Affichage des articles dont le libellé est Toulouse. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Toulouse. Afficher tous les articles

dimanche 7 juillet 2019

18




Il avait dit qu'il ne voulait rien faire pour ses 18 ans, et surtout pas mélanger ses copains du lycée et ceux du hockey. Bien entendu, ses parents n'en ont tenu aucun compte. Hé bien, même quelques centaines de mètres à porter une caisse de champagne sous un soleil de plomb, ça fait les muscles.  Comment ça, LA CLIM DU RESTO EST EN PANNE?  Ma soeur avait dit aux jeunes de venir à 19h30 en pensant qu'ils arriveraient à 20h; moralité: ils sont là à 19h10, et tout le monde crève de soif en attendant le héros du jour, que son père avait prévu d'amener pour 20h15.  C'est normal que les copines d'Attila se ressemblent toutes?  Mon Dieu, mais son meilleur pote a de la barbe★ En principe, le punch, c'est beaucoup de jus de fruits avec un filet de rhum pour parfumer; là, je pense qu'ils ont fait l'inverse. Un (grand) verre et hop! Je suis bourrée.  "Oh, vous êtes l'amie infirmière de ma soeur qui venait tous les jours chez mes parents pour les piqûres anti-phlébite? Mon père vous aimait beaucoup." Regard direct et sourire franc: "C'était réciproque." Ne pas pleurer, ne pas pleurer.  "Pour atténuer les symptômes pénibles de la ménopause, tu devrais essayer l'homéopathie. Ca marche hyper bien", s'enthousiasme une autre amie de ma soeur. Elle a de la chance que l'alcool émousse mes arêtes.  Sous l'influence du punch-qui-tabasse-sa-mémé, je tiens à Darklulu un grand discours dont une petite voix dans ma tête me répète en boucle que j'en serai mortifiée demain matin.  J'ai beaucoup de points communs avec cet enfant, mais il est nettement plus déterminé que moi à son âge. "A la rentrée, je fête mes 13 ans en sport-études à Grenoble. A 16 ans, je serai en Finlande, et à 18 en Amérique du Nord", m'explique-t-il très calmement.  Ces frites sont étrangement délicieuses. Il ne serait pas belge, le cuistot?  Comme on discute de la chaleur étouffante, le très sympathique ex-coach d'Attila déclare que pour sa part, il adore ça, et croit utile de préciser: "Mais je suis canadien". Monsieur, comment te dire? Ton accent à couper au couteau t'avait un brin trahi.

dimanche 2 décembre 2018

Où les casseurs sévissent aussi en province





Je passe le week-end chez ma soeur. En ce samedi après-midi, nous devons nous rendre dans le centre de Toulouse pour faire quelques courses. Nous avons vu aux infos que les manifs de gilets jaunes dégénéraient à Paris, mais nous espérons que ce sera plus calme ici en province. La vraie question, c'est: on y va en voiture ou en métro? Mon beau-frère et Darklulu ces feignasses cosmiques sont pour la première solution; ma soeur et moi trouvons la seconde plus pratique et plus écologique; trop occupé à jouer à Bacon sur son smartphone, Attila n'a pas l'énergie d'avoir une opinion. 

vendredi 11 août 2017

[TOULOUSE] Toulousescape: Le mystère de la dame rouge




Pour cette seconde salle de la semaine, réputée très difficile selon les avis des joueurs passés avant nous, Chouchou et moi avions fait appel à notre copain Kettch que nous n'avions pas réussi à voir depuis longtemps et qui se trouvait justement en vacances à Toulouse en même temps que nous. Il n'avait encore jamais eu l'occasion de tester un escape game; c'était donc une bonne occasion!

Lily Black a été assassinée dans des circonstances étranges - puis, l'un après l'autre, tous les membres de sa famille proche. Chaque fois, une mystérieuse dame habillée tout de rouge a été aperçue sur les lieux. Alors que nous enquêtons sur cette série de crimes, nous sommes enlevés, et c'est donc les yeux bandés, guidés par notre maître de jeu Sandrine, que nous pénétrons dans la salle de jeu...

jeudi 10 août 2017

[TOULOUSE] Adventure Rooms: Le tour du magicien




Si nous avions déjà fait les deux salles actuellement proposées par l'Adventure Rooms de Toulon, nous n'avions en revanche essayé aucun des scénarios (tous différents car développés au niveau local) proposés par l'antenne toulousaine de cette franchise. Sur les quatre disponibles, j'ai choisi "Le tour du magicien" pour son thème original - nous commençons à en avoir un peu marre des décors de bureaux et de laboratoires ainsi que des évasions ou cambriolages en tout genre. 

mercredi 9 août 2017

Une semaine à Toulouse #6




Mardi

8h30. Je suis réveillée depuis un quart d'heure et traîne au lit avec un début de migraine virulent, quand soudain! Le jardinier de ma mère commence à passer la tondeuse devant la fenêtre ouverte de notre chambre. J'ai rarement imaginé autant de façons de trucider quelqu'un en aussi peu de temps. 

