Affichage des articles dont le libellé est homosexualité. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est homosexualité. Afficher tous les articles

lundi 19 août 2019

"Laura Dean keeps breaking up with me" (Mariko Tamaki/ Rosemary Valero-O'Connell)


Entre sa jolie couverture et son titre intrigant, il était inévitable que ce roman graphique attire mon attention. J'avoue avoir un peu hésité à la vue du nom de Mariko Tamaki: en 2014, je crois avoir été la seule à ne pas apprécier du tout "Cet été-là", encensé par la presse comme par le public. Mais j'étais terriblement attirée par le graphisme noir et rose de Rosemary Valero-O'Connell, son trait épuré et pourtant expressif, la composition dynamique de ses planches - alors, je me suis laissée tenter. 

Frederica Riley a 17 ans. Elle aime l'odeur des fraises mais pas leur goût. A ses heures perdues, elle récupère de vieilles peluches pour fabriquer des hybrides délirants dont elle imagine les conversations. Lors du bal de la Saint-Valentin, elle se fait plaquer pour la troisième fois par sa petite amie Laura Dean. Obnubilée par cette fille ultra-populaire et chroniquement infidèle, Freddy délaisse sa bande d'amis et cherche les conseils d'Anna Vice qui tient une rubrique "Courrier du coeur". Il lui faudra près de 300 pages pour réussir à échapper à cette relation toxique. 300 pages dont j'ai savouré la moindre case avec ravissement.

lundi 4 février 2019

"La fille dans l'écran" (Manon Desveaux/Lou Lubie)


Coline souffre d'une phobie sociale paralysante qui l'a conduite à abandonner ses études et se réfugier chez ses grands-parents, à Périgueux. Dans le cadre de son travail Une sur un projet d'album jeunesse, elle contacte Marley, une Française qui s'est installée à Montréal afin de poursuivre sa passion pour la photo, mais qui stagne dans un job alimentaire et une relation amoureuse insatisfaisante. Une complicité très forte se tisse entre les deux jeunes femmes par écran interposé...

La page de gauche pour Manon Desveaux qui dessine  Coline en noir et blanc, celle de droite pour Lou Lubie qui dessine en couleurs ce que fait Marley au même moment - avec l'inévitable décalage horaire dû à leurs deux pays de résidence. Cette disposition en vis-à-vis, qui permet de bien saisir le contraste entre la vie et la personnalité des deux héroïnes, donne également beaucoup de fluidité au récit à quatre mains. La phobie sociale de Coline et la pression que lui mettent ses parents, la routine dans laquelle Marley se sent de plus en plus enfermée et sa rébellion qui monte petit à petit sont rendus de manière réaliste et délicate à la fois. "La fille dans l'écran", c'est l'histoire de deux jeunes femmes qui vont n'en faire qu'à leur tête et résister aux conventions pour choisir leur propre chemin. Un roman graphique très réussi. 

mercredi 20 juin 2018

"Solitude d'un autre genre" (Kabi Nagata)


A 28 ans, Kabi Nagata est une jeune femme profondément dépressive, incapable de s'accrocher ne serait-ce qu'à un emploi subalterne à mi-temps. Depuis sa sortie du lycée, elle a été tour à tour anorexique et boulimique; souvent, elle s'automutile pour exprimer d'une façon concrète une douleur mentale invisible qu'elle peine à identifier, et l'envie de mourir la taraude constamment. Après sa dernière grosse rechute, elle a dû revenir s'installer chez ses parents qui ne la comprennent pas - alors que son besoin d'être acceptée par eux prime sur toute autre motivation. Elle souffre aussi de phobie sociale, n'a aucun ami et commence juste à comprendre qu'elle est attirée par les femmes. Par soif de contact humain et pour perdre enfin sa virginité, elle décide de faire appel à un service d'escort girls...

Oeuvre 100% biographique, "Solitude d'un autre genre" décortique la maladie mentale de l'auteure avec une franchise si complète, si brutale qu'on se sent parfois gêné en lisant. Le dessin au trait en noir et blanc simplement rehaussé de rose, aux personnages de manga classiquement kawaii, contraste très fort avec l'enfer intérieur que décrit Kabi Nagata. Même les passages un peu drôles - quand elle s'interroge sur l'attitude à avoir avec l'escort girl, notamment - restent poignants de par leur contexte. On souffre vraiment avec elle; à la fin, on se réjouit qu'elle ait pris conscience de ses propres besoins et osé aller à l'encontre des attentes de son entourage pour trouver enfin une forme d'épanouissement. Une douloureuse et pourtant très accessible quête de l'acceptation de soi, que je recommande à tous les anglophones intéressés par les thèmes de la maladie mentale et de l'homosexualité. 

