Affichage des articles dont le libellé est bijoux. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est bijoux. Afficher tous les articles

mercredi 29 avril 2015

Be here now




Pour lutter contre l'angoisse et profiter au maximum de l'instant présent, j'ai un mantra que je me répète quand j'ai besoin de me recentrer: "Ici et maintenant". Sous-entendu: "Sois consciente ce qui t'entoure, savoure tes sensations actuelles, et surtout, ne commence pas à flipper pour des événements futurs dont tu n'es même pas certaine qu'ils se produiront". Ca marche assez bien, au point que je souhaitais me procurer un objet dont la vue ancrerait encore davantage ce réflexe en moi. Pendant des mois, j'ai tapé "Here and now" sur mes sites de vente en ligne préférés sans avoir de coup de coeur. Mais il y a trois semaines, sur Etsy, j'ai trouvé un bracelet argenté gravé de la formule "Be here now", qui me convenait très bien aussi, et je n'ai pas réfléchi longtemps avant de le commander. 

Hier, il m'attendait dans ma boîte à lettres quand je suis arrivée à Monpatelin. Je l'ai déballé, et j'ai d'abord été vaguement déçue par la légèreté de son matériau - l'aluminium - qui lui donnait un côté un peu toc. Puis je l'ai enfilé, et ma déception s'est envolée: il était juste à la bonne taille pour ne pas cogner sur mon clavier quand je tape à l'ordinateur (la raison principale pour laquelle je ne portais aucun bracelet jusqu'ici), ajustable à volonté, et surtout, il ne pesait absolument pas à mon poignet. Je sais déjà qu'il va devenir mon compagnon de tous les jours et cet indispensable rappel que je cherchais.

dimanche 14 septembre 2014

DIY: un porte-broches dans un tambour à broder


Cet été, j'avais en tête une idée de création qui mélangerait laine cardée, feutrine et broderie composant une saynète que j'encadrerais dans un tambour à broder. J'ai manqué de temps pour me pencher dessus sérieusement, mais pendant nos vacances à Toulouse, je suis tombée par hasard sur un bouquin formidable: "100 idées déco avec les tambours à broder".

En principe, j'achète peu d'ouvrages de loisirs créatifs, parce qu'on trouve des tas de choses super gratuitement sur internet et parce que, pour une vingtaine d'euros, il n'y a généralement qu'un ou deux projets qui m'intéressent dans tout le livre. Mais là, un simple feuilletage dans les rayons d'Ombres Blanches m'a permis d'en découvrir au moins une douzaine qui me faisaient très envie (dont un, d'ailleurs, qui ressemblait un peu à ce que j'avais en tête pour ma fameuse création). J'ai donc acheté cet ouvrage, et je peux vous dire que je ne le regrette pas: c'est une mine d'idées géniales! 




Premier projet réalisé: un porte-broches. Parce que c'était facile et rapide, et que ça me semblait donc une bonne entrée en matière, mais aussi parce que je possède une mini-collection de broches que je porte peu (je déteste faire des trous dans mes vêtements) et que je cherchais justement un moyen de mettre en valeur malgré tout.

Il m'a suffi de choisir un joli coupon de tissu, d'y piquer mes broches en utilisant le cercle intérieur du tambour comme guide, d'habiller le cercle extérieur avec du washi tape (en prenant garde à faire coïncider les motifs), de monter le tambour et de faufiler le bord caché du tissu avec du fil de lin doublé pour le maintenir en place. Le couper ras et le coller au cercle intérieur aurait été plus "propre", mais aussi plus définitif et plus difficile à rattraper en cas de bourde. Là, c'est moche mais ça ne se voit pas, et je peux défaire quand je veux!




dimanche 18 mai 2014

Fashion, street art and geocaching in Ghent




Je l'ai déjà dit, mais je ne le répèterai jamais assez: le geocaching, c'est un moyen idéal de découvrir des endroits originaux où, en tant que touriste, on ne serait jamais passé autrement. Ainsi, samedi après-midi à Gand, la recherche de la Steegjes in Gent 1/Alleys in Ghent 1 nous a conduits dans une extraordinaire (et longue!) ruelle aux murs entièrement couverts de graffiti de tous les styles. Trouver la cache et nous loguer ne nous a pris que quelques minutes; après quoi, nous nous en sommes donné à coeur joie avec nos appareils photos, et Chouchou en a profité pour faire quelques clichés de moi avec la robe à pois Morgan pour laquelle j'ai craqué le week-end dernier. 