Aujourd'hui, donc: 18° et pluie. La robette et les sandales étant exclues, je me décide à me rabattre sur un vieux jean à genou troué que j'avais laissé ici du temps de la maladie de mon père. C'est du 38 et je rentre encore dedans, alléluia! Par contre, je n'avais pas porté de pantalon depuis 3 ans (ou 4?) et je me sens horriblement négligée avec mon T-shirt et mes Converse basses.

mardi 8 août 2017

Une semaine à Toulouse #5




Lundi

"Hé ben, avec vous, y'a jamais de restes!". Seigneur, empêchez-moi de répondre: "Oui, mais je ne petit-déjeune pas et je ne m'enfile pas deux plaques de chocolat plus un paquet de biscuits dans l'après-midi; du coup, une cuisse de poulet et une portion de salade de tomates, ça ne me paraît pas délirant comme lunch". 

Il a l'air de faire moins chaud aujourd'hui; je vais mettre ma robe noire en dentelle anglaise bien épaisse entièrement doublée. 

lundi 7 août 2017

Une semaine à Toulouse #4




Dimanche

Les tomates sont trop grosses; la pâte feuilletée sortie prématurément du frigo refuse de se décoller du papier sulfurisé; on n'a pas de cercle à tarte. Je prédis un énorme ratage. 

...Finalement, ma Tatin de tomates est méga bonne. Pour le recyclage dans la voyance, je crois que c'est mort.

dimanche 6 août 2017

Une semaine à Toulouse #3




Samedi

La moitié du temps, on ne m'écoute pas quand je parle; l'autre moitié, on entend l'inverse de ce que j'ai dit - et en plus, on m'engueule. Je suis à deux doigts de la crise de nerfs. 

Un des bébés de Huan Huan est mort dans la nuit, Darklulu est au plus mal. 

samedi 5 août 2017

Une semaine à Toulouse #2




Vendredi 

Je n'ai toujours pas reçu le virement qui devait arriver sur mon compte fin mai, puis fin juin, puis fin juillet - et bien entendu, pas davantage le virement suivant prévu pour fin juillet. J'essaie de rester calme, mais plus de 5000€ de trou dans ma trésorerie, ça fait mal.

Ma mère hurle dix bonnes minutes sur sa souris sans fil qui ne fonctionne pas, dans le registre: "Heureusement qu'on m'avait dit qu'il n'y avait jamais de problème avec les Mac!" ("on" = moi, qui me trouve dans la pièce voisine), avant de se rendre compte qu'elle a oublié de l'allumer.

vendredi 4 août 2017

Une semaine à Toulouse #1




Jeudi

S'il y a de la clim' dans cet Intercités, on ne peut pas dire qu'elle fasse beaucoup d'effet. Le grand jeu des cinq prochaines heures: bouger le moindre possible et ne pas me toucher moi-même.

Identification d'un nouveau super-pouvoir pourri: systématiquement choisir un mauvais bouquin pour meubler mes longs trajets.

jeudi 29 décembre 2016

Miscellanées de Noël




Jeudi 22 Mais laissez-nous sortir de cet aéroport enfin! "Le gendre de mon homologue allemand a appelé ses jumeaux Luge et Flocon parce que sa femme est balinaise et qu'il n'y pas de neige là-bas. Ca aurait pu être pire, il aurait pu en appeler un Merguez."  Le trajet Blagnac-maison de ma soeur aura duré aussi longtemps que le vol Bruxelles-Toulouse: merci les embouteillages de fin de journée sur le périph'. Si quelqu'un avait daigné m'informer que ma soeur s'était fait installer une cheminée, je lui aurais pris autre chose qu'une bougie parfumée "Feu de bois" pour Noël. Sans le nom ni l'adresse du resto, David va avoir du mal à se rendre au repas de fin d'année de sa boîte. C'est quoi cette ignoble odeur de peinture? La chambre d'amis a été refaite... aujourd'hui? "Je voulais vous faire de la soupe de légumes mais j'ai oublié d'acheter des poireaux, du coup c'est de la soupe de courge." 3h du matin: gros orteil droit, je te présente le coin du placard à Tupperware.

Vendredi 23 On n'a pas si mal dormi dans la buanderie. Oui, je me doute que la fille qui ouvre de grands yeux en me voyant dans le métro est celle avec qui on a rendez-vous pour déjeuner, et pas une fan de Beyoncé qui m'aurait confondue avec elle. Entre le crumble au reblochon et le gâteau savoyard, mon estomac balance. Sur son sapin à voeu de Noël, Darklulu - un an d'avance, plus faible note du trimestre: un 15 en histoire - réclame UNE BONNE MOYENNE DANS TOUTES LES MATIERES. Bien entendu, la croûte de votre cheesecake au caramel beurre salé est en speculoos? Puisque je ne sais pas quoi offrir à Attila, et si je lui prenais un jeu de société dont je sais au minimum qu'il me plaira, à moi? J'aurais volontiers craqué pour ce superbe tampon ex-libris à l'Ultime Market, mais je n'ai pas envie d'attendre une demi-heure que l'exposante le fabrique. Mis à part un assortiment de produits à la violette, je n'ai pas d'idée de cadeau typiquement toulousain pour l'amie de ma mère - non, Chouchou, pas des saucisses. Vive la mère de David qui a apporté 30 douzaines de raviolis à la daube grâce auxquels on peut improviser un dîner familial dans un endroit qui ne sent pas la peinture. Putaiiiiin mais comment on arrête cette salière infernale?

