Affichage des articles dont le libellé est cheveux. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est cheveux. Afficher tous les articles

mercredi 22 novembre 2017

Une histoire de cheveux


Quand ma soeur et moi étions petites, ma mère nous coupait les cheveux courts parce que "c'était plus facile à entretenir". En vertu du même principe, elle nous faisait porter des knickers en velours (oui, bon, c'était les années 70). On en avait tellement marre d'être prises pour des garçons qu'on a prié et supplié jusqu'à ce qu'elle nous autorise à nous laisser pousser les cheveux. Je devais avoir une dizaine d'années, et depuis, je ne les ai plus jamais portés courts. A deux ou trois reprises, il m'est arrivé de les couper mi-longs; je l'ai toujours regretté dès ma sortie de chez le coiffeur. 

lundi 10 mars 2014

La robe pour laquelle j'en pince


Après un samedi passé à comater dans mon lit en crachant mes poumons façon Dame aux Camélias et en gémissant: "Mais il fait teeeeeeellement beau dehors!", je me sentais un peu mieux dimanche. Nous en avons profité pour faire un petit tour au parc Léopold après le déjeuner, et pour prendre quelques photos de ma dernière acquisition: la fameuse robe Louche qui m'a permis de solder un avoir bientôt périmé chez Monshowroom. 





Je sais que je fais du 12 dans cette marque, mais sur le site, les tailles indiquées étaient S, M et L. Par mesure de précaution, j'ai opté pour le L... et reçu un 14 trop grand que j'ai eu la flemme de renvoyer. Tant pis, ce sera ma robe des jours de bombance! 




Ceci est la première coloration que je refais toute seule après un an passé à aller chaque mois chez le coiffeur. A 83€ la couleur sans coupe ni brushing, budgétairement, ça devenait juste impossible. Là, la boîte de Garnier Nutrisse (ref: 660) m'est revenue moins de 9€, et en plus, j'ai fait ça peinarde en une heure à la maison au lieu de sacrifier tout mon après-midi. Bien sûr, le résultat est moins subtil que le travail d'un pro, mais j'aime quand même beaucoup, surtout quand je pense à tout ce que je vais pouvoir faire avec les sous économisés!




(Je ne peux jamais porter ce pendentif sans repenser à l'épisode de "Friends" où Phoebe déclare que Ross et Rachel sont un couple de homards et les mime se tenant la pince.)



Je suis fan de ces collants "gaufrés", qui coûtent une misère et sont aussi solides que confortables. D'ailleurs, je les ai également en bleu canard et en violet. Les boots découpées sont une tentative de trouver des remplaçantes à mes fameuses boots de moto Free Lance que je traîne depuis dix ans et dont je commence à me lasser. Malheureusement, la semelle n'a aucun amorti et je ne peux pas marcher avec plus d'une demi-heure sans souffrir. La suprématie des Free Lance demeure donc incontestée à ce jour. 




Robe: Louche
Blouson: Mango (hiver 2013-2013)
T-shirt: Promod
Collants: Soxi chez Veritas
Boots: Deena & Ozzy chez Urban Outfitters (été 2013)
Pendentif: Scooter (old)



jeudi 21 février 2013

New hair




Je suis retournée chez Wakko avant-hier, et j'ai fait recouvrir mon rose délavé par du violet. Le résultat est moins flashy mais plus nuancé, et tellement portable au quotidien (même si la couleur ressort bien davantage à la lumière du soleil) que je regrette presque de ne pas avoir fait toute la chevelure depuis les racines. Ce qui ne m'empêchera probablement pas de changer pour du turquoise ou de l'émeraude la prochaine fois - le coiffeur m'ayant expliqué qu'une nouvelle décoloration ne serait pas nécessaire pour éliminer les restes de violet, qu'il suffirait de faire un shampoing nettoyant. 2013, l'année où je m'amuse avec mes cheveux!


Une lessive en train de sécher se cache dans cette photo, sauras-tu la retrouver?

