Affichage des articles dont le libellé est broderie. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est broderie. Afficher tous les articles

mercredi 19 novembre 2014

DIY: le transfert de photo sur textile


Dans ma To Do List d'automne, il y avait "Réaliser un ouvrage dans un tambour à broder". Je voulais faire quelque chose avec un message inspirant - spécifiquement, une citation anti-angoisse brodée sur du tissu. En fond, j'ai d'abord envisagé un motif à base de feutrine et de laine cardée, avant de me décider plutôt pour un transfert d'image en noir et blanc. J'ai donc commencé par chercher une photo qui me semblait en rapport avec le thème (et comme souvent, je l'ai trouvée sur We Heart It sans pouvoir remonter jusqu'à sa source). Puis j'ai suivi le tutoriel publié par "A beautiful mess" il y a quelques mois, et dont je vais retracer ici le principe en français pour les non-anglophones. 




Matériel:
- Une image découpée dans un magazine ou imprimée à la maison
- Un morceau de coton blanc pas trop fin
- Un pot de gel medium de la texture la plus fine que vous pourrez trouver (le mien est de la marque Golden et a été acheté chez Schleiper Be Creative à Bruxelles)
- Un pinceau plat en acrylique
- Un vaporisateur d'eau 
- Des ciseaux
- Un tapis de loisirs créatifs, ou juste un grand bout de plastique, pour protéger votre surface de travail

Le principe: enduire généreusement le côté face de la photo avec du gel medium; la retourner et l'appliquer sur le tissu en appuyant bien et en lissant avec le plat de la main. Poser un gros bouquin dessus et attendre au moins 3h. Puis vaporiser de l'eau sur le côté pile de la photo, et avec l'ongle du pouce, gratter très délicatement le papier pour l'enlever tout en laissant la couche de gel imprimée sur le tissu. 

Mon premier essai a été assez catastrophique: j'ai voulu travailler sur une image de format A4, que le gel a fait gondoler atrocement. Et au moment de gratter le papier, j'y suis allée un peu trop fort, et des bouts d'image sont partis avec. Poubelle. J'ai recommencé avec une image bien plus petite (du A6, environ), et là, j'ai obtenu un transfert assez satisfaisant. Pas uniforme et pas assez marqué par endroits à mon goût, mais plutôt sympa avec les traces verdâtres laissées par l'encre noire. Malheureusement, il manquait 2 ou 3 millimètres de chaque côté pour le tambour dans lequel je voulais la mettre. J'ai recommencé en l'imprimant un tout petit peu plus large: nouveau caca au grattage. A la quatrième tentative, j'ai obtenu un résultat potable - moins bien que celui de l'essai n°2, mais plus net et de dimensions correctes.


Echantillons n°4 et 2, respectivement. 


J'ai laissé sécher, puis je me suis attelée à retranscrire mon message. J'ai commencé par l'écrire à main levée sur l'image avec un crayon HB bien taillé (un peu par flemme de reporter des caractères d'imprimerie, un peu parce que c'était plus personnel). Puis, comme le tissu enduit de gel possède une texture quelque peu amidonnée, j'ai piqué toutes les lettres par-devant avec une aiguille histoire de faire des "pré-trous". Ensuite, j'ai brodé au point arrière avec deux brins de fil DMC rose. Et voilà le résultat!





Le gag, c'est que même sur l'échantillon n°4, ma broderie était trop à droite, et du coup, mon ouvrage ne rentrait pas dans mon tambour à broder ovale qui mangeait la fin des mots. Au final, je me suis donc contentée d'un bête cadre noir dégoté chez Hema. 


