sur le bassin d'Arcachon ce week-end, et il s'est penché sur moi pour ouvrir son dossier dans "mes images". Et là, je sais pas... La proximité physique, la vue de son profil qui m'a toujours fait craquer... Brusquement j'ai eu envie de me serrer contre lui et de me mettre à pleurer. Tant d'histoire partagée et de familiarité - tant d'attirance qui ne s'en va pas... Ma tête sait qu'on n'a absolument rien à faire ensemble, qu'à la limite les six ou sept ans passés étaient sans doute une erreur. Mes foutues hormones, en revanche, ne veulent rien entendre. Elles se fichent qu'on n'ait pas du tout été sur la même longueur d'onde sexuellement. Il y a en l'Homme quelque chose qui me tord le ventre à chaque fois. Et je sais que mon coeur n'est pas dans mon ventre, que confondre les deux serait une aberration absolue. Mais je me demande si je suis programmée pour fonctionner à autre chose qu'au désir brut. Si, à long terme, je suis capable d'aimer quelqu'un "juste" parce qu'on a les mêmes valeurs, qu'on peut parler de tout ensemble, qu'il me touche à un point inexprimable, me traite comme si me rendre heureuse était la mission la plus importante de son existence et que nos nuits sont, pour paraphraser Jeanne Cherhal, passablement érotiques. J'ai une confiance absolue en Captain. J'aimerais pouvoir en dire autant de moi.

mercredi 9 août 2006

Moments de blonditude

- Dimanche soir, en rentrant à Paris un peu claquée du week-end, j'aperçois une moto qui semble rouler toute seule sur la bretelle voisine du périph. L'espace d'une seconde, je me dis: "Mince alors, c'est l'homme invisible ou il porte juste une combinaison caméléon?" Puis je réalise que la moto est tractée par la voiture de devant.

- Hier, j'allume la télé pour jeter un coup d'oeil aux infos le temps de manger. Je tombe sur une assemblée de bonshommes pas bien beaux genre petits et rondouillards, apparemment coiffés de grands chapeaux pointus. La première pensée qui me traverse l'esprit, c'est: "Tiens, un congrès de nains de jardin". En fait il s'agissait d'un sommet diplomatique pour traiter de la question libanaise, et ce que j'avais pris pour des chapeaux, c'était les drapeaux des pays participants qui pendouillaient au bout de leur hampe.

lundi 7 août 2006

Pas impressionnée du tout

Depuis le temps que j'entends les blogueuses belges parler de Flair, je me suis sentie obligée d'acheter le numéro en cours samedi lors de mon bref passage à La Panne. Honnêtement les filles, j'ai pas été impressionnée. La lectrice de la semaine est encore plus moche une fois relookée qu'au naturel. La maquette fait franchement amateur, le contenu est assez superficiel. Un truc m'a bien fait rire quand même: dans les pages "nouveautés du début", un entrefilet présente la couette en duvet d'oie anti-moustiques. Il faudra m'expliquer en quelle saison il fait simultanément assez froid pour avoir besoin d'une couette et assez chaud pour redouter les piqûres de moustique. Une saison exclusivement belge, peut-être?

La vie de mes pieds



Ce week-end, après avoir chopé des ampoules monstrueuses en marchant vendredi soir dans les rues du XIIème arrondissement de Paris pour aller au resto avec Jean-Claude et Brigitte, mes pieds se sont délassés en foulant le sable délicieusement fin et humide de la plage de La Panne (Belgique) samedi après-midi, avant de faire une brève apparition au casino de Dunkerque pour l'apéro. Le dimanche, ils ont assisté à un sympathique concert de plein air en tongs (car impossible d'enfiler des chaussures fermées), à Saint-Pol-sur-Mer, avant de prendre un avion bondé ce matin pour redescendre dans le sud. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'ils ne se sont pas ennuyés.

Ci-contre: mes pieds en compagnie d'un crabe belge mort.

mercredi 2 août 2006

Il faut bien passer le temps...

