Affichage des articles dont le libellé est postcrossing. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est postcrossing. Afficher tous les articles

mardi 13 mars 2012

Par courrier non plus, ça ne marchera pas


Après avoir envoyé jusqu'à 50 cartes certains mois, je me suis bien calmée sur le Postcrossing qui commençait à représenter un budget trop conséquent. Mais j'échange encore quelques cartes par-ci par-là. Hier, rentrant à Bruxelles après une absence de presque deux semaines, j'ai trouvé une intéressante moisson, parmi laquelle une carte de la jolie ville ukrainienne de Lviv, entièrement rédigée en espagnol, et une carte du Portugal représentant l'ascenseur de Santa Justa que j'ai eu le plaisir de prendre lors de mon séjour à Lisbonne en décembre 2010. En la retournant, j'ai pu lire le texte suivant (traduit de l'anglais, avec mes commentaires en italique):

Bonjour Armalite,
Je m'appelle Carlos et je vis dans la très belle ville de Lisbonne.
Heureux homme.
Malheureusement, je n'avais pas de cartes qui correspondait aux thèmes de ta liste, alors je t'en envoie une de l'ascenseur Santa Justa.
Pas de souci, ça me rappelle de bons souvenirs.
Il fut construit par l'ingénieur Raoul Mesnier de Ponsard, un des apprentis de Gustave Eiffel. J'ai 46 ans; je suis marié et heureux en ménage depuis 28 ans.
Félicitations Carlos, c'est rare de nos jours.
Nous avons un fils et une fille qui sont mariés eux aussi, et nous adorons les chats. Nous avons deux femelles qui s'appellent Sasha et Twenty.
J'espère qu'elles vous laissent dormir la nuit.
Dans ton profil, tu suggérais que je parle de mes espoirs pour l'avenir. Je suis particulièrement interessé par la Bible et par l'exemple que Jésus a donné à tous les hommes.
Euh... OK. Je suppose que tout le monde a besoin d'un hobby.
Je suis un Témoin de Jéhovah et j'aime parler à mes voisins des bonnes nouvelles pour notre futur annoncées par la Bible.
Sarko va perdre les élections en mai? Les éditeurs français vont se montrer vaguement raisonnables quant au montant des droits accordés aux traducteurs sur les livres numériques? Le radis noir sera dans tous les bons supermarchés l'hiver prochain, et le speculoos interdit par un amendement à la Convention de Genève?
Des Témoins ont-ils déjà rendu visite à ta famille?
Plein. Mon père les a tous envoyés à Plumeau, et je m'emploie à perpétuer la tradition. Par contre, c'est la première fois qu'on tente de me recruter par carte postale. Bravo pour ton originalité, Carlos.
Aimerais-tu mieux connaître la Bible grâce à une étude personnalisée?
Vraiment, vraiment pas.
Merci, bisous.

mardi 17 mai 2011

Too funny, indeed


Reçu aujourd'hui cette carte Postcrossing en provenance des Pays-Bas, accompagnée du message suivant (traduit de l'anglais):

Salut, amie des hippopotames! La semaine dernière, j'ai acheté cette carte en pensant qu'elle resterait longtemps dans mon tiroir, et aujourd'hui, je pioche ton adresse. Ha ha ha. Trop drôle. J'espère que tu ne l'as pas déjà.

Comment te dire, chère Annette? Une petite visite au zoo serait sans doute une bonne idée. La lecture des pancartes n'est PAS en option.

(Oh, et accessoirement, si ça s'ouvre et que tu es obligée de l'envoyer dans une enveloppe, ce n'est pas non plus une carte postale, mais une carte de voeux.)

Bien à toi.

mercredi 23 février 2011

Mode d'emploi d'une journée réussie


Annuler le rendez-vous prévu pour 13h parce que, vraiment, on ne le sentait pas.

A la place, aller déjeuner avec Sophie au Vespa Café. Convenir que les hommes sont quand même bien bêtes de mesurer leur utilité dans le couple à des choses matérielles comme leur salaire ou leur capacité à faire des trucs "d'homme", alors que ce qu'on attend d'eux, c'est de la présence et des attentions. Se désespérer du nombre de bouquins dans lequel sévit un crabe, et songer que ce serait bien d'instaurer un label "Cancer-Free" à apposer sous forme d'étiquette autocollante sur les ouvrages concernés. Passer comme toujours un très bon moment.

