Affichage des articles dont le libellé est Amsterdam. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Amsterdam. Afficher tous les articles

samedi 28 avril 2018

[AMSTERDAM] Chocolàtl





Mercredi en fin d'après-midi, nous traînions un peu au hasard dans le Jordan quand nous sommes tombés sur une boutique de chocolat devant laquelle un panneau à la craie claironnait: "ENTREZ GOUTER NOTRE FABULEUX CHOCOLAT CHAUD". Je me suis dit, pourquoi pas, il ne fait pas une chaleur torride et ça fera une occasion de se poser cinq minutes. Je ne me doutais pas que nous allions vivre une expérience aussi instructive que délicieuse...

vendredi 27 avril 2018

[AMSTERDAM] Tales & Spirits





Outre les musées et les escape games, j'ai depuis quelques années un nouveau centre d'intérêt quand je visite une grande ville: les bars à cocktails. Et pour Amsterdam, je n'ai même pas eu de recherches à faire puisque Gasparde m'avait recommandé le Tales & Spirits, situé à moins de dix minutes de marche de la gare centrale. C'est donc là que nous avons terminé notre day trip de mercredi...

jeudi 26 avril 2018

[AMSTERDAM] Questomatica: Arcade Invasion





Il y a un an et demi, nous avions eu un gros coup de coeur pour "Wake up", une des meilleures salles d'escape parmi la cinquantaine que nous avons testées à travers toute l'Europe. Nous nous étions juré de revenir à Amsterdam pour jouer la seconde salle de Questomatica, dont le thème nous paraissait tout aussi original et prometteur. Hier, nous avons mis notre menace à exécution...

jeudi 8 septembre 2016

[AMSTERDAM] Shopping original dans le quartier des Neuf Ruelles


Entre mon goût de plus en plus prononcé pour le minimalisme, l'uniformisation de l'offre et les restrictions budgétaires qui me poussent à mieux cibler mes dépenses, j 'ai tout à fait perdu l'habitude des grosses virées shopping. Quand je m'achète une plante en pot, un sachet de bon thé et un T-shirt en soldes, j'ai l'impression d'avoir fait sauter la banque (les bouquins ne comptent pas, n'ont jamais compté et ne compteront jamais). Aussi, je ne sais pas trop comment expliquer ce qui m'est arrivé samedi dernier pendant qu'on se baladait au bord des canaux côté Jordaan, à Amsterdam. Je plaide la folie temporaire - sans doute un truc dans l'atmosphère locale des Pays-Bas -, et le fait que les boutiques du quartier des Neuf Ruelles sont réputées pour leur originalité. Petite présentation de mes préférées...


♥︎ THE OTHERIST ♥︎













C'est mon énorme coup de coeur du week-end, une sorte de cabinet de curiosités où l'on peut trouver des plantes aériennes, des objets anatomiques, des papillons sous verre, des insectes mécaniques, des crânes en porcelaine, des bijoux inhabituels, des brols déco creepy juste ce qu'il faut... Le monsieur qui tient la boutique depuis dix ans est d'une gentillesse absolue. Et pour ceux qui n'auraient pas la chance de passer prochainement à Amsterdam, il vend certains de ses trésors en ligne. Rien n'est donné, mais tout est très, très beau et passablement unique. 

Leliegracht 6
1015 DE Amsterdam


♥︎ NIKKI NIK 
SOCKS WE LOVE ♥︎






Comme je raffole de collants à motifs, j'étais obligée d'entrer dans ce double magasin en L, dont la première partie est dédiée aux vêtements de femme neufs ou d'occasion, dans un style un peu rétro, et la seconde à une incroyable variété de collants et de chaussettes H ou F. Le stock est riche et les articles pas mal entassés les uns sur les autres, il faut consacrer un peu de temps à fouiller! J'ai craqué pour un cardigan rouge et noir à motif de lunettes rétro, une jupe Noa Noa turquoise à pois (qui est trop large à la taille et que je ferai retoucher par ma couturière, mais c'était une occasion et une taille L), et deux paires de collants dont un très épais pour lequel je comptais prendre du L, mais Nicole, l'adorable propriétaire qui a l'oeil et connaît bien ses marques, m'a juré que le S me suffirait. J'ai essayé, et elle avait raison. En bonus, j'ai embarqué des chaussettes Hokusai pour Chouchou qui s'était montré d'une patience exemplaire! Chaussettes et collants peuvent être achetés en ligne ici




