Affichage des articles dont le libellé est bain. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est bain. Afficher tous les articles

vendredi 14 février 2014

Distraite




A la fin d'une journée de travail éprouvante, et vu que je n'avais pas encore pris ma douche, j'ai décidé que je méritais un bon bain chaud. 
J'ai allumé le radiateur de la salle de bain. 
J'ai fermé la bonde de la baignoire, réglé le mélangeur sur la température maximale et laissé couler l'eau quelques minutes avant d'y entrer. 
J'ai flotté béatement un long moment et redécouvert au passage les vertus du jet réglable de mon pommeau de douche.
Puis j'ai attrapé mon shampoing au concombre et je me suis frictionné le cuir chevelu vigoureusement. 
J'ai rincé, appliqué un masque reconstituant sur mes longueurs et laissé poser. 
Pendant ce temps, je me suis massé la figure avec un gommage bio. 
J'ai rincé, fait mousser mon nettoyant Tsukika sur mon front et sur mes joues, rincé encore. 
Je me suis battue avec la bonde pour la rouvrir, et n'ai finalement réussi à l'extirper qu'en m'aidant d'une lime à ongles métallique. 
Pendant que la baignoire se vidait, j'ai frotté mes mollets et le dessous de mes pieds avec de l'exfoliant bio à la menthe. 
J'ai rincé et passé un coup de rasoir en faisant attention à ma malléole gauche que j'écorche vive régulièrement.
J'ai rincé mes mollets et mes cheveux. 
Je suis sortie de la baignoire; je me suis séchée. 
J'ai démêlé mes cheveux et fait une raie au milieu.
Comme ma frange n'était pas droite, je suis allée chercher des ciseaux qui-coupent-bien pour y remédier.
J'ai jeté les petits bouts de cheveux à la poubelle et lissé ma frange désormais (plus ou moins) droite à la brosse ronde en passant un coup de séchoir dessus. 
J'ai mis de la crème soufflée pas-bio-mais-qui-sent-divinement-le-pamplemousse sur mes mollets et sur mes pieds, et je me suis tartiné la figure d'Avène. 
J'ai passé un coup de déo qui-ne-sent-rien sous mes aisselles.
Je me suis mise en pyjama. 
J'ai éteint le radiateur. 
Et en sortant de la salle de bain, j'ai réalisé que j'avais oublié de me laver. 

mardi 6 mai 2008

7 jours de vacances dans le Midi

- 3 trajets en train et 1 en avion - Hawk ayant réservé ses billets trop tard pour rentrer avec moi par le vol du mardi après-midi. Comme je suis une quiche et que j'avais totalement oublié qu'il se tapait deux changements pendant son trajet retour (dont un à Paris avec RER de la gare de Lyon à la gare du Nord), je lui ai confié la totalité de nos bagages dans une valise qui doit peser la moitié de son poids. Si je dois pousser sa chaise roulante jusqu'à la fin de nos jours, je ne pourrai m'en prendre qu'à moi.
- 6 petits déjeuners tardifs sur le balcon ensoleillé, avec le gazouillis des oiseaux en guise de bande-son et les branches d'un immense pin agité par la brise en ligne de mire. Détestez-nous.
- 2 déjeuners en plein air sous un parasol. Vendredi midi, nous avons mangé au Bar de la Poste sur la place de Monpatelin: délicieux steaks à cheval apportés par un jeune serveur qui ronchonnait "Je peux pas faire plus vite que la musique!", tandis qu'à la table d'à côté un autochtone beuglait "Oh, attends-moi Marcel!", avé l'assent siouplé. On se serait presque cru dans un roman de Pagnol. Changement d'ambiance radical samedi à l'Hôtel Bor, le QG d'Etre Exquis: terrasse de bois sombre, meubles chocolat design, vagues qui viennent mourir deux ou trois mètres plus loin. Les darnes de saumon avec tagliatelles aux herbes ne cassaient pas trois pattes à un canard, mais dans un décor pareil, qui se soucie de la cuisine? Et nous avons pu passer tout l'après-midi là, à lézarder en échangeant trois mots toutes les cinq minutes. Du pur farniente.
- 2 goûters crapuleux: mercredi à la Théière avec Etre Exquis, dimanche chez C&C que Hawk rencontrait vraiment pour la première fois.
- 1 commande de pizzas: aubergines pour lui, tartiflette jambon/champignons/oeuf pour moi. Une moitié le soir et une autre le lendemain à midi avec un demi-melon - nous avons réussi à contrôler les monstres boulimiques tapis en nous.
- 1 dîner au Chinois-du-bout-de-l'avenue, dont la cour intérieure n'était malheureusement pas encore ouverte pour la saison.
- 2 visites chez le docteur qui m'ont immensément rassurée sur mon état de santé (mais quelque peu inquiétée quant au devenir de ma peau, qui n'est déjà pas ce que j'ai de mieux à la base).
- 1 visite chez l'esthéticienne qui s'est traduite par une épilation assez approximative: visiblement, elle avait plus la tête à ses nouvelles amours qu'au fignolage de mes mollets.
- 1 vilaine averse le lendemain de notre arrivée, histoire sans doute que Hawk s'acclimate progressivement. Une autre la nuit juste avant notre départ pour ne pas nous faire regretter de rentrer à Bruxelles où, paraît-il, il fait 26° en ce moment.
- 1 énorme coup de soleil sur le crâne, le visage et les bras de Hawk, ainsi transformé bien malgré lui en Darth Maul; 1 coup de soleil plus léger sur mes bras seulement, car suite à la visite chez mon généraliste, j'avais pris la précaution de m'enduire la figure d'écran total.
- 1 séance de Wii Sport durant laquelle nous nous sommes faits laminer au tennis et au bowling par Raf (13 ans) et Choupie (5 ans 1/2). Du moins n'avons-nous pas encore réduit, à force de gesticulations, la collection d'étoiles Swarovski en série limitée de la maîtresse de maison.
- 6 séances de Wii Fit se traduisant par le déblocage de toutes les activités, quelques chutes comiques de Hawk pendant le step dancing, une compétition acharnée pour savoir qui de nous deux réussira à faire le plus de tours de hula hoop, et ma consécration en tant que "Muscles d'acier" avec un score maximum aux exercices d'abdominaux. Accessoirement, je suis le dieu du vent et un arbre quasi-parfait. Quant à Hawk, il a conquis de haute lutte le titre de pingouin professionnel. Ben ouais, on a la gloire qu'on peut.
- 4 films en DVD: "Le Diable s'habille en Prada", "Lords of Dogtown", "Jeux d'enfants" et "Avant qu'il ne soit trop tard". Je n'avais jamais vu le premier, que Hawk et moi avons unanimement trouvé plat et inintéressant. Je suis fan des trois autres, qu'il a appréciés à des degrés divers.
- Un nombre indéfini de bandes dessinées et de magazines lus au lit: les trois premiers tomes de "La Nef des Fous", plus le premier de "Garulfo" et le premier de "Skydoll" pour Hawk, les deux "Great lies to tell kids" d'Andy Riley pour moi, ainsi que le Elle de la semaine et les derniers numéros en date de Creating Keepsakes et Simple Scrapbooks.
- 1 prime de la Nouvelle Star qui m'a vue déçue par Amandine pour la première fois, mais de plus en plus enthousiaste vis-à-vis de Thomas.
- 2 bains moussants en duo et autant de câlins aquatiques: le comble du pratique (sitôt sali, sitôt lavé) et de l'écologie (double utilisation pour l'eau consommée).
Nous espérons remettre ça en octobre...