(Pardon pour le manque de lumière, si j'attendais d'avoir de quoi faire une photo potable, je risquais de ne pas publier ce DIY avant le printemps!)


samedi 27 septembre 2014

Broderie mise en abyme




J'ai commencé cette broderie au printemps dernier, en utilisant un motif qui se trouvait sur la même feuille que la fille aux ciseaux commandée sur la boutique Etsy de SewLovelyEmbroidery. Cette fois, non seulement je n'avais pas d'indication de points, mais il me manquait aussi une photo de référence pour les couleurs. J'ai commencé par faire les parties couleur peau (facile), puis les chaussures (rouges, évidemment). Ensuite... j'ai bloqué par manque d'inspiration, et ma broderie est restée en souffrance jusqu'à la fin de l'été. Je ne me suis décidée à la finir que parce que je l'avais mise dans mes objectifs saisonniers.  Et comme, entre-temps, j'avais trouvé un magnifique ouvrage sur la décoration des tambours à broder, je me suis même amusée à entourer le cadre avec du washing tape. Enfin, pour faire un dos vaguement "propre", j'ai collé les bords du tissu sur le cerceau intérieur et soigneusement coupé à ras. Et voilà!





mercredi 23 juillet 2014

Valar morghulis


Dans mes objectifs de l'été, il y avait: "réaliser un point de croix inspirant". J'avais en tête l'expression "here & now", censée me rappeler de vivre dans le présent plutôt que de me projeter constamment vers des catastrophes futures. Malgré toutes mes recherches, je n'ai rien trouvé qui y correspondait. J'ai donc décidé de créer un motif moi-même en mélangeant feutrine, laine cardée et broderie. Je vois très bien le truc dans ma tête, et comme souvent, je procrastine un max pour m'y mettre parce qu'il va falloir tâtonner et que le résultat n'est pas garanti, ce que je trouve toujours frustrant. 

Alors, en attendant, je me suis fendue d'un autre ouvrage dont j'avais vu passer le motif sur le net. Pas le patron: juste le motif, tordu et pas spécialement bien photographié, si bien que je me suis un peu galérée pour le reproduire sans erreurs. "Valar morghulis", c'est une citation extraite de "Game of thrones" qui signifie "Tous les hommes doivent mourir". Ce qui est en quelque sorte le pendant obscur, ou du moins fataliste, de mon idée initiale. On sait très bien qu'aucun de nous ne sortira d'ici vivant, alors pourquoi dramatiser prématurément? 

Et joyeux mercredi à vous. 




vendredi 23 mai 2014

Cthulhu ne m'a pas dévorée, mais il a bien failli m'achever




Sachant qu'en matière de DIY, je suis une sprinteuse plutôt qu'une marathonienne, je me demande bien ce qui m'a pris de me lancer dans la confection de ce point de croix Cthulhu dont les multiples teintes de vert m'ont tué les yeux. Je l'ai commencé pendant les vacances de Noël et achevé seulement lundi: c'est dire si j'ai eu du mal à en venir à bout. Sur la fin, je ne pouvais plus le supporter. Je me demande même si je vais l'accrocher - surtout que je n'ai pas trouvé de cadre vraiment adéquat et que je n'ai aucune envie de payer une fortune pour du sur mesure. Je ne veux plus voir de point de croix pendant six mois au moins. Ou alors, seulement des petits motifs kawai et colorés. 



Modèle acheté dans cette boutique Etsy

dimanche 30 mars 2014

Ma première broderie classique: "Running with scissors"




J'ai décidé de me mettre à la broderie classique en octobre dernier. Sur Etsy, j'ai déniché un joli motif rétro que j'ai aussitôt commandé aux Zuess. La vendeuse a mis pas moins de trois semaines à me l'expédier. Quand il est arrivé, j'ai eu la mauvaise surprise de constater que s'il était accompagné d'une petite carte expliquant quatre points de base, aucun schéma en revanche n'indiquait lesquels il convenait d'utiliser à quels endroits pour ce motif en particulier. Quant à la charte de couleurs systématiquement fournie avec les patrons de points de croix, il n'y en avait pas non plus... 

