Affichage des articles dont le libellé est voyages. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est voyages. Afficher tous les articles

vendredi 31 janvier 2020

Les conversations absurdes #84


MOI: Etant donné qu'il va falloir économiser beaucoup de sous pour le Grand Changement de l'an prochain, je te propose qu'on reporte à plus tard le voyage à St-Petersbourg qu'on voulait faire cet automne. 
CHOUCHOU: Pas de souci. Mais tu sais, le plus dur, ça ne sera pas de le payer. Ca sera de gratter la Russie sur la carte en rentrant.



dimanche 29 décembre 2019

[GAND] Un brunch au milieu des lave-linges et une plongée dans la Belgique de Grand-Papy




Après une nuit moins reposante que prévu (malgré l'excellente qualité de la literie) pour les 50% d'entre nous dont les bouchons d'oreille aimablement fournis par la réception n'ont pas suffi à faire barrage aux ronflements des 50 autres %, nous traînons dans la chambre jusqu'à 11h45 pour en profiter au maximum. Fossilisée dans le petit fauteuil de lecture sous une fabuleuse couverture en nid d'abeilles, j'oublie totalement que j'ai apporté une robe qui tourne pour faire des photos d'ambiance dans le couloir. C'est ballot, il faudra revenir!

samedi 28 décembre 2019

[GAND] Une lettre avec vue sur grande roue et un petit tour au bal infernal




Jeudi 26 décembre. Après un début de semaine plutôt morose, nous prenons le train un peu avant 11h à la gare du Midi. Il n'y a pas beaucoup de monde en ce lendemain de Noël, et nous pouvons squatter tout un carré avec nos petits bagages. 29 minutes plus tard, nous débarquons à Gand Saint-Pierre, située assez loin du centre historique pour que nous préférions prendre le tram 1 au lieu de marcher. (Bon à savoir: les tickets coûtent 3€ si vous les prenez en version papier à une machine, mais seulement 1,80€ si vous les achetez en version numérique sur l'app de Delijn qui gère les transports en commun flamands.)

mercredi 30 octobre 2019

[VIENNE] Un incinérateur, une pizza napolitaine, des dinosaures et une blogueuse anglaise




Nous nous sommes levés tard ce matin; la fatigue s'accumule depuis le début des vacances. De plus, Chouchou doit travailler davantage que prévu. Il est donc déjà midi et demie lorsque nous quittons nous appartement Airbnb. Direction Spittelau, deux stations de métro plus au nord sur la ligne 4. Nous y prenons des photos de l'incinérateur délirant qui est la troisième grosse construction d'Hundertwasser dans Vienne, allant jusqu'à emprunter la ligne 6 (aérienne sur cette partie du trajet) le temps d'une station aller-retour pour bénéficier d'une vue différente. 

mardi 29 octobre 2019

[BRATISLAVA] No photos, and no verrou dans les toilettes




Trois autres capitales européennes sont très facilement accessibles par l'eau ou par le rail depuis Vienne: Prague, Budapest et Bratislava. Connaissant déjà les deux premières, c'est à la dernière que nous avons décidé de faire une excursion aujourd'hui. Nos billets de train, pris hier soir sur l'app de l'OBB, nous ont coûté une quarantaine d'euros pour deux aller-retour sur l'équivalent local d'un InterCités. Je suis surprise de trouver le paysage si plat et dénué d'intérêt entre les deux villes - je m'attendais plutôt à des reliefs montagneux... Mais à peine plus d'une heure après avoir quitté la gare centrale de Vienne, nous débarquons à Brastilava sous un ciel blanc, totalement bouché par la couverture nuageuse. Il fait à peine 7°, la pluie menace, et notre premier aperçu de la capitale slovaque n'est guère encourageant. Nous marchons environ 25 mn pour rejoindre le centre historique, infiniment plus joli et agréable que les quartiers modernes. C'est simple: d'ici, Bratislava me fait penser à Tallinn... en plus petit et en moins bien. 

lundi 28 octobre 2019

[VIENNE] Une malédiction d'invisibilité, des chauve-souris comme s'il en pleuvait et un salon de thé very british




L'automne est arrivé dans la nuit; le soleil s'est fait la malle et la température a chuté de dix degrés. Nous abandonnons donc nos blousons légers pour remettre les manteaux avec lesquels nous sommes arrivés de Bruxelles. Par chance, malgré un ciel qui restera très couvert toute la journée, nous ne recevrons pas une seule goutte de pluie. 

dimanche 27 octobre 2019

[VIENNE] Une bibliothèque fabuleuse, un resto dans une palmeraie, l'expo de l'année et un café-librairie super chill




