Affichage des articles dont le libellé est décoration. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est décoration. Afficher tous les articles

lundi 28 janvier 2013

DIY 4/52: 4 idées pour exposer temporairement photos et cartes


1. Utiliser du masking tape

Je suis dingo de ce scotch japonais à motifs colorés, qui se découpe à la main et se repositionne aussi facilement qu'un Post-It. Du coup, j'en ai accumulé une belle collection depuis quelques années. Des copines me disent régulièrement: "C'est sympa, mais tu en fais quoi au juste?" Et bien, ça, par exemple: je m'en sers pour accrocher au mur de ma chambre les jolies cartes de voeux reçues en ce début d'année 2013. Au printemps, je les enlèverai en un tour de main et sans laisser la moindre trace sur la peinture. Pratique, non?


Le masking tape (également appelé washi tape, et à ne pas confondre avec le deco tape qui, lui, n'est pas repositionnable!) est vendu en papeterie, magasins de loisirs créatifs et dans certaines boutiques de brols comme Bird on the Wire ou Les Fleurs, à Paris (mais ce n'est pas là que vous trouverez le plus de choix). Un rouleau coûte environ 3,50€. Sur internet, beaucoup de motifs et des tarifs intéressants chez Freckled Fawn aux Zuess ou, plus près de nous,  chez Lovely Tape.


2. Mettre à profit une porte blindée

Un autre truc que j'ai tendance à accumuler, ce sont les magnets, qu'ils soient touristiques ou juste petits et rigolos. Ils m'ont permis de transformer la porte blindée de notre appartement bruxellois en pêle-mêle géant.




3. Tricher avec de la peinture magnétique

Vous me direz que tout le monde n'a pas une porte blindée; je vous répondrai qu'en revanche, tout le monde peut aller se procurer un pot de peinture magnétique au Casto du coin. Certes, ce n'est pas donné: le pot de 0,5l coûte plus de 30€, et comme il faut passer quatre ou cinq couches pour que ça tienne bien, on ne peut guère traiter qu'une surface de 50x50 cm avec. Pour les gens qui n'aimeraient pas le gris, il est possible de recouvrir la peinture magnétique avec une autre couleur de peinture "normale", mais ça diminue son efficacité. Prévoir du scotch spécial pour délimiter la zone à peindre, un pinceau large et un temps de séchage de 24h.




4. Investir dans un tourniquet à cartes postales

Si vous aimez faire les brocantes, peut-être aurez-vous la chance d'en dénicher un ainsi. Le mien vient tout bêtement de chez AM-PM; c'est le modèle Alexia qui existe en deux tailles (49€ le petit, 89€ le grand en temps normal, mais il y a -20% dessus en ce moment). Je l'utilise pour exposer les cartes postales reçues de mes proches, celles que je m'auto-envoie à chacun de mes voyages, et les plus jolies de celles qui m'ont été expédiées dans le cadre du Postcrossing. Mais il est tout à fait possible d'y mettre plutôt des photos.


jeudi 22 novembre 2012

Supermarket Sarah et ses "Wonder Walls"




Les idées les plus simples sont souvent les meilleures. En 2009, Sarah Bagner cherche un moyen de se distinguer des autres sites internet pour vendre ses trouvailles mode vintage et ses objets customisés. Elle décide de les exposer sur un pan de mur dédié. Le succès de Supermarket Sarah est tel que très vite, de grandes marques font appel à elle pour créer des displays temporaires en magasin. Sarah voyage à travers le monde pour son boulot et rencontre toutes sortes de designers qui partagent sa passion pour la décoration. Cet été, elle a sorti un ouvrage compilant les shootings réalisés chez certains d'entre eux, de Londres à Tokyo en passant par la Suède. 







