mercredi 28 juin 2006

mardi 27 juin 2006

Tam tadam tada dadam... (Sur la route)

Ayé, j'ai récupéré Twiggy! J'ai failli tuer mes parents dans le garage (comme d'habitude, ma mère posait des questions idiotes et mon père rabâchait des suggestions auxquelles j'avais déjà dit non trois fois); le vert "Live Pastel" est toujours aussi chelou, et on m'a déconseillé d'enlever les stupides autocollants qui constellent la carrosserie. Par contre, le jeune homme qui s'est chargé de la prise en main était mignon et super drôle; on a tellement déconné ensemble que son chef est venu voir pourquoi il mettait autant de temps et que pendant qu'il sortait la voiture pour moi, ma mère m'a demandé d'un air soupçonneux: "Mais il te drague ou quoi?". Non maman, il m'a juste dit avec un grand sourire que si j'avais besoin de quoi que ce soit, il partait pas en vacances avant quinze jours :) J'ai pas l'intention de retourner le voir, mais c'est toujours bon pour le moral. Je ne me suis pas plantée direct en repartant, vive moi. C'est tout bizarre de conduire une petite voiture après six ans de Classe A, trois semaines de PYP et un après-midi de Land Rover. Les pédales sont hyper sensibles, surtout le frein. Mais la clim marche au poil, ce qui est indispensable vu la température actuelle dans la région. Comme dit mon cher papa, maintenant il ne me reste plus qu'à bosser pour rembourser le crédit!

Parce qu'on a tous un souvenir bien humiliant

Armalite: sérieusement, qui n'a pas encore couché avec qui dans ce forum?
Armalite: on se croirait dans The L Word
Armalite: avec le plan d'Alice
Anne Onym: c'est claiiiiiir
Anne Onym: c'est la fête
Armalite: ouais, la fête du slip
Anne Onym: lol pov'slip
Armalite: on va finir par plus en mettre ça ira plus vite
Armalite: enfin quand je dis "on", hein...
Anne Onym: *tu* vas?
Anne Onym: ou c'est déjà fait? lol
Armalite: moi j'ai couché avec personne du forum
Armalite: et je porte toujours des culottes
Armalite: depuis qu'un grand coup de vent m'a rabattu ma jupe sur la figure en pleine Place du Capitole à Toulouse quand j'avais 18 ans
Armalite: à l'époque je faisais épilation intégrale, donc j'étais vraiment nue nue nue en dessous
Armalite: ça m'a traumatisée pour la vie

...Et vous, c'est quoi votre souvenir bien humiliant? Soyez pas timides, racontez :)

Planning stratégique

Armalite: mais euh si je promets d'être sage?
Captain: je ferai semblant de te croire
Armalite: ah si je promets, je tiens
Armalite: ou bien on peut résoudre le problème en faisant une nuit blanche
Armalite: ce qui le résoudra également pour le lendemain soir car on sera trop crevés pour faire autre chose que dormir
Armalite: et hop, je couche pas avant le troisième rencard
Armalite: Cosmo sera fier de moi

lundi 26 juin 2006

Démarrage sur les chapeaux de roue

Récupérer le gros ventilateur bleu pour recommencer à respirer un peu chez moi: check.
Jeter deux paquets dans une boîte de la Poste: check.
Passer au laboratoire d'analyses pour mon test de dépistage du VIH: check.
Faire trois courses chez Champion: check.
Acheter Elle: check.
Et il n'est que midi. Pourvu que le reste de la semaine soit aussi productif...

samedi 24 juin 2006

Note au vendeur de chez Renault

Dire à une femme sur un ton tout attendri : "Qu'est-ce que vous ressemblez à votre maman!", c'est rarement une bonne idée. Si vous n'étiez pas un ami d'enfance de mon père et si vous ne m'aviez pas fait un super prix sur ma Twingo, c'était le mixer direct pour vous.

Un très vieux monsieur a déjà risqué sa vie à l'enterrement de mon grand-père il y a quelques années, quand il est venu m'embrasser en soupirant d'un air compatissant: "Ma pauvre Hélène...". Hum, non, vous confondez avec ma mère. Mais ça me fait plaisir d'apprendre que j'ai l'air d'avoir 55 ans.

Une soirée merveilleuse



vendredi 23 juin 2006

Celebrity crush


Il est intelligent et cultivé, il a un charme fou, et la principale minorité visible à laquelle il appartient, c'est celle des très très beaux gosses.
Je crois que je vais me mettre à regarder les infos, moi...
(Ce post est dédié aux gens de mon entourage - nous ne citerons pas leur nom - qui croient que je suis exclusivement obsédée par les bûcherons chevelus. Ben non.)

Aaaargh

Journée pénible. Accablée par la chaleur, énervée parce qu'en retard dans mon boulot, j'ai réussi à commettre deux superbes bévues en l'espace de six heures. Bien sûr j'ai pas fait exprès, bien sûr j'étais animée par les meilleures intentions du monde, bien sûr mon manque de tact légendaire a encore frappé fort, bien sûr je ne sais pas comment rattraper le coup sans insister lourdement et m'enfoncer davantage. Un jour peut-être, j'apprendrai à me taire...

jeudi 22 juin 2006

Je voudrais être encore là-bas...