A la Poste De Brouckère, payer ses envois européens en liquide et recevoir parmi la monnaie une pièce de 20 cents slovène qui fera le bonheur de Père. Remercier le monsieur du guichet avec un grand sourire.

Chez Brüsel, acheter "La Grande Lulusion" (une bédé recommandée par Gren), "Des Souris et Des Mômes", roman jeunesse de Juliette Nothomb (oui, la soeur de...), le tome 1 du manga "A lollipop or a bullet", et puis deux petits choses pour offrir - chuuut!

Chez Nicolas, décliner la proposition du monsieur à moustache blanche venu pour une grosse commande et qui offre gentiment de céder son tour. "Non, merci, j'ai le temps." L'approuver: oui, ne pas être pressé, c'est un luxe bien appréciable. Puis choisir avec l'employé un vin rouge susceptible de se marier harmonieusement avec la fondue prévue pour samedi soir.

Chez H&M, trouver un petit pull rose pâle à manches gigot qui ira bien avec ma jupe de secrétaire grise Claudie Pierlot, ainsi qu'un cardigan à troutrous fuchsia qui se mariera à la perfection avec ma robe à étoiles bleu marine également de chez Claudie Pierlot. Près des caisses, hésiter devant un top rose poudré à volants, joliment ceinturé de noir; avoir la flemme de remonter à l'étage pour l'essayer et le reposer sagement sur son portant. Mais au dernier moment, embarquer un parapluie jetable bleu avec des hirondelles roses et blanches, parce que le parapluie jetable, c'est l'article qu'on perd le plus souvent, bien davantage que les stylos ou les briquets, et que ne pas avoir de parapluie jetable dans son sac quand on habite Bruxelles, c'est toujours une mauvaise idée.

Hésiter à aller boire un thé chez "Les gens que j'aime". Avoir la flemme de rebrousser chemin. Aller attendre le bus et s'en remettre au destin: si c'est le 38 qui arrive le premier, rentrer à la maison et se préparer un thé là-bas; si c'est le 71, descendre chaussée d'Ixelles et aller boire un thé au Comptoir Florian. Sourire en voyant le 71 se profiler au bout de la rue.

Au Comptoir Florian, savourer un Li Zi Xiang, thé de Chine bleu-vert semi-fermenté, en lisant le dernier numéro de ELLE et en se demandant si on n'essaierait pas le Blanc de Crème Erborian (alors qu'on a détesté la BB Crème encensée par toutes les autres blogueuses). A la caisse, avoir envie d'une des jolies boîtes métalliques de l'enseigne, et renoncer à l'acheter parce qu'ils n'acceptent pas la carte Visa, ni la Bancontact. "Ici, on ne prend que le vrai argent", rigole la vendeuse.

En rentrant chez soi, trouver dans sa boîte à lettres quatre cartes Postcrossing, dont une représentant un adorable bébé hippopotame. Couiner: "Ooooh, un mini Georges-Arthur!". Se dire qu'on est timbrée. En être vaguement fière.

jeudi 19 août 2010

La vieille dame qui avait honte de son âge

Dans le coin supérieur gauche de l'écran, une photo montre une vieille dame aux cheveux blancs comme neige et au visage animé malgré les fins tuyaux de plastique qui sortent de son nez et forment comme un collier autour de son cou. Je lis le profil Postcrossing qui accompagne cet avatar:

"For most of my teaching career, I taught Art at a private girls school in Albuquerque. I was also an artist, working in several mediums. In my younger years, I was a jazz dancer and played many instruments. Before settling in New Mexico, I lived in Germany and Mexico and enjoyed visiting France, Italy, Spain, Scotland, and England. My interests include world peace, civil rights activism, and spirituality. I listen to all kinds of music and enjoy going to live concerts. In the summer, my vegetable garden supplements my meals."

Je me dis: ouah, cette dame a eu une vie drôlement bien remplie; elle semble avoir l'esprit ouvert et des goûts éclectiques. En gros, c'est tout à fait mon genre de personne.

Et puis sa dernière phrase me laisse un goût amer dans la bouche:

"Please respect my privacy and dignity by not referring to my age."

J'ignore ce qui a pu la pousser à écrire ceci - peut-être une remarque maladroite d'un correspondant. Mais Postcrossing n'exige pas de ses membres qu'ils dévoilent leur date de naissance, et elle aurait très bien pu mettre une photo de ses carottes ou de ses tomates en guise d'avatar. Personne n'aurait pu dire autre chose que: cette dame doit avoir passé l'âge de la retraite.