Si comme moi vous avez tendance à amasser des séries d'objets d'un même type ou sur un même thème, et si comme moi vous aimez les intérieurs colorés, bien rangés mais plutôt foisonnants et pleins de personnalité, vous avez encore le temps de vous faire offrir "Supermarket Sarah Wonder Walls: A Guide to Displaying Your Stuff!" pour Noël!

mardi 6 novembre 2012

Barcelone: 6 coups de coeur shopping




Passeig de Gràcia, 96
Métro: Diagonal
Il faudrait une demi-journée entière pour explorer méthodiquement cet immense magasin de déco situé sur l'avenue chic de Barcelone, et dont les vitrines sont un spectacle à elles seules. A côté de marques vues et revues comme Pantone ou Bodum, une foule de trouvailles originales et pointues (mais pas particulièrement bon marché). J'ai craqué pour un marque-page fermeture éclair; un crâne à mettre dans une jardinière, et qui se décomposera petit à petit au contact des éléments; un dragon de silicone noir en origami; une carte du monde à accrocher au mur, et dont on peut gratter les pays déjà visités pour les découvrir. Pendant ce temps, Chouchou tombait en admiration devant un rideau de douche "Psychose" qui ne m'a tiré qu'un "NON" catégorique. Le deuxième étage, pourvu d'une magnifique terrasse, est consacré à l'ameublement et donne envie de mettre tout le monde dehors pour s'y installer. Vinçon possède une boutique-soeur plus particulièrement consacrée à l'univers de la chambre, Tinçon. 




NUNOYA
Carrer de la Palla, 6
Métro: Liceu
A deux pas de la Rambla, cette boutique propose des tissus japonais et "rétro", vendus au mètre ou par petits coupons, qui donnent terriblement envie de savoir coudre. J'ai particulièrement adoré la gamme Echino. Chez Nunoya, on trouve aussi des kimonos et divers accessoires (sacs, pochettes, porte-monnaie, bijoux, barrettes...). 




C.C. Arenas de Barcelona
Pl. Espanya, Planta 1
Métro: Fontana
Ne pas se fier au site internet: Olokuti est loin de ne vendre que des produits bio/écolo utilitaires mais ennuyeux. Une majeure partie des petites pièces qui composent ce grand magasin sont dédiés à de l'artisanat local fun et coloré: combinaisons pour enfants avec des yeux sur les genoux, poissons et légumes tricotés en Zpagetti, bijoux en émail représentant des trapézistes,  carnets et autre petite papeterie ornée d'illustrations poétiques, vêtements et sacs originaux... Une mine d'idées cadeaux. 




Traverssera de Gràcia, 130
Métro: Fontana
Autre boutique de brols, mais dans le genre edgy cette fois. Très grand choix de beaux livres de déco, de design ou de loisirs créatifs en anglais. Quelques marques archi-connues, comme Kimmidoll ou Pantone. Malgré une propriétaire peu avenante et qui ne parle pas un mot d'anglais, l'endroit mérite que l'on passe un moment à fouiller ses étagères bien garnies. 






Carrer Banys Nous, 14
Métro: Liceu
Marre des imprimés Desigual qui font mal aux yeux, des fringues Zara dans lesquelles vous rentrez à peine un bras, des magasins Mango pas tellement meilleur marché qu'en France? Envie de fringues féminines, un rien rétro, que vous ne retrouverez pas sur le dos de votre voisine de bureau et qui ne coûtent pas les yeux de la tête? Allez faire un tour chez Kling, dont le style m'a fortement rappelé la marque anglaise Louche que j'adore. La boutique située près de la Rambla est ouverte jusqu'à 21h tous les jours de la semaine, et 20h le dimanche. Les tailles sont normales en largeur (2 = 40 français); par contre, tout comme chez Louche, les robes me semblent vraiment courtes. Celle que j'ai achetée m'arrive à peine à mi-cuisses alors que je dépasse péniblement le mètre cinquante. Prix tout doux: 40€ pour un pull, 50 ou 60 pour une robe. En France, il y a un magasin à Bordeaux; en Belgique, il semble qu'il existe un distributeur à Hasselt. 