mardi 29 novembre 2005

Bain: mode d'emploi

Verser dans la baignoire une bonne rasade de bain moussant à la menthe, celui qu'on a ramené de Florence et qui est méga-galère à trouver en France (du coup on ne prend qu'un bain par an pour l'économiser) (mais les 364 autres jours, on se douche, hein).
Régler le mitigeur sur trois quarts chaud.
Pendant que l'eau monte, appliquer un masque purifiant-nettoyant dont l'odeur de camphre rappelle celle du liniment qu'on se mettait sur les tibias pour minimiser les traces de coups, au temps où on faisait de la boxe thaï.
Se déshabiller. Regretter, en voyant le col de son pull enduit de plâtras blanc, de ne pas avoir inversé cette étape avec la précédente.
Se regarder dans la glace en écarquillant des yeux pleins d'incrédulité et d'effroi à la vue du petit pneu qui commence à faire son apparition, là, juste au-dessus des hanches, alors qu'on n'a jamais eu de ventre de sa vie et que c'était à peu près la seule zone dont on était satisfaite.
Exécuter une longue série d'abdos afin d'éliminer les calories du chocolat chaud + Spritz englouti un quart d'heure auparavant (parce que bon, après une journée de boulot pénible, faut bien s'accorder une petite récompense).
Maudire Sophie Marceau, Monica Bellucci, Nicole Kidman et toutes ces célébrités qui n'ont jamais été aussi belles qu'à l'approche de la quarantaine. Trouver ça parfaitement injuste et décourageant pour Mme Tout-le-Monde (non, pas la femme de Mr Tout-le-Monde: moi). Songer qu'on n'a jamais que 34 ans, et donc encore un peu de temps pour se rendre présentable avant l'échéance fatidique (l'espoir fait vivre).
Enfin - enfin! - s'immerger dans l'eau avec délice. Et lenteur, car finalement elle est un poil trop chaude.
Se mouiller la tête intégralement, sans rouspéter pour une fois, et faire la planche. Constater que même quand on ne mesure qu'un mètre cinquante-quatre et qu'on a une grande baignoire, il y a toujours un petit bout qui dépasse (genoux ou orteils). Trouver ça agaçant.
Flotter béatement pendant... oh, bien quatre minutes dix avant que l'eau commence à refroidir.
A toute vitesse, nettoyer le masque immonde avec un gant; se faire un shampoing et un soin après-shampoing, un gommage visage et un gommage corps. Au dernier moment, penser aussi à se savonner avant de sortir de la baignoire, enveloppée d'effluves de papaye, de noix de coco et d'enzymes de fruits variés. Le mélange n'est pas aussi agréable qu'on pourrait le croire.
Se sécher vigoureusement (ça fera toujours quelques calories de plus en moins).
Se tartiner de crème-soufflé Origins (sorte de produit miraculeux qui ressemble à une caresse fondante en pot de 50 ml. Ca coûte le prix du caviar, mais ça sent nettement meilleur).
Se regarder de nouveau dans la glace. Constater qu'avec le bout des doigts qui ressemble à des pruneaux sous vide, on n'est toujours pas plus belle qu'avant.
Se dire que d'ici l'an prochain, on aura sans doute oublié et que ça ne nous empêchera pas de remettre ça.