Gilet: Mango (old)
Sac: Nat & Nin (old)
Sautoir: Agatha (old)
Chaussures: Shelly's (old)
Vernis: A oui bit of red d'OPI




D'autres photos de Gand sur mon Instagram et celui de Chouchou.

lundi 10 mars 2014

La robe pour laquelle j'en pince


Après un samedi passé à comater dans mon lit en crachant mes poumons façon Dame aux Camélias et en gémissant: "Mais il fait teeeeeeellement beau dehors!", je me sentais un peu mieux dimanche. Nous en avons profité pour faire un petit tour au parc Léopold après le déjeuner, et pour prendre quelques photos de ma dernière acquisition: la fameuse robe Louche qui m'a permis de solder un avoir bientôt périmé chez Monshowroom. 





Je sais que je fais du 12 dans cette marque, mais sur le site, les tailles indiquées étaient S, M et L. Par mesure de précaution, j'ai opté pour le L... et reçu un 14 trop grand que j'ai eu la flemme de renvoyer. Tant pis, ce sera ma robe des jours de bombance! 




Ceci est la première coloration que je refais toute seule après un an passé à aller chaque mois chez le coiffeur. A 83€ la couleur sans coupe ni brushing, budgétairement, ça devenait juste impossible. Là, la boîte de Garnier Nutrisse (ref: 660) m'est revenue moins de 9€, et en plus, j'ai fait ça peinarde en une heure à la maison au lieu de sacrifier tout mon après-midi. Bien sûr, le résultat est moins subtil que le travail d'un pro, mais j'aime quand même beaucoup, surtout quand je pense à tout ce que je vais pouvoir faire avec les sous économisés!




(Je ne peux jamais porter ce pendentif sans repenser à l'épisode de "Friends" où Phoebe déclare que Ross et Rachel sont un couple de homards et les mime se tenant la pince.)



Je suis fan de ces collants "gaufrés", qui coûtent une misère et sont aussi solides que confortables. D'ailleurs, je les ai également en bleu canard et en violet. Les boots découpées sont une tentative de trouver des remplaçantes à mes fameuses boots de moto Free Lance que je traîne depuis dix ans et dont je commence à me lasser. Malheureusement, la semelle n'a aucun amorti et je ne peux pas marcher avec plus d'une demi-heure sans souffrir. La suprématie des Free Lance demeure donc incontestée à ce jour. 




Robe: Louche
Blouson: Mango (hiver 2013-2013)
T-shirt: Promod
Collants: Soxi chez Veritas
Boots: Deena & Ozzy chez Urban Outfitters (été 2013)
Pendentif: Scooter (old)



mercredi 11 septembre 2013

Ananas rouge


Dans mon dernier bilan mensuel, je parlais du fait que je n'avais pas réussi à déchiffrer le patron du collier que je souhaitais réaliser au crochet. Entre-temps, la fée Pops est passée par là pour me le traduire et m'expliquer les passages litigieux. Je l'ai réalisé une fois avec de la laine multicolore: il était bien trop large, et comme malgré tout c'est un petit ouvrage, on n'avait pas le temps de voir le changement de couleur du fil. Je me suis mise en quête d'un fil de coton fin également multicolore, à changement de couleur rapide; j'en ai trouvé chez Veritas, mais je n'aimais pas du tout les teintes proposées. Finalement, j'ai décidé qu'uni, ça irait très bien, et j'ai acheté une pelote de SMC Catania en coloris 0192 - un joli rouge rubis.