(Juste pour le fun, une petite anecdote. Comme je discutais avec le coiffeur des différentes couleurs dont il disposait, il m'a dit: "J'ai un très beau cuivré, aussi". J'ai répondu: "Je sais, tu le fais à une de mes copines!" "La Princesse, c'est ça?" "Euh, oui, mais comment tu as deviné?" "Je ne sais pas... vous avez un peu le même genre pin-up toutes les deux." Cinq minutes plus tôt, il m'avait complimentée sur mon look. Comme on ne peut décemment pas le soupçonner d'en vouloir à ma vertu, ça m'a mise de super bonne humeur.)

dimanche 13 janvier 2013

Stars & stripes




Il m'a fallu beaucoup de courage ce matin pour enfiler autre chose qu'une combinaison de ski et des moon boots avant de sortir bruncher. Surtout que ce petit pull Desigual n'est pas bien épais. Je ne vous parle même pas de l'héroïsme dont j'ai dû faire preuve pour enlever mon manteau en pleine rue. Le shooting a été vite expédié! J'implore votre indulgence, mais je tenais vraiment à avoir des photos potables de mes NOUVEAUX CHEVEUX ROSES, HIIIIIII! (Cinq jours après mon passage chez le coiffeur, je suis de plus en plus ravie.)






Le titre de ce post m'a été inspirée par mes nouveaux collants. Figurez-vous que dans l'emballage, ils étaient pliés de sorte qu'on ne voyait que les étoiles. J'ai donc été surprise et un peu inquiète en voyant que l'autre jambe s'ornait de grosses rayures qui, bien que verticales, ne présageaient rien de bon pour l'aspect de mes mollets. Cela dit entre les collants asymétriques et la couleur de mes cheveux, je me sens  über-cool et un peu punk à la fois, c'est vraiment merveilleux. 




Manteau: Naf-Naf (old)
Top: Desigual
Jupe: H&M (old)
Collants: Happy Socks
Chaussures: Chie Mihara (old)
Echarpe: Accessorize (old)
Sac: Brontibay

vendredi 11 janvier 2013

Pretty in pink


Si j'ai tendance à détester les clichés de genre ("les hommes ne savent pas écouter", "les femmes sont incapables de lire une carte routière"), il en est un auquel je dois bien admettre avoir toujours souscrit. Chaque fois qu'il se produit un évènement majeur dans ma vie, je fonce chez le coiffeur. Quand je suis partie à Toulouse pour mes études, je me suis ainsi retrouvé avec une splendide permanente de caniche sur cheveux roux mi-longs. Quand j'ai divorcé et filé aux Zuess sur un coup de tête, j'ai réclamé les cheveux de Roxy du comics Gen13, roses devant et violets derrière. La coiffeuse n'a pas voulu que je garde ma longueur et me les a coupés au carré; puis, comme elle n'avait pas les bonnes couleurs, elle m'a fait du rouge devant et du mauve derrière. Le résultat n'était pas très heureux. Quand j'ai appris la maladie de mon père, je suis revenue à ma couleur naturelle que je n'avais pas vue depuis plus de 20 ans - un acte de sobriété capillaire que me semblait exiger la gravité de la situation. Maintenant qu'il est décédé et que je m'efforce de sortir de ma période de grand chagrin, j'avais envie de quelque chose de VRAIMENT fun.   

Au début de l'été dernier, j'avais flashé sur le principe du ombré hair, sauf que je ne voulais pas une teinte naturelle dans le bas, mais plutôt du rose... ou du turquoise... ou du violet... enfin, un truc qui pète. J'ai demandé à mes copines bruxelloises si elles connaissaient un coiffeur capable de faire du super boulot en coloration. La Princesse et Sara m'ont répondu qu'elles allaient toutes les deux chez Wakko, et qu'elles en étaient très contentes. Je suis passée au salon début octobre; ma dernière couleur datait de juillet et Fabian m'a conseillé d'attendre encore quelques mois pour qu'elle soit estompée au maximum. Au final, c'est donc pour hier à 15h que j'avais pris rendez-vous avec Fred. J'avais apporté une photo de ce que je voulais, histoire d'être certaine qu'on soit bien sur la même longueur d'ondes. Fred a pris le temps de m'interroger sur mes desiderata exacts, et de m'expliquer les contraintes avec lesquelles il fallait composer. 