Dormir une heure de plus cette nuit fut appréciable, mais à vrai dire, nous sommes toujours claqués. Nous partons vers 10h45 et prenons le métro jusqu'à Stephensplatz, puis descendons à pied vers la Hofburg. La bibliothèque nationale d'Autriche est assez bien planquée, et malgré les plans qui pullulent, nous mettons un moment à en localiser l'entrée. Mais une fois dans la salle d'apparat, quel éblouissement! Je trouve ça encore plus magnifique que la bibliothèque du Trinity College à Dublin. Evidemment, pas moyen de s'approcher des livres, et encore moins de monter sur les grandes échelles roulantes ou d'accéder à la mezzanine depuis laquelle on doit se sentir comme le roi du monde. Mais la somme d'ouvrages antiques rassemblés là donne le tournis. 

samedi 26 octobre 2019

[VIENNE] Une terrasse végane en automne, des citrouilles chez Sissi et un double survol de la ville




Ce matin en me connectant à internet, je remarque que Google affiche un splendide drapeau autrichien et je me dis: "Tiens, c'est rigolo, on pourrait croire que c'est la fête nationale". Lorsque nous débarquons au marché de Naschmarkt vers 11h et trouvons tous les étals fermés, force m'est d'admettre que, en effet, c'est bien la fête nationale. Du coup, mon programme de la journée n'est absolument pas réalisable, et je dois basculer en catastrophe sur celui de demain. Alors que je ne porte pas la bonne robe pour ça, scrogneugneu. Heureusement, les végans ne sont pas des feignasses, et le chouette petit resto que j'avais repéré à proximité du château de Schonbrunn est ouvert pour nous servir un brunch non-dominical. En plus, la brume qui recouvrait les berges du Danube à notre réveil s'est dissipée, et un beau soleil nous permet de nous attabler sur la ravissante terrasse aux couleurs automnales. Chouchou commande un petit-déjeuner viennois et moi un assortiment baked beans, oeuf frit, saucisse végane et tofu fumé. Nous nous régalons dans un calme aussi délicieux que le contenu de nos assiettes, et partons à regret lorsque la table voisine de la nôtre est prise d'assaut par quatre mâles blancs bruyants.

vendredi 25 octobre 2019

[VIENNE] Un célèbre architecte, une poignée de faussaires, un mauvais apfelstrüdel et des boucles d'oreille délirantes




Fidèles à nos habitudes, nous passons une grande partie de cette première matinée viennoise à travailler (pour Chouchou) ou préparer la journée à venir (pour moi). Vers 11h, nous nous mettons en route vers la station de métro la plus proche de notre appart' Airbnb. Nous avons acheté hier une carte 72h pour faciliter nos déplacements, et 3 stations de métro devraient nous amener en direct jusqu'à Landstrasse... sauf que dès le premier arrêt, on nous fait descendre du train avec une explication que nous sommes incapables de comprendre. Du coup, il nous faudra pas moins de 8 stations avec 2 changements pour atteindre notre objectif.

mardi 30 juillet 2019

[TALLINN] Conseils pratiques et bonnes adresses




Notre city trip à Tallinn était formidable, cinq jours merveilleux qui m'ont envie de recommander cette destination à quiconque voudrait bien m'écouter.

dimanche 28 juillet 2019

[TALLINN] Où je réussis à ne pas m'ennuyer dans un musée d'art




J'ai passé une nuit absolument horrible: réveillée à 1h30, j'ai lutté pour réprimer une attaque de panique jusqu'au lever du jour, en essayant de me convaincre que mon cerveau me mentait et que non, ça ne valait pas la peine de me jeter par la fenêtre pour si peu. J'ai fini par m'endormir épuisée vers 5h du matin. Je refais surface à 9h passées, pas fraîche du tout. Mais il fait super beau; c'est notre dernière journée à Tallinn et j'ai bien l'intention d'en profiter. 

