dimanche 9 mai 2021

La semaine en bref #174

 


Lundi:

 Je viens de regarder le premier épisode de "LOL Qui rit sort", et je devrais pouvoir m'enrichir très facilement en faisant zéro effort pour ne pas rire à des trucs que je ne trouve absolument pas drôles. Si quelqu'un veut avancer mon nom pour la saison 2, ne vous privez pas. 

Comment ça, l'argent va à des associations? Pas grave, j'en trouverai bien une dont la raison sociale est de cramer le patriarcat. On peut acheter combien de lance-flammes avec 50 000€? (Selon les tarifs de CDiscount, plus de 5 000, mais on ne va pouvoir cramer que de très petits mascus). 

Mardi:

 Entre avant-hier et aujourd'hui, le prix des billets d'avion Toulouse-Bruxelles a quintuplé pour la journée du mardi 25 mai. Et de toute façon, impossible de faire un test PCR le samedi après-midi ou le dimanche, m'informe ma soeur. Je vais donc être obligée d'écourter légèrement mon séjour en famille. 

 Le livreur Picard est en retard et j'ai faim; mon crétin d'ex a tellement serré les vis de mon abattant de toilettes que je ne parviens pas à retirer la seconde pour le remplacer; l'éditeur qui me doit des sous depuis fin février vient enfin de me répondre avec une excuse en bois et une date de règlement des plus vagues. Y'a des jours comme ça - de véritables aimants à petites contrariétés.

Mercredi:

 En revenant de chez C*ridys, je fais halte à Toulon le temps de recharger ma carte Zou... ah ben non, car dans le cadre de la lutte contre le Covid, le service clients de la SNCF ferme à 15h en ce moment (confirmant l'hypothèse gouvernementale que ce virus devient plus actif au fur et à mesure que la journée avance). Quant à l'automate, il refuse de me vendre ce dont j'ai besoin. Bon, je tenterai ma chance avec l'app, mais vu comme elle est mal foutue, je ne retiens pas mon souffle. 

 J'en profite pour déposer un colis au point Mondial Relay le plus proche (ma fleuriste débordée par les paquets a encore interrompu ses services jusqu'au 1er juin), m'acheter une brioche aux pralines roses à la boulangerie de la rue Peiresc et retrouver Kiki dans la salle d'attente en plein air où nous sommes encadrées par un groupe d'ivrognes et une bande de jeunes bruyants. Vivement la réouverture des terrasses. 

Jeudi:

 Après une semaine de messages tous azimuts pour tenter de joindre le service clients de Linen Naive au sujet de la robe commandée le 1er avril pour laquelle je n'ai même pas eu d'avis d'expédition, quelqu'un me répond: "C'est normal, on n'avait pas le tissu, on vient juste de le recevoir". J'aurais apprécié d'être prévenue. 

Vendredi:

 Une journée où j'ai réussi à caser le mot "voussure" dans une trad ne peut pas être une journée complètement perdue. Prochain défi: "ratiociner" ou "exégèse". 

Samedi:

 Parution dans Libé d'une tribune contre les violences sexistes dans l'édition. Une centaine de signataires, toutes femmes travaillant dans ce secteur - dont Bibi. 

 Après avoir testé à peu près tous les shampoings du monde, je suis perplexe de rapporter qu'hormis le function of beauty personnalisé qui coûte un rein, celui qui laisse mes cheveux les plus beaux, c'est le bête L'Oréal Color Vive à 3€ le flacon en supermarché.

Dimanche:

★ J'ai beaucoup, beaucoup peiné sur le début de la relecture du Monstre Ingrat. Mais là, ça commence à aller mieux. Je trouve même que je ne m'en suis pas si mal sortie vu les contraintes ébouriffantes. J'ai quand même très, très hâte de le rendre (et pas du tout de récupérer les corrections suggérées par l'éditrice).

 Je suis la première à le déplorer, mais le 3ème tome de "Broadway Limited" m'ennuie prodigieusement. Je me mélange entre ces trop nombreux personnages de starlettes impossibles à distinguer les unes des autres; l'histoire piétine sur près de 700 pages et... ce n'est même pas le dernier tome?

 En revanche, le tome 7 du "Bateau de Thésée": sitôt reçu, sitôt dévoré et adoré. La qualité de ce fantastique thriller ne faiblit décidément pas, et je trépigne de devoir attendre 2 mois de plus pour chacun des 3 derniers tomes. 


3 commentaires:

Karine a dit…

C'est quoi une salle d'attente en plein air ? Vu la description, j'imagine que tu n'attends pas pour aller chez le dentiste ;-)

ARMALITE a dit…

@Karine: Ce sont des tables et des sièges sous un auvent devant la gare de Toulon. Mais ma formulation n'était pas claire j'avoue.

Morgan a dit…

Ravie de te savoir parmi les lectrices du Bateau de Thésée :)