Gasthuismolensteeg 5
1016 AM Amsterdam


♥︎ISLAND REMEDY STORE 
by ARUBA ALOE♥︎

Une boutique entièrement dédiée à des cosmétiques à base d'aloe vera, cette plante (c'est même un cactus!) aux vertus médicinales multiples. Aimant beaucoup son odeur, je me suis laissée tenter par un gel hydratant à la vitamine E, super frais sur la peau et que je compte mettre le soir avant de me coucher ainsi que me l'a suggéré la vendeuse. Les produits solaires avaient l'air super également, mais comme on arrive à la fin de l'été malgré ce que les températures peuvent laisser croire, ce sera pour une autre fois! Tentée? La boutique en ligne est ici.



Runstraat 25
1016 GJ Amsterdam


♥︎ AMSTERDAM DUCK STORE ♥︎




Pour finir de façon ludique, une boutique spécialisée dans le canard en plastique déguisé en tout et n'importe quoi. Le choix fut rude, mais j'ai fini par me décider pour un Dracula tandis que Chouchou réclamait un Dark Batman à cors et à cris. Oui, nous sommes de grands enfants (mais nous ne sommes pas les seuls vu l'affluence). A noter qu'ici, on paye uniquement en carte de crédit: pas de cash, pas de braquage, clame une affichette à l'entrée! Après avoir fait un tour sur le site en ligne, je regrette presque de ne pas avoir pris plutôt une licorne...




Oude Leliestraat 16
1015 AW Amsterdam

mardi 6 septembre 2016

[AMSTERDAM] Questomatica: Wake up!




J'avoue, j'ai attendu le tout dernier moment pour réserver un escape game à Amsterdam: comme ils facturent tous à l'heure et non par joueur, ça revenait super cher à deux seulement. Mais j'avais repéré la salle "Wake up!" de Questomatica qui me tentait beaucoup, et qui est assez réputée parmi les pros et les amateurs expérimentés - et l'avant-veille du départ, comme il restait encore un créneau le dimanche matin, mon envie l'a emporté. Dans les minutes qui ont suivi mon paiement, je me suis rendu compte que les locaux de Questomatica se trouvaient à environ 5 minutes à pied de notre appartement Air B'n'B, et je me suis dit que c'était un signe! Restait à voir si la salle serait à la hauteur de mes espérances et si on parviendrait à s'en dépatouiller à deux... 

Dans "Wake up!", les joueurs pénètrent dans le sommeil de Matilda, une petite fille de sept ans à l'imagination particulièrement vivace. Mais voilà: ses rêves se sont mis à dérailler, et tant que son univers onirique ne sera pas revenu à la normale, Matilda ne pourra pas se réveiller. En revanche, elle est en mesure d'aider les joueurs en leur envoyant des indices à l'aide de son miroir magique... Intrigant comme thème, non? Et je peux vous assurer que le jeu est à la hauteur de ces prémisses. 

Une des choses que j'ai préférées, c'est l'excellente utilisation du son, avec une musique enfantine tantôt gaie tantôt inquiétante, entrecoupée ça et là par les chuchotements de Matilda, mais aussi celle de la lumière qui s'allume, s'éteint ou varie au fil des découvertes des joueurs. Deux moyens simples mais très efficaces d'installer une atmosphère et de mettre subtilement la pression alors que le décor de chambre d'enfant est, lui, tout gentillet à première vue. 

