Affichage des articles dont le libellé est automne. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est automne. Afficher tous les articles

mardi 11 septembre 2018

La petite raclette du lundi soir





C'est une amie suisse qui nous a fait découvrir ce truc merveilleux: la raclette à la bougie. Parce que quand on est seul ou en couple, on ne va pas allumer un gros appareil électrique. Mais ces petits machins individuels, c'est juste parfait. Pendant des mois, j'ai guetté le retour set de 2 en rupture temporaire. Il a fini par arriver chez nous juste à l'orée de l'été, et on l'a quand même étrenné vite fait avant que la température ne grimpe trop. Puis on l'a remisé au fond d'un placard pour quelques mois. Samedi dernier, en préparant la liste des courses: j'ai dit: "Tiens, et si on prenait de quoi faire une petite raclette?". Et hier soir, on a officiellement ouvert la saison d'automne à grands renforts de fromage coulant et de charcuterie.

jeudi 26 octobre 2017

I ♥︎ FALL




Doucement, l'été indien touche à sa fin. Il a fallu rallumer le chauffage le soir, et le matin, la tentation du bouton snooze se fait de plus en plus forte tandis que la couette rechigne à libérer ses occupants humains. Il y a encore de belles journées, mais elles sont de plus en plus courtes, et d'ici une dizaine de jours, le passage à l'heure d'hiver achèvera de nous plonger dans l'obscurité avant que le boulot ne nous relâche en fin d'après-midi. Les lunettes de soleil et la crème solaire sont déjà retournées au placard depuis un petit moment; bientôt, elles seront remplacées dans les sacs à main par des parapluies pliants et du baume à lèvres.

dimanche 6 septembre 2015

L'été qui s'attarde




On sent bien que les jours raccourcissent, que le fond de l'air fraîchit. Mais il fait encore juste assez bon pour s'installer à la terrasse des cafés avec un verre de liquide rouge et sucré que traverse un rayon de soleil pâlissant. Dans les librairies, les tables croulent sous les titres de la rentrée littéraire. Pas facile de faire un choix. Attirée par un titre intrigant, une illustration de accrocheuse, le nom d'un auteur dont on a aimé un ouvrage précédent, on saisit un livre, on lit la quatrième de couverture, on hésite. On le repose et on passe au suivant. On finit par se diriger vers la caisse les bras chargés, le coeur partagé entre jubilation et culpabilité. Les transports en commun ont repris leur rythme de croisière; aux heures de pointe, ils grouillent de lycéens bronzés et nonchalants. Les orteils vernis s'exhibent toujours dans les sandales conquises de haute lutte pendant les soldes, mais à l'approche du soir, on se couvre les épaules d'un gilet fin, et à la maison, on a coupé la clim'. La langueur des vacances s'attarde dans les gestes, dans l'absence de fébrilité au travail et le manque d'urgence des corvées quotidiennes: "Oh, ça attendra bien un peu". Sur les étals du marché, on cherche les dernières fraises de la saison; on palpe les melons en sachant très bien qu'ils ne seront plus tout à fait aussi sucrés qu'en juillet. Les collections automne/hiver envahissent peu à peu les vitrines; on admire ici la coupe d'un manteau, là l'imprimé d'une robe ou l'élégance d'une paire de bottines, mais on peine encore à se projeter dedans. Par contre, on se jette sur la papeterie de la rentrée des classes avec des mines gourmandes. Oh, l'agenda choupinet! Oh, les Post-It en forme de hiboux! On songe vaguement qu'il faudrait se renseigner pour les horaires des cours de yoga, penser à s'inscrire avant que l'élan de bonne volonté ne se dissipe. On prend des résolutions: se lever plus tôt, courir deux fois par semaine, lire davantage de non-fiction... mais pas tout de suite, peut-être. Pour l'instant, on savoure les vestiges de l'été qui s'attarde. 

jeudi 27 août 2015

Transition




Officiellement, il reste encore presque un mois d'été. Mais la rentrée des classes approche à grands pas; mes restaurants préférés rouvrent un par un; les nouvelles collections commencent à arriver dans les magasins et il fait déjà une météo de Toussaint à Bruxelles. Bref, ça sent l'automne. 

L'été a été... difficile, pour des raisons que je ne tiens pas à évoquer ici. Disons juste que j'ai remis beaucoup de choses en question. Côté positif, les vacances à Toulouse m'ont permis de me rapprocher de ma famille, ce qui m'a ôté un gros poids du coeur. N'empêche que, là tout de suite, je ne sais pas trop où je vais, ni sur le plan personnel ni sur le plan professionnel. Ce n'est pas dramatique: pour la première fois de ma vie, je me sens capable de  faire preuve de patience, d'attendre de voir de quelle manière la situation va se décanter au lieu de tout foutre en l'air immédiatement pour pouvoir passer à autre chose de moins inconfortable. 

