vendredi 3 septembre 2021

[BREDA] Retour aux Pays-Bas




Avant la pandémie, nous allions régulièrement faire un tour aux Pays-Bas: souvent à Maastricht, parfois à Amsterdam, une fois à Rotterdam. Utrecht et Scheveningen traînent sur notre liste "à visiter" depuis des années; Leyde et Delft sont venues s'y ajouter récemment. Il y a deux semaines, au hasard de mes pérégrinations sur internet, je suis tombée sur un article concernant Breda, une jolie petite ville toute proche de la frontière belge. On se demandait justement quoi faire le week-end suivant, et il y avait seulement 1h30 de train depuis Bruxelles: ni une ni deux, on a réservé des billets pour un aller-retour dans la journée du samedi.  

Après un voyage sans incident (ni contrôle des pass sanitaires...), nous débarquons à Breda en fin de matinée et prenons à pied le chemin du centre-ville tout proche. Il fait très beau, et nous profitons de traverser un parc très agréable pour commencer à prendre des photos. Jusqu'à ce que Chouchou lance avec des trémolos d'inquiétude dans la voix: "Euh, il est 11h37". Message reçu: il est temps de mettre du carburant dans le moteur. J'ai repéré et indiqué sur une Google Maps plusieurs restos bien notés qui avaient l'air sympa. Le premier, situé dans une grande cour très calme à laquelle on accède par une des nombreuses galeries couvertes de la ville, a un menu qui ne me tente guère. Nous optons pour le suivant sur ma liste: le Blue Dog. C'est plutôt un bar qui fait aussi de la petite restauration, mais nous sommes très bien installés près d'une grande porte fenêtre ouverte qui nous permet de profiter du beau temps sans respirer la fumée de clope des gens installés sur la terrasse. Chouchou commande un hot dog vegan qu'il trouve très bon et moi un club sandwich à la truffe excessivement quelconque.






Etape suivante: la librairie-café Latte's and Literature, dont je décide immédiatement qu'elle deviendrait mon QG si j'habitais ici. D'abord, la boutique bien que pas immense est hyper cosy, le genre où je pourrais passer des heures à bouquiner avec une tasse de thé. Ensuite, la personne qui sélectionne les ouvrages (en anglais) doit être mon âme-soeur, parce qu'il n'y a que des romans que j'ai adorés ou que j'ai très envie de lire. D'ailleurs, je me laisse séduire par la belle couverture de deux d'entre eux, ainsi que par un jeu de société du petit rayon à côté de la porte. 




En repartant vers la longue enfilade de rues piétonnes qui traverse le centre historique, nous entrons dans un des parkings à vélo souterrains qui pullulent ici. Vision étrange pour une Française et un Belge, ils sont parfaitements banals dans ce pays très plat où tout est fait pour favoriser la circulation des deux roues. 




Une autre chose qui nous frappe lors de notre exploration, c'est la quantité et la beauté des fresques de street art dans les petites rues perpendiculaires à la fameuse enfilade (où on n'a malheureusement pas toujours le recul nécessaire pour les photographier). Et aussi le fait que très peu d'entre elles sont défigurées par de gros tags moches. Par contre, les Pays-Bas ont de toute évidence levé l'obligation du masque en intérieur comme en extérieur: nous sommes les seuls à en porter un chaque fois que nous entrons dans un commerce... Bien que ne connaissant pas la situation épidémiologique du pays, je suis assez perplexe. 






Nous tentons d'aller goûter chez Brownies and Downies, un salon de thé qui fait travailler des personnes atteintes de Trisomie 21. Belle idée, et aussi très belle salle avec ses murs carrelés de blanc et sa profusion de plantes vertes. Malheureusement, le menu ne me convient pas: tout est tellement riche et sucré que je ne pourrais rien avaler, et il n'y a même pas de thé glacé ou de limonade maison sur laquelle me rabattre en regardant Chouchou faire une overdose de chocolat. Nous nous excusons et partons. (Je n'hésite jamais à le faire, et oui, c'est assez surprenant de la part de quelqu'une qui n'ose entrer dans aucune boutique de petite taille si elle sait qu'elle n'y achètera rien.)




Nous goûterons finalement au Yoghurt Barn, où la terrasse est bondée mais la grande salle quasiment vide. Ici aussi, beaucoup de plantes vertes, et les tables sont largement espacées. Je commande un yaourt glacé avec du granola, des fraises fraîches et des morceaux de chocolat blanc en taille Medium; évidemment je cale avant la fin et c'est Chouchou qui le finit. Nous passons un long moment à regarder et traiter les photos prises jusque là tout en reposant nos pieds. Finalement, c'est ce que je préfère quand je voyage: glander dans un endroit sympa. 




En sortant, nous déambulons encore un peu et tombons sur l'ancien Béguinage, avec ses ravissants petits jardins carrés formant une mosaïque au centre de l'espace délimité par les bâtiments de brique brune. Dans l'un d'eux, une chaise d'enfant avec un dossier en forme de coeur. Dans le suivant, une dame qui doit habiter là bouquine en sirotant un verre de rouge. Je lui adresse un signe de tête respectueux au passage: voilà quelqu'une qui sait vivre!






La partie hautement photogénique de la ville est néanmoins assez limitée, et nous en avons déjà fait le tour. Estimant avoir bien marché et suffisamment profité, nous reprenons le train de 17h42 pour rentrer à Bruxelles. 





3 commentaires:

Laurence Genève a dit…

La dernière photo est trop géniale!!

ARMALITE a dit…

@LaurenceGenève: C'est grâce au gilet que m'avait brodé Funambuline pour un de mes anniversaires <3

nekonezumi a dit…

Si vous allez traîner vos guêtres à Utrecht, vous penserez à moi, qui ai hanté les couloirs de son conservatoire (et du ciné/bistrot d'à côté) pendant 3 ans :-)