Argenteria 59
Métro: Jaume I
Je n'avais pas fait de repérage "boutique de thé" avant de venir, et c'est tout à fait par hasard que je suis tombée sur celle-là. J'y ai craqué pour une jolie petite théière en céramique aux lignes modernes et très sobres, ainsi que pour une boîte du mélange "Barcelona" (orange/coing/menthe) qui existe en trois versions, sur base de thé noir, vert ou blanc. Parce qu'ils sentaient vraiment trop bon et que j'ai récemment fait un grand vide dans mon étagère à thé, je me suis aussi laissé tenter par deux thés verts fruités en vrac: l'Ikebana (ananas/fraise) et le Sun (fraise/raisin/citron). Choix de variétés et de parfums considérable. Les vendeuses parlent plein de langues et sont très aimables. Il existe une autre boutique Sans & Sans dans Diagonal. 

mercredi 18 juillet 2012

Les jolies demoiselles d'Emmeline


En mars, lors d'un passage au Carré d'Artistes de Toulouse, j'avais complètement craqué pour un tableau signé Emmeline: le portrait d'une petite brune à frange avec un manteau au col froufroutant. Hélas, j'étais à ce moment-là tout à fait fauchée. Pas question de claquer plus de 300€ dans un truc que j'allais, en plus, avoir toutes les peines du monde à ramener à Monpatelin en train. 

Fin juin, je suis repassée au Carré d'Artistes de Toulouse à un moment où, venant de recevoir mon reliquat de droits d'auteur de l'année précédente, j'étais beaucoup plus en fonds. Je sais qu'en principe, les artistes exposés tournent tous les deux mois, mais je nourrissais un tout petit espoir que les toiles d'Emmeline se soient assez bien vendues pour justifier une prolongation de cette durée. Coup de chance: en effet, elles étaient toujours là. Je me suis jetée avidement sur le présentoir afin de passer en revue les tableaux du plus grand format (45x45cm sans le cadre). Bien entendu, mon coup de coeur ne s'y trouvait plus. Mais il y en avait d'autres que j'aimais bien. Je les ai alignés sur le comptoir en essayant de les départager. Lequel irait le mieux chez moi? 

"Il nous en reste quelques autres dans la réserve" m'a dit la vendeuse. Elle est allée me les chercher. Mon coup de coeur n'y était pas non plus. J'ai réduit ma sélection à deux et hésité longuement. "C'est dommage, aucun ne me fait craquer autant que l'autre", ai-je murmuré à regret. "Il était comment?" Je l'ai décrit. "Ca me dit quelque chose..." Et la vendeuse de revenir après une fouille minutieuse avec dans les mains... ma petite brune à frange avec son manteau froufroutant. Mes parents, qui se trouvaient dans la boutique avec moi, sont témoins: j'ai poussé un "HIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII!" de joie. Oui, en majuscules et avec 21 I. Ce qui a beaucoup fait marrer la vendeuse. Mais franchement, mon joli tableau ne le méritait-il pas? 



Les yeux et le manteau sont des photos découpées, qui semblent provenir de magazines; 
le reste est peint à l'acrylique. 

Le plus drôle, c'est qu'en me voyant passer tous les autres tableaux en revue, ma mère avait craqué pour l'un d'eux (qui me plaisait aussi énormément mais dont les couleurs se seraient moins bien mariées avec mon intérieur). Et comme son anniversaire était quelques jours plus tôt et qu'il ne lui avait pas encore fait de cadeau, mon père le lui a offert! 




Liste des boutiques Carré d'Artistes, plus une sélection de tableaux en vente par correspondance, sur leur site internet

mercredi 7 mars 2012

10 objets du désir (parce que ça faisait longtemps)


1. Les Gabriella Blue de Miss L Fire


C'est avec elles que je romprai probablement mon jeûne chaussuresque de près de 5 mois. Hélas: pour le moment, elles ne sont disponibles que sur le site de la marque; avec les frais de port depuis l'Angleterre, elles reviennent à plus de 120€. Prix que je n'hésitais pas à mettre dans une jolie paire d'escarpins autrefois, mais là, ça m'embête. Je vais donc attendre un peu qu'elles fassent leur apparition sur Sarenza ou Spartoo, qui me feront cadeau des frais de port et me les échangeront gratuitement en cas de souci avec la pointure.
(PS: sans vouloir tenter personne, elles existent aussi en rouge...)