J'ai monté le collier une deuxième fois, et je n'ai pas été satisfaite du résultat: les chaînettes de 5 mailles en l'air plissaient beaucoup trop dans le haut du motif. La troisième fois a été la bonne grâce à quelques ajustements: j'ai raccourci les chaînettes à 3ml dans les 4 premiers rangs, 4ml dans les 2 suivants, et je les ai faites de 5ml comme indiqué seulement dans le dernier rang. Puis, pour terminer l'ouvrage d'une manière plus agréable à l'oeil, j'ai fait un avant-dernier rang de 5ml + 1ms afin de rassembler les deux pointes, et un dernier rang de 5 brides ensemble pour former une pointe unique. Et voilà le résultat. Normalement, je suis censée l'amidonner, mais ça ne me paraît pas nécessaire. J'ai bien aimé travailler en utilisant une vraie chaîne comme base, et je recommencerai sûrement avec un autre patron.



lundi 26 août 2013

Wishlist Automne 2013


Wishlist Automne 2013


Si je vous disais le temps qui m'a été nécessaire pour pondre ce pauvre petit moodboard sur Polyvore, les geekettes parmi vous se moqueraient de moi jusqu'à la fin des temps plus un jour. Ma première tentative, qui avait mobilisé la plus grande partie de mon samedi, a tout bonnement disparu au moment où je cliquais sur "Sauvegarder". Crise de rage, menace d'aller poser une bombe quelque part ou au minimum de ne plus jamais tenter d'apprivoiser aucun nouvel outil informatique, etc. Probablement une vengeance du karma minimaliste que j'ai bichonné si amoureusement tout l'été, même si je n'ai pas dit que j'allais tout acheter. (D'accord, en fait, un de ces objets est déjà dans mes placards et deux autres font actuellement route vers moi. Mais 3 sur 14, ça reste raisonnable.)
Et vous, déjà des envies pour cet automne?

dimanche 7 juillet 2013

Au moulin de Woluwé



Une fois de plus, c'est au geocaching que nous devons la découverte de ce lieu ravissant, pourtant situé à quelques pas seulement du Cook & Book dont nous sommes de fidèles clients. Le moulin de Lindekemale date du XVème siècle et n'a rien perdu de son charme rustique, même s'il abrite désormais un restaurant assez chic et assez cher pour que nous nous promettions d'y venir la prochaine fois que nous aurons quelque chose à fêter. Par un début de soirée chaud et ensoleillé, la terrasse semble fort tentante, et en hiver, la salle dont on voir quelques photos sur le site internet doit être cosy à souhait... 


Du coup, après avoir trouvé la cache (une taille 2 dans laquelle j'aurais facilement pu caser les Travel Bugs découverts à Helsinki, si je ne les avais pas oubliés à la maison!) à l'endroit désigné par cet indice: "le plus grand succès des Red Hot Chili Peppers", nous en avons profité pour faire quelques photos. J'étrennais la robe en maille achetée au Comptoir des Cotonniers le premier jour des soldes. Moi qui ne suis globalement pas fan de bleu, j'avoue une faiblesse pour cette teinte particulière... 


Je sais, mes cheveux sont tout moches, mais c'est parce que je vais chez le coiffeur la semaine prochaine et que j'essaie de faire partir la couleur un maximum avant. Quant au soutif blanc, un chair se serait moins vu, mais je n'avais pas ça en stock!




Robe: Comptoir des Cotonniers (soldée à -50% en ce moment)
Chapeau: Uniqlo (old)
Chaussures: Shelly's (old)
Collier: La Marelle
Sac: Abaco

vendredi 17 mai 2013

DIY 18/52: Collier-plastron en dentelle crochetée



J'ai longtemps cherché ce que je pourrais bien fabriquer pour ma binôme du swap créatif, que je ne connaissais qu'à travers son blog et les quelques mails échangés. Comme elle partage mon amour des créatures des bois en général et des renards en particulier, j'envisageais une poupée ou un "coussin" en forme de goupil, feutrine devant et tissu derrière. Mais je ne sais pas trop coudre, et j'ai eu peur que l'assemblage des pièces donne un résultat moche. 

Au final, comme Manon aime les bijoux fantaisie et le style rétro, j'ai opté pour un modèle de collier assez particulier qui m'a fait craquer au premier coup d'oeil, et dont vous pourrez trouver le patron ici. Je le trouve délicieusement original, parfait pour habiller un T-shirt uni tout simple. Je n'avais encore jamais posé de chaîne; La Princesse a bien voulu me prêter ses outils et me montrer comment faire lors d'un goûter chez Wittamer - une excellente façon de joindre l'utile à l'agréable!



