mercredi 30 septembre 2020

10 things I love Wednesday #5

 


1. La bédé "Malgré tout". Je l'attendais depuis plus d'un an, et je n'ai pas été déçue. Drôle et tendre, cette délicieuse romance à rebours prouve que Jordi Lafèbre n'est pas seulement un merveilleux dessinateur au trait plein de sensibilité, mais aussi un excellent scénariste capable de peaufiner la mécanique d'une histoire jusque dans les moindres détails. L'album idéal à savourer par un après-midi pluvieux.

mardi 29 septembre 2020

Les conversations absurdes #92

 

MOI: On devrait manger plus de poisson. Qu'est-ce qu'on pourrait se faire à part notre sempiternel saumon? Je sais que le maquereau est conseillé pour toi mais je déteste ça. 

CHOUCHOU: De la truite?

MOI: Ah oui, j'adore! Mon père en pêchait plein quand j'étais gosse; on en mangeait pendant toutes les vacances. Par contre, on n'a pas de poêle assez grande. 

CHOUCHOU: Je ne fais pas la truite à la poêle. 

MOI, vaguement inquiète: Mais tu la fais comment alors? Au four?

CHOUCHOU: Au court-bouillon.

MOI, à une fréquence essentiellement audible des chauve-souris: QUOIIIIIIIIIII? 

MOI, très agitée: Mais enfin, la truite, il faut la faire à la poêle, avec le beurre qui noircit un peu dessous et la peau qui accroche à la fin...

CHOUCHOU, imperturbable: Ah non, ça c'est le mode de cuisson de la sole, qui est un poisson de pauvre.

MOI: Un poisson de pauvre? C'est une blague? On n'en mangeait jamais chez moi parce que c'était trop cher! 

CHOUCHOU: Oui, mais c'est parce que la sole est un poisson de sable.

MOI: Et alors?

CHOUCHOU: Et alors, en Belgique dans les années 70, c'était très bon marché: y'en a plein la mer du Nord. Tandis qu'en Méditerranée, vous n'avez que des cailloux dans le fond; donc forcément, la sole doit venir de loin, et ça fait augmenter son prix. 

MOI, au bord de l'apoplexie: COMMENT CA, ON N'A PAS DE SABLE DANS LA MEDITERRANEE?

MOI: Sérieusement, tu as attendu qu'on soit ensemble depuis 14 ans pour m'annoncer un soir à minuit et demie que tu prépares la truite au court-bouillon et qu'il n'y a pas de sable dans la Méditerranée?

MOI: Tu te rends compte que si tu avais essayé de me séduire en me cuisinant du poisson plutôt qu'un risotto aux pleurotes, aujourd'hui on serait en couple avec d'autres gens? 


lundi 28 septembre 2020

La semaine en bref #142

 


Lundi:

Pour bien commencer la semaine: je tente de m'inscrire à un cours d'aerial yoga dans une nouvelle salle. Non seulement leur site refuse de valider mon achat sans m'expliquer pourquoi, mais je me rends compte qu'il a stocké toutes mes données, dont celles de ma carte bancaire, sans me demander la permission (ce qui est illégal). Et que je ne peux pas supprimer mon compte moi-même. Je suis furieuse. 

dimanche 27 septembre 2020

[CONCOURS] Bulles à flotter: la gagnante!



 

Félicitations à la gagnante! 

Envoie-moi ton adresse postale à leroseetlenoir@hotmail.com afin que je puisse te faire parvenir le bon valable un an qui te permettra de réserver ta séance.

Quant à celles qui n'ont pas été chanceuses cette fois: je publierai un autre concours très prochainement. 


"L'anomalie" (Hervé Le Tellier)


Cette année, j'ai vraiment lu BEAUCOUP des romans les plus mis en avant pour la rentrée littéraire, et j'ai aimé voire adoré la plupart d'entre eux. Ca faisait longtemps que je n'avais pas enchaîné autant de livres à 4 ou 5 étoiles sur GoodReads! Alors que je pensais en avoir fini avec les candidats aux prix littéraires, j'ai fini par craquer pour "L'anomalie", dont l'auteur m'était totalement inconnu malgré une carrière très prolifique mais dont j'avais vu passer des dizaines de critiques toutes plus enthousiastes les unes que les autres. Beaucoup d'entre elles insistaient sur le fait qu'on profitait mieux de l'histoire si on l'abordait en sachant le moins de choses possible, et après lecture, je suis assez d'accord. Difficile dans ce cas de donner envie avec une critique, mais je vais quand même m'y essayer. 

samedi 26 septembre 2020

Spirale #2

 

Source

Depuis des années, j'avais follement envie de m'essayer à la céramique sans trouver de formule qui me convienne. Les cours du soir à l'année, ce n'est pas tellement possible quand on vit à cheval sur deux pays. Mais récemment, à la faveur d'un concours sur Instagram, j'ai découvert l'existence d'un studio bruxellois qui proposait des ateliers soit en soirée, soit par demi-journée, soit sur deux jours. Je me suis inscrite pour le premier week-end en couinant d'excitation. 

vendredi 25 septembre 2020

Une nuit dans la chambre des morses, au Full Moon Lodge de Pairi Daiza #2

 


Nous faisons encore un tour dans le parc avant la fermeture. Puis nous nous rendons à l'Izba, le grand restaurant de la Terre du Froid, où nous avons réservé pour dîner à 18h30. Nous avons déjà mangé là lors de notre visite précédente, et je ne garde pas un souvenir impérissable de leur buffet habituel. Je suis donc ravie de découvrir que nous aurons droit à un repas entrée/plat/dessert servi à table, et encore plus ravie de parcourir le menu très alléchant. Covid oblige, les groupes de convives sont très éloignés les uns des autres, ce qui nous permet de converser sans être embêtés par la proximité de nos voisins. Je me régale d'un oeuf parfait qui porte bien son nom, d'une côte de veau très joliment présentée et d'un délicieux ananas caramélisé à la glace au fromage blanc. L'atmosphère est calme mais agréable, et nous passons un très bon moment. 