Traduction de Manon Debienne

lundi 9 avril 2018

"J'ai égaré la lune" (Erwan Ji)


Capucine, étudiante franco-américaine de 19 ans, s'envole pour Tokyo avec sa petite amie Aiden afin d'y passer une année scolaire. Mais rien ne se déroule comme prévu, et c'est finalement seule que la jeune fille atterrit dans une colocation digne de "L'auberge espagnole"...

Avant "J'ai égaré la lune", il y a eu "J'ai avalé un arc-en-ciel", qui racontait la dernière année de lycée de Capucine aux USA et la façon dont elle tombait amoureuse d'Aiden. Je n'avais pas lu ce premier roman, et je le regrette car saisir les allusions que l'auteur y fait, notamment dans les échanges entre les deux filles, m'aurait permis d'apprécier encore davantage le second. Mais je vais très vite remédier à cette lacune. Parce que j'ai adoré le personnage de Capucine, qui se décrit elle-même comme une Poufsouffle et dont la sincérité désarmante change agréablement de toutes les héroïnes sarcastiques qui fleurissent un peu partout en littérature jeunesse depuis quelques années. Ne vous y trompez pas: je suis une grande fan du sarcasme quand il est bien tourné, mais son omniprésence commence à me lasser et à faire que les voix de beaucoup de personnages féminins se confondent dans mes souvenirs.

Capucine n'est pas badass: elle est vulnérable mais pas gourde, enthousiaste mais pas neuneu, inexpérimentée mais pas idiote, pleine d'un humour délicieux et jamais méchant. Se retrouvant plongée dans un environnement tout à fait étranger et une culture dont elle ne maîtrise aucun code, elle apprend avec bonne volonté en se posant les questions typiques d'une jeune adulte qui découvre la vie, gère ses problèmes avec une candeur parfois maladroite mais toujours touchante. Elle n'a pas une âme de rebelle, mais elle déteste les étiquettes. Les autres lui demandent tout le temps si elle est lesbienne ou bi; Capucine, elle, ne se pose pas la question. Elle aime qui elle aime, avec un naturel et une acceptation de soi innée qu'on a juste envie d'applaudir. Cette fille est un vrai vent de fraîcheur, et j'aurais bien voulu que son histoire ne se termine jamais. Si Erwan Ji écrit un tome 3, je saute dessus dès sa sortie!

PS: Dis, monsieur ou madame Nathan, tu voudrais pas payer un illustrateur pour te faire des couvertures décentes, qui donnent envie de découvrir le bouquin à l'intérieur? Parce que là, quand on pense à la beauté des couvs des romans jeunesse anglophones, franchement, c'est un peu la honte. Merci, bisous.

samedi 24 février 2018

"Eclat(s) d'âme" (Yuhki Kamatani)


Deux jours avant les vacances d'été, Tasuku, lycéen sans histoire, est "outé" par un camarade indélicat qui a fouillé dans son smartphone et y a trouvé des vidéos gay. Pour ne pas être rejeté par les autres, le jeune homme plaide une blague de son frère et affirme que l'homosexualité le dégoûte. Mais il craint que ce démenti ne suffise pas et que sa vie devienne un enfer, au point qu'il envisage le suicide. Au même moment, il voit au loin une femme se jeter dans le vide. Il se précipite vers l'endroit d'où elle a sauté et découvre, non seulement que l'inconnue est toujours en vie, mais qu'elle est l'hôte d'un curieux salon de discussion...

Après l'émouvant "Le mari de mon frère", les éditions Akata nous proposent un autre manga centré sur les problématiques LGBT - très différent du premier, mais tout aussi intéressant. Ici, le héros est un ado qui peine à accepter son orientation sexuelle, a fortiori, à trouver le courage nécessaire pour l'assumer publiquement dans une culture où elle est encore très mal vue. Les rencontres que fait Tasuku au salon de discussion, où personne ne le juge, vont peu à peu l'aider à mûrir. A partir d'une situation réaliste aussi banale que douloureuse, Yuhki Kamatani tisse une histoire empreinte d'une grande poésie et rehaussée d'une pointe de mystère. La finesse de son graphisme ajoute encore au charme fou de cette série dont j'attendrai impatiemment les prochains tomes.