Matériel utilisé pour la partie crochet: fil Rowan Handknit Cotton écru (coloris 251); crochet n°5

lundi 18 mars 2013

DIY 11/52: Broche à fleurs en tissu




Inspiration: un vieil article dans Avantages et une bague achetée chez Holy Moly
Temps de réalisation: environ une heure
Fournitures: 4 petites chutes de tissus différents, 4 boutons, 4 longueurs de fil DMC, 1 aiguille à coudre,  du molleton pour le rembourrage, 1 grande attache de broche

1. Tracer au dos des chutes de tissu 2 cercles de 11cm de diamètre et 2 de 8 cm de diamètre (j'ai utilisé un gobelet et un bol à thé + un Bic noir)
2. Faufiler le bord des cercles en tissu avec du fil DMC d'une couleur contrastée. Commencer à serrer pour former une sorte de bourse. Remplir avec du molleton sans trop bourrer. Finir de serrer. 
3. Enchaîner en piquant au centre de la boule ainsi formée depuis l'envers; ressortir au milieu du dessus  et serrer un peu. Répéter l'opération six fois pour obtenir autant de "pétales". Au dernier passage, fixer le bouton au centre. Arrêter le fil à l'arrière de la fleur.
4. Quand les quatre fleurs sont formées, les coudre ensemble à petits points discrets. Puis coudre l'attache de broche au dos de l'ouvrage.



lundi 11 février 2013

DIY 6/52: Broche "ballons" en feutrine


Ceux d'entre vous qui me lisaient déjà à l'été 2011 se souviennent peut-être que je m'étais beaucoup amusée à fabriquer toute une série de petits zombis en feutrine: Bloody Kitty, Alberto la Momie, Théodore le Croque-Mort, Brian la Citrouille, Amilcar le Canard, Hippolyte le Vampire, Bethsabée la Mariée et PsychoPat le Pirate. Depuis, mes fournitures prenaient la poussière dans un coin. J'avais l'intention de les utiliser pour au moins l'un des projets de ce "52 DIY", mais je ne savais pas trop comment. Et puis la dernière fois que j'ai pris le train, une idée de broche a surgi dans ma tête - plusieurs idées, même. Honneur à celle qui s'est manifestée la première!


Pour fabriquer une broche similaire, il vous faudra:
- des chutes de feutrine fine de 4 couleurs différentes
- du fil à broder de couleurs assorties
- 1 aiguille fine
- 1 enfile-aiguille
- une feuille de papier blanc
- un marqueur noir à pointe fine
- des ciseaux
- de la colle à tissu
- une petite quantité de laine de rembourrage
- une pince à épiler
- du fil de fer
- un petit bout de ruban
- une attache de broche (ou une épingle à nourrice)


1. Sur le papier, tracer un gros ballon et un plus petit. Les découper. A l'aide du marqueur, reporter ces silhouettes sur trois des couleurs de feutrine: une fois dans le sens du dessin et une fois retourné pour le gros, deux fois de face et deux fois retourné pour le petit. Sur la quatrième couleur de feutrine, découper un petit coeur et le coller sur l'avant du plus gros ballon. 
2. Assembler les pièces de chaque ballon, avant et arrière, en tournant vers l'intérieur les faces qui portent des traces de marqueur. Commencer à coudre les bords à petits points en utilisant 2 brins (sur 6) de fil à broder de la même couleur que la feutrine. Laisser une ouverture dans le bas pour "bourrer" avec la laine, en la poussant avec la pince à épiler. Finir la couture. 
3. Coller les deux petits ballons chacun sur un bord du gros, et derrière celui-ci. Sécuriser en rajoutant quelques points de fil à broder sur l'envers de la broche. 
4. Enrouler le fil de fer autour de l'embout des ballons. Entortiller les trois "tiges ensemble. Nouer un ruban autour. 
5. Piquer une épingle à nourrice sur l'envers de l'ouvrage (ou coudre l'attache de broche). 


Temps de réalisation: 2 heures. 

dimanche 6 janvier 2013

Nier l'hiver


Dans l'absolu, on va dire qu'on ne peut pas se plaindre: 7° à Bruxelles en ce début janvier, c'est environ 20 de mieux qu'il y a deux ans à la même époque, quand j'avais cru mourir d'hypothermie.  Mais ce week-end, nous n'avons pas aperçu le moindre rayon de soleil, ni pu éteindre les lumières électriques chez nous à quelque moment que ce soit. Alors, pour lutter contre la grisaille, je suis allée piocher mes vêtements les plus colorés dans ma penderie...