Ensuite, j'ai cherché à prendre un cours d'initiation. Schleiper Be Creative en proposait, mais à des dates qui tombaient toujours mal pour moi. Jusqu'en janvier où j'ai enfin pu réserver... et où le cours a été annulé à la dernière minute faute d'autres inscrites. J'ai reporté au 18 mars, soit deux jours avant la date de rendu du tome 12 de Pretty Little Liars, et bien cru que c'était moi qui allais devoir annuler cette fois. Mais l'envie a été la plus forte. J'ai donc été initiée par Nathalie, qui m'avait déjà enseigné les bases du crochet il y a deux ans et demi. Pour continuer à découvrir de nouveaux points par la suite, j'ai investi dans cet ouvrage qu'elle m'avait recommandé, et dont les explications sont exceptionnellement claires. 

Puis je me suis lancée. Les couleurs, je les ai choisies en me fiant à l'exemple montré sur Etsy. Les points, je les ai devinés: point arrière pour les contours, point de noeud pour le motif de la robe et les boutons des chaussures, impro à la va-comme-je-te-pousse pour les cils et la bouche. Pour une première tentative, il aurait été plus judicieux d'utiliser de la toile de lin à la trame bien visible, mais la seule que Schleiper vendait aux 10cm était une DMC hyper rêche, et je me voyais mal acheter 1m sur 1,40m de toile pour réaliser un motif de moins de 20 cm sur 20. Donc, j'ai opté pour un coupon de coton blanc tout simple. Résultat, mes points arrière ne sont pas hyper réguliers, mais je trouve qu'ils rendent quand même pas mal. 

Deux observations:
- En temps normal, comme je suis une feignasse, je n'utilise pas de tambour: je veux pouvoir piquer et ressortir mon aiguille du même côté dans un seul mouvement. Mais pour les points de noeud (qui sont une plaie à réaliser de façon régulière, et dont j'aurais dû choisir la version simplifiée avec un seul tour de fil autour de l'aiguille, car visiblement, 2 c'est trop), le tambour est quasi indispensable. 
- Ma prof m'avait prévenue que le fil métallisé était très difficile à utiliser. J'ai voulu faire ma mariole, et j'ai quand même pris de l'argenté pour les lames des ciseaux. Il est juste IMPOSSIBLE à tendre correctement. Ca m'apprendra à ne pas écouter les gens qui savent.

Au final, le résultat arracherait sûrement une grimace peinée à ma prof. Mais j'ai pris beaucoup de plaisir à réaliser cet ouvrage, et je me dis que j'ai bien le temps de m'améliorer!

samedi 25 janvier 2014

La petite licorne blasée


C'est toujours quand je ne cherche pas que je trouve. 
Par exemple, en ce moment, je devrais être en train d'avancer mon point de croix Cthulhu. Mais j'avoue que ses milliards de teintes de vert me fatiguent. Alors, quand je suis tombée sur cette photo complètement par hasard, j'ai aussitôt eu envie de copier le modèle.




Je n'ai pas trouvé de toile bleue, et j'ai eu la flemme d'en teindre de la blanche. J'ai donc récupéré une chute de mon habituelle Aida 14 lignée. Pour les fils, je n'ai rien acheté de spécial, me contentant de piocher dans mon stock et de broder avec 3 brins au lieu des 2 habituels, pour obtenir un résultat plus dense. J'ai également apporté quelques modifications au modèle, notamment dans la crinière et la queue. 

Après une petite soirée de boulot, je n'ai plus eu qu'à tailler un passe-partout dans un morceau de carton ondulé argenté, glisser le tout dans un cadre trouvé chez Hema l'an dernier à l'époque du projet "52 DIY" et promettre une brouettée de bisous à Chouchou s'il parvenait à prendre le résultat en photo de manière satisfaisante!

