Affichage des articles dont le libellé est salons de thé. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est salons de thé. Afficher tous les articles

dimanche 13 janvier 2019

[LIEGE] Les brunchs du dimanche (54): Tea Late, chez Alice au Pays des Merveilles





S'il est un univers avec lequel il est facile de m'appâter, c'est bien celui d'Alice au Pays des Merveilles. Je suis allée au maid's café de Tokyo (pas mal); j'ai fait l'escape game de Leavin Room à Paris (génial); j'ai testé le restaurant à Hong Kong (bof). Alors, quand j'ai vu qu'un salon de thé sur ce thème avait ouvert à Liège en octobre dernier et qu'il récoltait de très bons avis, j'ai immédiatement réservé pour le brunch du samedi. 

mercredi 11 octobre 2017

[GALWAY] Un afternoon tea chez Cupan Tae




Nous avions choisi de commencer notre séjour en Irlande à Galway, située à la même hauteur que Dublin mais tout à fait de l'autre côté du pays, sur l'océan Atlantique. Nous n'avions prévu de rester dans la ville même qu'une seule journée, et nous avions bien fait: Galway, c'est tout petit, et on n'y trouve pas grand-chose d'intéressant pour s'occuper une fois qu'on a fait le tour du ravissant mais minuscule Quartier Latin aux si jolies façades.

mercredi 22 mars 2017

[LISBONNE] 5 bonnes adresses pour manger et boire, plus un point budget


A CULTURA DO HAMBURGUER




C'est par commodité que nous avons fait notre premier repas du séjour dans ce burger joint: il était situé à côté de la station de métro Baixa-Chiado, la plus proche de notre appartement Air BnB, et ouvert le dimanche. Nous ne l'avons pas regretté. Déco charmante, personnel dynamique et souriant, carte variée et originale, burgers fabuleux et addition ridicule: moins de 20€ pour deux sandwichs-frites et deux limonades maison. Par contre, comme beaucoup de petits commerces à Lisbonne, ils n'acceptent pas les cartes de paiement étrangères. 

A cultura do hamburguer
Rua das Salgadeiras 38
Métro Baixa-Chiado (sortie Bairro Alto)
Ouvert tous les jours de midi à minuit


A TABERNA DA RUA DAS FLORES









Cuisine portugaise traditionnelle, confectionnée avec les meilleurs produits frais disponibles sur le marché ce jour-là. Ambiance bonne enfant. La patronne et ses employées parlent bien anglais et expliquent volontiers chacun des plats de la carte. Nous avons mangé une délicieuse soupe de champignons en entrée, puis des espèces de frittatas d'espadon accompagnées d'une julienne de légumes pour Chouchou et une sorte de soupe de pain aux asperges sauvages pour moi. En dessert: gâteau au chocolat pour lui, petits fromages de brebis aux amandes, tellement fondants qu'ils se mangeaient à la petite cuillère et sans pain, pour moi. Plus une eau gazeuse et un verre de très bon vin blanc local. Montant de l'addition: 37€ (là encore, à régler en cash car ils ne prennent pas les cartes de paiement étrangères). C'était un super repas, et on vous conseille vivement cette adresse - où Gérard Depardieu était passé quelques jours avant nous, à en croire le compte Instagram de la patronne! Rançon du succès: lorsque nous sommes repartis vers 13h30, il y avait la queue sur le trottoir... Pour le déjeuner, mieux vaut venir dès l'ouverture. 

A taberna da rua das flores
Rua das flores 103
Métro Baixa-Chiado
Ouvert du lundi au vendredi, de midi à 23h30
et le samedi de 18h à 23h30


CONFEITERIA NACIONAL







Comme tous les touristes à Lisbonne, nous sommes passés acheter des pastéis de nata à la pâtisserie historique de Bélem - mais la salle n'était guère avenante, et nous avons demandé des gâteaux à emporter. J'ai de loin préféré le goûter pris le surlendemain à la Confeiteria Nacional, au retour d'une expédition décevante à Cascais. La salle du haut était pleine, mais nous avons eu la chance qu'à notre arrivée, une table se libère pile devant une des fenêtres donnant sur la Praça da Figueira. Nous avons été servis rapidement: un chocolat chaud pour moi, un thé vert pour Chouchou, deux pastéis de nata chacun, et nous avons savouré le tout en prenant notre temps, sans jamais avoir l'impression que le personnel attendait notre départ. Montant de l'addition: 10,25€ - et en plus, on a pu payer avec une Visa!