J'adore cette robe Naf-Naf qui, grâce à ses petites touches de violet, de turquoise, d'aqua, de moutarde et de fuchsia, peut être assortie avec un grand nombre d'autres couleurs vives. Dans l'absolu, elle me semble plutôt être une fringue d'été, même si je l'ai achetée en septembre dans la collection Automne-Hiver de cette année. Mais avec un T-shirt à manches longues et des collants, je la trouve tout à fait portable en cette saison. Le T-shirt que vous voyez sur cette photo fait partie de la collection Heattech d'Uniqlo; presque aussi chaud qu'un Damart, moins cher, beaucoup plus fin et agréable sur la peau, il existe en une multitude de couleurs et c'est rapidement devenu un basique de ma garde-robe hivernale. 





Le sac, je l'ai shopé récemment dans une Vente Privée; je ne suis pas fan du système de réglage de la bandoulière (j'ai toujours peur que les noeuds lâchent), mais au moins il ne me bat pas les genoux. Les babies hautes dormaient dans mon placard depuis deux ans; j'ai même failli m'en débarrasser faute de les mettre. Je ne porte jamais de marron: c'est le genre de couleur soi-disant passe-partout dont je trouve qu'elle ne va, en fait, avec rien. Mais la bande argentée casse le côté un peu trop strict. 



Robe: Naf-Naf A/W 2012/13
T-shirt: Heattech d'Uniqlo
Collants: Le Bourget
Manteau: Naf-Naf (old)
Echarpe: Accessorize (old)
Sac: Brontibay
Chaussures: Chie Mihara (old)
Vernis: A Oui Bit of Red d'OPI
Collier: ? (acheté chez Rose il y a longtemps)

mercredi 9 mai 2012

Il est pas beau mon présentoir à colliers?


Samedi, en sortant du salon Tea World beaucoup plus tôt que prévu, j'étais frustration. Chouchou voulait qu'on passe rue du Bailli pour acheter des sacs poubelle chez Brabantia et, tant qu'à faire, j'ai suggéré un arrêt chez Rose pour voir si je ne trouverais pas quelques bricoles à rajouter dans l'un des deux paquets offerts pour les 7 ans du blog (le paquet à thème printemps a été attribué lors de la rencontre chez Merrily's, le paquet à thème girly-japonais est à gagner selon les modalités expliquées ici). 

Et puis au final, ce que j'ai trouvé, c'est un moyen de réaliser enfin un présentoir pour mes colliers qui n'arrêtent pas de se reproduire en douce dans mon tiroir, c'est pas possible autrement. En effet, le système de boîtes transparentes dont j'étais si contente avait un inconvénient majeur: les boîtes étaient enfermées dans ma table de chevet, donc je n'avais pas forcément le réflexe d'y prendre un collier avant de sortir. C'est le problème des rangements qui semblent les plus parfaits au premier abord: à l'usage, on se rend compte que tout ce qui n'est pas en évidence et facilement accessible tombe dans l'oubli. On ne se sert que de ce qu'on voit et qu'on peut attrapper en un geste ou deux maximum. 

D'où mon nouveau présentoir: une barre magnétique à fixer avec deux vis (merci Chouchou pour le maniement viril de la perceuse), plus deux paquets de quatre crochets blancs également magnétiques, donc repositionnables à volonté. Et hop!



Dans ma table de chevet, il ne reste plus qu'une demi-douzaine de colliers trop épais et trop lourds pour être suspendus de la sorte. Je suis ravie par le résultat!

Les barres magnétiques existent de nombreuses couleurs et en 2 largeurs: 70 cm (20€) ou 35 cm (11€). Les crochets existent eux aussi en plein de couleurs et coûtent 14€ le pack de 4 chez Rose. 

jeudi 9 février 2012

Pas de radis noir, mais plein de thé et deux colliers


Mon début de semaine m'ayant émotionnellement secouée, Chouchou étant absent ce soir pour cause de dîner de boulot et ma swapeuse, qui devait me remettre mon colis en mains propres ou plus probablement sales chez Mamma Roma, ayant eu un imprévu de dernière minute à gérer, je me suis dit que j'avais bien mérité trois quarts de journée de détente (oui, parce qu'à ce stade, j'avais déjà bossé genre une heure et demie).

