mercredi 30 juin 2021

10 things I love Wednesday #44

 


1. "Raya et le dernier dragon". Chouchou a trouvé l'animation superbe; moi je suis un dinosaure qui regrette le temps où les dessins animés ressemblaient à des dessins animés plutôt qu'à des films. Mais l'univers est clairement inspiré de l'Asie, et ça fait du bien de voir un peu de diversité à l'écran. J'ai aimé la morale de l'histoire - l'union fait la force -, et l'héroïne badass ne croise pas l'ombre d'un prince charmant ou autre love interest masculin, youhou! Sur Disney+.

mardi 29 juin 2021

What I did in June 2021

 


Après les bouleversements des derniers mois, juin a été placé sous le signe du fun et de la sortie de zone de confort. J'étais complètement vaccinée contre le Covid; j'avais réglé tout le médical et l'administratif en suspens; les mesures sanitaires se levaient les unes après les autres et je me sentais d'humeur à profiter au maximum de ce retour à la normale - même si, entre la virulence du variant Delta et le plafonnement de la vaccination, je suis persuadée qu'on se tapera une reprise épidémique à la rentrée. Ne parlons mêmes pas des conclusions affolantes du rapport du GIEC: à défaut d'autre chose, cette pandémie m'aura au moins appris à vivre dans le présent.

dimanche 27 juin 2021

La semaine en bref #181

 


Lundi: 

Premier jour de l'été, premier moustique de l'année. C'est cohérent. 

Mardi:

 Au lieu de tout me facturer ensemble, la compagnie aérienne m'a prélevée séparément pour mon billet d'avion, celui de Chouchou, le supplément bagage et l'assurance. Quand j'ai vu quatre opérations avec le même intitulé sur mon relevé de carte Visa, un instant, j'ai eu peur. 

 Deuxième de mes copines qui m'annonce qu'elle a profité de la Summer Sale Son de Flor pour s'offrir un truc de chez eux. Je contribue à la propagation du cottage core et j'aime ça.

vendredi 25 juin 2021

Retour au Jardin des Hiboux (2/2)

 


Le spectacle terminé, la bénévole de tout à l'heure, qui s'appelle Aurélie, va chercher des rapaces à emmener en promenade. La première fois, j'avais eu le nez creux en jetant mon dévolu sur Guy le poids plume (ha ha). Cette fois, je me débrouille pour prendre l'oiseau le plus lourd de tous: Tabo, une vénérable femelle Grand Duc africain âgée de 22 ans qui affichait 720g à la pesée ce matin. Alors je sais, 720g, ça n'a l'air de rien. Mais quand vous devez les porter sur la tranche d'une main tenue bien à la verticale pour que les griffes aient une meilleure prise, en essayant de bouger le bras le moins possible alors même que vous marchez pendant un assez long moment... les crampes arrivent très vite! De son côté, Chouchou qui avait été déstabilisé par un milan joueur la première fois (Lan ne cessait de battre des ailes pour sentir le vent sous ses plumes; étant donnée son envergure, ça peut impressionner...) prend en charge une adorable petite mamie hulotte de 25 ans appelée Bossy. Elle a le regard fatigué et on a juste envie de lui faire un câlin - mais bien entendu, il est interdit de toucher les oiseaux pour ne pas les stresser. On les tient, c'est tout, et je vis déjà ça comme un immense bonheur. 

jeudi 24 juin 2021

Retour au Jardin des Hiboux (1/2)

 