Praça da Figueira 18B
1100-241 Lisbonne
Ouvert tous les jours de 8h à 20h
sauf le dimanche: de 9h à 20h


MEMMO ALFAMA HOTEL






Si les bars à cocktails sont très nombreux à Lisbonne, beaucoup d'entre eux ouvrent assez tard pour Mamie Armalite, diffusent le genre de musique qui fait saigner ses oreilles ou sont dépourvus de la terrasse à laquelle aspirait son petit coeur assoiffé de lumière naturelle et de beaux panoramas. (Mamie Armalite va maintenant cesser de parler d'elle à la troisième personne et recommencer à s'exprimer normalement.) En cherchant bien, nous avons tout de même réussi à dénicher un endroit délicieux: le bar sur le toit de l'Hôtel Memmo, non loin de la Praça do Comércio, à deux pas d'un des arrêts du mythique tram 28. Petites terrasses en cascade, mini-piscine, calme absolu et vue imprenable sur le quartier de l'Alfama. Certes, la carte des cocktails se limitait à une poignée de classiques et à un Rose Punch sans alcool que la serveuse a automatiquement posé devant moi alors que non, il était pour Chouchou. Et certes, 9,50€ pour un Bellini à base de prosecco, c'est un poil chérot pour Lisbonne. Mais nous avons passé un moment merveilleux à regarder la nuit tomber en grignotant des chips de patate douce trempées dans une sauce au yaourt. Et ici aussi, nous avons pu payer avec une carte étrangère. 

Traversa Merceeiras, 27
1100-348 Lisbonne


PARK





Pour notre dernier soir, nous avions décidé d'aller boire un verre dans un endroit hors du commun: un bar situé au 6ème et dernier étage d'un parking du Bairro Alto. Arrivés vers 17h, nous avons trouvé la terrasse végétalisée déjà grouillante de jeunes qui auraient pu être nos enfants et qui clopaient comme s'ils avaient décidé de mourir longtemps avant nous. En plus, il y avait un DJ qui diffusait... je ne sais pas trop, du rap? Un truc tympanocrevant. Et toutes les bonnes places face au panorama étaient déjà prises, évidemment. Dommage, parce que la carte des cocktails était bien fournie, pleine de choses alléchantes à des prix hyper raisonnables: 7€ pour mon Sunset Park à base de vodka, 6€ pour le Virgin Mojito aux vraies fraises de Chouchou. Sans la fumée de cigarette, j'aurais volontiers traîné dans ce chouette endroit jusqu'au coucher du soleil, mais d'autres seront peut-être moins chochottes. 

Calçada do Combro, 58
1200-115 Lisbonne
Ouvert du lundi au vendredi de 13h à 23h30
et le samedi de 12h30 à 2h


BUDGET

2 billets A/R Bruxelles-Lisbonne en Check & Go (bagage cabine seulement) 
sur Brussels Airlines, réservés fin novembre pour un départ mi-mars: 152€
5 nuits dans un T2 du Bairro Alto, réservé sur Air BnB: 324€
2 guides de voyage (Un grand week-end à... + Cartoville): 18€
1 escape game chez Escape Hunt, réservé 15 jours avant le départ: 50€
Dépenses sur place (nourriture, boissons, transports, visites - mais pas shopping perso): 432€
- soit 43,20€ par personne et par jour

Total: 976€

lundi 20 juin 2016

[EDIMBOURG] Un afternoon tea de rêve chez Mimi's Bakehouse




S'il est une tradition britannique que j'adore, c'est bien celle de l'afternoon tea: un thé, des scones avec de la clotted cream et de la confiture, un assortiment de petits gâteaux généralement très sucrés et un autre de sandwichs de pain de mie à la garniture généralement un peu fade. Du point de vue gustatif, ça ne colle pas réellement avec ce que j'aime, mais je ne connais pas de meilleur prétexte pour traîner dans un endroit cosy en bavardant ou en bouquinant. Le problème, c'est que dans les salons de thé et les hôtels chics, l'afternoon tea coûte souvent un bras, même sans opter pour la version de luxe avec flûte de champagne. Et le taux de change actuel de la livre n'arrange rien à l'affaire! Pourtant, durant notre séjour à Edimbourg, nous avons découvert un petit paradis terrestre nommé Mimi's Bakehouse où nous avons pratiquement passé une journée entière...





