Affichage des articles dont le libellé est Portugal. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Portugal. Afficher tous les articles

samedi 20 janvier 2018

"Chanson de la ville silencieuse" (Olivier Adam)


Elle est la fille d'un chanteur adulé, disparu un an plus tôt sans laisser la moindre trace. Alors qu'on s'apprête à le prononcer juridiquement mort, elle apprend qu'on l'aurait aperçu jouant de la guitare aux terrasses des cafés, le soir, à Lisbonne. Elle part au Portugal sur la piste de ce musicien de rue qui est peut-être son père et peut-être pas, et tandis qu'elle le cherche, les souvenirs de son enfance peu commune remontent à la surface...

Avec Olivier Adam, c'est toujours du quitte ou double: ses bouquins me transportent ou m'emmerdent à mourir. "Chanson de la ville silencieuse" entre malheureusement dans la seconde catégorie. Je n'ai jamais réussi à m'intéresser à sa narratrice évanescente, qui malgré de longues énumérations de "Je suis la fille qui..." peine à se définir autrement que par rapport à son célèbre père. Tout au long du livre, celui-ci reste pour sa part un personnage caractériel mais fuyant, insaisissable longtemps déjà avant sa fuite. Et même si l'auteur a su saisir et retranscrire fidèlement son atmosphère, la ville de Lisbonne que j'adore n'a au fond qu'une place secondaire dans le récit. Bref, en dépit d'un style toujours plaisant, je n'ai rien trouvé à quoi accrocher mon intérêt, et alors que ce roman fait moins de 200 pages, je l'ai traîné plusieurs jours (j'ai même failli l'abandonner en cours de route). Il n'a commencé à m'émouvoir vaguement que sur sa toute fin - un peu tard pour me laisser un souvenir impérissable. 

lundi 19 juin 2017

"Eléctrico 28" (Davide Cali/Magali Le Huche)


Bonjour, je m'appelle Armalite et j'achète des livres pour enfants juste pour les jolis dessins. Ici, ceux de Magali Le Huche dont j'avais adoré la version illustrée du roman jeunesse "Verte" de Marie Desplechin. En plus, l'histoire se passe à Lisbonne, une ville que j'adore et où j'ai déjà séjourné deux fois. Le tram 28, d'un jaune bien pimpant, est une institution là-bas: il monte et descend à travers les quartiers populaires, dans des passages parfois à peine plus larges que lui et en dessinant des virages hyper serrés.

Amadeo est le conducteur d'un de ces trams, un grand romantique qui se plaît à favoriser les rapprochements entre amoureux transis à l'aide de trois manoeuvres de son cru. Jusqu'au jour où il se retrouve à la retraite et se sent un peu seul... L'histoire est tendre et pleine de charme, l'atmosphère de Lisbonne rendue avec beaucoup de justesse. "Eléctrico 28": une jolie invitation au voyage et aux bisous, à partir de 3 ans et sans limite d'âge!



mercredi 18 janvier 2017

"Pereira prétend" (Pierre-Henry Gomont)


Pereira est responsable de la page culturelle du journal indépendant Lisboa. Obèse et solitaire, il se nourrit presque exclusivement d'omelettes, tient de grandes conversations avec la photo de son épouse défunte et se donne beaucoup de mal pour ignorer les exactions de la police salazariste. Jusqu'au jour où ses interrogations religieuses le poussent à aller à la rencontre de Monteiro Rossi, un étudiant en philosophie engagé dans des activités dangereuses. La fréquentation du jeune homme va l'obliger bien malgré lui à ouvrir les yeux...

Je peux bien l'avouer: non seulement je n'ai pas lu le roman d'Antonio Tabucchi adapté ici en bédé par Pierre-Henry Gomont, mais je n'en avais même jamais entendu parler. En prose pure, l'histoire existentialiste de Pereira ne m'aurait d'ailleurs pas forcément passionnée. Ici, elle est sublimée par de magnifiques dessins où dominent le bleu violent du ciel portugais et l'ocre des rues de Lisbonne écrasées par le soleil. Un bien beau cadre pour une atmosphère de dictature d'autant plus tristement brutale et inquiétante qu'elle semble revenir à la mode dans de nombreux pays occidentaux. Mais je m'égare. 

"Pereira prétend", c'est le récit d'une prise de conscience presque fortuite: celle d'un homme barricadé en lui-même, uniquement préoccupé de littérature et de foi, dont l'indifférence au monde qui l'entoure confine parfois à la lâcheté. Un Monsieur Tout-le-monde un peu plus cultivé que la moyenne, qui refuse d'abord d'être mêlé à quelque activité subversive que ce soit mais se laisse néanmoins fasciner par ceux qui les exercent. Une série de rencontres et d'événements finit par le convaincre de s'arracher à son apathie et de devenir l'acteur de sa propre vie.

Je n'ai lu que du bien de ce roman graphique, et une fois n'est pas coutume, j'abonde absolument dans le sens des critiques. Beau et intelligent, "Pereira prétend" aborde des questions universelles avec une grande finesse psychologique et une parfaite maîtrise du récit. Il mérite une place de choix sur les étagères de tout bédéphile qui se respecte.