Traduction d'Aurélien Estager

dimanche 5 novembre 2017

"Spinning" (Tillie Walden)


Toute l'enfance de Tillie Walden a été dominée par le patinage. Elle se lève le matin à 5h pour aller s'entraîner avant l'école, retourne à la patinoire après la fin des cours et passe ses week-ends à sillonner le pays pour participer à des compétitions dans deux disciplines différentes. Et tout cela, elle le fait seule: même si elle s'entend bien avec son père, alors que ses relations avec sa mère semblent se résumer à des questions d'argent, ses parents ne l'accompagnent jamais nulle part, ce qui singularise Tillie par rapport aux autres fillettes très entourées par leur famille. A l'approche de l'adolescence, deux choses viennent renforcer sa solitude. D'abord, les Walden quittent le New Jersey où elle avait ses marques pour s'installer au Texas où tout fonctionne très différemment. Ensuite, Tillie qui se sait homosexuelle depuis l'âge de cinq ans commence à souffrir de ne pouvoir exprimer ses préférences et concrétiser ses attirances... 

Bien qu'attirée par la thématique de cet énorme pavé (400 pages, tout de même...), j'avoue avoir hésité à l'acheter à cause de son graphisme épuré, un peu simpliste pour moi au premier coup d'oeil. J'ai bien fait de passer outre cette réticence, car une fois plongée dans "Spinning", j'ai vite réalisé la sensibilité extrême des dessins de l'auteure, l'expressivité subtile mais immense de ses personnages. Du coup, j'ai dévoré très vite ce récit autobiographique débordant de sincérité et d'émotion. J'y ai retrouvé certaines situations que j'avais vécues au même âge, et bien que nous ayions des caractères très différents, j'ai parfaitement ressenti les incertitudes, les doutes et les craintes de Tillie qui peine à comprendre ce qu'elle veut et plus encore à en faire part à son entourage. Bien plus qu'une bédé sur le patinage, "Spinning" est un récit d'apprentissage remarquable - et très prometteur si l'on songe que son auteure a seulement 21 ans. 

mardi 1 août 2017

"Less" (Andrew Sean Greer)


Arthur Less voit approcher son cinquantième anniversaire avec une certaine anxiété. Son éditeur a refusé son troisième roman, et l'homme avec qui il vient de passer 9 ans épouse bientôt quelqu'un d'autre. En quête d'un prétexte pour ne pas assister au mariage, Less décide d'accepter toutes les invitations qu'on lui a envoyées. Il ira à New York pour interviewer un auteur bien plus connu que lui, au Mexique pour faire une conférence, en Italie pour assister à la remise d'un prix qu'il ne remportera probablement pas, en Allemagne pour donner un cours universitaire, au Maroc pour participer à un voyage organisé en l'honneur des 50 ans d'une inconnue, en Inde pour faire une retraite et tenter de rattraper son manuscrit, et enfin au Japon pour écrire un article sur le kaizeki...

Après "Les vies parallèles de Greta Wells" (que j'ai adoré) et "L'histoire d'un mariage" (qui m'a laissée plutôt froide), "Less" est le troisième roman d'Andrew Sean Greer que je lis, et j'avoue avoir été époustouflée par la capacité de cet auteur à traiter des thèmes aussi différents dans un style nouveau à chaque fois. Ici, sa prose est un véritable enchantement, fluide et désinvolte, vivace et éloquente, subtile et ironique.

J'aurais aimé "Less" même si le sujet m'avait moins touchée - mais il se trouve qu'en plus de l'écriture brillante, le thème avait tout pour me plaire. Less est un héros inattendu, qui pourrait verser dans le pathétique voire le ridicule s'il n'était si humain donc si touchant. Au fil de ses mésaventures cocasses, de ses découvertes culturelles et de ses rencontres improbables, il fait la paix avec son passé, apprend à profiter du présent et à porter sur l'avenir un regard plus serein. A la fois comédie fine, ode au voyage et incitation à la pleine conscience, ce roman est pour moi un très gros coup de coeur.

"- Strange to be almost fifty, no? I feel like I just understood how to be young.
- Yes! It's like the last day in a foreign country. You finally figure out where to get coffee, and drinks, and a good steak. And then you have to leave. And you won't ever be back."