A la base, nous avions pris le bus 35 jusqu'à son terminus - le port industriel de Leith. Celui-ci nous a paru si peu engageant que nous avons très vite rebroussé chemin vers un resto indien repéré sur mon guide. Bien entendu, le resto indien avait changé d'enseigne et était désormais fermé le lundi. Nous nous sommes donc rabattus sur Mimi's Bakehouse, juste à côté, où je comptais prendre un goûter dans l'après-midi mais qui servait également à déjeuner. Quand j'ai découvert son intérieur si douillet et joliment décoré, j'ai décidé d'y revenir un peu plus tard après avoir fait une promenade sur la plage de Portobello, et demandé à l'une des adorables serveuses si elle voulait bien nous garder le canapé en velours noir qui avait l'air si confortable!






Vers 15h15, donc, nous sommes revenus chez Mimi's Bakehouse. Laissant le canapé à Chouchou, je me suis lovée dans le fauteuil à oreillettes assorti, et j'ai commandé mon fameux afternoon tea tandis que Chouchou se contentait d'un thé et d'un gâteau. D'expérience, il devait se douter que je mangerais à peine la moitié de ce que j'avais commandé et qu'il récupèrerait le reste! (Au final, à nous deux, nous avons même réussi à laisser le dernier gâteau...)





Ta-daaaaam! Avouez que ça fait envie, non? Dans les petits gâteaux, il y avait une mini-Pavlova, un cupcake banane-beurre de cacahuète, un gâteau aux Maltesers et un autre au fudge. Côté sandwichs, les classiques salade d'oeufs et jambon-mayo, plus un autre garni d'un chutney que je n'ai pas su identifier mais que j'ai adoré (et pas de maudit saumon fumé, youhou!). Quant aux scones, la clotted cream était si épaisse que la petite cuillère tenait debout dedans, et la confiture de framboises était à se damner. Pour les thés, Mimi's Bakehouse se fournit chez Tea Pigs, sympathique marque anglaise que j'ai moi-même découverte à l'époque de mon abonnement à la Thé Box. 

Nous sommes restés dans notre petit coin pratiquement jusqu'à la fermeture, moi bouquinant le tome 2 des Ferrailleurs avec mes jambes repliées sous moi et Chouchou piquant du nez sur son iPhone au milieu des coussins. Un de ces moments parfaits où je suis dans ma bulle et où le monde pourrait s'écrouler à l'extérieur sans que je m'aperçoive de rien. Quand je suis allée payer, les serveuses se sont extasiées: "We didn't want to bother you, you looked so comfortable all tucked there with your book!". Indeed, mesdemoiselles, indeed. 

63 Shore
Edinburgh EH6 6RA
Ouvert tous les jours
(Attention, il existe deux autres salons de thé du même nom dans le centre d'Edimbourg, 
mais beaucoup plus petits et moins chouettes)
Afternoon tea: £15

jeudi 11 février 2016

L'Esco*bar, une bonne adresse pour déjeuner et goûter à Anvers




Pour notre récente escapade à Anvers, j'avais demandé à Gasparde, qui s'y rend souvent pour son travail, de nous recommander un resto sympa et pas trop cher à proximité de la gare centrale. Effectivement, l'Esco*bar est très bien situé, dans une rue sur la gauche quand on marche en direction de la grande avenue commerçante du Meir. Lorsque nous arrivons le samedi vers 11h30, les deux salles sont déjà presque pleines de gens en train de bruncher, et sans réservation, nous avons de la chance de réussir à grapiller une table pour deux qui se libère juste à ce moment. 










La formule brunch est assez classique, essentiellement du sucré avec du jambon et du fromage en plus, et nous décidons donc de taper plutôt dans le reste du menu (que je dois me faire traduire par Chouchou, car il n'en existe pas de version française ou anglaise). Un burger crapuleux et une eau pétillante pour Chouchou, les "scampi Esco*bar" et un verre de vin blanc argentin pour moi. Le temps que notre commande arrive, je me balade un peu partout en photographiant la déco.





Nos assiettes arrivent relativement vite malgré l'affluence. Le burger de Chouchou est assez monstrueux et délicieux d'après lui. Je suis un peu décontenancée de ne recevoir qu'une corbeille de pains assortis avec mes scampi, alors que selon moi, une timbale de riz blanc vapeur s'imposait en accompagnement. Malgré tout, je ne regrette pas mon choix: la sauce riche, crémeuse et légèrement épicée, est une véritable tuerie. 