Surtout, je suis très perturbée que quelqu'un de visiblement éduqué puisse considérer la vieillesse comme une chose honteuse, une tare à passer sous silence et dont la mention est forcément insultante. Je conçois bien que le grand âge s'accompagne de défaillances physiques et mentales peu agréables, voire très difficiles à supporter, mais... dans un monde où aucun prince viking en quête de vengeance et aucun ex-soldat confédéré au regard de veau ne viendra vous planter les crocs dans le cou pour vous transformer en vampire (coucou les copines fans de True Blood!), l'alternative, c'est quand même d'être mort. Moi, je serai fière d'arriver à 80 ans avec plein d'histoires à raconter et la satisfaction d'avoir goûté un maximum de ce que la vie avait à m'offrir.

Lecture conseillée: Vivre vieux!

samedi 17 juillet 2010

Funny ad cards

Le 30 juillet 2008, je m'inscrivais sur Postcrossing.

Depuis presque deux ans, j'ai envoyé plus de 500 cartes postales à des inconnus du monde entier. Une fois, j'ai "pioché" l'adresse d'une des lectrices françaises de ce blog, et une autre fois, celle d'une amie qui vit en région parisienne. Il m'est arrivé de recevoir deux cartes identiques, dans l'image comme dans le texte, à quelques semaines d'intervalle: la première fois, d'une Finlandaise qui me racontait qu'elle avait deux saunas chez elle, un traditionnel et un électrique; la deuxième fois, d'une Roumaine qui avait collé le même petit laïus tapé à l'ordinateur au dos d'une photo d'un monastère moldavien. Et le mois dernier, j'ai dû écrire deux fois à la même Suissesse en l'espace de huit ou dix jours.

J'ai reçu des cartes d'endroits où je n'avais jamais eu envie de me rendre et qui m'ont pourtant donné des fourmis dans les jambes, et puis des cartes qui ont fait ressurgir plein de souvenirs parce qu'elles représentaient des endroits que j'avais déjà visités: le café Demel et l'Opéra de Vienne, Arches National Park dans l'Utah ou le lac Kawaguchi au pied du Mont Fuji. Des cartes touristiques bon marché sans doute achetées en nombre, et de ravissantes cartes d'art dont je devinais qu'elles avaient été choisies spécialement à mon intention. Des photos imprimées à la maison, des dessins d'enfant maladroits, des monstruosités pailletées, des recettes de cuisine dans des langues que je ne comprends pas, des chatons en-veux-tu-en-voilà. Toutes sans exception m'ont fait sourire de plaisir lorsque je les ai découvertes dans ma boîte aux lettres.

N'empêche que si on le pratique intensivement, Postcrossing n'est pas un loisir économique. En Belgique, les timbres pour envoyer une carte postale dans un autre pays d'Europe coûtent 0,90€, et les timbres pour envoyer une carte postale dans le reste du monde, 1,05€. A cela, il faut rajouter le prix des cartes elles-mêmes (de 0,25€ pour les cartes touristiques de base à près de 2€ pour certaines cartes d'art). Mon budget n'étant pas infini, je me suis donc mise à fouiller les présentoirs de cartes postales publicitaires qui fleurissent un peu partout dans les cinémas, les bars et les restaurants de Bruxelles. Parfois, on y trouve des choses très drôles, au point que j'en rafle quelques exemplaires pour envoyer et en prends aussi un pour moi. Quelques exemples parmi mes préférées:


"For once, the dark side saves the planet", clame cette publicité pour la journée nationale des économies d'énergie.


Une pub pour Coca-Cola qui met en scène Blanche-Neige et les sept nains dans un cinéma. La légende en flamand dit: "Ils furent heureux et regardèrent encore longtemps".


J'ai réservé cette "pause-pipi" à mes correspondants francophones, of course.


Ma dernière trouvaille en date, dans le hall de l'UGC DE Brouckère, me rappelle que je n'ai toujours pas vu la 6ème saison de Kaamelott...

lundi 23 novembre 2009

La carte sybilline du jour


Je reçois à l'instant, par l'intermédiaire de Postcrossing, cette jolie carte de Taiwan qui comporte le texte suivant:

Dear Armalite,

Je suis Adeline, comment vas-tu? I finally get the id of France and hope to soon can also receive to come from postcard in handing over of France behind me and have a chace I hope I can the country for France taste délicious "médoc". Being very happy can send the card to you.