Donc:
- j'ai filé déjeuner avec Sophie au Vespa Café;
- puis je suis allée prendre un thé en feuilletant des féminins débiles chez Filigranes;
- puis je suis passée au Kam Yuen où il n'y avait pas de radis noir pour tester la recette de soussoupe de Guillaume Long trouvée dans "A boire et à manger";
- puis j'ai dévalisé le Nong Cha afin de reconstituer mes stocks et de faire découvrir le sublime Mo Li Yin Zhen Wang (dit "le roi du thé au jasmin") à ma copine Isa;
- puis je me suis offert un pendentif chez Les Néréides parce que je le valais bien: une petite bonne femme en émail qui sera la troisième de ma collection après une rouquine l'été dernier et une brune cet automne;
- puis j'ai tenté de mettre la main sur une géocache théoriquement planquée derrière une gouttière non loin de la sortie des Galeries Royales, et fait chou-blanc pour la seconde fois;
- puis j'ai re-bu un thé en feuilletant d'autres féminins débiles, mais au Vaudeville;
- puis comme il ne passait déjà plus au Toison d'Or, je suis allée voir "Café de Flore" à l'Actor's Studio où je n'avais encore jamais mis les pieds, et que j'ai beaucoup aimé malgré des abords un peu glauques;
- puis j'ai laissé le sort décider de l'endroit où j'allais manger: si le 71 passait en premier, je descendais près du parvis Saint-Boniface et je me faisais un miso katsu ramen au Yamato; si le 38 arrivait d'abord, je retombais sur mon plan initial de me goinfrer de pizzas chez Mamma Roma;
- ...ça a donc été porc pané + nouilles japonaises + bouillon à l'ail mangé au comptoir où, comme j'étais seule, j'ai trouvé une place hyper vite alors qu'une dizaine de personnes étaient arrivées avant moi;
- puis je suis rentrée à la maison et j'ai trouvé une carte-bonus du swap postal dans ma boîte (merci Autre Moi!);
- puis j'ai allumé mon ordi, commencé à rédiger ce post, et en cherchant pour l'illustrer une photo de mon nouveau pendentif sur le site des Néréides, j'ai craqué pour un deuxième collier (moralité: non seulement bloguer ne me rapporte pas grand-chose, mais ça me coûte cher!).

Du coup, demain, vous aurez droit à une critique de "Café de Flore". Et sans vouloir vous spoiler, c'était bien mieux que je ne l'espérais au vu des critiques ainsi que des performances désastreuses du Boulet/Pénélope et du dernier Leo.

jeudi 1 décembre 2011

Où il est prouvé que mon père et moi n'avons décidément pas les mêmes goûts


Pendant les dernières Utopiales, Justine Niogret, la blonde la plus couillue de la fantasy française, portait une barrette poulpe assez sublime qui m'a totalement fait craquer. Cédant à un rare accès de moutonnisme (moutonnitude? moutonneté?), je me suis empressée d'aller sur Etsy et de taper "octopus hair clip" dans la barre de recherche.

Je suis arrivée sur cette boutique qui vend des accessoires steampunk, et une minute plus tard par la grâce de Paypal, la petite merveille était à moi. Comme la poste belge me fait toujours des tas de misères avec les colis qui arrivent des Zuess, j'ai donné l'adresse de mes parents.

Hier, mon père me prévient par mail que plusieurs colis sont arrivés pour moi. Je lui demande d'ouvrir le plus petit pour en vérifier le contenu, mais sans lui dire de quoi il s'agit. Réponse de l'intéressé: "La barrette qui m'a fait peur? Ta mère l'avait déjà déballée. Et malheureusement, elle était intacte."

A peine a-t-il eu le temps de se remettre de ses émotions que ce midi, la Poste lui livre ma dernière acquisition georges-arthurienne...

"Bonjour ma fille,
Nous venons de recevoir un colis du Grand Comptoir contenant un horrible hippopotame... en cuir !
Qu'est ce que tu vas foutre de ce caramantran ? Tu l'offres probablement à ton pire ennemi !"