L'endroit nous plaît tellement que nous y revenons pour une pause goûter avant de prendre notre train. Je suis déçue par les muffins, que je trouve un poil secs et peu intéressants gustativement; par contre la limonade maison "Royal mint" choisie dans la grande liste écrite et illustrée à la craie sur une porte est un excellent choix. Et puis pour 11,50€ à deux, difficile de rouspéter même si la maison n'accepte que les paiements en cash... Nous avons adoré l'Esco*bar, et nous y reviendrons sûrement lors d'un prochain passage à Anvers.

Quellinstraat 32
2018 Antwerpen
Ouvert de 9h à 18h

dimanche 13 décembre 2015

Reading in tearooms, restaurants and a few other places (13)




1. La Fabbrica di Marco (Toulon) 2. Le Chamo (Toulon) 3. Unami (Bruxelles) 
4 et 13. Filigranes (Bruxelles) 5 et 7. Hôtel Le Berge (Bruxelles) 6. Halle Saint-Pierre (Paris) 
8. Samourai Ramen (Bruxelles) 9 et 14. Marks & Spencer Café (Bruxelles) 
10. Le Chantilly (Toulon) 11. La Théière (Toulon) 12. Takumi (Bruxelles)
14. Comptoir Florian (Bruxelles)

vendredi 16 octobre 2015

Reading in tearooms, restaurants and a few other places (12)



1. Ombres Blanches (Toulouse) 2. L'Oriento (Bruxelles) 3 et 9. Exki bd Anspach (Bruxelles) 
4. Le Chantilly (Toulon) 5. Resto chinois (Monpatelin) 6. Bar de la Place (Monpatelin) 
7. L'Oasis (Toulon) 8. La Fabbrica di Marco (Toulon) 10. Les super filles du tram (Bruxelles)
11. Filigranes (Bruxelles) 12. Le Balmoral (Bruxelles) 13. Les gens que j'aime (Bruxelles)
14. Hard Rock Café (Budapest) 15. Angelika (Budapest)

jeudi 8 octobre 2015

[BUDAPEST] Donnez-moi une apocalypse plutôt qu'un bain thermal


Aujourd'hui, nous quittons l'appartement un peu avant 10h et remontons à pied l'avenue Andrassy Ut. Exceptionnellement, nous nous arrêtons pour petit-déjeuner dans un café bio sympa, l'Ecocafé. Bonne idée, car la distance à pied est beaucoup plus grande qu'il n'y paraissait sur mon plan. 






Vus de l'extérieur, les bains Széchenyi Furdo sont superbes. A l'intérieur, nous déchantons assez vite. Un bon tiers de l'établissement est en travaux, et il nous faut 45 PUTAINS DE MINUTES pour trouver l'unique guichet de location de serviettes encore ouvert... et nous apercevoir que nous n'avons pas assez d'argent liquide pour en prendre deux. Entre-temps, nous avons demandé notre chemin à une demi-douzaine d'employés dont aucun ne parlait correctement anglais, et qui nous ont tous indiqué quelque chose de différent. Si l'entrée n'était pas si chère, j'aurais fait demi-tour avant même de tremper le moindre orteil dans l'eau. Ce qui aurait probablement été une bonne idée pour les orteils en question, car le sol est atrocement sale et nous n'avons pas apporté de claquettes de piscine (ni vu de possibilité d'en louer). 

J'ajoute qu'après avoir enfilé mon maillot, je me suis rendu compte que le lycra avait complètement craqué dans le dos, si bien qu'au niveau de mon postérieur, il ne tient plus que par une trame pas franchement couvrante. Mais honnêtement, je m'en fous, je doute fort que quiconque se préoccupe davantage de mon séant que du sien. Par contre, quand après avoir arpenté l'établissement quatre ou cinq fois dans tous les sens, nous nous trouvons enfin équipés et en vue des bassins extérieurs - à ce stade, plus d'une heure s'est écoulée depuis notre arrivée sur les lieux -, et que Chouchou m'annonce soudain: "J'ai un TOC, je ne sais plus si j'ai bien fermé mon casier, il faut que j'y retourne", j'hésite entre l'étrangler et m'asseoir par terre en sanglotant de désespoir.




Nous faisons trempette dans le seul des deux bassins extérieurs en service. Il est bondé de monde, on se croirait comme des sardines dans une boîte. Pas moyen de faire un mouvement sans heurter quelqu'un. Malgré ça et puisque nous sommes arrivés jusqu'ici, nous nous dépêchons d'écouler les 27 photos de notre appareil étanche jetable. Je n'ose pas mettre la tête sous l'eau (hors de question que je doive me laver les cheveux avant de sortir d'ici); du coup, nous opérons au jugé complet, et je sens que nous allons nous retrouver avec un tas de clichés flous et/ou mal cadrés de nos pieds. Ou des pieds de nos nombreux voisins, d'ailleurs. 

