vendredi 2 octobre 2020

[LECTURE] Les sorties d'octobre que j'attends avec impatience


En ce mois d'octobre, ces nouveautés qui me font envie sont si nombreuses que j'ai dû effectuer un tri pour ne pas me retrouver avec un billet-fleuve que personne n'aurait lu. 




7 ans déjà depuis la parution de la précédente bédé autobiographique de Margaux Motin! Je commençais à désespérer de lire la suite un jour. La bonne nouvelle, c'est que le tome 2 devrait suivre beaucoup plus rapidement. 




Le tome 1 de cette bédé a priori destinée aux enfants traitait d'angoisse avec tant d'intelligence émotionnelle qu'il a beaucoup parlé même à une adulte comme moi. Pour ne rien gâcher, les dessins sont magnifiques. 




Suite et fin de l'ébouriffante duologie de fantasy écrite par une jeune autrice française. Vous pouvez lire ici tout le bien que j'ai pensé du tome 1. 




Le nouveau roman de Mélanie Guyard, à qui l'on doit le très beau "Les âmes silencieuses" paru l'an dernier.
Charente-Maritime, quelques jours avant Noël. Le cœur de Mathieu, douze ans, n'est pas à la fête. Incapable de supporter leur domicile et la présence de la famille après la mort de son mari, sa mère a décidé de se réfugier dans leur maison de vacances sur l'île d'Oléron. Tous deux s'y retrouvent pour une semaine, face à l'océan sous l'hiver, entre culpabilité et deuil. Dans l'espoir d'endormir sa peine et son incompréhension du monde des adultes, Mathieu s'échappe de la maison dès qu'il le peut et rencontre Corentin, un garçon de son âge. Jour après jour, les deux garçons explorent la plage, les blockhaus en décrépitude et les limites de leur courage. Mais bientôt Corentin pousse Mathieu à des expériences plus extrêmes et le ciel se fait de plus en plus noir. Tandis qu'une tempête sans précédent approche des côtes françaises, une autre monte en lui, bien décidée à balayer son enfance. Et comment peut-on affronter l'obscurité, quand on a douze ans? 




Le premier roman de Stuart Turton, "Les sept morts d'Evelyn Hardcastle", fut mon coup de coeur absolu de 2018. C'est dire si j'ai hâte de me jeter sur le second, qui promet de me faire tout autant fumer les méninges...
It's 1634 and Samuel Pipps, the world's greatest detective, is being transported from the Dutch East Indies to Amsterdam, where he is facing trial and execution for a crime he may, or may not, have committed. Travelling with him is his loyal bodyguard, Arent Hayes, who is determined to prove his friend innocent, while also on board are Sara Wessel, a noble woman with a secret, and her husband, the governor general of Batavia. But no sooner is their ship out to sea than devilry begins to blight the voyage. A strange symbol appears on the sail. A dead leper stalks the decks. Livestock are slaughtered in the night. And then the passengers hear a terrible voice whispering to them in the darkness, promising them three unholy miracles. First: an impossible pursuit. Second: an impossible theft. Third: an impossible murder. Could a demon be responsible for their misfortunes? With Pipps imprisoned, only Arent and Sara can solve a mystery that stretches back into their past and now threatens to sink the ship, killing everybody on board…




Après avoir adoré la géniale duologie "Vicious" et "Vengeful", je suis curieuse de voir comment l'autrice va traiter le sujet de la fille que tout le monde oublie. Il y a quelques années, Claire North l'avait déjà utilisé comme prétexte pour dresser une critique virulente des réseaux sociaux et des app de quantified self, mais V.E. Schwab a décidé de raconter une tout autre histoire, et c'est tant mieux!
When Addie La Rue makes a pact with the devil, she trades her soul for immortality. But there's always a price - the devil takes away her place in the world, cursing her to be forgotten by everyone. Addie flees her tiny home town in 18th-Century France, beginning a journey that takes her across the world, learning to live a life where no one remembers her and everything she owns is lost and broken. Existing only as a muse for artists throughout history, she learns to fall in love anew every single day. Her only companion on this journey is her dark devil with hypnotic green eyes, who visits her each year on the anniversary of their deal. Alone in the world, Addie has no choice but to confront him, to understand him, maybe to beat him. Until one day, in a second hand bookshop in Manhattan, Addie meets someone who remembers her. Suddenly thrust back into a real, normal life, Addie realises she can't escape her fate forever.




Après le succès phénoménal de ses trois premiers livres rassemblant des portraits intimes de New Yorkais, Brandon Stanton a parcouru le monde avec son talent de conteur en bandoulière afin de récolter d'autres histoires dans plus de 40 pays. Son regard d'une bienveillance désarmante est de ceux qui redonnent foi dans l'humanité. Par les temps qui courent, un cadeau précieux à faire ou à se faire. 

6 commentaires:

Allie a dit…

La ville sans vent ! Et Nevermoor, enfin ! (et qui ne veut pas d'un billet-fleuve, voyons !)

ARMALITE a dit…

@Allie: J'ai sur ma liste plusieurs tomes 3 de séries en anglais, mais j'ai pensé que ça intéresserait trop peu de monde donc ils ont été les premières victimes supprimées de mon billet!

Lauriane a dit…

Moi aussi je veux bien d'un billet fleuve ;-)

Anonyme a dit…

Billet fleuve please - bien sûr que ça nous intéresse !

Méghane a dit…

As-tu lu le manga "Bride stories" ? Cela se déroule en Asie centrale, le genre oscille entre la tranche de vie et le documentaire historique, et surtout, c'est superbement dessiné.

Après avoir lu ta note sur "La république du bonheur" et celle de "La papeterie Tsubaki" (qui n'existent pas encore en format poche, snif), j'ai acheté "Le restaurant de l'amour retrouvé". J'attends maintenant avec impatience que ses romans plus récents sortent en poche, ou qu'ils soient dispos à la bibliothèque !

Pimprenelle a dit…

Une petite interview de Margaux Motin sur sa nouvelle bd... curieuse de la lire !
https://age-bd.com/2020/10/15/interview-margaux-motin-ce-nest-pas-si-facile-de-se-moquer-de-soi-meme/