jeudi 8 juillet 2021

"Esther Andersen" (Timothée de Fombelle/Irène Bonacina)


Tous les étés, un petit garçon prend le train seul pour aller passer les grandes vacances chez son oncle Angelo. Perché sur un vélo rouge qui commence tout juste à être à sa taille, il passe ses journées à explorer les villages voisins et la campagne alentour avant de rentrer fourbu pour écouter les histoires de son oncle et s'endormir au milieu du joyeux bric-à-brac accumulé par celui-ci. Un jour, alors qu'il s'est perdu, l’enfant est ébloui de déboucher sur l'océan dont il ignorait même la proximité. Pendant qu'il se baigne seul dans les vagues, il est témoin d'une apparition que, dès lors, il n'aura de cesse de retrouver...

Cet album au format imposant, à mi-chemin entre novella illustrée et bande dessinée, est un concentré de délicatesse et de nostalgie. Avec une grande économie de mots, Timothée de Fombelle conjure une délicieuse atmosphère estivale qui m'a instantanément catapultée 40 ans en arrière. Les longues journées chaudes et dépourvues d'obligations, la liberté enivrante de partir à l'aventure, les territoires nouveaux à explorer, la rassurante familiarité des lieux et des gens vus une seule fois par an et qui deviennent des repères essentiels, une deuxième vie saisonnière en marge de la "vraie vie" du reste de l'année, l'intensité des rencontres fugaces qui pourtant marqueront à jamais... Tout cela est magnifiquement illustré par Irène Bonacina, dont les dessins à la ligne tremblée, quelque peu désuète, rappellent le travail de Sempé et donnent à cette histoire le caractère intemporel qu'elle mérite. "Esther Andersen" est une vraie merveille à savourer d’urgence…. mais en prenant tout son temps.

1 commentaire:

Sylvie a dit…

Du même auteur "Tobie Lolness" est à mon goût le meilleur roman pour enfant/ado à mettre entre toutes les mains à tous les âges. A lire à voix haute à un enfant ou bien pour soi-même, c'est un incontournable.