*Enorme soupir*

...Ou à la limite, là-bas


(Oui, oui, OK, je retourne bosser pffffff)

Nostalgie quand tu nous tiens



C'est terrible; je suis rentrée depuis moins de temps que n'ont duré mes dernières vacances, et pourtant elles me semblent déjà si loin! Je ne cesse de regarder les photos, et chaque fois les paysages me paraissent un peu plus irréels, comme si j'avais rêvé ces trois semaines et demie sur la route. Mais j'avais déjà le sentiment de flotter pendant que j'y étais - toujours cette foutue tendance à m'échapper de moi pour regarder les choses de haut au lieu de les vivre de l'intérieur. Quand j'y repense, c'est comme un film dont j'aurais été la spectatrice plutôt que l'actrice. De rares moments de vraie présence/conscience surnagent néanmoins; je sais que ceux-là m'accompagneront toujours et partout, qu'ils seront en moi à jamais.

mardi 20 juin 2006

Dialogue édifiant

PPLC: lé comment le monsieur ?
Armalite: mon âge. prof de maths. adorable.
PPLC: bien
Armalite: j'aime que les garçons gentils
Armalite: (et les filles un peu salopes, va savoir pourquoi)

She's mine



Ta-TAM! Je vous présente ma nouvelle voiture: une twingo Emotion 1,2l / 16 soupapes / essence / 5 CV. Couleur : live pastel, c'est-à-dire un genre de vert assez chelou. Mais le vendeur du garage Renault est un ami d'enfance de mon père et il m'a fait 15% de remise sur le prix neuf, alors j'allais pas chipoter pour si peu hein. Le temps de l'immatriculer (et accessoirement, de me faire prêter des sous par ma banque pour la payer, puis de l'assurer), je devrais la récupérer d'ici le week-end prochain. Ensuite... je risque de pas mal vadrouiller pour rattraper ces dernières semaines de claustration, hé hé hé.

lundi 19 juin 2006

Un dimanche à la maison

12h: Réveillée par un coup de fil de l'Homme qui veut savoir s'il peut balancer des papiers à moi qu'il a retrouvés chez lui. La réponse est non. Moi, je mets immédiatement à la poubelle tout ce que je ne veux pas garder. Les enveloppes éventrées et autres prospectus à la noix qu'il laissait traîner partout ont pourtant été un sujet de contentieux récurrent pendant toutes ces années... Mais bon. Il n'en tenait pas compte quand on vivait ensemble, pourquoi en tiendrait-il compte maintenant?

13h: Après avoir petit déjeuné d'un donut Ikea froid et d'un jus d'orange/pamplemousse/mandarine pas terrible (acheté à l'origine pour mettre dans ma vodka, mais je suis si sage que je n'ai pas encore entamé la bouteille...), je me colle sur internet. Apparemment, je ne suis pas la seule à me glander le dimanche après-midi; beaucoup de mes petits camarades sont connectés au forum. Sauf que moi évidemment, je ne suis pas censée me glander mais rattraper mon retard de boulot de la semaine.

14h: Je textote Autre Moi pour savoir si le concert des filles s'annonce aussi catastrophique que celui de la semaine dernière, où la police avait dû les évacuer sous les jets de cannette et de légumes pourris (ou quelque chose d'approchant). La réponse est non. Tant mieux pour elles, mais c'est beaucoup moins distrayant pour moi.

15h: Je continue à télécharger ma CDthèque sur mon nouvel ordinateur (la super manoeuvre de la mort ayant lamentablement échoué pour cause de fichier aux abonnés absents). Deux jours que j'y suis et j'arrive juste à la lettre P, pffff. Pour passer le temps, je pousse Anouk à fond et je me mets à sautiller dans mon bureau en T-shirt, culotte et pieds nus, en agitant bras et cheveux. Une folle. Bah au moins, ça me fera une vraiment bonne raison de me traîner à la douche ensuite.

16h: Coup de fil de Captain. Un quart d'heure, une demi-heure, une heure? Aucune idée; quand on se parle j'ai tendance à m'enfermer dans une bulle et à perdre la notion du temps.

17h: Il faudrait vraiment que je m'y mette, là... Mais avant, je pourrais peut-être manger. Guns'n'roses sur la chaîne du salon (c'est les voisins qui vont être contents; j'espère pour eux qu'ils sont partis à la plage...), je me mets à émincer de l'ail et des champignons sans cesser de me trémousser, et manque y laisser le bout de mon pouce. J'ai bien fait de pas trop les affûter, ces couteaux de cuisine. Je m'installe avec mon plateau devant un nouvel épisode de Veronica Mars. Que bien sûr, je me sens tenue de regarder jusqu'à la fin. Bon, ça dure jamais qu'une heure hein.