En août dernier, nous nous étions rendus au Jardin des Hiboux pour une journée d'initiation à la fauconnerie. J'en rêvais depuis des années et, après un premier confinement très difficile pour moi et un été plein de tensions dans mon couple, ça avait été un moment merveilleux, un éblouissement à partir duquel j'ai commencé à remonter la pente du gouffre dans lequel je m'étais laissée tomber. Eperdue de reconnaissance, j'avais immédiatement envoyé des sous pour parrainer deux des oiseaux en mon nom et celui de Chouchou, ce qui nous donnait le droit de revenir plus tard pour passer une demi-journée privilégiée avec nos filleuls. Mais la pandémie s'attardant, le Jardin des Hiboux est resté longtemps fermé au public. J'ai repris contact avec eux le mois dernier et appris qu'ils n'organiseraient pas de demi-journée parrains avant septembre, ce qui me paraissait très loin; alors à la place, ils nous ont proposé de nous greffer sur une après-midi VIP reprenant certaines des activités qu'on avait faites pendant l'atelier de fauconnerie. Moi, je voulais juste revoir les oiseaux, alors j'ai dit banco. 

mercredi 23 juin 2021

10 things I love Wednesday #43

 


1. "Le dragon génie", sympathique dessin animé produit par Jackie Chan. Un jeune livreur de soupes aux raviolis s'efforce de retrouver son amie d'enfance devenue une star quand un jour, il entre en possession d'une lampe contenant... Je vous le donne en mille... Oui: un dragon génie. C'est drôle, pas prise de tête et absolument tous publics. 

dimanche 20 juin 2021

La semaine en bref #180

 


Lundi:

Arrivée du fameux body Martha de Make my Lemonade commandé en avril. Je le trouve méga inconfortable avec ses bandeaux croisés qui me barrent la poitrine (bien que la taille soit correcte). Si je l'avais essayé en magasin, je ne l'aurais jamais acheté. Ca m'apprendra à céder aux sirènes de la hype!

 Je décide donc de le renvoyer. Bien entendu, les frais de port en colis international suivi restent à ma charge: 9,50€ à l'aller depuis la France, 16,40€ pour le retour. La poste belge pratique des tarifs inversement proportionnels à la qualité de son service. Et cet achat foireux m'aura coûté presque la moitié du prix de l'article. Je suis dans une période de mauvais mojo avec la VPC, pfff. 

mercredi 16 juin 2021

10 things I love Wednesday #42



 

1. La machine à écrire Lego. Presque plus vraie que nature, et disponible le 1er juillet. Vais-je me laisser tenter?

mardi 15 juin 2021

Un week-end au domaine des grottes de Han




Je ne suis pas du tout fan du concept de spéléologie. Sans être particulièrement claustrophobe (les ascenseurs même minuscules ne me posent aucun problème), l'idée de me trouver sous terre avec des tonnes de pierre au-dessus de la tête me glace presque autant que celle de me trouver au fond de l'eau et de dépendre d'une bouteille d'air pour ma survie. Mais puisque j'ai réussi à me faire violence pour passer mon brevet de plongée il y a fort fort longtemps, je me suis dit qu'en cette période de sortie de zone de confort, je réussirais bien à me faire violence pour visiter une des merveilles naturelles les plus célèbres de Belgique: les grottes de Han. Même si, pour être honnête, j'étais surtout attirée par les animaux du parc attenant!

dimanche 13 juin 2021

La semaine en bref #179

 


Lundi:

 C'est le deuxième aeschynanthus qui dépérit dans mon salon. J'avais dû trop arroser le premier, mais là, je pense que c'est juste l'endroit qui ne convient pas à cette espèce. Je n'en prendrai pas de troisième. 

Mardi:

Entre le plaisir énorme que me procure ma trad actuelle (BURN PATRIARCHY BURN) et l'excellent retour que je viens de recevoir sur la précédente, ça faisait des années que mon boulot n'avait pas été une telle source de satisfaction et que je ne m'étais pas sentie aussi zen vis-à-vis de la suite. 

jeudi 10 juin 2021

Où je surmonte ma phobie sociale pour une bonne cause

 


