Affichage des articles dont le libellé est cocktails. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est cocktails. Afficher tous les articles

vendredi 22 juin 2018

[EDIMBOURG] Panda & Sons: un barbier? Non, un bar à cocktails!





Derrière une pimpante façade de barbier se cache un bar façon speakeasy - ces établissements clandestins qui, à l'époque de la Prohibition, étaient souvent planqués en sous-sol derrière une fausse cloison.

vendredi 27 avril 2018

[AMSTERDAM] Tales & Spirits





Outre les musées et les escape games, j'ai depuis quelques années un nouveau centre d'intérêt quand je visite une grande ville: les bars à cocktails. Et pour Amsterdam, je n'ai même pas eu de recherches à faire puisque Gasparde m'avait recommandé le Tales & Spirits, situé à moins de dix minutes de marche de la gare centrale. C'est donc là que nous avons terminé notre day trip de mercredi...

jeudi 15 février 2018

[BRUXELLES] Une masterclass cocktails à l'hôtel Le Châtelain





J'avais tellement aimé le brunch au champagne de l'hôtel Le Châtelain, la qualité de l'accueil et les cocktails que j'étais retournée prendre au bar avec une amie quelques jours plus tard, que je n'ai pas hésité une seconde lorsqu'on m'a proposé de tester leur nouvelle masterclass cocktails. Un mardi soir, en compagnie d'une douzaine d'autres journalistes, blogueurs et instagrameurs, j'ai donc découvert leur salle à manger transformée en vaste atelier, avec des stations de travail pour deux personnes extrêmement bien équipées: alcools basiques, instruments parfois bizarres aux yeux d'une néophyte, corbeille de fruits frais, grand seau à glaçons... 

mercredi 18 octobre 2017

[DUBLIN] The Blind Pig




C'est dans le guide "The 500 hidden secrets of Dublin" que j'ai appris l'existence de The Blind Pig, un bar à cocktails dont l'emplacement secret changeait tous les 3 mois et n'était communiqué par mail qu'aux gens qui réservaient sur le site internet. Forcément, ça a éveillé ma curiosité, et j'ai programmé une visite. Les instructions que j'ai reçues m'ont enchantée: "Rendez-vous à telle adresse, entrez dans l'établissement principal, descendez l'escalier au-dessus duquel il est marqué "Chut", allez au bout du couloir et appuyez sur le cochon. Si quelqu'un vous demande ce que vous faites là, dites que vous venez pour les obsèques de la vieille dame."

jeudi 12 octobre 2017

[DUBLIN] Vintage Cocktail Club




Après Lisbonne et Oslo, c'est le troisième voyage pour lequel les bars à cocktails font partie des adresses que je recherche avant le départ (avec les escape games, les librairies et les lieux où l'on brunche) et que je teste en autant d'exemplaires que possible. A Dublin, mon premier choix s'était porté sur le Vintage Cocktail Club, pour lequel il est conseillé mais pas obligatoire de réserver en ligne, et qui sert aussi à manger le soir. Cet établissement se situe dans le quartier piéton de Temple Bar, le long de la rivière Liffey, à deux pas de la grande rue commerçante de Dame Street. Il est très bien dissimulé derrière une porte qui ne paye pas de mine, et sur laquelle seules figurent les initiales VCC. Il faut montrer patte blanche, sonner à l'interphone et attendre qu'une hôtesse vienne ouvrir, puis gravir un escalier moquetté pour accéder enfin à une salle qu'on croirait sortie d'un autre âge...

jeudi 13 juillet 2017

Où j'apprends à faire des cocktails à base de rhum chez Life Is Beautiful




Mardi matin, Chouchou m'annonce: "J'avais complètement oublié, mais j'ai une formation aujourd'hui, de 18h à 21h". Un peu plus tard, sur la page Facebook de mon bar à cocktails préféré, je vois qu'un désistement de dernière minute a libéré une place pour la masterclass qu'ils organisent le soir même - cette masterclass à laquelle j'avais hésité à m'inscrire parce que je suis difficile à faire bouger les soirs de semaine. C'est un signe: j'envoie aussitôt à Karoline et Harouna un message dont le contenu peut se résumer par "Moi! Moimoimoimoimoi!".