Quand je suis coincée dans une file d'attente qui n'avance pas à la caisse de Carrefour, j'ai deux activités favorites: ranger les paquets de chewing-gum bien droit dans les têtes de gondole, et deviner le style de vie des gens d'après le contenu de leur chariot. Je ne suis sûrement pas la seule. Si quelqu'un, tout à l'heure, avait prêté attention au contenu de mon panier (2 cartes postales, 1 pack de Smirnoff on Ice aux fruits rouges, 1 barquette de carottes râpées et 1 de taboulé, 4 plats traiteur individuels et 1 boîte de sablés à la confiture), il se serait sûrement dit que j'étais: célibataire, gourmande et feignasse. Et honnêtement, il aurait eu un portrait assez juste de la bestiole :)

Echange de textos à but sous-vestimentaire

Moi: C'est pas toi qui avais acheté un Playtex? Je suis en train d'en essayer un. J'ai jamais rien porté d'aussi moche. Ni d'aussi confortable.
Autre Moi: C'est exactement ça.
Moi: Bon ben je le prends. Pourvu que j'aie pas d'accident avec...
Autre Moi: T'es con lol
Moi: Faut se résigner: on est des mémés. Mais des mémés avec des seins bien soutenus.

mardi 1 août 2006

Pour le meilleur et pour le pire

Ce week-end, j'ai récupéré un paquet de photos en noir et blanc de ma famille maternelle, qu'un de mes oncles a eu la bonne idée de scanner. Ma soeur et moi avons eu un coup de coeur pour celle-là. Je trouve que mes grands-parents ressemblent à des stars de cinéma là-dessus : Humphrey Bogart et Lauren Bacall, au moins :) Il y a très longtemps, j'étais tombée sur des lettres qu'ils se sont écrit pendant la guerre; elles m'avaient bouleversée. Ils s'aimaient si fort ces deux-là! Ma grand-mère n'avait pas soixante ans quand elle a "attrapé" la maladie d'Alzheimer. Elle a vécu ainsi pendant encore dix ou douze ans. A la fin, elle était grabataire, une pauvre morte-vivante dans laquelle il ne restait pas la moindre parcelle de l'intellectuelle brillante qu'elle avait été. Et bien mon grand-père a toujours refusé de la placer dans un établissement spécialisé; il s'est occupé d'elle lui-même jusqu'au bout. Rien que pour ça et malgré tous les défauts qu'il pouvait avoir à côté, c'est mon héros.

dimanche 30 juillet 2006

Le week-end n'a pas été fantastique pour tout le monde

David Gemmell est décédé vendredi matin de complications postopératoires. Il avait à peine 57 ans et aura donné à la fantasy plusieurs cycles majeurs, dont "La légende de Druss". Je l'avais rencontré une fois, lors d'une sauterie entre gens du métier. Nous discutions en petit groupe de Spiderman, le film, qui venait juste de sortir, et j'ai dit que je n'avais pas du tout aimé. Il m'a toisé du haut de ses deux mètres, avec sa gueule hallucinée à la Jack Nicholson, et a aboyé que c'était un avis absurde ou quelque chose du genre. Honnêtement, je n'ai rien osé ajouter. Mais selon les gens qui l'ont bien connu, c'était un type formidablement humain, et aucun de ses (très) nombreux lecteurs ne peut douter que c'était un grand écrivain. RIP Dave.

Porc-épic comestible


Elle est pas jolie notre pastèque-apéro? Si jamais Emma rate l'examen du barreau et que j'en ai vraiment ras-le-bol de l'heroïc fantasy, on pourra toujours se recycler en traiteurs ou en organisation d'événementiel :)

J'ai une vie difficile

Premier chagrin d'amour

Hier soir, mon neveu Attila (5 ans, 1m04) a eu le coup de foudre pour ma petite-cousine Emma (21 ans, 1m70). Apprenant que non, il ne pouvait pas déménager à Lyon pour vivre près d'elle, et qu'en plus elle avait déjà un copain depuis 2 ans, il est parti en boudant et en grommelant: "Puisque c'est comme ça, je tomberai plus jamais amoureux de personne".