Depuis des années, l'association Plateforme Citoyenne (également connue sur les réseaux sociaux sous le nom de Bxl Refugees) effectue un travail remarquable dans l’accueil des réfugiés - une cause à laquelle je suis très sensible. Et depuis des années, j’ai envie de faire du bénévolat chez eux sans réussir à me lancer. Les rapports humains, c’est vraiment pas mon fort, et le travail de groupe non plus. Alors, après avoir envisagé de donner des cours de français et renoncé presque aussi vite, je me suis contentée de faire des dons matériels: des petites courses pour les collectes qu'ils organisent chaque mois à la sortie des supermarchés Delhaize, deux sacs à dos qui dormaient inutilisés au fond d'un placard, notre ancienne machine à laver, quelques meubles dont on n’avait plus besoin... Mais il me restait la frustration de ne pas m’impliquer plus personnellement. 

mercredi 9 juin 2021

10 things I love Wednesday #41

 


1. "L'abominable innommable grimoire" de Carine M. et Elian Blak'Mor. J'avais raté le financement participatif, et je suis ravie d'avoir pu me rattraper en direct sur leur site, car c'est vraiment un ouvrage magnifique! Un de ces quatre, il fera sûrement une apparition dans un shooting avec mon chapeau de sorcière. 

dimanche 6 juin 2021

La semaine en bref #178

 


Lundi:

 Mon 5ème test PCR est le plus douloureux de tous; j'espère vraiment que ce sera le dernier! (Par chance, la dame ne m'a ravagé qu'une seule narine et je peux toujours respirer du côté gauche. Petites bénédictions, tout ça tout ça.)

Ces deux semaines de repos m'ont fait beaucoup de bien; c'est gonflée à bloc que j'attaque la traduction d'un roman jeunesse décrit comme "un croisement entre La servante écarlate et Pacific Rim". Tout un programme. 

 Chouchou est triste et choqué d'apprendre la mort d'une adorable modèle qu'il avait photographiée plusieurs fois et avec qui il échangeait encore hier sur les réseaux sociaux. La dépression, cette saloperie qui fait basculer des vies en un clin d'oeil. 

vendredi 4 juin 2021

Appartenir

 


La semaine dernière, nous avons regardé le dernier épisode de la saison 5 de "This is us", et comme souvent devant cette série, mon coeur s'est serré. Me voyant le regard dans le vide après le générique de fin, Chouchou m'a demandé à quoi je pensais, et j'ai un peu peiné à m'expliquer. 

On peut trouver ça étrange de la part de quelqu'une qui n'a jamais voulu d'enfants, mais je suis hyper attachée au concept de famille. Comme j'ai refusé d'en créer une, la seule possible pour moi c'est la famille dont je viens. Or mon père est mort depuis bientôt 9 ans; je m'entends mal avec ma mère, et ma soeur, mon beau-frère et leurs enfants forment leur propre cellule dans laquelle je n'ai qu'une place périphérique. C'est tout à fait normal et compréhensible; je l'accepte intellectuellement, mais ça ne m'empêche pas d'en souffrir. Il me semble que je n'appartiens plus à rien, que je n'ai plus de place nulle part. 

jeudi 3 juin 2021

"Ressac" (Diglee)


Maureen Wingrove alias Diglee est surtout connue pour ses bédés dont le style graphique rappelle très fort celui de Margaux Motin, ses livres jeunesse et son engagement féministe. Je me souviens qu'il y a quelques années, elle avait bataillé ferme contre un éditeur avec lequel j'ai cessé de travailler récemment, et qui lui demandait avec les arguments fumeux qu'on imagine de "mincir" pour son illustration de couverture une héroïne de roman explicitement grosse. Un affrontement qui lui avait valu tout mon respect. 

"Ressac" est le récit autobiographique de la courte retraite que Maureen fit en février 2020 dans une abbaye bretonne. A ce moment-là, son beau-père adoré, qui souffre d'un trouble bipolaire non-traité, vient d'avoir un très grave accident de voiture, et elle-même se pose beaucoup de questions sur son couple. Face à la mer, elle fait le point pendant 5 jours dont elle émerge transformée. 

mercredi 2 juin 2021

10 things I love Wednesday #40

 


1. "Friends: The Reunion": la dernière fois que j'ai regardé l'intégrale de "Friends", il y a... presque 10 ans, j'ai trouvé que certaines choses vieillissaient mal. Mais ça reste une série culte, qui a marqué toute une génération et au-delà. Les retrouvailles des acteurs sont émouvantes, et j'ai eu vraiment plaisir à revoir certaines scènes (comme celle du divan dans l'escalier, à laquelle je pense à chaque déménagement).