Au-delà de son ambiance particulière, "Wake up!" offre un excellent gameplay avec zéro cadenas et codes, très peu de clés, une tripotée de puzzles aussi originaux que ludiques, des mécanismes complètement automatisés et un principe directeur vraiment amusant une fois qu'on l'a compris. A deux, nous avons réussi à en sortir en 55'55" avec peu d'indices, et nous n'avons jamais eu l'impression qu'il nous manquait des bras ou des cerveaux (cela dit, la salle est conçue pour des équipes de 2 à 4 joueurs seulement, alors qu'en France, la taille standard est plutôt 3-5 voire 3-6). 




Nous avons adoré cet escape game et nous mijotons déjà de revenir à Amsterdam pour tester l'autre salle de Claustrophobia sur un thème "jeux d'arcade des années 80-90", quitte à faire l'aller-retour dans la journée depuis Bruxelles!

Foelistraat 16
Amsterdam

mercredi 29 avril 2009

Miauw Suites

Pas facile de dénicher un hôtel de charme bien situé mais ne coûtant pas les yeux de la tête, surtout dans une capitale européenne et quand on s'y prend seulement deux semaines à l'avance. Pour notre week-end en amoureux à Amsterdam, j'en ai passé plusieurs dizaines en revue avant d'arrêter mon choix sur le Miauw Suites, un minuscule établissement proposant deux chambres et deux suites en bordure du Jordaan. La White Room dont la photo m'avait fait craquer n'était disponible que le vendredi soir, mais la propriétaire voulait bien que nous déménagions dans la journée du samedi.

J'ai aimé:
- La gentillesse d'Analik, notre hôtesse, qui nous a attendus très tard et bien au-delà de l'heure d'arrivée initialement prévue alors qu'elle-même ne loge pas sur place.
- La White Room pleine d'un charme discret, avec ses fenêtres donnant sur les canaux et son beau bouquet de roses blanches toutes fraîches.
- Le confort extraordinaire des lits.
- La présence, dans chacune des deux chambres, d'un iMac connecté à internet.
- L'emplacement idéal, en plein dans le quartier bobo des 9 Rues, à 150 mètres du tram et moins de cinq minutes à pied de la place du Dam.

Je n'ai pas aimé:
- L'exiguïté de la salle de bain de la White Room.
- Dans les deux salles de bain, le système de douche non cloisonnée qui fait qu'on arrose partout, et l'absence d'étagère où poser sa trousse de toilette.
- L'éclairage nettement insuffisant de la Black Room, par ailleurs beaucoup plus quelconque que sa voisine et bénéficiant d'une moins jolie vue.
- Pas de possibilité de petit-déjeuner sur place.
- Le bruit dans la rue le vendredi soir: je n'ai pas réussi à m'endormir avant 3h passées.
- Le prix, qui me paraît tout de même exagéré par rapport à la prestation globale.

Je recommande?
Si vous ne passez qu'une seule nuit sur place et que la White Room est libre, oui. Sinon, je vous suggère de chercher autre chose.

mardi 28 avril 2009

Déco Sauna

Il devient difficile de trouver des saunas/hammams où l'on n'est pas obligé de se mettre en maillot, et encore plus si on veut y aller en couple. Non seulement le Déco Sauna répondait à ces critères, mais il était ouvert sept jours sur sept et, selon tous les guides utilisés pour préparer notre week-end à Amsterdam, doté d'un somptueux intérieur Art Déco. C'est donc bien volontiers que nous nous y sommes réfugiés dimanche en début d'après-midi pour échapper à la pluie qui tombait depuis notre réveil.

J'ai aimé:
- Les tarifs raisonnable: 19,50€ l'entrée, 2€ les boissons fraîches (jus d'orange ou de pamplemousse pressé compris), 50€ les massages (que nous n'avons pas testés faute de temps).
- La gentillesse de l'accueil de Yolanda.
- La propreté irréprochable des lieux.
- L'équipement: un très grand vestiaire où on ne bouscule pas ses voisins de casier, deux saunas (un à 100° et l'autre à 80° pour les petites natures dans mon genre), un hammam, un bassin d'eau glacée, tout plein de boxes pour les massages, deux salles de repos, un patio rempli de chaises longues, des douches partout, un bar avec piles de magazines variés à disposition de la clientèle.
- L'ambiance toute au naturel et à la discrétion: la clientèle mélange aussi bien des couples que des femmes ou des hommes venus seuls, et personne ne mate personne.
- La déco, aussi spectaculaire que promis - le style Art Déco n'est pas ce que je préfère, loin de là, mais je suis capable d'admirer un intérieur réussi quand j'en vois un.