lundi 11 novembre 2013

Marque-page au point de croix pour une jeune amoureuse des livres




Moi je connais une petite fille toute blonde qui adore les animaux, les livres, le cirque et la trompette; une petite fille intelligente et singulière qui de ce fait est souvent l'objet de brimades par ses camarades de classe. J'aimerais lui dire que ça s'arrangera, et que la différence qui lui complique tant la vie aujourd'hui sera sa plus grande force en tant qu'adulte, sa meilleure garantie de mener une existence belle et solaire comme elle. Mais j'avoue que je ne sais pas trop parler aux enfants. Alors, je leur inflige des cadeaux atrocement kitsch dont j'espère que le facteur ne les perdra pas en chemin. 

dimanche 3 novembre 2013

Où je deviens vraiment accro à la broderie




Voici le deuxième ouvrage au point de croix que j'ai réalisé. Il m'a demandé un peu moins de 17h de travail. La toile à carreaux roses est une invention qui facilite grandement la vie de la brodeuse; une fois l'ouvrage terminé, il ne reste qu'à la tremper une minute dans de l'eau bien chaude pour que le marquage disparaisse. Je l'ai achetée à Bruxelles chez Schleiper Be Creative (environ 4,50€ les 10 cm sur 1 m de large). Par contre, ne commettez pas la même erreur que moi: ne la froissez pas dans l'idée que frotter les marques les fera partir plus vite. D'une part c'est faux; d'autre part, vous aurez ensuite toutes les peines du monde à aplatir votre toile. Même avec un fer à repasser réglé sur "Lin" (la température maximum), je n'y suis pas arrivée complètement - à mon grand désespoir.




Pour l'encadrement, n'étant pas fan des boiseries dorées kitschouille qu'on voit un peu partout sur les sites de broderie, je voulais quelque chose de noir et aussi simple que possible. J'ai trouvé mon bonheur au Hema de la rue Neuve, pour 7,50€ pièce. Du coup, je l'ai pris en triple...




Je vous avais déjà montré mon premier ouvrage le mois dernier; ci-dessous, je vous présente le troisième, dont j'ai acheté le patron dans la boutique Etsy de Plastic Little Covers. "This too shall pass" ("Ca aussi, ça passera") est une de mes citations préférées: en soulignant l'impermanence des choses, elle peut aussi bien redonner espoir dans les moments malheureux que casser le moral dans les moments heureux. Très "rose et noir", en somme!




mardi 15 octobre 2013

Où je me lance dans la broderie pas mémère


A force d'admirer les créations de mes copines brodeuses, j'ai eu envie de me lancer à mon tour. Depuis des mois, je rumine l'idée d'un portrait du Capitaine Bisou (mon alter ego de bédé, en tenue de pirate), mais il faudrait que Chouchou me dessine le modèle, et il est super occupé en ce moment. J'ai donc décidé de faire plus simple pour commencer, et de tenter un des petits tableaux pas ringards de Subversive Cross Stitch

J'ai commandé mon kit début août; il m'a été envoyé début septembre - heureusement que je n'étais pas pressée. Je me suis lancée vendredi soir dans le cadre du challenge anti-morosité #12: "Essayez une activité nouvelle". En deux heures, j'avais brodé la petite phrase. Le lendemain après-midi, il m'a fallu environ 1h30 pour la guirlande de fleurs et l'oiseau de droite. Dimanche matin, enfin, j'ai terminé le second oiseau en 1h. Soit un total de 4h30 pour ce petit ouvrage. Clairement, la broderie est affaire de patience...




N'empêche que ça a été le coup de foudre. Ca n'avance pas vite, mais j'adore le côté "carré" du point de croix, cette impression de dessiner avec des pixels. Et on trouve vraiment des modèles sympas sur internet de nos jours. Par exemple, cette petite merveille que j'ai attaquée hier dans le train. 3h pour broder READ A FUCKI. Je ne dirais pas que je n'ai pas vu le temps passer du tout, mais au moins j'ai eu l'impression de ne pas le perdre. Je tiens peut-être enfin l'activité qui me fera arrêter de râler contre ces longs voyages!

Après, il va falloir trouver les cadres adéquats pour mettre mes "oeuvres" en valeur...