"It is, after all, almost a miracle they are here. Not because they've survived the booze, the hashish, the migraines. Not that at all. It's that they've survived everything in life, humiliations and disappointments and heartaches and missed opportunities, bad dads and bad jobs and bad sex and bad drugs, all the trips and mistakes and face-plants of life, to have made it to fifty and to have made it here: to this frosted-cake landscape, these mountains of gold, the little table they can now see sitting on the dune, set with olives and pita and glasses and wine chilling on ice, with the sun waiting more patiently than any camel for their arrival. So, yes. As with almost every sunset, but with this one on particular: shut the fuck up."

EDIT 8/2/19: Désormais disponible en français sous le titre "Les tribulations d'Arthur Mineur", dans une traduction de Jacqueline Chambon.

lundi 26 juin 2017

"Bonheur fantôme" (Anne Percin)


Du jour au lendemain, Pierre, 28 ans, a tout quitté pour aller s'installer à la campagne, dans une bicoque pleine de courants d'air en bordure de départementale. Tout, c'est-à-dire Paris, ses amis, le monde du mannequinat, sa thèse avortée sur Simone Weil... Dans ce coin très vert, un peu paumé, il soigne ses chiens, ramasse des vieilleries qu'il revend, s'occupe de son potager et se convainc qu'il a fait le bon choix en optant pour la décroissance. A ses heures perdues, il écoute en boucle les vieilles chansons tristes de Mouloudji et écrit la biographie de Rosa Bonheur, une peintre féministe du XIXème siècle. Mais quelle raison profonde a poussé ce jeune homme à la beauté féroce à se mettre ainsi en retrait du monde?

C'est par ses romans jeunesse que j'ai découvert Anne Percin, mais c'est avec ce roman très adulte qu'elle aura achevé de me conquérir. Introspectif et d'une intensité presque douloureuse, "Bonheur fantôme" dresse le portrait d'un être complexe tourmenté par ses démons et par un amour qui continue à le crucifier au-delà de tous ses renoncements. La description de sa vie solitaire et contemplative à la campagne m'a fait penser à du Thomas Vinau en plus âpre. Une belle plongée en eaux apparemment troubles mais, au bout du compte, d'une limpidité étonnante. 

dimanche 9 octobre 2016

"Nous sommes l'eau" (Wally Lamb)


Annie Oh, artiste dont l'oeuvre a souvent été qualifiée d'"en colère", s'apprête à épouser en secondes noces sa galeriste Viveca. Elle a insisté auprès de son ex-mari Orion pour que le mariage se déroule à Three Rivers, à l'endroit où ils ont vécu pendant vingt-sept ans. Toujours épris d'elle, Orion hésite: doit-il assister à la cérémonie, ou prendre un mois de vacances dans la villa de Cape Cod que Viveca propose de lui prêter? De leur côté, les trois enfants d'Annie et Orion ont des réactions assez différentes. Andrew, militaire stationné au Texas qui a récemment trouvé la foi, estime que l'homosexualité est contre nature. Ariane, sa soeur jumelle qui dirige une soupe populaire à San Francisco, se montre d'autant plus tolérante qu'elle-même vient de prendre une décision assez choquante au premier abord. Quant à la petite dernière, Marissa, actrice new-yorkaise ayant du mal à percer, elle adore Viveca qui la couvre de cadeaux coûteux. Dans les jours précédents le mariage, Annie ressasse les souvenirs de l'enfance douloureuse qui l'a façonnée et les secrets dont elle n'a jamais parlé à personne...

Une fois de plus, Wally Lamb livre ici un roman américain ample, profond et ambitieux. Les membres de la famille, qui narrent leur partie de l'histoire tour à tour, ont une psychologie tellement fouillée qu'on ne peut s'empêcher de comprendre et d'excuser même leurs actions les plus terribles. Entre la fin des années 50 et notre présent, Wally Lamb balaye nombre de problèmes de société: le racisme, l'alcoolisme, la pédophilie, les maltraitances, l'homophobie... Il a assez de talent pour démontrer la manière dont le cycle des abus et de la violence se perpétue sans que cela ne phagocyte tout le récit. Les pages défilent à toute allure jusqu'à une fin que j'ai malheureusement trouvée un peu too much. Si "Nous sommes l'eau" n'est peut-être pas le meilleur roman de l'auteur, il vaut tout de même largement la peine d'être lu.

mercredi 21 septembre 2016

"Le jardin arc-en-ciel" (Ito Ogawa)


Fraîchement divorcée et maman d'un petit Sôsuke, Izumi sauve la vie de Chiyoko, dix-neuf ans, lycéenne de bonne famille qui s'apprêtait à se suicider. Un amour presque immédiat naît entre les deux femmes, qui décident de fuguer ensemble. Elles fusionnent leurs noms de famille pour en former un nouveau et s'installent dans une vieille maison délabrée, à la lisière d'un petit village de montagne si reculé qu'elles le surnomment Machu Picchu. Puis Chiyoko découvre qu'elle est enceinte...