18h: Quand il faut y aller... Pour une fois, les sept pages qui constituent une demi-journée de travail passent relativement vite. J'aime quand y'a plein de dialogues. Bah tu vois ma grande, c'était pas si terrible.

21h: Je me branche sur AIM. Kris me montre le design qu'il est en train de faire pour mon blog; je suis morte de rire à la vue des cases "j'aime, j'aime pas" qu'il a remplies lui-même avec ma foi pas mal d'à-propos. Jailbait continue à me faire du rentre-dedans, et c'est vrai qu'elle est très craquante, mais elle tombe pas au bon moment là. Non seulement Captain ne me reproche pas mon impulsivité, mais il m'envoie les mails (même inachevés) qu'il m'écrit, lui. Si je meurs demain et que quelqu'un veut s'amuser à lire tout ce qui est sorti de ma plume et a été stocké sur papier ou sur ordi au fil des ans, il en aura pour quelques années à temps complet.

00h: Bye-bye tout le monde, je décroche pour entamer la deuxième moitié de ma journée de boulot.

01h: ...Ou pas. J'ai vraiment envie de savoir qui a tué Lilly Kane et j'en suis qu'au DVD n°3 sur 6. De toute façon, j'ai encore un mois et demi avant de rendre le foutu bouquin.

02h: Saloperie de lecteur de DVD qui me lâche au meilleur moment de l'épisode 11. Je savais bien que son redémarrage après une panne et un an et demi de non-utilisation ne pouvait être qu'un ultime sursaut de vie avant défuntage.

03h: Je me mets au lit avec le dernier Melissa Banks. Qui ne me captive pas plus que le précédent, hélas. Encore un bouquin que je vais lâcher avant la page 100.

04h: Bon allez, je me couche tôt ce soir.

05h: ...Ce qui signifie pas que je vais m'endormir, hein. Oui mais si je pouvais arrêter de me projeter dans 17 jours (ou 16, maintenant?), ça aiderait peut-être.

samedi 17 juin 2006

Le 5ème larron (introducing Denver the elephant)

Les 4 fantastiques à Yellowstone

Compte à rebours lancé...

...depuis cette nuit.
J-18 avant l'heure de vérité.
Une fois de plus, l'aube se levait quand j'ai réussi à m'endormir. Trop de questions en l'air, de scénarios qui défilent dans la tête, de peur et d'excitation mêlées. Il pleuvait depuis 3h du matin; l'orage grondait doucement dans le lointain, comme une berceuse impuissante à m'endormir. A genoux sur mon lit, les coudes posés sur le rebord de la fenêtre, j'ai regardé le ciel strié de nuages virer à l'indigo, le halo ambré des lampadaires trouer l'obscurité pâlissante, les maisons encore endormies découper peu à peu leurs contours au bord de l'asphalte humide de l'avenue.
Et j'ai pensé que la vie était parfois merveilleuse.

jeudi 15 juin 2006

Le radeau

Voilà de quoi vous occuper si vous avez un quart d'heure à tuer.

http://freeweb.siol.net/danej/riverIQGame.swf

Cliquez sur le gros bouton bleu pour arriver sur le jeu.
Le but est de faire passer tous les personnages sur l'autre rive, sachant que le radeau ne peut transporter que 2 personnes au max. Seuls les adultes peuvent conduire le radeau. La mère ne peut pas rester seule (sans le père) avec un des fils et le père ne peut pas rester seul avec une des filles. La prisonnière ne peut pas rester seule avec une autre personne que le policier.
Pour mettre les personnages sur le radeau, cliquez-leur dessus. Pour faire avancer le radeau, cliquez sur les points rouges.

mercredi 14 juin 2006

To nip/tuck or not to nip/tuck?

Ado, j'avais une obsession: me faire refaire le nez et les seins dès que j'aurais les sous. Ma seule question, c'était: par lequel des deux je commence? Je trouvais le premier beaucoup trop grand et les seconds beaucoup trop petits. Je rêvais des modèles "bouton de bottine" et "airbags" qui, à la décharge de mes parents, ne figuraient pas dans le patrimoine génétique de ma famille. (Bref, je voulais un physique d'actrice porno.)

Vingt ans plus tard, mon nez et mes seins font partie des choses que je préfère chez moi. Le premier me fait un chouette profil (dans le style "de caractère" plutôt que "trop cute"), et les seconds tiennent encore bien en place, ce qui me permet d'oublier les soutifs l'été. Et puis entre-temps, je me suis positionnée contre la chirurgie esthétique. Si d'autres gens veulent y avoir recours et que ça leur permet de se sentir mieux dans leur peau, pourquoi pas. Mais je pense que rechercher à tout prix la perfection physique et préserver une illusion de jeunesse, c'est une quête futile qui détourne de l'essentiel: s'accepter et s'aimer tels que la nature nous a créés.

...Et avec un peu de chance, d'ici vingt ans, je raffolerai de mes jambes en poteaux.
On peut toujours rêver...