Samedi 24 Le miracle de Noël, c'est que je n'ai pas étranglé ma mère quand elle m'a demandé quand on partait pour la 8ème fois. Le photobombing de main sur la table pleine de scones: Soeur Cadette, est-ce bien sérieux? Le brunch au Chapristea remporte l'adhésion de 100% des membres de la famille, d'ailleurs Attila veut repartir avec le chat noir à poil court et Darklulu avec Merlin le British Longhair bleu. Bien qu'il fasse de très belles photos, le nouveau Sony A6000 de Chouchou n'efface pas les mentons surnuméraires. Six personnes affalées le nez dans leur iPhone ou leur iPad: ce canapé est une vraie pub Apple. Non, maman de David, Chouchou ne fait pas 1,90m mais plutôt un modeste 1,75m. Au foie gras artisanal, mes neveux préfèrent un vilain paquet de bretzels Ancel en guise d'entrée: c'est bien, ils ne coûtent pas cher à nourrir.  Gros succès pour le risotto à la truffe avec Saint-Jacques poêlées et tuiles de parmesan préparé par ma soeur. Darklulu compte les minutes jusqu'à 22h - le début de l'ouverture des paquets. Guêpe violette? Cigale psychédélique? En tout cas, cette broche de chez Cocotte ira très bien sur mon manteau. La classe à Dallas: mes neveux et moi mettons chacun moins de 5 minutes pour démonter des casses-tête de niveau 5. Evidemment, si tout le monde à part moi n'a que des têtes d'Indien, je perds un dé à chaque tour.

Dimanche 25 Ouais, je fais Noël en sweat Wonder Woman et bas de pyjama - niveau look, j'ai tout donné hier. Une fois que j'ai servi tout le monde sauf elle en pâté en croûte, ma soeur s'empare du plat contenant les tranches restantes pour "examiner ses options". David qui laisse de la nourriture dans son assiette à la fin du repas: monsieur, qui êtes-vous et qu'avez-vous fait de mon beau-frère? Ma blague sur la tentative de meurtre des corbeaux ne fait rire personne; même une fois que je l'ai expliquée, c'est tout juste si Attila me gratifie d'un "Ouais, c'est recherché, mais je trouve toujours pas ça drôle" vaguement navré. Environ deux heures pour lire et assimiler les règles de Mystérium - ça grogne dans les rangs. Comme personnage, Chouchou prend la jolie Asiatique et moi le digne moustachu à monocle, tandis que Darklulu jette son dévolu sur l'Arabe enturbanné qu'il trouve "trop stylé". Ouf: le jeu est vraiment chouette, bien que pas facile du tout. Du coup, on va enchaîner sur une seconde partie, en mode moyen cette fois. Devant la télé, les mamies sont au bord du suicide.

Lundi 26 J'imagine qu'une blague à base de "Last Christmas" serait de mauvais goût là tout de suite? Voilà, j'ai fait mon quart d'heure de conduite annuel. Si, la raison pour laquelle Chouchou veut se mettre à l'avant du métro est la même que celle pour laquelle Attila veut s'y mettre aussi: il a 5 ans dans sa tête. Le chocolat chaud viennois d'Amorino = la mort par calories. Quand je suggère que le début de la rue de Metz se trouve peut-être de l'autre côté de la place Esquirol, ma soeur me regarde comme si j'étais une débile profonde et préfère appeler David, qui lui explique que le début de la rue de Metz se trouve de l'autre côté de la place Esquirol. Au lieu d'acheter un MacBook Air, et si je me contentais de faire réparer mon MacBook Pro actuel pour qu'il tienne un an de plus? Faute de toilettes clients, je ressors de Midica sans avoir pu faire pipi, mais en ayant acheté un tapis de bain antidérapant. Darklulu n'en peut plus d'attendre notre retour; il a déjà installé le Mystérium et vérifié les points de règles qui changeaient en fonction du nombre de joueurs. Je le félicite: "J'aime beaucoup les gens rigoureux". Lui, embarrassé: "Sur ce coup-là, je crois que je tiens un peu de toi". Excellent pour la tonicité cardiaque, le téléphone du salon qui se met à sonner de façon très insistante vers minuit.

Mardi 27 Souffler sur le chat pour le faire sortir de dessous le lit, une tactique étrange mais qui finit par payer. Le principe des inconnus qui voient ce que vos contacts communs likent sur Facebook m'avait déjà contrariée, mais jamais à ce point. Le H&H et le Quartet de Hanayama, c'est plié aussi en quelques minutes. A quand une carte de fidélité chez Enigma Escape? C'est quand même notre 5ème salle en famille... Les vacheries sous couvert d'humour, c'est pas très "esprit de Noël". On joue à Mystérium si vous voulez, mais ne comptez pas sur moi pour faire la conversation. "Toi tu es la poêle, et Chouchou doit être la fourchette." Ah tiens, apu princesse Léïa.