mercredi 22 mars 2017

[LISBONNE] 5 bonnes adresses pour manger et boire, plus un point budget


A CULTURA DO HAMBURGUER




C'est par commodité que nous avons fait notre premier repas du séjour dans ce burger joint: il était situé à côté de la station de métro Baixa-Chiado, la plus proche de notre appartement Air BnB, et ouvert le dimanche. Nous ne l'avons pas regretté. Déco charmante, personnel dynamique et souriant, carte variée et originale, burgers fabuleux et addition ridicule: moins de 20€ pour deux sandwichs-frites et deux limonades maison. Par contre, comme beaucoup de petits commerces à Lisbonne, ils n'acceptent pas les cartes de paiement étrangères. 

A cultura do hamburguer
Rua das Salgadeiras 38
Métro Baixa-Chiado (sortie Bairro Alto)
Ouvert tous les jours de midi à minuit


A TABERNA DA RUA DAS FLORES









Cuisine portugaise traditionnelle, confectionnée avec les meilleurs produits frais disponibles sur le marché ce jour-là. Ambiance bonne enfant. La patronne et ses employées parlent bien anglais et expliquent volontiers chacun des plats de la carte. Nous avons mangé une délicieuse soupe de champignons en entrée, puis des espèces de frittatas d'espadon accompagnées d'une julienne de légumes pour Chouchou et une sorte de soupe de pain aux asperges sauvages pour moi. En dessert: gâteau au chocolat pour lui, petits fromages de brebis aux amandes, tellement fondants qu'ils se mangeaient à la petite cuillère et sans pain, pour moi. Plus une eau gazeuse et un verre de très bon vin blanc local. Montant de l'addition: 37€ (là encore, à régler en cash car ils ne prennent pas les cartes de paiement étrangères). C'était un super repas, et on vous conseille vivement cette adresse - où Gérard Depardieu était passé quelques jours avant nous, à en croire le compte Instagram de la patronne! Rançon du succès: lorsque nous sommes repartis vers 13h30, il y avait la queue sur le trottoir... Pour le déjeuner, mieux vaut venir dès l'ouverture. 

A taberna da rua das flores
Rua das flores 103
Métro Baixa-Chiado
Ouvert du lundi au vendredi, de midi à 23h30
et le samedi de 18h à 23h30


CONFEITERIA NACIONAL







Comme tous les touristes à Lisbonne, nous sommes passés acheter des pastéis de nata à la pâtisserie historique de Bélem - mais la salle n'était guère avenante, et nous avons demandé des gâteaux à emporter. J'ai de loin préféré le goûter pris le surlendemain à la Confeiteria Nacional, au retour d'une expédition décevante à Cascais. La salle du haut était pleine, mais nous avons eu la chance qu'à notre arrivée, une table se libère pile devant une des fenêtres donnant sur la Praça da Figueira. Nous avons été servis rapidement: un chocolat chaud pour moi, un thé vert pour Chouchou, deux pastéis de nata chacun, et nous avons savouré le tout en prenant notre temps, sans jamais avoir l'impression que le personnel attendait notre départ. Montant de l'addition: 10,25€ - et en plus, on a pu payer avec une Visa!

Praça da Figueira 18B
1100-241 Lisbonne
Ouvert tous les jours de 8h à 20h
sauf le dimanche: de 9h à 20h