Nous pataugeons quelques minutes là, puis dans un des bassins intérieurs un peu plus chaud, dont l'eau a une jolie couleur d'urine boueuse et une légère odeur d'oeuf pourri, avant de nous replier dans le sauna également bondé. Quand je veux sortir, les énergumènes assis sur le banc du bas refusent de se lever pour me laisser descendre. Vu la hauteur et l'absence de prise, je dois sauter sur le carrelage trempé. Je manque m'étaler ou me péter une cheville, mais heureusement, j'arrive à me rétablir sans trop de dommages bien qu'assez peu dignement. Fuyons cet endroit maudit. 





Il faut croire que ça n'est pas notre journée. Le musée des transports, que nous comptions visiter dans la foulée, est fermé pour rénovations, et il nous manque 20 forints (environ 3 cents d'euros!) en cash pour déjeuner à la ravissante buvette du parc Varosliget. Je ne suis pas contente du tout. 

Nous prenons le métro jusque vers le bas de Kiraly Utca. Je retournerais bien au Blue Bird Café, mais là encore, nous jouons de malchance: la terrasse est en travaux et ça fait un potin d'enfer. Je retire du cash, une somme calculée au plus juste pour payer les deux escape games qui nous restent, et nous atterrissons dans un café bio sans intérêt où je mange un sandwich minuscule qui me laisse un peu sur ma faim. Puis nous nous dirigeons à pied vers Escaper et, comme nous passons devant la boutique In Situ que j'avais repérée sur internet, j'entre m'acheter un carnet d'un créateur local. 




Heureusement, à partir de là, cette journée pourrie redresse la barre. L'escape game Safe House est fabuleux; en termes de jeu pur, le meilleur que nous avons fait jusqu'ici (même si l'Alice au Pays des Merveilles de Leavin' Room, à Paris, conserve le titre de la salle avec la plus belle déco). Nous sommes les survivants d'une apocalypse virale qui viennent juste d'apprendre l'existence de la Fédération Terrienne et arrivent dans un de ses refuges. Hélas, nous sommes loin d'être sauvés pour autant! Le truc génial, c'est que nous partons avec 35 minutes seulement (temps calculé en fonction du nombre de joueurs), mais que nous pouvons trouver des éléments qui nous permettront de rallonger le chrono. Ainsi, nous devons jouer sur deux tableaux en parallèle: d'un côté, fouiller pour gagner du temps, et de l'autre, résoudre les énigmes pour sortir du refuge avant la fin du chrono. L'histoire n'est pas du tout linéaire, ce que j'apprécie beaucoup, et son créateur Peter a conçu un tas de mécanismes ingénieux et de puzzles très imaginatifs. C'est à la fois hyper stressant et super bien foutu. Nous nous amusons comme des fous et, malgré un petit cafouillage final, nous sortons en 70' 06" sur les 75 minutes possibles au maximum. Une expérience géniale. 








Nous allons nous calmer dans un salon de thé recommandé par la GM de Mind Crime hier: le Rengeteg Romcafé, assez loin de toute attraction touristique pour qu'on ne risque guère de tomber dessus par hasard. Je kiffe la décoration super chargée: vieux ours en peluche, bouquets de fleurs séchées, collection de bois flotté encadrée sur des murs rouge foncé. Je kiffe un peu moins l'absence de gâteaux et le fait que le thé soit du Clipper, une marque que je n'apprécie pas. Je sirote quand même un Earl Grey en admirant ce qui m'entoure quand mon regard se pose sur les fabuleux chocolats chauds aromatisés de la table voisine. J'en commande un à la fraise, avec du chocolat à 50% de cacao (on peut choisir la teneur, depuis 34% pour le chocolat au lait jusqu'à 80% pour le chocolat le plus noir). Il est si épais que je dois le manger à la cuillère au lieu de le boire, mais quel régal!

Nous rentrons en métro. Dans le Prima voisin de l'appartement, nous achetons de quoi pique-niquer ce soir et petit-déjeuner demain. N'ayant pas trouvé de soupe, nous pourrons jusqu'au Spar situé un peu plus loin, qui n'en a pas non plus (par contre, si quelqu'un veut du jus de chou vert, c'est possible!). Je me rabats sur une mystérieuse purée verte surgelée. Une recherche Google m'apprend qu'il s'agit en réalité d'une soupe à l'oseille que je déteste. Un dernier petit fail pour boucler cette journée hyper-contrastée.