Après "Le restaurant de l'amour retrouvé", que j'avais beaucoup aimé, et "Le ruban" auquel j'avais un peu moins accroché, "Le jardin arc-en-ciel" est le troisième roman d'Ito Ogawa publié en français. Tour à tour, les quatre membres de la famille recomposée Takashima prennent la parole pour raconter leur histoire sur une période de seize ans. Izumi et Chiyoko ont des visions très différentes de la façon dont elles doivent se présenter au monde en tant que couple de lesbiennes, et se disputent souvent sans jamais que leur relation soit remise en cause. Petit à petit, elles parviennent à se faire accepter par une communauté d'abord hostile et trouvent même un moyen de partager leur bonheur en aidant les gens qu'elles attirent dans leur maison d'hôtes.

Un plaidoyer pour la tolérance qui ne m'a que modérément touchée: parce que la narration est centrée sur les luttes intérieures des quatre personnages, il m'a manqué des récits de rencontres et d'échanges avec les clients qui fréquentent le fameux "jardin arc-en-ciel" pour en ressentir l'atmosphère et avoir vraiment l'impression qu'Izumi et Chiyoko avaient réussi à créer quelque chose d'exceptionnel. Sans compter le fait que j'ai détesté la fin larmoyante à souhait. Mais je suis à peu près certaine que beaucoup d'autres lecteurs trouveront ce roman très beau malgré tout ça.

jeudi 15 septembre 2016

"Le mari de mon frère" (Gengoroh Tagame)


Yaichi vit seul avec sa fille Kana lorsqu'un jour, un gigantesque gaijin barbu frappe à sa porte. Mike était le mari de Ryôji, le frère jumeau de Yaichi avec lequel ce dernier avait perdu contact depuis son installation au Canada, dix ans plus tôt. Ryôji étant décédé le mois précédent, Mike a décidé d'entreprendre un voyage au Japon sur les traces de son passé. Si Yaichi est horriblement gêné face à ce beau-frère qu'il rencontre pour la première fois et vis-à-vis duquel il ne sait comment se comporter, Kana accepte tout de suite son oncle avec le naturel affectueux d'une enfant...

Excellente surprise que cette nouvelle série signée Gengoroh Tagame, qui aborde le sujet de l'homosexualité par un angle très frais, plein d'humour autant que d'émotion. Yaichi nourrit à l'égard de son beau-frère tous les préjugés classiques vis-à-vis des gays, même si sa réserve japonaise l'empêche de les exprimer franchement. Avec son absence d'idées préconçues, sa spontanéité de petite fille qui n'hésite pas à poser des questions embarrassantes mais accepte les réponses comme si elles allaient de soi, Kana sert de pont entre les deux hommes, entre lesquels le fossé  va se combler petit à petit. Un premier tome formidable qui donne de grands espoirs pour la suite. Le deuxième paraîtra en français au mois de novembre. 

mercredi 24 août 2016

"L'instant d'après" (Sarah Rayner)


Un lundi matin, dans le Brighton-Londres de 7h44, un homme s'écroule, foudroyé par une crise cardiaque.
Au cours de la semaine qui suit, Karen, la veuve, doit faire face à son deuil brutal, organiser les obsèques et gérer ses deux enfants encore trop petits pour comprendre ce qui se passe.
Sa meilleure amie Anna, rédactrice publicitaire, fait de son mieux pour la soutenir tandis qu'elle-même se débat dans une relation foireuse avec un type beaucoup plus jeune et alcoolique.
Enfin Lou, qui était assise à côté de Simon au moment de sa mort et exerce le métier de psychologue pour ados à problèmes, prend conscience de la brièveté de la vie et se dit qu'il serait peut-être temps pour elle d'assumer son homosexualité...

C'est toujours délicat d'aborder un sujet comme le deuil sans sombrer dans l'émotion facile, et malheureusement, je ne trouve pas que Sarah Rayner y soit parvenue. Ecriture pas déplaisante mais plutôt fade, héroïnes gentillettes, situations convenues... Un bouquin trop lisse qui ne m'a absolument pas convaincue.