Reste que je n'aime pas me sentir semi-déprimée en permanence, et que je ne connais pas 36 méthodes pour lutter contre la morosité. En fait, j'en connais seulement 3: la gratitude, les projets et la discipline. Pour la gratitude, je suis déjà à fond (ce qui m'empêche de trop criser comme j'aurais pu le faire à une époque pas si lointaine). Plus, ça deviendrait artificiel. Pour les projets, j'en ai déjà trois très réjouissants: le MOOC sur la pensée positive qui démarre le 8 septembre, nos vacances à Budapest fin septembre/début octobre, et des cours d'aerial yoga dans une école pas loin de chez moi. J'envisage aussi de retourner à Toulouse d'ici la fin de l'année. 

Pour la discipline, j'ai décidé de remettre un peu d'ordre dans le déroulement de mes journées de semaine. Ces derniers mois, j'ai cessé d'utiliser mon réveil; résultat, je me lève tard, ce qui n'est pas très grave tant que le soleil se couche tard, mais qui va devenir un problème à partir du passage à l'heure d'hiver. Le temps que je finisse de bosser, la nuit sera tombée; je n'aurai aucune envie de faire du sport, et encore moins de sortir me promener pour atteindre mon quota de 10 000 pas. Du coup, je préfèrerais reprendre de bonnes habitudes dès maintenant. 

A partir du 1er septembre (date à laquelle j'attaque une nouvelle traduction pour un nouvel éditeur), je repasse donc au réveil à 7h. Je commence à avoir fait le tour des vidéos de Jillian Michaels - en tout cas, de celles qui sont à mon niveau; je dois en tester d'autres ou, de préférence, me concocter mon propre programme et ma propre playlist pour l'accompagner. Il faudrait aussi que je me trouve des séquences de yoga brèves (10-15 mn) à faire tous les matins.  Je ne vais jamais être une forcenée du sport et je m'ennuie très vite; j'ai donc intérêt à panacher les activités au maximum. 

Et puis, en vrac, j'ai l'intention de: continuer à aller boire des cocktails avec mes copines après le boulot, parce que c'est gai; éteindre mon ordinateur vers 22h pour lire au lit au lieu de glandouiller sur Facebook; proposer de nouveaux challenges et autres activités sur le blog; écouter des conférences TED; tester plein d'escape games; faire toujours davantage de tri dans mes affaires; bouger le plus possible, même pas loin et pas longtemps; continuer à travailler sur mon mot de 2016, parce que j'ai déjà bien avancé et que je sens que ce n'est pas terminé. Progresser dans la douleur, peut-être, mais progresser toujours - what else?

lundi 14 octobre 2013

Châtaignes et étoiles




Cette fois, plus de doute, l'automne est bien là! Samedi après-midi à Uccle, le sol était jonché de bogues de châtaignes éclatées...




Du coup, ça m'a fait une occasion d'étrenner mes nouveaux collants à étoiles H&M. Un conseil, si vous décidez de les acheter aussi, visez une taille en-dessous de votre taille habituelle: ils sont très longs et très larges...





Ce sera probablement le dernier hiver de ces bottines Hush Puppies que j'ai beaucoup portées et qui commencent à être pas mal abîmées. Je les ai achetées il y a plusieurs années déjà, mais la marque continue à faire ce modèle que je trouve délicieusement rétro et très confortable à la fois. D'ailleurs, il n'est pas impossible que je le rachète en marron (pour changer un peu et compléter ma tenue steampunk).




Perfecto: Mango
Robe: H&M (en magasin actuellement)
T-shirt: Petit Bateau
Collants: H&M (en magasin actuellement)
Collier: La Marelle