samedi 27 juillet 2019

[TALLINN] Où mon obstination finit par payer




Je me réveille sur le canapé (au demeurant très confortable) où j'ai fini la nuit pour échapper aux ronflements de Chouchou, contre lesquels même mes bouchons d'oreille sont devenus insuffisants. Après un petit-déjeuner de thé vert et de tartines grillées à la confiture de fraise, nous partons à pied vers le nord de la Vieille Ville. Il fait plus chaud que les jours précédents et malheureusement, notre parcours d'aujourd'hui est assez pauvre en ombres... En traversant la gare ferroviaire, nous croisons des personnes âgées qui vendent des chaussettes en laine et autre bricoles sur des nappes posées à même le sol au bord des rails. Cette curieuse ambiance de marché aux puces clairsemé et un peu miteux nous accompagne sur toute la première partie de notre promenade à travers un quartier industriel délabré, où le soleil cogne très fort et où les voitures comme les passants sont quasi inexistants, mais où fleurissent les street arts plus ou moins réussis. A un moment, nous passons près d'un snack en préfabriqué désert, dont les haut-parleurs claironnent un morceau de country qui recouvre le peu d'autres sons alentour...  Nous finissons par atteindre la civilisation le Telleskivi Creative City, une usine reconvertie où se massent des pop-up stores de marques plutôt obscures, et où des cafés-restos healthy qui se ressemblent tous côtoient un musée de la photographie suédois assez réputé. Ici aussi, nous faisons une belle moisson de street art, mais l'insolation menace et nous ne nous attardons guère. 

vendredi 26 juillet 2019

[TALLINN] Où David Bowie et Depeche Mode nous accompagnent dans l'espace et sous terre




Nous nous levons tard et encore fatigués par la journée d'hier, qui serait passée crème il y a encore 5 ou 6 ans. On se fait vieux, et nos jambes avec nous! Il est plus de 11h quand nous quittons l'appartement pour nous rendre au musée de la ville - que je visite presque à chacun de mes city trips afin d'en apprendre un minimum sur l'endroit où je me trouve. Celui de Tallinn est bien fichu et très intéressant. J'aime surtout l'expo qui retrace les 100 dernières années d'évolution historique par bond de décennie en décennie, les années en "8", la maquette de la Vieille Ville sur laquelle nous trouvons très facilement la maison où nous logeons, la collection de céramiques et de porcelaines, ainsi que la reproduction d'une maison de marchand du XVIIème siècle façon maison de poupée. (Et ici, les marches font une hauteur normale, merci pour mes genoux!)

jeudi 25 juillet 2019

[TALLINN] Où nous faisons le plein de calories et d'églises




Je me réveille spontanément vers 8h30, et comme nous aimons prendre notre temps le matin, il est 10h30 lorsque quittons l'appartement. Nous prenons la direction de l'ancien mur d'enceinte (une des fortifications médiévales les mieux préservées d'Europe), sur lequel on peut monter au niveau de la tour Helleman. Les escaliers en pierre sont étroits, avec des marches si hautes que j'en suis quasiment réduite à les escalader à quatre pattes. Doit-on en déduire que les Estoniens du Moyen-Age mesuraient 2,12 mètres? Ma perplexité est grande (plus que mes jambes, de toute évidence). Mais une fois en haut, on jouit d'une vue sympa sur les toits de la Vieille Ville. 

mercredi 24 juillet 2019

[TALLINN] Où nous tombons sous le charme de la Vieille Ville




Le réveil à 6h pique un peu, d'autant que comme toutes les veilles de départ, je n'ai presque pas dormi. Bizarrement, c'est beaucoup moins difficile de m'arracher à mon lit que si c'était deux heures plus tard et que je devais passer la journée à bosser! Juste le temps de nous doucher et de sauter dans nos vêtements, et nous partons prendre la navette pour Zaventem. Tout se passe sans encombre: pas de bouchons sur la route de l'aéroport, aucune attente au contrôle de sécurité, un embarquement à l'heure et zéro problème de bagages - je pars avec mon sac à dos de 30 litres à moitié plein seulement; Chouchou avec une petite valise cabine noire bourrée massacre. Durant le vol paisible, le ciel est si dégagé que nous pouvons voir le nord de l'Europe défiler en contrebas. Nous nous posons à Tallinn vers 12h30 heure locale (+1 par rapport à la France et la Belgique) et filons tout droit prendre le tram n°4 qui, pour la folle somme d'1€ par personne, nous amène dans le centre-ville en une demi-heure environ. Jusqu'ici, c'est un sans faute. 

jeudi 30 mai 2019

[MUNICH] Mes coups de ♥︎




En décidant d'aller y passer quelques jours, nous n'attendions pas grand-chose de Munich elle-même: nous voulions avant tout rendre visite à nos amies M & M, et en profiter pour voir le château de Neuschwanstein qui figurait sur ma bucket list depuis des années. Nous avons été très agréablement surpris par celle que les autochtones appellent "la ville italienne la plus au nord". Certes, nous avons bénéficié d'un bel ensoleillement, mais il paraît que c'est monnaie assez courante dans le coin. Nous ne nous attendions pas à la gaieté des façades colorées et à la verdure omniprésente qui font des promenades à pied un vrai bonheur. Munich a l'air d'un endroit où la vie est douce. Ce n'est pas mon plus gros coup de coeur en tant que destination touristique (mais nous y avons sans doute fait trop peu de choses pour juger...); en revanche, c'est certainement une ville où ça ne me dérangerait pas d'habiter. 