...Qui sont un peu mon idéal de sandales d'été: compensées, légères, rouges, à porter aussi bien avec une jupe qu'un jean.

3. La besace Lola de Nat&Nin, coloris "encre"



Les derniers sacs que j'ai achetés avaient tous une couleur magnifique (rouge-orangé, rose poudré, rouge cerise) mais hyper salissante; résultat: ils ont très mal vieilli. Cette fois, je ne referai pas la même erreur.



Signalée à mon attention par Funambuline. 27€ sur le site d'Urban Outfitters. Je rêve, ou tout est devenu super cher?

5. Ce tableau que j'adorerais accrocher au-dessus de mon lit...


6. Ou celui-là, tiens...


J'aime beaucoup tout ce que fait Mary Fellows.

7. Une nouvelle théière Iwachu

Quand j'ai rencontré Chouchou, il n'avait pas de théière en fonte japonaise pour préparer le thé. J'en ai commandé une sur eBay et je l'ai fait livrer chez lui. Malheureusement, le modèle choisi s'est révélé plutôt brunâtre façon sang séché que rouge comme il en avait l'air sur les photos. J'utilise cette théière presque tous les jours, et je la trouve affreuse. Il est temps d'en changer. J'en voudrais une violet foncé, une rose vif, voire une turquoise ou une orange. Et comme j'ai du mal à trouver sur internet, je vais sans doute devoir retourner chez Het Brugs Theehuis, à Bruges, qui en a de toutes les formes et de toutes les couleurs. Sinon, Amazon propose quelques modèles sympas:



8. Une machine à pain

Ca fait des mois que je fantasme sur les bons pains aux céréales, les brioches et les gâteaux que je pourrais fabriquer tous les jours avec un de ces appareils. Malheureusement, nous avons une toute petite cuisine déjà fort encombrée, et je ne saurais pas trop où la mettre.

9. Des radis noirs


Ni Delhaize, ni le Kam Yuen ni le Nagomi n'en vendent, et je veux absolument tester la recette de soupe de Guillaume Long. L'hiver se prolongeant, les poireaux et les broccoli commencent à me sortir par les trous de nez. D'ailleurs hier soir, j'ai craqué et fait des aubergines au four. Je crois que je vais être obligée de me traîner jusqu'au marché de Saint-Gilles pour en trouver. Et au bout de cette longue quête, je découvrirai probablement que je déteste le radis noir. Ou que la saison est terminée. Oh well.

Photo empruntée ici.

10. Un moulin à ail

Introuvable chez Mmmmh, en rupture de stock sur Amazon, disponible sur ce site... qui ne propose actuellement aucun moyen de paiement (puis j'hésite toujours à commander sur des sites que je ne connais pas). Ceci est encore la faute de Guillaume Long; j'hésite entre le vouer aux gémonies ou lui ériger une statue pour toutes ses merveilleuses idées culinaires.

mercredi 28 juillet 2010

Les elfes meurent aussi (surtout si on les aide)

En arrivant à Monpatelin après un voyage miséricordieusement exempt de tout incident, j'ai constaté les dégâts fourmiesques habituels dans mon salon, poussé un soupir résigné et fait le tour du reste de l'appartement pour voir si tout allait bien à part ça. Mais lorsque j'ai poussé la porte de mon bureau, j'ai aperçu une grosse forme noire allongée au pied du ventilateur. Un mille-pattes obèse? Non, une... botte de poupée.


Bien que désormais convaincue de la malveillance et de la ruse de mes squatteuses hyménoptères, je jugeais extrêmement peu probable qu'elles se soient introduites dans le coffre où je garde quelques vieilles Barbie de collection pour déchausser l'une d'elles et venir déposer le fruit de leur forfait à l'autre bout de l'appartement.

Tout de même, j'étais perplexe.

Puis j'ai tourné la tête vers ma bibliothèque, et j'ai vu.


Gaella, guerrière elfe rousse et sévèrement nichonnée. Mon alter ego donjonnesque, jetée à bas de son socle, mutilée et dépouillée de son épée runique qui gisait quarante centimètres plus loin.