Mercredi 28 "Pas d'échange sans ticket de caisse ou carte de fidélité", déclare une vendeuse de Sephora maquillée à la truelle avec une précision toute parkinsonienne. C'est bien la première fois que pas un bouquin ne me fait de l'oeil chez Ombres Blanches. Une demi-heure de queue pour une table chez Bapz, il faut être vraiment motivé (ou avoir donné rendez-vous là à une amie pas vue depuis un an et demi). Quand soudain, O&L de passage dans la région pour les fêtes surgit derrière nous, flanquée de son homme et de Noisette. Oh mon Dieu, j'ai été payée - serpentins, confetti! Les pomponettes après les pâtes aux chicons, ça va pas faire un peu beaucoup? ...Ah ben non en fait. Chaque fois que je vois David, j'ai l'impression qu'il est en train de faire le Vendée Globe, alors qu'en réalité c'est tous les quatre ans. Et hop, le Helix pour la route.

Jeudi 29 Deux articles partagés sur Facebook hier, plus de 4600 visites sur le blog dans la journée - ce doit être mon record. Résolution du mystère de la culotte gainante disparue: Chouchou l'avait embarquée avec ses boxers. Bien entendu, l'imprimante de ma mère est à court d'encre quand il s'agit d'imprimer nos cartes d'embarquement. "Vous êtes ivre!" crie Angélique au capitaine des pirates. Je vais laisser le reste du paquet de Kimono à Darklulu pour le pousser insidieusement à devenir aussi drogué au thé que moi. Partis dans le brouillard, arrivés dans le brouillard. En gros, nous avons passé une semaine à bouffer et à jouer - c'était de bonnes vacances.

mercredi 28 décembre 2016

[TOULOUSE] Enigma Escape: Le temple perdu




Toujours fidèles des scénarios d'Enigma Escape, nous ne pouvions manquer de nous précipiter dès l'ouverture de leur 5ème salle. Cette fois, il s'agit de finir le travail d'un célèbre grand-père explorateur en retrouvant le crâne de cristal dissimulé dans un vieux temple maya. Et quel temple! Dès l'entrée, on est ébloui par la qualité du décor, depuis le revêtement des murs jusqu'au moindre des accessoires en passant par les mécanismes sur mesure. On sent que tout a été conçu avec soin - et pas mal de moyens matériels. Comme d'habitude, la communication avec le maître de jeu passe par un écran sur lequel s'affichent parfois des indices (moins on en reçoit, mieux c'est, mais parfois c'est indispensable quand on est bloqué!). 

Ici, la fouille n'est pas prépondérante; disons qu'il y a juste de quoi se mettre dans l'ambiance au début. L'essentiel du scénario repose sur la résolution d'énigmes de style varié. Certaines nécessitent pas mal de réflexion, tandis que d'autres en appellent davantage au sens de l'observation ou à l'habileté manuelle. Bref, de quoi employer les meilleures qualités de chaque membre de l'équipe. Nous étions cinq et par moments, ça m'a semblé un peu trop: je crois que quatre serait la taille d'équipe idéale pour explorer ce temple perdu. Quant au niveau, des débutants complets risquent d'être un tantinet perdus - je situerais le niveau entre intermédiaire et avancé. Nous sommes sortis en 54'33" après avoir pas mal transpiré au propre comme au figuré. 

43, avenue de la Gloire
31500 TOULOUSE
Métro: Marengo SNCF (ligne A)

mardi 27 décembre 2016

Les brunchs du dimanche (47): Chapristea à Toulouse




Très populaire au Japon, le bar à chats a débarqué en Europe depuis quelques années sans toutefois susciter le même engouement. Il faut dire que si le concept - boire et manger dans un endroit abritant plusieurs chats - semble sympathique pour les amateurs de félins, dans la pratique, j'ai entendu beaucoup d'histoires de lieux à l'hygiène douteuse et à l'atmosphère pas forcément très respirable. Du coup, la seule raison pour laquelle je me suis intéressée au Chapristea, c'est que Nekkonezumi y était passée avant moi et avait approuvé à la fois l'endroit et les produits consommés sur place. J'envisageais juste d'y prendre un goûter en amoureux jusqu'à ce que je découvre qu'il y avait un brunch le week-end. Ni une ni deux, j'ai réservé pour huit personnes et embarqué toute la famille samedi dernier, quelques heures avant le repas du réveillon. (Nous sommes des courageux de la bouffe, jamais effrayés à l'idée de cumuler deux gros repas dans la même journée.)