J'ai eu droit à deux applications successives de produit décolorant de la marque Joico, pour 45mn de temps de pose à chaque fois. Autant dire que j'ai un peu regretté de n'avoir emporté davantage de lecture (pas que je déteste regarder des jolis garçons torsepoil, mais GQ et Têtu, ça ne m'intéresse pas plus que ça). En plus, je ne devais pas tourner la tête; je suis donc restée pas loin de deux heures avec le port gracieux de Robbie le Robot. Mais le produit utilisé est beaucoup moins violent que les produits qu'on trouvait sur le marché il y a quelques années: il contient une huile qui préserve le cheveu et évite de se retrouver avec une botte de foin sur la tête. Ca valait donc bien le coup de se montrer un peu patiente - et raide, très raide. Après ça, passage au bac; pas moins de trois shampoings suivis d'un soin pour refermer les écailles et d'un autre soin reconstituant à la kératine. Enfin, on est passé à la pose de la colo rose elle-même. 20 mn d'attente, re-shampoing, re-double soin. Séchage naturel et, pour parfaire le résultat, raccourcissement de ma frange qui commençait à me donner l'allure d'un Yorkshire. Quand je suis sortie de là, il était 19h30, et j'étais plus pauvre de 130€ (140, même, avec le pourboire), mais ravie. 



Evidemment les photos sont moches à cause du manque de lumière à l'heure où elles ont été prises, 
mais je tâche d'en faire d'autres ce week-end!

La colo rose commence plus haut que je ne le voulais, et la transition n'est pas aussi subtile que je l'espérais. Ce n'est pas très grave, car la couleur ressort vraiment bien, et du coup, la décolo durera plus longtemps au fur et à mesure que mes cheveux pousseront et que j'en couperai les pointes. Mes longueurs sont très peu abîmées; au toucher, je ne sens pour ainsi dire aucune différence avec mes racines. Pour que le rose ne s'estompe pas trop vite, je dois faire le moins de shampoings possible. Jusqu'ici, je me lavais les cheveux tous les 2 ou 3 jours; je vais tenter d'augmenter cet intervalle d'une journée en recourant à du shampoing sec sur les racines entre deux. Fred m'a prévenue que la couleur se fixerait mieux la deuxième fois, et encore mieux la troisième. A la base, je ne pensais pas garder ça très longtemps, mais je suis tellement contente du résultat et tellement emballée par l'accueil reçu chez Wakko que j'envisage maintenant de renouveler la couleur jusqu'à élimination de la décolo, ce qui devrait prendre un certain temps vu que je coupe seulement 5 cm de pointes tous les 6 mois. Quand j'en aurai marre du rose, j'essaierai sans doute le violet, qui devrait facilement pouvoir s'appliquer par-dessus un rose délavé sans nouvelle décolo. 

Voilà, j'ai bientôt 42 ans et les cheveux roses, mais je m'en fous, j'adore ça!

De Wakko Kapper
Place de Dinant 1
1000 Bruxelles
Tel: 02 503 05 97

jeudi 22 décembre 2011

Color Soin: une chouette coloration naturelle


Depuis que je suis repassée à mon brun naturel en octobre dernier, je dois périodiquement faire des colorations pour masquer le roux qui tend à ressortir sur la moitié inférieure de mes cheveux. Et puis je commence à avoir quelques cheveux blancs - oh, pas beaucoup, une vingtaine au dernier recensement, mais sur une couleur aussi foncée que la mienne, ça se voit vraiment et je n'aime pas ça. D'habitude, j'utilise la 100% Color de Garnier parce que c'est, parmi celles qu'on trouve en grandes surfaces, une des moins chères et surtout la seule qui s'applique sur cheveux secs. (Je déteste l'application sur cheveux mouillés et l'eau glacée qui me coule dans le cou pendant le temps de pose.)

Mais il y a six mois, lors d'un séjour chez mes parents et alors que j'allais leur chercher des remèdes à la pharmacie la plus proche, j'ai repéré une promo "2 pour le prix d'1" sur une marque que je ne connaissais pas: Color Soin. Je me suis renseignée auprès de la pharmacienne, qui n'a pas tari d'éloges sur le côté naturel du produit. Une colo sans ammoniaque, pour moins de 10€ les deux boîtes? Je n'avais pas grand-chose à perdre en testant. Parmi les 26 teintes disponibles, j'ai choisi la 3N, "Châtain foncé", la plus proche de ma couleur naturelle. Je viens d'utiliser la seconde boîte, et je suis totalement conquise.