J'ai cru comprendre que la demoiselle espérait venir en France, mais est-ce pour goûter du Bordeaux rouge ou pour me piquer mon Xanax? Mystère...

jeudi 7 mai 2009

Talk about a coincidence...

Le 19 septembre 2008, j'ai eu la surprise de recevoir, par l'intermédiaire de Postcrossing, une carte d'une lectrice française de mon blog. Quelle était la probabilité pour que, parmi les dizaines de milliers d'inscrits sur le site à travers le monde, mon adresse soit fournie à une des douze ou treize personnes qui 1/suivent mes petites aventures quotidiennes 2/sont également inscrites sur Postcrossing 3/ne vivent pas elles aussi en Belgique? Pas bien grande, hein?

Mercredi dernier, il m'est arrivé un truc encore plus incroyable: comme je réclamais une adresse à laquelle envoyer une carte, c'est le profil d'Autre Moi qui est apparu sur mon écran. J'ai dû rester bouche bée deux bonnes minutes, à lire et à relire ses coordonnées (que je connais pourtant par coeur) sans en croire mes yeux. A l'heure qu'il est, elle doit avoir reçu ma jolie carte du Musée des Instruments de Musique. Avec celle que je vais lui envoyer du Maroc, ça lui en fera deux en autant de semaines!

jeudi 5 mars 2009

218 jours de Postcrossing

L'été dernier, je me suis inscrite sur Postcrossing, qui permet à ses membres inscrits d'échanger des cartes postales entre inconnus à travers le monde entier. Le site vient de fêter ses deux millions de cartes. Depuis le 30 juillet 2008, j'en ai moi-même envoyé 150 (et reçu à peu près autant) au travers de mes deux comptes - un à mon adresse belge, l'autre à mon adresse française. Et malgré la récente augmentation du prix des timbres* qui, ajouté à celui des cartes, en fait une activité pas vraiment gratuite, mon intérêt pour Postcrossing ne faiblit pas.

J'aime les ponts minuscules et éphémères qui se tissent ainsi entre moi et mes correspondants. J'aime dévoiler des fragments choisis de ma vie et recevoir des messages allant du purement factuel au très intime. J'aime découvrir de nouvelles images dans ma boîte à lettres, et suis toujours un peu déçue les jours où elle n'en contient pas. J'aime déchiffrer des écritures aussi variées que leurs propriétaires. J'aime les imaginer en train de m'écrire, cette étudiante finlandaise de 22 ans qui adore la neige, cette mamie américaine ultra-catho qui demande à Dieu de me bénir, ce photographe portugais à l'anglais hésitant qui a dû pas mal chercher ses mots, cette jeune Chinoise enthousiaste qui rêve de faire le tour du monde. Je range toutes leurs cartes dans une jolie boîte rouge, et parfois quand j'ai la bougeotte, je les passe en revue pour voyager sans quitter mon fauteuil. En voici quelques-unes parmi les plus marquantes.

- Celle qui a fait le plus de chemin pour venir jusqu'à moi:


18721 kilomètres pour cette carte venue de Nouvelle-Zélande, le record risque d'être difficile à battre!

- Celle qui portait le plus petit numéro d'identification:


C'est seulement la 1129ème carte envoyée depuis le Qatar (à titre de comparaison, les Finlandais qui sont extraordinairement actifs sur Postcrossing approchent gentiment des 500 000!).

- Celles qui me donnent le plus envie d'aller voir là-bas:


Entre Riga, la capitale de Lettonie surnommée "le Paris du Nord"...


...et l'exotisme du joyau de l'Indonésie, mon coeur balance.

- Les plus drôles:


J'adore cet orchestre de grenouilles stationné près de la bibliothèque de West Bend, dans le Wisconsin.


Et aussi cette collection de fôtes d'ortograf en provenance de Grande-Bretagne.

- Et ma préférée entre toutes:


D'abord la carte en elle-même est très jolie, avec un visuel original, une texture tramée et deux ravissants timbres à motifs oiseaux. Ensuite, j'ai été touchée par le message de l'expéditrice. "Dear Armalite, my name is Phoebe from Shangai, China. I'm a 27 year old girl, married, no kid. My husband and I are considering about having a baby this days. It's a tough decision to make. Actually I'm not quite sure if I can be a good mother. It's not like buy a dress and I can throw it away once I'm tired of it you know. Anyway, I think I will take the responsibility once I have the baby. Good luck to me! This card shows a protected building established before the foundation of the People's Republic of China. It used to be a hotel. Hope you like it! Phoebe. PS: China is a lovely place to go traveling or whatever. Hope you can come one day!"