Le Chapristea est situé en plein centre-ville de Toulouse, à mi-chemin entre Capitole et Esquirol. On y pénètre par un sas destiné à empêcher les animaux de se faufiler dehors, et avant de s'installer, on doit se nettoyer les mains avec du gel anti-bactérien fourni au comptoir. Puis on prend connaissance du règlement, destiné à assurer le bien-être des animaux:




Une autre carte présente les pensionnaires, au nombre d'une dizaine et choisis pour leur capacité à vivre en groupe. La plupart d'entre eux sont originaires de refuges animaliers, et deux sont proposés à l'adoption. Au premier regard et à la première caresse, on voit qu'ils sont très bien entretenus - en témoigne l'incroyable douceur du pelage des chats à poil mi-long. Pour en avoir eu deux pendant plus de quinze ans, je sais qu'on ne peut obtenir un tel résultat qu'avec des soins réguliers et un brossage quotidien au minimum!






Par ailleurs, le décor est fort agréable: la plupart des tables se trouvent en sous-sol, dans une de ces caves en brique rose au plafond voûté si typiques de Toulouse. Le mobilier est d'inspiration scandinave moderne, avec des fauteuils bleus ou jaunes et de petits canapés disposés autour de tables basses. D'habitude, je trouve ça confortable pour boire un thé en bouquinant, mais pas trop pour manger; là, la hauteur est idéale et personne dans notre groupe ne s'est senti gêné. Essentiellement situés en hauteur, les nombreux aménagements pour les chats ne gênent pas du tout la circulation des bipèdes. Et surtout, il n'y a aucune litière en vue et pas la moindre odeur désagréable, les "toilettes" félines étant accessibles en permanence mais isolées de l'espace dédié à la clientèle ainsi que des cuisines. 




Concernant la nourriture, le brunch proposé le samedi et le dimanche est une formule à l'assiette d'inspiration très anglaise. La partie salée se compose d'oeufs brouillés, de saucisses, de bacon, de baked beans, d'une tomate grillée, de champignons poêlés et d'une salade mélangée. Pour la partie sucrée, deux scones au fromage blanc et à la confiture, d'une texture plus légère et plus digeste que des scones authentiques. Avec ça, une orange pressée et une boisson chaude au choix: chocolat au lait de vache ou d'amande, café ou thé à piocher parmi la carte assez variée de l'établissement. Pour 19,50€, c'est un des meilleurs rapport qualité-prix que j'ai vus en matière de brunch. Les jours de semaine, on peut déjeuner au Chapristea, y compris si on est végétarien ou végane. 




Tout était délicieux et a remporté un franc succès même auprès des membres de ma famille pas franchement habitués aux brunchs. Mes neveux qui adorent les animaux ont craqué pour un chat chacun et auraient bien voulu le ramener à la maison. En plus, le personnel est aimable, rapide et souriant. Bref, une adresse que je vous recommande chaudement si vous habitez à Toulouse ou y êtes de passage!

4, rue Jules Chalande
31000 TOULOUSE
Tel: 09 81 13 32 38
Réservation possible par internet ou téléphone,
uniquement pour le brunch le week-end et le lunch en semaine



vendredi 23 décembre 2016

Les conversations absurdes #3


Dans un magasin à touristes plein de produits à la violette, près de la place du Capitole.
MOI: Je ne sais pas quoi prendre pour le Noël de l'amie de ma mère. Les paniers composés bonbons à la violette, thé à la violette, confiture à la violette, savon à la violette sont très sympas, mais si elle n'aime pas la violette, c'est ballot. 
CHOUCHOU: On n'est pas obligés d'acheter un truc ici, on peut chercher ailleurs. 
MOI: Oui mais ma mère voulait un cadeau typique de Toulouse, et je n'ai pas trop d'autre idée...
CHOUCHOU: Des saucisses? 

mardi 16 août 2016

[TOULOUSE] Enigma Escape: Braqueurs amateurs




Si c'est toujours en famille que nous sommes allés tester la quatrième et plus récente salle d'Enigma Escape, cette fois, Attila avait cédé sa place de 5ème membre de l'équipe à son cadet Darklulu (qui est, je le rappelle, l'évolution pokémon de Cahouète, 10 ans). Nous avons eu le plaisir d'être, comme l'an dernier, accueillis par Romain, co-créateur d'Enigma Escape avec son frère, dont les excellents conseils nous avaient permis de choisir trois salles géniales lors de notre voyage à Budapest. 

"Braqueurs amateurs", c'est l'histoire d'une bande de joueurs de poker qui ont perdu gros et qui n'ont plus qu'une journée pour rembourser de très grosses dettes de jeu à un type pas commode du tout. Après avoir épuisé toutes les solutions légales, ils décident de braquer une agence bancaire située à une heure de toute intervention policière. Dès leur arrivée, une alarme silencieuse se déclenche, et ils ont soixante minutes pour se tirer avec l'oseille - la mission étant double: ramasser un max de pognon et d'objets de valeur, puis trouver une sortie alternative qui leur permettra d'échapper aux flics...