MEMMO ALFAMA HOTEL






Si les bars à cocktails sont très nombreux à Lisbonne, beaucoup d'entre eux ouvrent assez tard pour Mamie Armalite, diffusent le genre de musique qui fait saigner ses oreilles ou sont dépourvus de la terrasse à laquelle aspirait son petit coeur assoiffé de lumière naturelle et de beaux panoramas. (Mamie Armalite va maintenant cesser de parler d'elle à la troisième personne et recommencer à s'exprimer normalement.) En cherchant bien, nous avons tout de même réussi à dénicher un endroit délicieux: le bar sur le toit de l'Hôtel Memmo, non loin de la Praça do Comércio, à deux pas d'un des arrêts du mythique tram 28. Petites terrasses en cascade, mini-piscine, calme absolu et vue imprenable sur le quartier de l'Alfama. Certes, la carte des cocktails se limitait à une poignée de classiques et à un Rose Punch sans alcool que la serveuse a automatiquement posé devant moi alors que non, il était pour Chouchou. Et certes, 9,50€ pour un Bellini à base de prosecco, c'est un poil chérot pour Lisbonne. Mais nous avons passé un moment merveilleux à regarder la nuit tomber en grignotant des chips de patate douce trempées dans une sauce au yaourt. Et ici aussi, nous avons pu payer avec une carte étrangère. 

Traversa Merceeiras, 27
1100-348 Lisbonne


PARK





Pour notre dernier soir, nous avions décidé d'aller boire un verre dans un endroit hors du commun: un bar situé au 6ème et dernier étage d'un parking du Bairro Alto. Arrivés vers 17h, nous avons trouvé la terrasse végétalisée déjà grouillante de jeunes qui auraient pu être nos enfants et qui clopaient comme s'ils avaient décidé de mourir longtemps avant nous. En plus, il y avait un DJ qui diffusait... je ne sais pas trop, du rap? Un truc tympanocrevant. Et toutes les bonnes places face au panorama étaient déjà prises, évidemment. Dommage, parce que la carte des cocktails était bien fournie, pleine de choses alléchantes à des prix hyper raisonnables: 7€ pour mon Sunset Park à base de vodka, 6€ pour le Virgin Mojito aux vraies fraises de Chouchou. Sans la fumée de cigarette, j'aurais volontiers traîné dans ce chouette endroit jusqu'au coucher du soleil, mais d'autres seront peut-être moins chochottes. 

Calçada do Combro, 58
1200-115 Lisbonne
Ouvert du lundi au vendredi de 13h à 23h30
et le samedi de 12h30 à 2h


BUDGET

2 billets A/R Bruxelles-Lisbonne en Check & Go (bagage cabine seulement) 
sur Brussels Airlines, réservés fin novembre pour un départ mi-mars: 152€
5 nuits dans un T2 du Bairro Alto, réservé sur Air BnB: 324€
2 guides de voyage (Un grand week-end à... + Cartoville): 18€
1 escape game chez Escape Hunt, réservé 15 jours avant le départ: 50€
Dépenses sur place (nourriture, boissons, transports, visites - mais pas shopping perso): 432€
- soit 43,20€ par personne et par jour

Total: 976€

vendredi 19 août 2016

Life is Beautiful, génial bar à cocktails




La semaine dernière pendant mon séjour à Toulouse, j'avais bavé devant les Instagrams de Sunalee, Gasparde et Ness qui testaient ensemble un nouveau bar à cocktails dans le centre de Bruxelles. Je me suis précipitée au Life is Beautiful (rien que ce nom...) dès mon retour de vacances ou presque. A 18h15, la petite terrasse donnant sur la rue Dansaert était déjà pleine mais la salle encore vide, ce qui m'a permis de discuter avec le charmant barman et de me faire conseiller. Il faut savoir que je bois des cocktails depuis peu, qu'il existe des tas d'ingrédients que je n'aime pas ou que je n'ai jamais goûtés mais dont je me méfie: résultat, je retombe toujours un peu sur les mêmes classiques de composition assez simple, genre mojito ou caïpiroska. Mais là, j'avais très envie d'essayer quelque chose de nouveau et de plus sophistiqué. 





Après avoir hésité ente le Burning passion et le Under the garden, j'ai fini par opter pour ce dernier dont la promesse fumé/fruité m'intriguait énormément. De son côté, Gasparde a pris un Mango blast et, histoire d'éponger l'alcool, un Pistacchio dukkah dip: de petites tranches de pain à tremper d'abord dans de l'huile d'olive, puis dans un mélange d'épices et de graines concassées. Je ne connaissais pas du tout, et j'ai trouvé ça vraiment délicieux. Moins cependant que mon cocktail qui, une fois enlevée la petite plante en pot servant de garniture, tabassait vraiment tout. Au début, il m'a semblé que mon verre avait une très petite contenance, mais vu le dosage d'alcool, j'ai eu bien assez. Et le mélange de goûts, assez étonnant au premier abord, m'a complètement enchantée. 