J'ai ri. Fort et beaucoup.
Par contre, je crois que Georges-Arthur est un peu vexé.

jeudi 6 octobre 2011

10 objets du désir (with lots of paillettes inside)



- Pour les vernis comme pour les chaussures, j'avais décidé de m'en tenir à une règle très simple: ne plus acheter que des choses dont je n'avais pas déjà un équivalent dans mes placards, ce qui élimine énormément de possibilités d'entrée de jeu. Oui mais voilà: dans la collection Muppets d'OPI qui va sortir le mois prochain, trois flacons au moins me font de l'oeil. Le Gone Gonzo (bleu à grosses paillettes), le Fresh Frog of Bel Air (vert à grosses paillettes) et le Gettin' Miss Piggy With It! (rouge à grosses paillettes). J'espère que je vais pouvoir les commander sur Nail ETC, parce que ça m'ennuierait un peu d'en voir pour 40€ chez Sephora...

- Ce collier Colibri en émail des Néréides. Ou la bague assortie, que j'aurais quand même peur d'accrocher partout. Non, pas les deux, j'aime pas les parures. Quoi que je pourrais toujours les porter en alternance ^^ Blague à part, je crois qu'après une longue période Réminiscence/Gas, Les Néréides et sa petite soeur N2 sont devenues mes marques de bijoux fantaisie préférées.



- Dans un genre un peu différent, ce collier dents de lait (non, Ickle et Lardee, pas vous!). Ou ce squelette de lapin. Ou à peu près tout ce ce qu'on trouve chez Galibardy. Je ne remercie pas La Princesse - mais je me suis vengée en la branchant sur les derbies Anniel, mouah ah ah. N'empêche, je commence à avoir beaucoup trop de colliers pour un unique cou.




- Ces ballerines à paillettes noires de La Redoute. Plus versatiles que les deux paires argentées que je convoite par ailleurs, et surtout presque quatre fois moins chères avec leur 27,99€. En plus, il paraît qu'elles sont confortables et solides. Ce que j'attends pour les commander? Que le site français de La Redoute ne me renvoie pas systématiquement sur le site belge alors que je veux me faire livrer à Monpatelin. Autrement dit, je les commanderai une fois sur place, hein.



- Un agenda Moleskine Pacman pour 2012. Il est beau, c'est une édition limitée, et il existe en quatre versions: une page par jour grand ou petit (noir), une page par semaine grand ou petit (jaune). Problème: j'ai déjà acheté un agenda 2012 sur le thème de l'urban knitting, qui me plaît beaucoup aussi. Indécise je suis.



- La fameuse jupe Odd Molly que j'ai renoncé à acheter à Stockholm, et qui est maintenant sold out sur leur site dans cette couleur. Le meilleur moyen de se délivrer de la tentation, c'est d'y céder. Un autre moyen moins connu mais également efficace consiste à attendre qu'elle ne soit plus disponible sur le marché :-)


- Un pot de Time Zone d'Estée Lauder, parce que je me suis laissé dire que c'était une des crèmes anti-rides les plus efficaces. Malheureusement, c'est aussi l'une des plus chères (alors qu'elle ne continent même pas de paillettes!), et il faut déjà que je rachète un flacon de Night Repair ce mois-ci. Pffff.



- Sur ce coup-là, l'objet du désir, ce n'est pas tant cette sublime glace au caramel beurre salé de Picard: j'en ai un bac tout neuf au congélo. Non, le truc, c'est que je voudrais pouvoir en engloutir un litre à chaque repas sans doubler de volume et devoir user la semelle de mes futures ballerines à paillettes sur les pavés bruxellois pour essayer de brûler trois pauvres calories.



- La deuxième édition du guide "Un an de brunchs à Bruxelles". La précédente date de 2009 et nous a permis de découvrir plein de chouettes endroits; mais entre-temps, certains restaurants ont changé de direction et cessé de proposer un brunch, tandis que d'autres qui au contraire ne le faisaient pas avant s'y sont mis avec bonheur. De quoi égayer nos dimanches hivernaux! Comme il n'est pas disponible sur Amazon, je vais devoir aller l'acheter chez Filigranes ce qui me permettra de poursuivre ma mission d'espionnage international. J'en profiterai sans doute pour ajouter ce petit guide dans mon panier, histoire d'être parée aussi pour le soir.




- Un iPhone parce que je suis méga jalouse de toutes ces blogueuses qui publient des Instagram à gogo. Mais je ne craquerai pas. Non, je ne craquerai pas.
Je ne craquerai pas.
Je ne craquerai pas.