C'est toujours assez frustrant de ne pas pouvoir discuter d'une salle en détail afin de ne pas spoiler les futurs joueurs, mais là, ça l'est encore plus que d'habitude! Voyons voir ce que je peux vous dire sans trop en dévoiler... Que ça commence très doucement, mais que la pression monte de façon exponentielle au fil de l'heure et des découvertes, pour terminer sur une note carrément frénétique. Que la salle a coûté assez cher, et que ça se voit dans la qualité des décors et les équipements. Qu'il y a peu de fouille mais beaucoup d'occasions de cogiter. Que l'organisation de l'équipe est plus que jamais un facteur de réussite ou d'échec. Qu'au niveau du scénario et des astuces de jeu, on voit bien qu'on n'a pas affaire à des créateurs débutants, mais à des gens qui essaient toujours de faire plus complexe et plus fun que leur salle précédente. (Il y a d'ailleurs un élément de jeu qu'aucune équipe n'est encore parvenue à résoudre: si vous aimez les défis...)

Franchement, on s'est éclatés, et Braqueurs amateurs, dont le thème ne me branchait pas outre mesure a priori, entre illico dans mon tiercé de tête des escape games testés en France (les deux autres places revenant au sous-marin de Hint Hunt et à la Alice au pays des Merveilles de Leavin Room, sur Paris). Nous sommes ressortis à moitié aphones d'avoir hurlé pendant toute la seconde demi-heure, et tous ravis y compris Darklulu qui jouait pour la première fois et qui a apporté quelques contributions essentielles à la progression de l'équipe. Si un jour ma soeur en a marre de la finance, David de la comptabilité, Chouchou de l'informatique et moi de la traduction littéraire, on sait qu'on a de très bonnes bases pour se lancer dans une carrière criminelle! Dans le cas contraire, on pourra toujours se faire un shoot d'adrénaline en retournant jouer chez Enigma Escape: une 5ème salle sur un thème Maya devrait ouvrir d'ici la fin de l'année. 

Enigma Escape, salle Braqueurs amateurs
43 avenue de la Gloire
31000 Toulouse

vendredi 12 août 2016

Où la Cité de l'Espace nous laisse assez froids




Avant-hier, je me suis subitement rappelé l'existence à Toulouse de la Cité de l'Espace, que j'avais visitée il y a, euh, 13 ou 14 ans avec l'Homme. Comme Chouchou adore l'astronomie, j'ai pensé que ce serait une manière amusante d'occuper notre jeudi après-midi, au lieu de retourner traîner dans le centre-ville par ce cagnard...





En arrivant aux caisses, je suis assez contrariée de voir le prix de l'entrée: 25,50€ par adulte, quand même... Faut pas être fauché, surtout si on veut venir en famille. Il y a des choses à voir à l'intérieur, sur quatre niveaux, et dans les jardins: comme c'est le début de l'après-midi, on décide de commencer par l'intérieur histoire de rester à l'ombre et plus ou moins au frais. On descend au -1 et on se met tout de suite dans la file d'attente pour le Moon Runner, qui simule la marche des astronautes américains sur la lune. Une heure et demie plus tard (oui, une heure et demie, et je considère comme une grande victoire sur moi-même de ne pas avoir pété les plombs pendant, surtout que je n'avais pas emporté de livre pour m'occuper), notre tour vient enfin. Une décevante minute plus tard, c'est terminé. Les sensations n'ont rien d'extraordinaire et honnêtement, si j'avais su, je ne me serais pas infligé ça. Reste quelques photos marrantes, c'est toujours ça de pris. 
















Nous entreprenons ensuite la visite des expositions. Et bien que Chouchou s'intéresse à l'espace infiniment plus que moi, sa réaction est la même. C'est très complet: si on veut tout lire, tout regarder et tout essayer, il y en a sans doute pour deux jours entiers. Et évidemment, c'est très très bien documenté. Mais plutôt austère et rébarbatif, pas du tout ludique comme d'autres musées scientifiques de notre connaissance. Même les "attractions" interactives sont chiantes. Du coup, nous passons assez vite, en nous attardant juste sur un élément qui retient notre attention par-ci par-là. Et en faisant, là encore, autant de photos que possible (car de ce point de vue, il faut avouer qu'il y a matière). 








Dehors, le soleil cogne. Nous nous mettons à déambuler parmi les reproductions grandeur nature de la Station Mir, de la capsule Soyouz et de la fusée Ariane 5. Je constate que depuis ma dernière visite, Pluton a disparu de la chouette représentation au sol de notre système solaire. Cette partie du musée me paraît toujours plus attrayante car on y voit concrètement les applications de la recherche - et en observant les conditions de vie des astronautes, on se dit qu'ils doivent vraiment être très motivés pour s'infliger ça! J'aurais beaucoup aimer assister à la nocturne, notamment pour le feu d'artifice, mais nous avons organisé un dîner familial ce soir et nous devons repartir vers 18h. Nous ne nous sommes pas précisément ennuyés, néanmoins si c'était à refaire je ne pense pas que nous reviendrions. 

Avenue Jean Gonord
31500 Toulouse
Nocturne tous les jeudis jusqu'au 25 août

dimanche 7 août 2016

[TOULOUSE] Enigma Escape: Oh no, zombies!




L'été dernier, lorsque nous avions testé (et adoré) les deux premières salles d'Enigma Escape, notre maître de jeu nous avait mis l'eau à la bouche en nous parlant de leur troisième scénario en préparation, et nous nous étions dit qu'il faudrait absolument revenir le faire. Parole tenue cet après-midi...