2. Cette bague en cuivre ornée de deux quartz diamants et d'une tourmaline rose, à la fois ravissante et originale. En fait, je kiffe tout ce que vend la boutique Volucelle. 

3. Ce si joli poème de Colline Pierré qui devrait parler à tous les parents de jeunes enfants, et plus généralement à tous les gens au bout de leur vie de devoir jongler avec tant de trucs depuis le début de la pandémie. 

4. "Where are the consequences for all the men of Hollywood accused of sexual assault?". Surprise (non): à de rares exceptions près, la carrière de ces hommes n'a PAS été détruite par les allégations portées contre eux par de méchantes femmes juste avides d'argent et de gloire. (en anglais)

5. Cette bougie à la délicieuse odeur de clémentines, pas désagréable à regarder non plus. Dans la même gamme, je serais curieuse de sentir celle au chocolat!

6. "The one hundred years of Lenni and Margot": Lenni a 17 ans et souffre d'une maladie terminale; Margot a 83 ans et attend une opération du coeur. Elles se rencontrent au cours de peinture de l'hôpital, deviennent instantanément amies et décident de se lancer dans un grand projet: illustrer un souvenir pour chaque année de leur siècle de vie cumulé... Si vous aimez le feel-good lacrymal, vous ne devriez pas être déçu.e. (en anglais)

7. Les masques de nuit de La Cerise sur le Gâteau. J'en ai d'autres beaucoup plus beaux ou plus rigolos, mais qui m'irritent épouvantablement si je les porte plusieurs heures d'affilée. Celui-ci est le seul que je peux garder toute la nuit sans me réveiller les yeux explosés. 

8. "La baleine bibliothèque": jamais je n'aurais imaginé une collaboration entre Zidrou et Judith Vanistendael, a fortiori sur un conte tragico-poétique tel que celui-ci. Mais c'est vraiment un très bel album, que je me ferai dédicacer cet après-midi à la librairie Flagey.

9. Les kiwis jaunes. Chaque fois que je séjourne chez ma soeur, je repars avec une nouvelle manie alimentaire. L'an dernier, c'était le pain de mie sans croûtes dont je m'étais toujours moquée jusque là. Cette année, ce sont les kiwis jaunes, moins poilus et surtout moins acides que les verts. Super pour moi qui dois toujours me forcer à manger des fruits autres que les cerises et les abricots.

10. Les Paradise Shine Eye Sequins de la marque végane Dear Dahlia. Je n'ai pas acheté de maquillage depuis des années, mais là, j'avoue, je suis hyper tentée par ce fard à paupières crème pailleté. Surtout par la teinte n°3, Goddess. 


mardi 1 juin 2021

What I did in May 2021

 


Après le grand huit émotionnel de fin avril, le début du mois de mai a été marqué par plusieurs nouvelles galvanisantes. J'ai déjà évoqué le soulagement immense que m'avait apporté mon diagnostic d'autisme. J'ajouterai que professionnellement, ma décision de cesser de collaborer avec un de mes clients historiques s'est avérée plus que positive. Les raisons dont je craignais qu'elles me fassent blacklister dans le milieu ont au contraire suscité la sympathie de beaucoup de mes contacts, et jamais on ne m'a offert autant d'opportunités. D'ici la fin de l'année, j'aurai peut-être ajouté à mon CV deux maisons dont j'adore les choix éditoriaux, et qui pratiquent des tarifs bien plus élevés que ceux de mon ex-client. Je croise les doigts pour que ça se concrétise, mais au minimum, c'est excellent pour mon anxiété de constater qu'une prise de risque n'entraîne pas nécessairement une catastrophe, bien au contraire.