dimanche 13 octobre 2013

Cuddle weather




Traîner au lit le matin pendant que la pluie tambourine à la vitre, enfiler de douillettes chaussettes d'hiver bleu marine à flocons blancs, surfer en mangeant les couques que Chouchou ce héros est descendu chercher à la bonne boulangerie, finir dans un élan d'enthousiasme l'ouvrage commencé l'avant-veille, tout préparer pour en entamer un second le lendemain dans le train, finaliser plusieurs ventes eBay, arranger un rendez-vous dans un salon de thé avec une copine désireuse d'apprendre le crochet, penser à l'anniversaire qui approche et avoir les yeux brûlants, préparer vite une soupe potiron-carottes-oignon et des tartines de tapenade pour un déjeuner tardif, se lancer dans la confection de la valise du lendemain (trop lourde, toujours trop lourde!), trier les affaires planquées sous le lit, en profiter pour réorganiser la table de chevet et faire un peu de vide (pas assez, jamais assez!), envoyer Chouchou faire sécher la lessive à la laverie pendant qu'on prépare des muffins à la framboise sans gluten, manquer s'endormir sur son clavier, s'apercevoir qu'on a oublié de téléphoner à sa mère et de recoudre le bouton fugueur du manteau kaki avec lequel on comptait partir, faire réchauffer la soupe du midi avec un peu de saumon bio en papillote, manger du bout des dents devant "Porco Rosso", se blottir à deux sous la couverture rayée pour la première fois de la saison, jeter parfois un coup d'oeil à l'ombre des branches agitées par le vent sur la vitre, être en proie à un mélange complexe de bien-être, de chagrin, d'angoisse et d'excitation. Un vrai dimanche d'automne.

mardi 3 septembre 2013

Vive la rentrée!




Après une déprimante absence de printemps, j'ai profité à fond d'un été beau et chaud partout où je suis passée. J'ai fait le plein de soleil, de fruits gorgés de jus et de légumes bourrés de vitamines, de lecture en terrasse et de piqûres de moustiques longues soirées à la fraîche. J'ai même pris quelques couleurs!

Pour autant, l'automne reste ma saison préférée de l'année, et la rentrée sans doute la période la plus excitante de mon point de vue. Même si nous avons encore quelques belles journées devant nous, je suis très impatiente de:

- Découvrir les bonnes surprises que nous réserve la rentrée littéraire
- ...ainsi que les nouvelles saisons de Sherlock, The Big Bang Theory et Downton Abbey
- ...les films "The Fifth Estate" (sur l'affaire Wikileaks, avec Benedict Cumberbatch dans le rôle de Julian Assange) et "The book thief", tiré d'un livre que j'ai adoré
- ...sans oublier la première box 100% belge
- Recommencer à boire du thé chaud plutôt que glacé
- ...et à recevoir des nouveautés chaque mois grâce à la Thé Box
- Ressortir mes robes, mes collants et mes babies de demi-saison
- Chercher les 2 agendas que j'utiliserai l'an prochain
- Partir à Venise avec Chouchou à la fin du mois
- ...et passer un week-end en amoureux à Paris mi-novembre
- Assister à la conférence TEDX qui aura lieu à Bruxelles fin octobre
- ...et au concert qu'Amanda Palmer donnera au Botanique début novembre

Et vous? Des petits plaisirs d'automne, des projets particuliers pour les mois à venir?

mardi 11 septembre 2012

Projets pour l'automne


Illustration empruntée sur ce très beau blog photo

- Changer de canapé: nous avons choisi, ce sera celui-là.

- Réorganiser le coin salon en virant la vieille télé über encombrante et en remplaçant son meuble massif par un buffet bas très large mais pas très profond qui fera aussi office de rangement.

- Finir mon couvre-lit à vagues (pour l'instant j'ai 30 bandes sur 80; je n'ai pas pu y travailler du tout ces 2 dernières semaines).

- Crocheter un bonnet pour Chouchou avec la laine rapportée d'Islande.

- Prendre un cours de confection de bijoux en laine cardée avec la prof qui m'a déjà enseigné les bases de cette technique.

- Observer un mois de "no buy" en octobre, histoire de regonfler un peu mes finances après le séjour en Suisse et avant le voyage à Barcelone puis les achats de Noël.

- Me trouver un jean taille haute avec une coupe rétro bien moulante. 

- Intégrer une petite séance de yoga (10/15 minutes) à ma routine quotidienne, maintenant que le chat n'est plus là pour me gêner.

- Reprendre doucement le Postcrossing abandonné depuis quelques mois: recevoir des cartes du monde entier me manque!

Et vous, des projets pour cet automne?