Je n'ai pas aimé:
- Euh, rien, à part peut-être le fait qu'il faille venir à Amsterdam pour trouver un endroit pareil.

Je recommande:
Evidemment! Parfait pour occuper un après-midi pluvieux. On ressort de là le corps cotonneux et merveilleusement détendu.

Richard Avedon 1946-2004 au FOAM

Les portraits de Richard Avedon sont aisément reconnaissables: ce grand photographe faisait poser ses modèles contre un fond blanc, sans artifices de lumière ni consignes de pose. Simplement, il attendait de leur rencontre qu'elle fasse jaillir une expression profonde et vraie. Et c'est fou ce qu'une absence de sourire peut exprimer de choses. L'exposition actuellement visible au musée de la photographie d'Amsterdam rassemble environ 200 de ses oeuvres organisées par thèmes:
- quelques photos de mode datant du début de sa carrière (Avedon fut le premier à "animer" les mannequins, jusque là considérées comme de simples cintres humains)
- une flopée de portraits de gens connus dans les années 60 et 70, parmi lesquels beaucoup d'acteurs et d'écrivains
- une galerie de 69 des personnages les plus influents des Etats-Unis au moment du passage de témoin entre les administrations Ford et Carter
- une mini-série très émouvante sur les dernières années de la vie de son père
- une fresque sur la Factory d'Andy Warhol, qui est probablement un de ses travaux les plus connus
- et enfin un sublime travail de commande sur les "vraies gens" de l'Ouest américain, parmi lesquels une écorcheuse de serpents à sonnettes de treize ans.

Difficile d'effectuer un classement parmi ces portraits tous plus remarquables les uns que les autres. Chouchou (à qui je faisais découvrir Avedon) a été particulièrement touché par celui qui montre un Groucho Marx au regard d'une infinie tristesse, à mille lieues de l'image que le grand public garde de lui. Quant à moi, j'ai été fascinée par une capture de Rudolf Nureyev en mouvement - la grâce et la puissance incarnées -, ainsi que par le portrait sans fioritures mais incroyablement émouvant d'un Noir né esclave. Bien entendu, aucun des trois ne figurait dans la série de cartes postales tirées de l'expo en vente à la boutique du musée...

Exposition Richard Avedon 1946-2004, jusqu'au 13 mai 2009
FOAM, Keizersgracht 609, 1017 DS Amsterdam
Entrée: 9€

Gartine

Lorsque nous sortons de l'hôtel dimanche matin, il pleut. Heureusement, nous avons des parapluies et une destination toute proche: le Grand Hôtel Krasnapolski, situé sur la place du Dam, dont le restaurant est paraît-il réputé pour sa splendide décoration et ses brunchs fameux. Mais lorsque nous arrivons, aux alentours de 11h, l'hôtesse nous prévient qu'ils en sont encore à servir le petit déjeuner. Qui coûte la modeste somme de 28,50€ par personne. Hum, on a un plan B?

Un de nos guides suggère un petit restaurant du nom de Gartine, bien caché dans une des ruelles peu engageantes perpendiculaires au Rokin. Dix minutes de marche rapide nous conduisent devant un charmant établissement... dont la serveuse nous informe qu'il est complet et qu'elle ignore quand une table se libèrera. L'estomac dans les talons et le parapluie détrempé, je suis au bord du découragement. Je recommence à feuilleter mes guides plantée au milieu de la rue. Quelques minutes s'écoulent sans que nous parvenions à prendre une décision. C'est alors qu'une cliente s'en va et que le propriétaire, attendri par la vue de ces deux touristes piteusement stationnés devant sa vitrine, nous fait signe d'entrer. Notre soulagement est grand.