Les +
- Le prix: même hors promo, moins de 10€, ça reste beaucoup moins cher que toutes les autres colos vendues en grandes surfaces.
- L'application sur cheveux secs, donc. Et la texture du produit fait que mon chignon tortillé à la va-vite reste bien en place au-dessus de ma tête, sans laisser échapper la moindre goutte pendant les 40 mintes de pose.
- La coloration ne contient ni ammoniaque, ni paraben. Du coup, elle ne pue pas et n'abîme pas les cheveux (il est quand même conseillé d'attendre 48h après le dernier shampoing pour l'appliquer).
- L'aspect sain des cheveux pendant les semaines qui suivent; je les trouves comme gainés, moins électriques et plus faciles à coiffer. Par contre, étant donné que je prends une couleur qui correspond à la teinte naturelle de mes cheveux, je ne saurais pas trop me prononcer sur la durabilité du produit qui s'estompe de manière quasi-imperceptible sur moi.

Les -
- A ma connaissance, ce produit n'est vendu qu'en pharmacie et parapharmacie, qui n'ont pas toujours la place de stocker l'ensemble de la gamme.
- Le packaging joue sur le côté naturel; il n'est donc pas des plus glamour.

dimanche 16 janvier 2011

L'atelier multi-tâches

Dans la série "J'occupe mes dimanches d'hiver", mais aussi "Je multiplie les visites chez Lady Paname", "Je saisis la moindre occasion de voir mes copines Miss Sunalee et La Princesse", "J'investis dans des expériences, pas des objets" et "J'apprends à me rendre un peu plus présentable pour compenser les effets de l'âge ce salopard", je participerai le 6 février prochain à cet atelier:


Plus de précisions sur le site Belfollies qui recense tous les évènements liés au burlesque en Belgique.

jeudi 7 octobre 2010

JDM

Ce matin, j'ai ouvert un oeil en entendant mes parents partir à l'hôpital. Je me suis dit: "8h30, je m'accorde encore un petit quart d'heure à traîner au lit et je me lève pour faire une bonne journée de boulot".
Résultat, c'est le bruit de la porte d'entrée se rouvrant sur les mêmes parents qui a fini par me réveiller à... 11h. Je me suis tirée du lit en catastrophe avec un bon début de migraine. Après avoir avalé un Doliprane et préparé mon thé matinal, je me suis assise devant mon PC pour faire ma petite tournée internet habituelle et commencer aussitôt à travailler.
Oui mais voilà, impossible de me connecter, que ce soit au wifi de mes parents ou au réseau non-protégé de leurs voisins qui me dépanne en cas de caprice de leur Livebox. Et pour bosser, j'ai besoin d'un accès à mes différents dictionnaires et lexiques en ligne, surtout quand je traduis un texte avec du vocabulaire très spécifique comme en ce moment.
Afin de résoudre mon problème, Chouchou m'a demandé de m'installer avec mon portable dans le bureau de mes parents, histoire qu'on puisse utiliser leur PC (très bien connecté à internet, lui) pour communiquer. Mais avant même qu'il puisse me contacter sur Skype, mon ordinateur s'est éteint... et n'a plus voulu se rallumer du tout.
Là, je l'avoue, j'ai eu un moment d'intense désespoir pendant lequel je me suis vraiment sentie maudite.
Jusqu'à ce que mon père me fasse remarquer que je m'étais branchée sur une multiprise éteinte. Et bien entendu, comme le portable que j'utilise est un vieux (étant donné que le dernier en date m'a déjà lâchement claqué entre les pattes juste avant mon départ de Bruxelles il y a presque un mois), sa batterie est morte depuis longtemps: il ne fonctionne que branché sur secteur.
Le temps de sécher mes larmes et de remédier à mon souci de connexion, il était l'heure de déjeuner. J'ai enfin pu commencre à travailler vers 14h.
A 14h15, alors que j'avais traduit environ une page et demie, le courant s'est éteint dans tout le village.
A 15h, n'y tenant plus, je me suis dit: "Tant pis, foutu pour foutu, je vais mettre mon temps à profit en allant chez le coiffeur".
Sauf que bien entendu, sans électricité, impossible d'ouvrir la porte du garage pour sortir la voiture de mes parents. Il a fallu réclamer l'aide d'un voisin qui a peiné un bon quart d'heure avant de réussir à l'ouvrir manuellement. A ce stade, dire que je me sentais persécutée par l'univers serait un doux euphémisme.
Je suis arrivée chez le coiffeur. J'ai expliqué que je voulais changer de couleur, choisi un brun foncé sur le nuancier et, parce que Chouchou avait exprimé le désir que je raccourcisse ma botte de foin, demandé qu'on me coupe une vingtaine de centimètres mais en conservant le même dégradé.
A 18h, je suis ressortie de là délestée de 99€, avec une coupe qui n'est pas forcément la pire de toute mon existence mais qui se classe facilement dans le top 5. C'est trop court, ça ne me va pas du tout, et rien que de me regarder dans la glace, j'ai envie de pleurer.
Il y a des jours comme ça où on ne peut pas gagner.