*0,65€ pour l'Europe et 0,85€ pour le reste du monde depuis la France; 0,90€ pour l'Europe et 1,05€(!) pour le reste du monde depuis la Gelbique.

mardi 18 novembre 2008

Alors, c'est quoi le monument belge le plus célèbre, mmmh?

Voici le message que vient de m'écrire une jeune Chinoise à qui j'avais envoyé la carte postale ci-contre:

Hello!
Thanks a lot for your manneken-pis card! I know this little boy when I was in my Primary School haha++, cus our text book have a story about him! And our former chairman Jiang also give the little boy two sets of our national clothes to show our respect and love~now I have a card about my young age hero! That's cool!

Regards,
Raquel, Shanghai.

vendredi 19 septembre 2008

It's a small world after all...

En réponse à une carte postale envoyée en France il y a une dizaine de jours, voici le message que j'ai reçu par l'intermédiaire du site Postcrossing:

Bonjour !

C'est fou ! Je lis ton blog depuis au moins un an, et malgré le nombre d'inscrits sur ce site, je reçoit une carte de toi. Je trouve que c'est une chouette coïncidence. En tout cas, merci beaucoup pour cette très jolie carte qui me donne encore plus envie de visiter Bruxelles. Passe une bonne journée !

M***

Sérieusement, quelle était la probabilité pour que ça arrive, alors que je plafonne à environ 150 visiteurs uniques par jour, et qu'il y a des dizaines de milliers de Postcrossers à travers le monde? C'est juste dingue, non? J'ai trouvé ce message dans ma boîte mail durant un passage dans un cybercafé de Copenhague où nous étions rentrés pour nous abriter de la pluie qui gâchait la deuxième moitié de notre après-midi de mardi, et mon émerveillement a presque suffi à chasser la mauvaise humeur qui me poursuivait depuis une bonne heure.

lundi 11 août 2008

J'ai reçu mes premières cartes!


Dans ma boîte à lettres aujourd'hui: une carte venue d'Allemagne, deux de Finlande et une de Norvège. Pas d'illustrations remarquables dans le tas, mais une recette de tourte aux myrtilles que je serais bien en peine d'exécuter faute de lire le finlandais. Et des timbres tous jolis, avec une mention spéciale pour le Finlandais qui représente un gâteau entouré de framboises.
De mon côté, je dois trouver une carte avec un chat pour un Chinois, une carte avec un ange ou un "truc religieux" pour une Finlandaise (le pays semble trèès actif sur Postcrossing; ce sera déjà mon 4ème échange avec), et un timbre pour envoyer ma carte de la Tour Japonaise de Bruxelles à une scrapbookeuse hollandaise. Je suis fan fan fan.

mercredi 30 juillet 2008

Postcrossing

Les pays lointains vous font rêver? Vous aimez écrire et recevoir du courrier dans votre boîte aux lettres (la vraie!)? Vous pratiquez une autre langue que le français? Faites comme moi: inscrivez-vous sur le site de Postcrossing! Le principe est très simple: vous vous créez un profil, vous réclamez l'adresse d'un correspondant, vous lui envoyez une carte postale de votre choix comportant un petit message + le numéro d'identification qu'on vous a fourni, et vous attendez la carte postale qu'un autre correspondant va vous envoyer de son côté. Lorsque vous l'avez reçue, vous entrez son numéro d'identification sur le site, qui marque le lieu d'origine sur une mappemonde personnalisée, et vous pouvez recommencer depuis le début! Pour les nouveaux inscrits, il est possible d'avoir jusqu'à 5 cartes en transit simultanément (ce nombre augmente avec l'ancienneté). Je trouve cette idée absolument géniale, et ma première carte est déjà prête à partir pour... le Luxembourg. OK, on peut faire plus exotique :) La prochaine fois sans doute!

PS: Pour les non-Belges, ma carte représente une des neuf boules de l'Atomium, le plus célèbre monument national. (Non, ce n'est pas le Manneken Pis comme tout le monde semble le croire dans ma famille!)

PPS: Ceci est mon 1000ème post sur ce blog. Que de temps passé à raconter ma vie! ^^