Chouchou opte pour le Large Breakfast avec thé vert, orange pressée, croissant, tartines, beurre, confiture, pain perdu, compote pomme-cannelle, fromage et charcuterie. De mon côté, je craque pour une soupe aux légumes du potager servie avec son pain et son beurre, ainsi qu'une sorte de burger garni de fromage de brebis vieux de 2 ans, de chutney de betterave et de roquette - une véritable tuerie. Pour parachever mon brunch, je demande si le cheesecake au chocolat blanc a une croûte en speculoos. "Euh, non, pas du tout", me répond la serveuse d'un air interloqué, comme si c'était une drôle d'idée d'utiliser ces infâmes biscuits pour autre chose que nourrir des pigeons dépourvus de papilles gustatives. Dans mes bras, ma petite dame! Et apportez-moi donc une part de votre cheesecake.

...Sans conteste, c'est l'un des meilleurs desserts que j'aie mangé de toute ma vie. Si j'ajoute que la déco et l'ambiance sont super cosy, les propriétaires vraiment adorables, et que l'addition pour les délices suscités plus un Coca se montait à moins de 30€, vous comprendrez que je recommande chaudement Gartine à tous ceux d'entre vous qui iraient traîner leurs guêtres du côté d'Amsterdam un de ces quatre. Pour notre part, nous y retournerons sûrement en fin d'après-midi lors de notre prochain séjour, afin de goûter leur High Tea dont la description m'a mis l'eau à la bouche.

Gartine, Taksteeg 7, 1012 PB Amsterdam
Ouvert du mercredi au dimanche, de 8h à 18h

Plus de photos (et d'infos, si vous lisez le flamoutchi) sur leur site internet

lundi 27 avril 2009

Ce que nous n'avons pas fait à Amsterdam

- Arriver à une heure décente vendredi soir.
Notre train avait cinquante minutes de retard, ce qui nous a fait débarquer à Amsterdam Central vers 23h30 - alors que la propriétaire du mini-hôtel où nous logions n'habite pas sur place et n'assure normalement l'accueil que jusqu'à 22h. Le tram que nous avions eu tant de mal à trouver a ignoré nos coups frénétiques sur sa porte vitrée et démarré sous notre nez. Finalement, nous avons dû prendre un taxi. Qui nous a facturé 15€ une course de 2 km, a roulé comme un dingue dans les petites rues à sens unique entre les canaux et manifesté la plus mauvaise foi du monde en prétendant que s'il ne trouvait pas, c'est parce que nous lui avions fourni un mauvais numéro. Cela dit, je me suis aperçue le lendemain que je m'étais trompée de rue en situant notre hôtel sur le plan. Si nous y avions été en tram comme prévu, nous serions peut-être toujours en train de tourner dans le quartier des 9 rues.

- Louer un vélo.
J'abhorre ce moyen de déplacement. Même sur terrain plat. Et puis honnêtement, passer ma vie à attacher et détacher un antivol, bof. En plus, les cyclistes amstellodamois roulent comme des malades, sans casque de surcroît, et j'aurais vraiment eu la trouille de me lancer dans la circulation des bagnoles, des bus et surtout des trams qui sillonnent la ville à la vitesse du Shinkansen (dirait-on). Le centre d'Amsterdam est suffisamment petit pour qu'on puisse l'explorer à pied. D'autant que ça nous aura permis d'éliminer une partie de nos agapes et surtout de profiter de nos mains libres pour prendre des centaines de photos.

- Commander une table de riz dans un resto indonésien.
Je sais, c'est *le*truc à ne pas rater niveau bouffe à Amsterdam. Mais les deux matins, nous avons fait un brunch délicieux et si copieux que nous avons ensuite pu nous passer de déjeuner; et samedi soir, comme il commençait à faire froid, que nous n'avions pas d'adresse précise et encore moins de réservation, nous avons choisi la solution de facilité en dînant au Hard Rock Café local où nous venions de faire quelques emplettes. (Note à moi-même: la prochaine fois, le miam-miam avant le shopping - ça nous permettra d'utiliser les bons de réduction que les serveurs apportent avec la note.)