samedi 8 octobre 2011

Les week-ends d'automne à Bruxelles


Les week-ends d'automne à Bruxelles, la première question qu'on se pose en ouvrant un oeil le matin, c'est: va-t-il pleuvoir aujourd'hui? Et généralement, la réponse est oui. Alors, on cherche ce qu'on pourrait bien faire sans trop mettre le museau dehors. On va respirer et s'étirer au cours de yoga en n'oubliant pas ses chaussettes, et on savoure la douce chaleur des couvertures en bébé alpaga que Claudia étend sur chaque élève pendant la période de relaxation finale. On s'engouffre dans un cinéma en secouant son parapluie trempé, et pendant deux heures, on se pelotonne l'un contre l'autre dans le noir. On emporte son livre du moment au Comptoir Florian pour bouquiner devant une théière fumante et, si on a de la chance, une part de succulente apple pie. On laisse le temps suspendre son vol pendant que les gouttes tambourinent doucement aux carreaux. On se demande où on pourrait bien dîner le soir; on réalise qu'on est un peu fauchés là tout de suite et qu'on n'a pas nécessairement envie de rentrer tard, et finalement, on va chercher des pizzas chez Mamma Roma ou on se fait livrer du pad thaï par le Tom Yam. On se goinfre les savoure devant le dernier épisode de "How I Met Your Mother" en se plaignant que la série traîne un peu en longueur, mais en fait, on l'aime toujours bien. On traîne sur Facebook où tous les copains râlent après la météo. On s'arrache à son ordinateur vingt minutes, le temps de préparer des madeleines au chocolat ou des mini-cakes à la confiture pour le petit-déjeuner du lendemain. On va se coucher un peu après minuit, et on pousse un grognement de bonheur en se glissant sous la couette qu'on vient juste de ressortir du placard après six mois de chômage technique. Même s'il est déjà tard, on sacrifie au rituel des deux chapitres de lecture avant d'éteindre la lumière. Puis on fait les cuillères en se demandant à quoi on occupera la journée du lendemain. Idéalement, on ira bruncher seuls ou avec des amis. Si le ciel s'est dégagé, on sortira le GPS pour chercher quelques géocaches; sinon, on passera l'après-midi à dessiner, à écrire, à se peinturlurer les ongles ou à coudre un doudou en feutrine. On se préparera doucement à entrer en hibernation en faisant déjà des projets pour le retour du soleil, au printemps prochain.

lundi 1 décembre 2008

L'automne comme je l'aime

Cet après-midi, le campus universitaire embaumait les feuilles mortes encore détrempées par la pluie de la veille, et le ruisseau qui le traverse chuchotait avec plus de vigueur que d'habitude. Le soleil était sorti de derrière les nuages regonflé à bloc, m'éblouissant à demi. Pas un souffle de vent n'agitait les feuilles jaunes d'or qui s'accrochaient encore aux branches des platanes. Le froid piquait juste assez pour rosir mes joues et justifier le port du mignon petit manteau blanc cassé dont je venais de faire l'emplette. Malgré les sacs de shopping qui me battaient les jambes, je me sentais légère, légère.

mercredi 8 octobre 2008

Il pleut sur Monpatelin

Je me suis réjouie trop vite hier. Ce matin, un coup de sonnette m'a tirée de mon sommeil. J'ai ouvert un oeil vitreux en me demandant pourquoi mon foutu facteur passait à 6h du matin. Sauf qu'en fait il était 9h20, mais avec un ciel uniformément gris pâle qui déversait des trombes d'eau sur mon cher patelin. J'ai espéré que ça s'arrangerait dans la journée, d'autant que je devais retourner à la Poste avant 15h. Que nenni. Au contraire, ça n'a fait qu'empirer. En tout début d'après-midi, le courant a même sauté dans mon immeuble. Et ça fait une bonne heure que je sursaute à chaque gros éclair qui déchire les nuages.
Je n'avais pas spécialement l'intention de faire une grande promenade ou de me mettre à bronzer sur mon balcon une fois mon travail terminé, mais quand même... Je me retrouve un poil à court d'activités pour la fin de journée. Je n'ose pas m'exposer au déluge assez longtemps pour me traîner jusqu'à l'arrêt du bus qui me conduirait au centre commercial voisin. La lumière naturelle est trop faible pour que je poursuive l'archivage photo de mes vieux albums de scrap, ou que je shoote mes Blythe avec leurs nouvelles tenues.
Oh, et je n'ai plus de lumière électrique dans mon bureau. J'ai d'abord cru que mon ampoule à économie d'énergie avait grillé, et je pestais solidement vu qu'elle était censée tenir dix ans. Mais en la remplaçant par une ampoule ordinaire, je n'ai obtenu qu'un clignotement faiblard avant extinction. Le problème doit venir de la douille, et ce n'est pas comme si j'en avais une de rechange à la maison - ou comme si je savais la changer sans m'électrocuter. Règne donc en ce moment dans mon bureau une atmosphère moyennageuse à souhait. Je crois qu'il ne me reste plus qu'à me réfugier sur mon divan avec un chocolat chaud, quelques madeleines longues achetées à prix d'or au Huit à Huit et le dernier livre d'Ali Edwards reçu ce matin.

vendredi 15 septembre 2006

It's raining... er, not men unfortunately



Il fait un véritable déluge depuis deux jours, et la température a chuté d'un coup... L'automne est là, youpi! Je vais enfin pouvoir ressortir mes Doc et mes collants toile d'araignée :)