Même si le canapé du Berger m'a manqué, et même si la rue Dansaert n'est pas précisément à côté de chez moi, j'ai été séduite tant par la qualité de mon cocktail que par la gentillesse de la serveuse et du barman (qui nous a offert de délicieux shots vodka-basilic-citron avant qu'on s'en aille). Si la vie est belle, j'espère aussi que celle du Life is Beautiful sera très longue, car j'y retournerai avec beaucoup de plaisir. La fontaine à absinthe qui permet de servir des cocktails pour plusieurs personnes chuchote déjà mon nom... 

Rue Antoine Dansaert 161
1000 Bruxelles

vendredi 16 octobre 2015

Reading in tearooms, restaurants and a few other places (12)



1. Ombres Blanches (Toulouse) 2. L'Oriento (Bruxelles) 3 et 9. Exki bd Anspach (Bruxelles) 
4. Le Chantilly (Toulon) 5. Resto chinois (Monpatelin) 6. Bar de la Place (Monpatelin) 
7. L'Oasis (Toulon) 8. La Fabbrica di Marco (Toulon) 10. Les super filles du tram (Bruxelles)
11. Filigranes (Bruxelles) 12. Le Balmoral (Bruxelles) 13. Les gens que j'aime (Bruxelles)
14. Hard Rock Café (Budapest) 15. Angelika (Budapest)

mardi 4 août 2015

Reading in tearooms, restaurants and a few other places (11)




1. Les super filles du tram, Bruxelles 2. God save the cream, Bruxelles 3. La Mercerie, Bruxelles 
4. Exki (porte de Namur), Bruxelles 5. Green Kitchen at Belvue, Bruxelles 
6. L'ultime atome, Bruxelles 7. L'Amour Fou, Bruxelles 8. Samouraï ramen, Bruxelles 
9. Taihon, Bruxelles 10 et 14. Le bar de la place, Monpatelin 11. La fabbrica di Marco, Toulon 
12. L'Oasis, Toulon 13. L'aparté, Toulon 15. Yéti 2, Bruxelles

mardi 7 juillet 2015

Reading in tearooms, restaurants and a few other places (10)




1. Takumi, Bruxelles 2. Fourchette à bicyclette, Bruxelles 3 et 14. Les gens que j'aime, Bruxelles 
4. Hôtel Le Berger, Bruxelles 5. 't Wycker Cabinet, Maastricht 
6 et 10. Bar de la Place, Monpatelin 7. La Fabbrica di Marco, Toulon 
8. Le Chamo, Toulon 9. China Fast Food, Toulon 
11. Hippopotamus Gare du Nord, Paris 12. Arthur's, Bruxelles 13. AMI, Bruxelles
15. L'Amour Fou, Bruxelles

samedi 23 mai 2015

Reading in tearooms, restaurants and a few other places (9)




1. Comptoir Florian, Bruxelles 2. Walkin'Thai, Bruxelles 3. MangaKat Café, Bruxelles 4. Taihon, Bruxelles 5. AMI, Bruxelles 6. Yéti 2, Bruxelles 7. Samouraï Ramen, Bruxelles 8. Le Cercle des Voyageurs, Bruxelles 9. Chicag'Hostel, Toulon 10. Le Vog, Toulon 11. La Fabbrica di Marco, Toulon 12. Le Chantilly, Toulon 13. Gare du Nord, Paris 14. M&S Café, Bruxelles 15. Hôtel Le Berger, Bruxelles

lundi 18 mai 2015

Opération sabotage de régime en Helvétie (1/4)