Elles sont quand même fortes ces bestioles. Elles auraient pu s'attaquer à mon Anita Bomba dont le chapeau-champignon est déjà ébréché suite à chute antérieure, à mon American McGee Alice que son couteau ensanglanté n'aurait probablement pas suffi à protéger, voire à ma collection de fées en bocal qui auraient jonché le sol d'éclats de verre traîtres sous les pieds nus. Mais non, elles ont porté leur choix sur la figurine qui me ressemblait le plus. ("Dans tes rêves", crie quelqu'un au fond de la salle. Oui, bon, d'accord: sur la figurine que j'avais le plus investie sentimentalement, ça vous va?)

De toute évidence, nous venons de monter d'un cran dans le vandalisme. De là à l'agression caractérisée, il n'y a qu'un pas. Je me demande s'il est bien sage pour moi de dormir ici cette nuit.

mercredi 17 février 2010

Ces petits riens

Un retoucheur aux tarifs élevés et aux délais déjà très longs qui vous annonce, le jour où vous venez chercher vos vêtements, que le travail n'est pas encore fait,

Un libraire étranger qui vous envoie un livre insuffisamment protégé contre les brutalités de la Poste et qui, après que celui-ci vous soit parvenu à moitié détruit, vous propose soit de le lui renvoyer à vos frais, soit de vous faire une remise de 25% - alors que même à ce prix, vous n'auriez jamais acheté un bouquin dans cet état,

Une limite autorisée de 20 kilos de bagages en soute qui ne suffira JAMAIS pour tout ce que vous avez à transporter lors de votre prochain déplacement en avion,

Un concert auquel vous espériez assister - et puis il ne reste que des places nulles - et puis le chanteur se fait mal et le concert est reporté six mois plus tard - et puis même pour la nouvelle date il ne reste que des places nulles,

La découverte que vous avez ENCORE paumé votre carte Visa, probablement oubliée dans le lecteur du magasin où vous avez fait votre seul achat depuis des semaines,

Un vieux chat de plus en plus névrosé qui fait des cystites idiopathiques s'il n'a pas suffisamment de câlins, et que vous devez passer une bonne heure par jour à caresser à l'exclusion de toute autre activité,

Un examen médical flippant qui se profile pour vendredi prochain, et que vous devrez affronter seule,

Un manuscrit qui tarde à être rendu et fait paraître le spectre angoissant du chômage technique à un moment où vous êtes déjà à la limite de votre découvert autorisé sur tous vos comptes,

Et soudain, dans votre boîte à lettres, cette ravissante petite chose qui vous met du baume au coeur:


Merci Lady Pops!

vendredi 22 janvier 2010

Il faut qu'une porte soit ouverte ou bleue...


...Mais surtout, si elle se trouve dans un lieu où j'habite, il faut qu'une porte soit décorée!

C'est plus fort que moi: là où d'autres ne voient qu'un simple battant peint en blanc et destiné à isoler une pièce, je vois un panneau d'affichage n'attendant que de recevoir des listes de courses, des cartes postales marrantes, des photos-souvenirs, des cartes de voeux, des aimants rigolos, des billets de concert, des dessins d'enfants (ou de Chouchou!), des cartes de visite d'endroits appréciés, des prédictions trouvées dans les biscuits chinois, des stickers muraux, des flyers au graphisme accrocheur... Comme un collage en perpétuelle évolution, une mosaïque de petits bouts de vie.

L'idéal, bien sûr, c'est la porte blindée comme celle de notre appartement de Bruxelles, que je vous ai déjà montrée ici et qui permet tous les délires. Sinon, une cinq bonnes couches de peinture magnétique suffisent à transformer un battant de bois en pense-bête géant: c'est la tactique que j'ai appliquée à la porte du bureau de Monpatelin.