Comme son nom le laisse supposer, "Oh no, zombies!" possède un thème post-apocalyptique. Derniers survivants de la race humaine changée en morts-vivants, nous débarquons chez un professeur qui aurait inventé un vaccin. Mais à notre arrivée, catastrophe! Nous sommes mordus à notre tour. Avant de nous transformer irrémédiablement, nous devons trouver le précieux vaccin ainsi que des armes pour affronter les zombies qui encerclent la maison. Nous ne disposons à la base que d'un pauvre petit quart d'heure, mais neuf objets dissimulés dans la salle nous permettent chacun de récupérer cinq minutes supplémentaires. Notre mission est donc triple, pour trois fois plus d'adrénaline! 

Quelques petites choses que je peux dire sans spoiler le jeu pour les futurs participants... 
- L'ambiance est stressante à souhait, non seulement à cause du chrono habituel mais de par les zombies qui rappellent périodiquement leur présence à l'extérieur. La déco est recherchée et bien foutue, surtout dans les phases de milieu et de fin. 
- Les mécanismes de jeu sont, pour la plupart, des choses que Chouchou et moi avions déjà vues dans d'autres salles, avec notamment un élément que je déteste car je ne peux absolument pas participer à le "résoudre". C'est d'ailleurs la seule chose sur laquelle notre équipe a vraiment buté et perdu du temps cette fois. 
- Dans l'ensemble, les énigmes sont d'un niveau assez élevé, bien que faisables et pas du tout tirées par les cheveux comme on en trouve parfois. J'ai apprécié la présence de plusieurs passages collaboratifs, où tous les joueurs doivent vraiment travailler ensemble pour franchir un obstacle. 




Nous avons réussi à sortir à 55 secondes de la fin du chrono, mais en ayant transpiré un maximum! 

Plutôt qu'à de vrais débutants, je conseillerais ce scénario à des joueurs ayant déjà fait au moins un ou deux autres escape games et acquis les bases en matière de fouille, de communication et de résolution d'énigmes. Notez également que "Oh non, zombies!" est réservé aux plus de 16 ans. 

Pour avoir testé pas mal d'escape games dans différentes villes et plusieurs pays depuis maintenant 3 ans, je commence à être un peu blasée. Plusieurs fois ces derniers mois, j'ai été déçue par des scénarios trop faciles, mal fichus, entièrement basés sur des cadenas ou bricolés avec trois bouts de ficelle. Mais avec Enigma Escape, le plaisir de jeu est toujours au rendez-vous. Du coup, nous allons nous précipiter pour tester leur 4ème salle, la plus récente à ce jour: "Braqueurs amateurs". Ce sera dimanche prochain, et je ne manquerai pas de vous faire un compte-rendu!

34 rue Bayard 
31000 Toulouse

mardi 18 août 2015

Toulouse, été 2015




Samedi: Il pleut sur Toulouse pour notre premier jour de vacances? Qu'à cela ne tienne: j'emprunte un blouson à ma soeur, et Chouchou et moi allons passer une grande partie de l'après-midi chez Ombres Blanches, d'abord à choisir des bouquins, puis à lire devant une tasse de thé. Les Toulous'hein: salle crade et steak trop cuit qui oblitère le goût des autres ingrédients de mon burger; je ne reviendrai pas. J'ai fait les courses de ma mère, j'ai bien mérité de craquer chez Arabesque pour cette paire de sandales Esska en fin de série.




Dimanche: Ma soeur cuisine assez peu, mais son rougail saucisse déchire. Quant au gâteau renversé à l'ananas d'Attila, il est plus beau que celui de la photo dans le livre de recettes, et probablement meilleur aussi. Y'a des gens qui ont des super-pouvoirs du quotidien toupourris; mon beau-frère, lui, trouve systématiquement une place de parking pile à l'endroit où il va. Je pensais bien que l'escape game plairait à toute la famille, et je suis ravie de constater que je ne me suis pas trompée: ma soeur, David et Attila s'éclatent autant que nous dans Le bureau de Pierre Rousseau. Nous sortons avec plus de deux minutes d'avance sur le chrono - hourra! Pour conclure cette chouette journée, je termine le réjouissant "Comment (bien) rater ses vacances". Dire qu'il y a encore des lecteurs qui méprisent la littérature jeunesse...




Lundi: Pour une fois, nous réussissons à trouver le Gaumont Labège du premier coup. J'ai l'impression qu'Attila et Cahouète s'ennuient devant "Le Petit Prince", mais en fait non. Maintenant, bourrons les gamins de sucre. Dommage que ma robe soit un peu ton sur ton avec les sièges du Tommy's: un modèle contrasté aurait donné de meilleures photos. Comme cadeaux d'anniversaire chez Cultura, mes neveux choisissent la première trilogie Star Wars en DVD et des baguettes Harry Potter, les braves petits.