- Aller regarder les filles en vitrine dans le Quartier Rouge.
Je l'avais déjà fait il y a dix ans, lors de mon premier séjour à Amsterdam avec Etre Exquis, et j'avais trouvé ça plus triste qu'excitant. Même Chouchou, pourtant toujours partant pour mater du nichon et de la fesse, n'était pas terriblement motivé. Et comme il nous aurait fallu retraverser la moitié de la ville à pied pour nous y rendre en sortant du Hard Rock Café, nous sommes sagement rentrés nous mettre au chaud à l'hôtel.

- Acheter des bulbes de tulipe.
Parce que pour ça, il aurait d'abord fallu en voir quelque part. Ce qui n'a pas été le cas. De toute façon, nous n'avons qu'un pseudo-balcon de trente centimètres de large, et les tulipes ne sont pas des fleurs gratifiantes à cultiver puisqu'elles ne poussent qu'une fois par an. Nous avons tout de même fait du shopping, le samedi matin dans le Jordaan (débauche de boutiques spécialisées uniques en leur genre, un vrai bonheur même quand on n'achète rien) et l'après-midi dans Kalverstraat (équivalent local de la rue Neuve, où l'on trouve donc les mêmes enseignes que dans n'importe quelle autre grande ville de l'hémisphère nord). Chouchou s'est dégoté un grand carnet d'aquarelle de la nouvelle collection Moleskine et un T-shirt Hard Rock Café à manches longues. Outre la moisson obligatoire de cartes postales et de magnets, j'ai rapporté quelques brols sympas pour la maison, une jolie jupe blanche Noa Noa, un gel douche citron-menthe De Tuinen, un pot de gommage au sel Lavande-Pomme Sabon, un Xème sweat zippé Hard Rock Café et une trousse en plastique rayée en vue de mon prochain séjour au Maroc.

- Fumer de l'herbe dans un café brun.
Chouchou ne fume pas. J'ai arrêté il y a trois ans. Je ne dis pas que je refuserais un petit joint une fois de temps en temps, mais pour moi, c'est un truc à faire peinard chez soi pendant une soirée entre amis. Et puis de toute façon, je n'ai jamais su rouler.

- Visiter le musée Van Gogh ou le Rijkmuseum.
Je suis réceptive à toutes les formes d'art, sauf la peinture à l'huile qui ne me parle pas du tout du tout. Chouchou aurait pourtant aimé aller au musée Van Gogh. Parce que c'était son anniversaire et que je voulais lui faire plaisir, je lui ai proposé dimanche matin de sacrifier une partie du programme prévu au profit de l'homme à l'oreille coupée. Il a décliné, moitié parce qu'il craignait de faire la queue pendant des heures sous la pluie, moitié parce qu'il avait confiance en moi quant au choix de nos activités. Je pense que l'expo Richard Avedon et la suée prise au Déco Sauna ne l'ont pas déçu.

samedi 25 avril 2009

Le cadeau, le cadeau!

Et le cadeau de Chouchou pour ses 39 ans est... un week-end en amoureux à Amsterdam! Compris: l'aller-retour en Thalys classe Hi-Life, deux nuits dans deux chambres différentes d'un mini-hôtel de charme avec baie vitrée donnant sur les canaux, et un programme sur mesure amoureusement concocté grâce à trois guides touristiques plus pas mal de recherches sur internet.

En vrac: shopping dans le Jordaan, et plus particulièrement dans le quartier des Neuf Rues réputé pour ses boutiques originales; visite du FOAM, le musée de la photographie local qui consacre en ce moment une exposition à Richard Avedon; déjeuner dans un des nombreux restos indonésiens de la ville et dîner du samedi au Hard Rock Café (il faut respecter les bonnes vieilles traditions); balade en péniche pour peu qu'il ne pleuve pas; hammam au Déco Sauna, un établissement mixte et paraît-il magnifique, à la déco récupérée dans l'ancien magasin du Bon Marché; montée en haut du clocher de la Westerkerk (à gauche sur la photo, et situé tout près de notre hôtel). Nous n'aurons pas le temps de visiter le musée Van Gogh, heureusement quel dommage!