Bizarrement, quand le réveil sonne à 6h parce que j'ai un avion à prendre, je n'ai aucun mal à me tirer du lit. On a bien fait de prendre la navette de 7h plutôt que celle de 8h: Zaventem est blindé de monde en ce début de week-end de 4 jours. ...Comment ça, je n'avais pas droit à une valise avec mon billet Check & Go, et je vais devoir payer 35€ à l'aller et autant au retour pour l'emporter avec moi? L'aéroport, que j'ai toujours trouvé limite sinistre, vient d'être refait; il est maintenant hyper-lumineux, moderne et bien agencé. Et le magasin de lunettes de soleil solde un modèle rouge de chez D&G absolument parfait pour moi - ça tombe bien, il m'en fallait une paire. A peine une heure et quart pour faire Bruxelles-Genève; autant dire que la Suisse, c'est la porte à côté. Dans le train jusqu'à Lausanne, écouter mine de rien la conversation des voyageurs d'à côté qui parlent des moutons employés par la société de chemins de fer nationale pour désherber les voies - un moyen écolo à souhait qui me ravit. 




"On t'a reconnue de loin à tes chaussures", m'annoncent Lady Pops et Funambuline. Le métro de Lausanne est le même que celui de Toulouse; nous ne sommes pas dépaysés, et ici aussi, Chouchou essaie de se mettre à l'avant de la rame sans conducteur comme s'il avait 5 ans et demi. Les jouets suspendus au bras de la statue de Guillaume Tell, on va dire que ça change des baskets jetées sur les fils électriques. La brasserie de Montbenon, petit coin de paradis à la fois champêtre et luxueux en plein centre-ville. J'ai l'impression d'être une riche expatriée qui prend le soleil en terrasse avec ses amis dilettantes - le bonheur, quoi. Et l'ail des ours, que je n'avais encore jamais goûté? Je kiffe grave. 




Par contre, l'expo d'art brut, euh, comment dire... je préfère une bonne petite promenade dans les rues de la ville. Non, je ne suis pas très intéressée par la rosace de la cathédrale. Oui, je veux absolument visiter ce musée de zoologie où le temps semble s'être arrêté dans les années 50. Quel taxidermiste fou a donné cet air shooté aux rapaces et aux singes? On est en train de perdre Shalf, qui s'endort sur le divan de l'entrée. Ouh la bonne odeur de shit qui flotte sur le bar à sirops en plein air de la place de la Riponne. La pince incrustée dans un pavé: une touche de déco urbaine à la fois discrète et originale. 




A Ouchy, il y a une statue envoyée par "la Belgique reconnaissante". Les bords du Léman sont toujours aussi magnifiques. La carte des cocktails du Beau-Rivage, clairement, ça change de l'assortiment mojito-cosmo-gin tonic habituel - d'ailleurs, je crois que je vais tenter un "Mon grand-père a planté une betterave". And now, pour le plaisir du contraste: le petit resto chinois familial bien planqué au premier étage d'un immeuble. Moi qui ne supporte pas les trucs qui piquent, j'ai réussi à choisir le plat qui arrache le plus de toute la tablée (un agneau au cumin délicieux mais klaffi de piments); heureusement que Funambuline veut bien me faire un échange avec le sien (un canard au basilic croustillant à tomber par terre). Nous sortons au moment où tombent les premières gouttes de pluie, commençons à nous mouiller dans la longue rue pavée qui descend vers la gare et roulons vers le patelin de Lady Pops sous un gros déluge - si c'était moi qui conduisais, je n'oserais pas dépasser le 20 km/heure. Compteur calorique en fin de journée: dans les 4560, à vue de nez, mais ça valait le coup!

dimanche 29 mars 2015

Reading in tearooms, restaurants and a few other places (8)




1. Hôtel Le Berger, Bruxelles 2. La Belladone, Bruxelles 3. Kokuban, Bruxelles 
4. Drug Opera, Bruxelles 5. Taihon, Bruxelles 6. Le Chantilly, Toulon 
7. La fabbrica di Marco, Toulon 8. La taverne de Cluny, Paris 9. La Mercerie, Bruxelles 
10. Exki (porte de Namur), Bruxelles 11. La Théière, Toulon 12. Les Têtes d'Ail, Toulon 
13. Chicag'Hostel, Toulon 14. Café Pinson, Paris 15. Le thé des écrivains, Paris

jeudi 15 janvier 2015

Reading in tearooms, restaurants and a few other places (7)