Mardi: Malgré nos recherches à Bruxelles, le bibimbap du Boli Café reste inégalé - d'ailleurs, il y a la queue sur le trottoir en cette semaine de réouverture. Une géocache facile au pied du donjon du Capitole. La Jolie Fleur d'Octave (yaourt, fraise, rhubarbe) est sans aucun doute ma glace préférée au monde. Consternée de voir que les billets de spectacle achetés sur le site internet de la Fnac sont maintenant délivrés par un automate. Je me fiche du gain de productivité qui mettra des employés au chômage et ne profitera qu'aux actionnaires: si j'ai un souci, je veux parler à une PERSONNE, bordel. Et c'est une sociopathe qui dit ça.




Mercredi: Quand j'essaie de résumer pourquoi je trouve l'héroïne de "Retour en Islande" antipathique, je me rends compte que je suis en train de me décrire - ouch. Comme prévu, les pâtes à la Norma de Chouchou remportent un franc succès auprès de toute la famille. Le drame du jour porte sur le plan de travail bousillé par le plombier auquel ma mère a fait changer son évier de cuisine parfaitement fonctionnel. Une avance de £15 000 à l'auteur d'un obscur récit de voyage vieux de 50 ans et déjà publié une première fois dans l'indifférence générale - je croyais que "The Rocks" était une histoire de secrets de famille, pas un roman de science-fiction!




Jeudi: Nous aurons eu le temps de de nous partager un club sandwich Duck Me pour le goûter, de retrouver Nekkonezumi devant O Sorbet d'Amour pour y acheter un cornet deux boules, de faire un tour de grande roue et de visiter l'expo d'un photographe lithuanien au Château d'Eau avant de nous prendre la mère de toutes les averses sur le coin de la figure en retraversant le Pont Neuf en sens inverse. Quand nous débarquons trempés (et, en ce qui me concerne, en robe d'été et sandalettes) chez JCD, cet homme merveilleux m'allume un feu de cheminée pour que je puisse me sécher: bonheur intense. Non monsieur l'agent, Chouchou ne stresse pas à l'idée d'ânonner "1, 2, 3, 4, 5" dans votre alcootest: il n'a bu que de l'eau toute la soirée.




Vendredi: Le meilleur magret de ma vie chez Monsieur Marius, une géocache trouvée à côté du métro Carmes, deux bols Bloomingville ravissants chez Méric (cet écureuil en trottinette rouge! ce mignon hérisson endormi!) mais un thé vraiment pas bon au Jardin des Thés. Improviser une soirée risotto/pâtisserie chez ma soeur et répartir les différentes missions pour plus d'efficacité - Chouchou va chercher ma mère et le vin blanc, David et moi allons faire les courses au Super U, ma soeur et Attila commencent la crème à la vanille, Cahouète continue à jouer à agar.io sur le canapé. Nouvelle unité monétaire: la botte d'asperges du primeur d'à côté (7,95€ au cours du 14 août 2015). Christine Bravo mime la limace dans un jeu télévisé débile - au secours! Les plaisirs gourmands recette Ladurée, 3h pour les préparer, 3 minutes pour les dévorer jusqu'à la dernière miette.




Samedi: "Que penses-tu du verbe requestionner?" Euh, du mal, beaucoup de mal. En un seul trajet en voiture avec l'autoradio allumé, j'ai dû tripler ma connaissance de la musique populaire du XXIème siècle. Merci à l'Atelier du Burger d'être ouvert un 15 août et de proposer une recette au fromage bleu. Sur un trousseau de 50 clés, celle qui ouvre le cadenas est bien évidemment l'avant-dernière que je teste. Nous sortons du Cachot de la Taverne en 52'56", ce qui nous classe paraît-il dans les meilleurs temps. En prime, le game master nous conseille les deux meilleurs escape games de Budapest pour notre voyage du mois prochain. Je pourrais admirer pendant des heures le monsieur qui fait des bulles de savon géantes sur la place du Capitole. La quête vaine des nouvelles-chaussures-pour-la-rentrée d'Attila se termine au Sorbet d'Amour où je teste le nouveau parfum mojito. Je ne ferais pas rentrer un cure-dent de plus dans ma valise cabine, mais enfin, elle ferme.




Dimanche: La journée se traîne, et mon mauvais bouquin ne parvient pas à me distraire de l'angoisse du retour qui monte au fil des heures. Ma soeur nous ramène à l'aéroport et j'en chialerais de la quitter sans même avoir eu une seule occasion de lui parler vraiment (mais pour lui dire quoi, au juste?). J'ai bien failli paumer le connecteur de mon Jawbone dans les rainures du tapis roulant de la sécurité. Oui, je suis une délinquante qui, quand 15 autres femmes attendent devant les toilettes, n'hésite pas à aller faire pipi chez les messieurs où il n'y a personne. Bruxelles by night en 21. En arrivant à la maison, découvrir que le basilic en pot que j'avais mis au frigo pour tenter de le préserver a bel et bien survécu sans trop de dégâts. La première chose que je vois en me connectant sur Facebook, c'est que la seconde salle d'Aventure Rooms Toulouse, dont je guettais l'ouverture depuis avril pour la tester pendant ces vacances, ouvrira officiellement... demain. Bon, ben je vais être obligée de revenir un de ces quatre, alors.