Sinon, on trouve dans les magasins de gadgets déco (à Bruxelles, je vous recommande vivement Rose) des bandes colorées à fixer soit par vis, soit par ruban autocollant double face. Pièce à conviction: la porte d'entrée de l'appart' de Monpatelin, très difficile à photographier en raison du manque de recul.




vendredi 11 décembre 2009

My homemade X-mas tree


Bricolé vite fait hier soir avec tous les trucs qui traînaient derrière notre porte d'entrée: photos de voyage, photos où nous faisons les pitres, photos de famille, carte de voeux de l'an dernier, billets de spectacle vus récemment, tickets d'entrée de musée, jolis flyers, articles ou pubs découpés dans des journaux, cartes de restos ou d'hôtels, calligraphies arabes, magnets de toutes sortes... et en guise d'étoile, un maneki-neko porte-bonheur en tissu.

jeudi 3 décembre 2009

I love mon nouveau carrelage

Quand nous avons loué notre appartement bruxellois, le sol de la salle de bain était couvert de linoléum imitation plancher en bois. Au fil des mois, l'eau gouttant de puis le paravent de la baignoire s'est infiltré sous le lino en question qui à commencer à gondoler, puis à se soulever, tandis que la couche d'aggloméré sur lequel il reposait se mettait à noircir et à pourri. Nous avons donc insisté auprès de la propriétaire pour qu'elle arrache tout ça et nous le remplace par du carrelage. Les travaux devant rendre la pièce (dans laquelle se trouvent également nos toilettes) impraticable pour quelques jours, il a été convenu qu'ils auraient lieu pendant un de mes séjours en France, Chouchou pouvant se doucher à la salle de sport de son boulot.

J'imaginais que le carrelage du sol serait assorti à celui qui recouvrait déjà les murs (blanc, donc), et que j'allais me retrouver avec une salle de bain style hôpital. Mais quand je suis arrivée hier soir, j'ai eu la surprise de découvrir de beaux grands carreaux anthracite parfaitement assortis à mes serviettes de toilette et formant un superbe contraste avec mes accessoires rouges: poubelle, tapis de bain et boîte à pharmacie. Intense soulagement de Chouchou, qui craignait que je n'aime pas. En effet, je n'aime pas: j'adore!!! Pour un peu, ça me donnerait envie de refaire la déco du duplex de Monpatelin...

mercredi 4 novembre 2009

La justice immanente selon Carré d'Artistes


Jeudi dernier. Il fait un temps splendide à Paris, et je commence ma journée de shopping dans le Marais où j'étais juste censée dessiner les jolies petites rues et les façades originales, ha ha ha. Après être restée sourde aux appels d'une paire de babies Chies Mihara en nubuck rouge avec une petite guirlande de fleurs sur le côté vendues chez Garrice, je suis en train de remonter la rue Vieille-du-Temple quand j'aperçois un magasin Carré d'Artistes. Amatrice du concept et fidèle de la toute première boutique d'Aix-en-Provence depuis son ouverture il y a dix ans, je ne résiste pas au plaisir de rentrer pour jeter un coup d'oeil.

Plusieurs des peintres exposés éveillent mon intérêt, mais c'est la plasticienne Cathy Mouis qui le retient finalement. Je possède déjà un assez grand tableau d'elle représentant deux chats en papier mâché; intitulé "Caramel et Chocolat", il trône fièrement à l'abri de la bibliothèque de Monpatelin. Son petit frère me fait de l'oeil, et je me dis que dans un cadre blanc, il rendrait fort bien sur le mur marron de notre salon bruxellois.

Je m'en saisis donc et passe à la caisse, où je bavarde un peu avec la charmante vendeuse. Je lui narre mon bref entretien avec Haricot Vert Prétentieux, concluant avec indignation qu'elle aurait pu lui faire un procès pour plagiat de concept commercial. Elle me répond que ça n'en valait pas la peine et, avec un sourire en coin, m'apprend que le propriétaire de Dérapages l'a contactée il y a quelques mois en se plaignant que ça ne marchait pas et en demandant si par hasard, Carré d'Artistes ne voudrait pas lui racheter son affaire. Comme quoi, la justice immanente n'est pas toujours un concept fumeux.