1. L'Oasis, Toulon 2. Used Books Café, Paris 3. Sucré Salé, Bruxelles 4. Exki Luxembourg, Bruxelles 5 et 10. Hôtel Le Berger, Bruxelles 6 et 15. La Théière, Toulon 7 et 13. La fabbrica di Marco, Toulon 8. Doraku, Paris 9. Maison Prestige, Bruges 11. Kosmos, Bruxelles 12. Praia da Luz, Porto 14. Le Chantilly, Toulon

jeudi 11 décembre 2014

Le jeudi où on va se promener en ville pour admirer les lumières de Noël




Réveillée presque une heure avant que le réveil ne sonne, je commence à prendre le rythme! Aujourd'hui, j'attaque le chapitre le plus long et le plus oppressant du bouquin. Je m'interromps à la fin de chaque paragraphe pour respirer et faire un reset mental; du coup, j'avance à une allure d'escargot. Le facteur apporte les bottines Schmoove à étoiles qui ne devaient arriver que demain, elles sont jolies mais vraiment très plates, avec un cuir assez rigide dont je crains que le rebord ne me blesse la cheville; je vais donc les renvoyer. A la place, j'envisage des merveilles rouges de chez Wonders. Shootée à l'Earl Grey vert, je réussis à boucler ma rude journée avec dix minutes d'avance et file me préparer pour sortir avec Chouchou. Ca ne circule pas du tout dans le centre; le 38 avance à une allure d'escargot et finit par nous larguer quelques centaines de mètres avant son terminus. Comme d'habitude, les tarifs internationaux de BePost me donnent envie d'aller me pendre. Consolons-nous en achetant quelques biscuits de La Cure Gourmande pour demain, et en renouvelant les stocks de You Zi Hua Cha et de thé blanc au jasmin au Nong Cha. "Je vous fais goûter un thé rouge à la rose?" propose aimablement le vendeur. Euh, non, merci, je préfère pas. Cette année, le sapin de la Grand-Place est nettement plus classique que celui de l'an dernier, et nettement moins suggestif que celui de la Place Vendôme mi-octobre. De manière générale, je trouve tout moins décoré et moins joli, mais ça fera des économies d'énergie. Ah, l'horrible odeur du vin chaud, le parfum écoeurant des sucreries mélangé aux relents de charcutaille et de fromage, les produits artisanaux moches et inutiles - vivent les marchés de Noël! Je ne peux même pas monter dans la grande roue (il fait trop froid) ni m'offrir une crêpe géante, mon péché mignon (il y a beaucoup trop de queue au stand). La balade reste néanmoins agréable en ce jeudi soir où il n'y a pas encore trop de monde. Les mains gelées d'avoir tenu nos appareils photo, nous nous réfugions chez l'Archiduc. Posé sur le piano, un énorme bouquet de lys dispute visiblement aux cahots du 38 et aux remugles boustifailliens l'honneur de me filer la plus grosse nausée de la journée. Quant aux cocktails... Ils sont aussi chers que ceux de l'hôtel Le Berger, mais trois fois plus petits et dix fois moins bons, servis avec un mini-bol de chips industrielles plutôt que de délicieuses bouchées maison. Chouchou, pourtant très peu difficile en matière de nourriture et de boisson, commente en rigolant que son Virgin Mary est le jus de tomate le plus dégueulasse qui a jamais franchi ses lèvres.  Nous ne nous attardons pas. Il est déjà 19h passées, mais en raison d'un événement privé qui a lieu à l'étage, Brüsel est toujours ouvert, youhou! Et je ne résiste pas à trois bédés très alléchantes, non plus qu'à une figurine de licorne cosmique. A la station Arts-Lois, une chanteuse massacre "Lipstick polychrome" avec conviction. Nous dînons tardivement des super spaghetti à la Norma de Chouchou devant le pilote de "Transparent". Je ne raffole pas de la manière de filmer façon 70's, mais tout le reste me paraît assez bien pour que j'aie envie de continuer. Maintenant, résister à l'envie de me faire une tasse de thé au jasmin qui risquerait de m'empêcher de dormir...