lundi 27 mai 2019

[MUNICH] Où on s'extasie devant l'Eisbachwelle




Ce matin, après une nuit durant laquelle j'ai dû envoyer Chouchou dormir dans la pièce voisine, j'émerge à... 10h30, gasp. J'avais vraiment besoin de récupérer. D'ailleurs, je ne me sens toujours pas en grande forme. Nous sortons brièvement vers 11h30 pour aller à la pâtisserie la plus proche, où nous achetons des gâteaux pour le dîner de ce soir. Mes boots de moto me font tellement mal aux pieds qu'en ressortant de la boutique, je les enlève et rentre à l'appartement en chaussettes. Nous traînons sur nos ordinateurs respectifs jusqu'à 13h, finissons les restes du frigo et ne nous décidons à décoller que vers 15h. C'est de nouveau le bordel dans le métro, mais un maudit changement à Hauptbahnhof (le Châtelet local) plus tard, nous atteignons l'Englischer Garten, un parc absolument immense connu entre autres choses pour abriter un curieux spot de surf. L'Eisbach, affluent de l'Isar, forme ici une boucle artificielle qui génère une vague d'un mètre. Un panneau donne le ton d'entrée de jeu: le canal est étroit et peu profond; il existe un risque non négligeable de se fracasser la tête sur le béton, et les novices sont priés de s'abstenir. 

dimanche 26 mai 2019

[MUNICH] Où je coche une case sur ma bucket list




Après une nuit où je n'ai quasiment pas réussi à fermer l'oeil à cause du combo ronflements de Chouchou + trop chaud avec la couette mais pas assez sans + stress de ne pas entendre le réveil comme chaque fois que je dois me lever tôt pour prendre un train ou un avion, je m'extirpe péniblement du lit à 7h30. A 8h50, nous sommes dans la métro direction la gare centrale où nous devons retrouver M & M. Mais la circulation semble très perturbée; les écrans n'affichent pas le passage des prochains métros; des employés crient en faisant de grands gestes sur le quai, et nous mettons pour démarrer une grosse dizaine de minutes durant lesquelles je flippe à l'idée de rater notre train. Finalement, la marge que j'inclus toujours dans mes calculs d'horaires nous sauve, et nous arrivons au point de rendez-vous une minute avant nos amies. 

samedi 25 mai 2019

[MUNICH] Où nous partons en quête du meilleur poisson-sur-bâton de la ville




Ce matin, pendant que nous déjeunons de tartines de leur délicieux pain brun, j'annonce fièrement à Chouchou:
- Rischart a liké ma photo de ton énorme machin!
Il me fixe sans comprendre. 
- Gâteau, me hâté-je de préciser. Rischart a liké ma photo de ton énorme gâteau. 
Le malentendu dissipé dans l'oeuf, nous nous mettons en route à pied vers 11h, direction le Deutsches Museum qui est un immense musée scientifique sur 8 niveaux. Nous achetons nos billets au guichet, prenons un lunch rapide au café attenant et, voyant l'ampleur de la tâche qui nous attend, décidons de consacrer les quatre heures dont nous disposons aux secteurs qui nous intéressent le plus. 

vendredi 24 mai 2019

[MUNICH] Où on ne maigrira probablement pas pendant ces vacances




Après une bonne nuit de sommeil malgré les ronflements déchaînés de Chouchou, je me réveille avec un léger début de migraine. Heureusement, j'ai emporté du Doliprane. Le temps qu'on boive un thé, qu'on fasse notre tour du matin sur internet et qu'on se prépare sans se presser, mon mal de tête n'est plus qu'un mauvais souvenir. On se met en route sous un beau ciel bleu. Premier arrêt dans un café tout près de l'appart': faute d'avoir eu le temps d'acheter quoi que ce soit à manger hier soir, nous dévorons chacun un croissant fourré (abricot pour moi, choco-crème pour Chouchou) en terrasse avant de nous remettre en route. Google Maps nous ayant fait prendre l'itinéraire voiture qui est trois fois plus long que le piéton, nous renonçons à passer par le cimetière sud et mettons directement le cap sur le centre de la ville en commentant la joliesse du paysage urbain.