lundi 15 juin 2009

Le coup de foudre

En descendant Nerudova vers le pont Charles samedi après-midi, je suis tombée en arrêt devant la vitrine d'une galerie dans laquelle était exposé ce sublime tableau. Sans étiquette de prix, contrairement à ses voisins huit fois plus petits qui chiffraient déjà dans les 6000 kc (environ 240 €). Je n'ai pas osé entrer pour demander combien il coûtait: j'aurais été capable de faire une folie. De toute façon, Chouchou ne l'aimait pas - il lui préférait une autre interprétation de la même vue que je trouvais, pour ma part, tout à fait quelconque et dénuée de charme. N'empêche que je ne cesse d'y penser depuis, et qu'hier je me suis forcée à faire un détour pour ne pas repasser devant la galerie.

jeudi 4 septembre 2008

Shanalogic, return of the Ultimate Cuteness

Entre le fait que l'automne approche à grands pas, que nous déménageons sur Bruxelles dans un mois et que je n'ai rien changé dans mon duplex depuis trèèès longtemps, j'ai de furieuses envies de déco toute neuve. N'ayant pas la folie du mobilier de designer, et encore moins des ambiances tout droit sorties d'un magazine pour bobos, je choisis la plupart du temps des meubles assez génériques, pour lesquels je recherche avant tout le confort, la simplicité et un bon rapport qualité-prix. La personnalisation de mon intérieur, je la fais à coups d'accessoires originaux et colorés, mignons sans être mièvres. Comme ça, quand je me lasse, c'est bien plus facile et ça coûte bien moins cher à changer. Je pratique d'ailleurs plus ou moins la même politique avec mon look: je me fringue avec de chouettes basiques (mon fameux 501), et je me lâche sur tout le reste - sac à main, écharpe, bonnet, bijoux et surtout CHAUSSURES!!!

Or, autant la mode de la rentrée ne m'inspire guère (quel sadique, je vous le demande, a bien pu inventer le pantalon carotte? ou décider de remettre le sarouel à la mode? entre l'effet "double culotte de cheval" et le trompe-l'oeil "j'ai chié dans mon froc", mon coeur ne balance pas du tout du tout), autant je n'arrête pas de découvrir, dans mes pérégrinations en vile ou sur internet, des tas de petites choses toutes plus ravissantes les unes que les autres. Hier, vers minuit, j'avais le moral au fond de mes babouches pailletées. Alors, j'ai passé une minuscule commande sur Shanalogic:

Cette tête de souris en peluche est la chose la plus craquante que j'aie vue depuis longtemps (mini-Twee de Jérôme Dreyfuss excepté). Dans la même collection, il existait déjà une tête de cerf et de licorne, et j'avais hésité à commander cette dernière à cause 1/ de son prix 2/ de sa taille. Du coup, la souris me convient parfaitement. Je ne sais pas encore si elle atterrira à Bruxelles ou à Monpatelin. Faut voir.

Cette lithographie rigolote décorera une cuisine à merveille. J'ai déjà acheté des stickers muraux pour celle de Bruxelles, donc je pense plutôt lui trouver une place à Monpatelin, par exemple au-dessus du micro-ondes. D'un autre côté, elle pourrait aller assez bien à côté de la fenêtre la plus à gauche de l'appart de Bruxelles. Bref, faut voir aussi.

C'est une pieuvre. Elle est mauve. Elle est faite au crochet. What's not to love? Une petite pensionnaire de plus pour ma ménagerie de bestioles étranges et créatures en tout genre. Et un rappel que j'aimerais bien prendre des cours de crochet et de couture un de ces quatre pour pouvoir élargir le champ de mes possibles créatifs.

On a toujours besoin d'un bloc à "to do lists". Je sais, j'en ai déjà un avec une pieuvre que j'ai commandé cet été. Mais c'est pas comme si le papier allait se périmer, hein. Et je suis à fond dans ma période "hiboux". Hier, j'ai même failli en acheter un petit chez Swarovski, alors que j'avais juré qu'aucune merdouille ramasse-poussière en cristal ne rentrerait jamais chez moi (probablement parce que Mère les collectionne).

OK, OK. Ca, la seule chose que ça va décorer, c'est mon cou. Mais ça ira magnifiquement bien avec mes T-shirts HRC ou Harley, mon blouson en cuir et mes boots de moto.