mercredi 19 novembre 2014

Le mercredi de la meilleure happy hour du monde




Debout à 8h45, on va dire qu'on progresse. Nous sommes entrés dans la saison où j'ai envie de faire l'amour au radiateur du couloir chaque fois que je passe devant (= souvent, vu qu'il est sur le chemin des toilettes et que j'écluse plusieurs litres de thé par jour). J'ai l'impression d'être en train de massacrer la VO. Généralement, dans ces cas-là, je m'aperçois à la relecture que ce que j'ai fait tient assez bien la route, mais pour l'instant, ma fierté professionnelle n'en mène pas large. En quelques pages, je viens de doubler mes connaissances (il est vrai assez maigres) sur la géographie turque. Comme il ne restait pas assez de risotto aux asperges pour deux, Chouchou me l'a laissé; comme je ne trouverais pas ça juste de le manger seule, nous nous le partagerons ce soir avec une soupe. J'aurais aimé avoir un demi-rayon de soleil pour photographier mon DIY, mais tant pis, je ferai sans. "Je viens de mettre une tarte dans le four et du vernis sur mes pieds." "C'est mieux que l'inverse." "Oui c'est sûr que mes pieds au four et du vernis sur la tarte, ça aurait été moins bien." "Ah non, je pensais plutôt à tes pieds dans la tarte et le vernis au four." Pendant que mes copines se font des costumes historiques de folie, moi, je peine à recoudre le bouton qui est tombé de mon joli manteau kaki hier: - dans la vie, y'a les douées, et y'a les autres. Aujourd'hui, c'est baptême saisonnier de pull en cachemire - et si j'avais su, j'aurais pris des gants en plus. Blottie sur le canapé rétro du Berger, je bouquine un roman jeunesse steampunk en faisant du headbanging sur une compile de Nirvana jusqu'à ce que Gasparde et Melle Mars me rejoignent. Nous sommes en train de papoter depuis une heure lorsque M1 entre dans le bar. C'est son anniversaire, et elle est venue boire un cocktail avec sa chérie. Nous les invitons à s'asseoir avec nous. Bientôt, le gentil serveur italien à la barbe bouclée nous annonce que le mercredi soir entre 19h et 20h30, c'est happy hour; tous les gens qui ont commandé une boisson alcoolisée ont accès à un buffet apéro gratuit: charcuterie, fromage, bruschetta, pâtes... Ca tombe bien, j'ai deux (délicieux) Cosmopolitan à éponger. Nous passons un moment très joyeux toutes les cinq, et d'autant plus agréable qu'il est totalement improvisé. J'ai déjà dit à quel point je kiffais le bar de l'Hôtel Le Berger? Et aussi, rentrer à pied dans les rues de Bruxelles alors qu'il fait déjà nuit et un peu froid, mais que l'alcool et l'amitié me tiennent chaud de l'intérieur. Tout ça est TRES MAUVAIS pour ma réputation d'ourse féroce. Quand j'arrive à la maison, Chouchou est rentré du sport et s'est fait un shake de protéines (miam) (ou pas): finalement, le reste de risotto, ce sera pour demain!