jeudi 29 juillet 2010

New bangs!


A de rares exceptions près, j'ai la même coupe et la même couleur de cheveux depuis 25 ans.


Oh, il y a bien eu quelques expérimentations allant du presque intéressant au purement désastreux. Une tentative de permanente l'année de mes 18 ans. Quelques mois plus tard, une brève phase noir-bleuté/carré à la Cléopâtre qui, vu que je ne me maquillais pas à l'époque et que j'avais déjà un ravissant teint de bidet, me donnait l'air d'un cadavre affublé d'une perruque. En 1997, j'ai vécu dans une petite ville amish de Pennsylvanie avec une teinture manga rouge et violette. Pendant que j'étais avec l'Homme, j'ai tenté le mi-long avec pointes vers l'extérieur façon sapin de Noël, et même le pseudo-blond au mépris de tous les avertissements de ma coiffeuse.


Immanquablement, je finis par revenir à ce qui me va le mieux: un dégradé long avec frange effilée au-dessus des sourcils et un 6.66 de Loréal. Partagée entre une envie de changement et la certitude que ce changement ne serait pas une amélioration.


Ca faisait des années que j'avais envie d'une frange triangulaire qui parte presque du dessus de la tête pour allonger artificiellement mon visage à la rondeur encore accentuée par ma frange barre parce que, entre autres défauts physiques, j'ai un tout petit front. Et des années que ma coiffeuse m'affirme que ça ne m'ira pas.


Aujourd'hui, d'humeur légèrement belliqueuse après que plusieurs de mes plans soient tombés à l'eau, j'ai insisté pour qu'elle coupe quand même, la bougresse - en me disant qu'au pire, je camouflerais le truc jusqu'à ce que ça repousse.


Incroyable mais vrai: je suis ravie du résultat qui donne exactement ce que j'imaginais. Je sais, la photo n'est pas bonne mais l'on peut y voir le bonheur en personne et la douceur d'un soir mais c'est juste pour vous montrer.


(Incidemment, pour montrer ce que je voulais, j'ai utilisé la photo de Sophie Marceau en couv du dernier numéro de ELLE. Je me demande sur qui je pourrais faire pression pour obtenir les mêmes jambes qu'elle?)

vendredi 2 octobre 2009

Pas de RTT pour les blondes

Ce matin, j'ai voulu refaire ma couleur, une tache de routine que j'accomplis environ une fois par mois depuis plus de vingt ans.

Pour celles qui ne se seraient jamais livré à ce petit exercice, il faut savoir qu'un kit de coloration à la maison type Loréal ou Garnier contient généralement:
- un mode d'emploi
- un flacon de révélateur crème
- un flacon de la couleur choisie, à verser dans le révélateur
- une paire de gants en plastique pour ne pas se pourrir les mains en appliquant le mélange
- un shampoing fixant à utiliser après avoir laissé poser 30 mn et rincé le plus gros du produit

Mais parce qu'il est bien connu que la routine, ça tue, mon cerveau a distrait mon attention pendant que je procédais au mélange et intimé à mes mains l'ordre de verser le shampoing à la place de la couleur dans le révélateur.

Résultat: j'ai toujours les racines brunes. En revanche, après avoir laissé mon shampoing poser pendant une demi-heure, mes cheveux sont très très propres.