vendredi 31 octobre 2014

Hôtel Le Berger: charme suranné et mojitos décadents




Je me demande comment j'ai pu atteindre l'âge canonique de 43 ans sans adopter cette merveilleuse tradition que sont les cocktails du vendredi soir après le boulot. A ma décharge, je pense que c'est une pratique plus répandue en Angleterre qu'en France ou en Belgique... mais en tant qu'alcoolique mondaine débutante, je me trompe peut-être. Bref. Assez vite, j'ai décidé que mon cocktail préféré était le mojito: frais, pas trop sucré et à base de rhum, qui est l'un des deux seuls alcools forts que je supporte (l'autre étant la vodka). Puis, avec une méticulosité toute scientifique, j'ai entrepris de déterminer quel bar à Bruxelles servait le meilleur. Il me reste à tester l'Archiduc, dont on m'a dit du bien, mais pour l'instant, deux vainqueurs se détachent assez nettement. L'Amour Fou, où j'aime glander l'après-midi avec un bouquin ou mon iPad et dévorer les meilleurs burgers du monde le soir, propose un mojito bien équilibré à 7,50€, avec happy hour les mardi et mercredi soirs à partir de 18h. Pour ce qui est du plan cocktail entre copines, il est néanmoins devancé par l'hôtel Le Berger situé un peu plus bas dans la chaussée d'Ixelles. Cet ancien hôtel de rendez-vous est flanqué d'un bar à la déco délicieusement vieillotte, aux murs sombres et à l'éclairage tamisé. Les tables couvertes de miroirs défraîchis renvoient la lumière des bougies que les serveurs allument à la tombée de la nuit, et entre la baie vitrée et l'épaisse tenture de velours rouge qui entoure la porte se niche un canapé extrêmement cosy dont l'accoudoir a pile la bonne hauteur pour le coude d'une lectrice de taille modérée. La musique, compilation de reprises bossanovantes ou de tubes des années 80, jure souvent avec l'endroit mais me ravit toujours. L'atmosphère hésite entre suranné et décadence. Les cocktails, qui coûtent 10€, sont généreusement dosés en alcool et toujours accompagnés d'une petite assiette d'amuse-bouche maison. Et loin de vous regarder d'un oeil torve si vous traînez un peu sans prendre de seconde consommation, le personnel vous fiche une paix royale. J'ai découvert et aimé ce lieu en été, mais c'est à la saison où les jours raccourcissent que son charme se déploie pleinement. J'y arrive alors que le soleil décline, un peu fatiguée de ma semaine de travail. Je passe un long moment à bouquiner seule dans le canapé moelleux ou à papoter boulot, voyages et littérature avec des copines. L'alcool me réchauffe délicieusement et m'aide à prendre de la distance par rapport à mes petits soucis. Puis, avec l'impression de flotter un peu, je rentre sans me presser par les rues obscures en pensant à ce que je vais faire ce week-end avec mon amoureux. Pour un peu, je gambaderais presque. 

24, rue du Berger
1050 Bruxelles
Service au bar à partir de 17h30

vendredi 3 octobre 2014

Reading in tearooms, restaurants and a few other places (6)





1 et 14. L'Amour Fou, Bruxelles 2. Exki (bd Anspach), Bruxelles 3. Mano a Mano, Bruxelles 4 et 13. Hôtel Le Berger, Bruxelles 5. La Mercerie, Bruxelles 6. Filigranes, Bruxelles 7. La fabbrica di Marco, Toulon 8. Le Chantilly, Toulon 9. Le Chamo, Toulon 10. God save the cream, Bruxelles 11. Folk a rock, Malmö 12. Joe & the Juice (Rundetarn), Copenhague 15. Kosmos, Bruxelles

mercredi 20 août 2014

Reading in tearooms, restaurants and a few other places (5)




1. Arthur's, Bruxelles 2. Exki place Stéphanie, Bruxelles 3. L'Aparté, Toulon 4. Palazzo Caffe, Toulon 5, 8 et 11. L'Amour Fou, Bruxelles 6. Mamma Roma parvis de Saint-Gilles, Bruxelles 7. Makisu, Bruxelles 9. Kosmos, Bruxelles 10. Hôtel Berger, Bruxelles 12. Filigranes, Bruxelles 13. Exki rue Neuve, Bruxelles 14. TGV Bruxelles-Toulon 15. Bar de la Place, Monpatelin 16. Le Chantilly, Toulon 17. Le Chamo, Toulon 18. L'Apérô, Toulouse 19. O Thé Divin, Toulouse 20. Ombres Blanches, Toulouse 21. Le Taihon, Bruxelles