jeudi 24 septembre 2020

Une nuit dans la chambre des morses, au Full Moon Lodge de Pairi Daiza #1

 


Depuis que je m'y suis rendue pour la première fois en 2016 avec ma famille, Pairi Daiza est l'un de mes endroits préférés en Belgique. Non seulement cet immense parc animalier, élu Meilleur Zoo d'Europe en 2019 et 2020, propose des décors d'une beauté et d'un réalisme ahurissants, mais il prend une part active à la préservation des espèces qu'il abrite. Son programme de reproduction des pandas a vu la naissance d'un petit mâle à l'été 2016 et de jumeaux à l'été 2019; à travers la Fondation Pairi Daiza, il oeuvre également pour la reconstruction de l'habitat naturel dévasté des orangs-outans à Bornéo. Et ce ne sont que deux exemples parmi beaucoup d'autres. 

mercredi 23 septembre 2020

10 things I love Wednesday #4

 


1. Le Full Moon Lodge à Pairi Daiza. J'y suis en ce moment, et je vous ferai un compte-rendu illustré le plus vite possible après mon retour. Attendez-vous à un billet dithyrambique. 

2. Les yaourts corps de The Body Shop. J'adore leur texture ultra fraîche qui pénètre très vite. Après avoir terminé un pot de "Juicy Pear" qui sentait délicieusement bon et découvert qu'il s'agissait d'une édition limitée plus disponible, j'ai opté pour le "Zesty Lemon" - soldé à 7€ au lieu de 10, probablement parce qu'il va bientôt disparaître lui aussi.

3. L'atelier en ligne de peinture abstraite de Tracy Verdugo. J'ai très envie de tester ce style plus ludique que les portraits semi-réalistes que je tente de faire depuis quelques mois. Du coup, j'ai profité d'une belle promo pour m'inscrire.

4. "99 Things I Love to Eat Journal". Je ne remplis jamais ce genre de journal, mais je m'intéresse beaucoup à l'illustration alimentaire, et j'adore le travail aux crayons de couleur un peu naïf d'Annelies Yena Foesenek.

5. Les gobelets en porcelaine d'helen b. Je raffole des petites nanas insolentes et des couples (pas seulement hétéros) über cute de cette créatrice gantoise. Au fil des ans, je lui ai aussi acheté un plateau, des planchettes, des blocs-notes, des autocollants en vinyle... Je suis juste fan de son univers.

6. Le nouvel escape game Harry Potter à Louvain. Refroidis par plusieurs mauvaises expériences, nous avons plus ou moins arrêté les escape games depuis deux ans. Mais j'avoue que je me laisserais bien tenter par cette salle, d'autant qu'il est possible de la faire à 2 joueurs seulement. 

7. "Non, le stress n'est pas un déclencheur du cancer." Un article hyper intéressant (en français, de surcroît!) qui réfute une croyance bien ancrée. Pour résumer: apparemment, on a une fois de plus confondu corrélation et causalité. C'est bon à savoir. 

8. Les petits strips tendres et réconfortants de Shitty Watercolour, qui mettent en scène un jeune garçon anxieux et son chat pétri de sagesse. (en anglais)

9. Les sublimes washi tapes originaux de London Gifties. En plus, la dame qui gère cette boutique en ligne offre un service client impeccable, et elle nourrit les écureuils dans son jardin (comme on peut le voir dans ses stories Instagram).

10. "L’anomalie" d'Hervé Le Tellier. Je n'avais encore jamais entendu parler de cet auteur à la bibliographie pourtant foisonnante, mais après avoir lu moult critiques qui louaient la folle originalité de son dernier roman, je me suis laissée tenter et... pour l'instant, je ne le regrette pas. 


lundi 21 septembre 2020

Où nous testons les bulles à flotter (avec un CONCOURS à la fin!)

 


Pendant le confinement, une amie qui souffre aussi de troubles anxieux m'avait confié que le seul truc qui l'apaisait vraiment, c'était les caisson de flottaison. J'avais déjà testé un bassin d'eau hyper-salée aux thermes de Cologne et trouvé ça plutôt agréable en dépit des inconnus tout nus qui marinaient à côté de moi. Donc, je me suis dit que ça valait la peine d'essayer dans de meilleures conditions. Je n'avais qu'une petite crainte: avoir l'impression d'étouffer dans un caisson fermé et plongé dans le noir, moi qui ne sais dormir qu'avec les volets ouverts et surtout pas de rideaux tirés. La curiosité l'emportant, j'ai tout de même réservé une double séance pour Chouchou et moi au centre Les Bulles à Flotter de Bruxelles. 

dimanche 20 septembre 2020

La semaine en bref #141

 


Lundi:

Retour de la canicule et arrivée de la seconde vague de Covid-19 en France: je tente de reconstituer de mémoire la chorégraphie de "Thriller" en culotte dans mon salon. La dignité, à ce stade, pourquoi faire?

 La bonne nouvelle, c'est que nous avons trouvé un nouveau cours d'aerial yoga vraiment bien, très physique mais sans gros risque de blessures. La mauvaise nouvelle, c'est que les hamacs, donc les gens, sont entassés les uns sur les autres. Du coup, impossible de voler réellement, et surtout... bonjour le risque de contamination vu que les masques ne sont pas obligatoires dans cette petite salle peu ventilée. Sans parler de l'absence de chaussettes de tout le monde à part nous, et des aisselles découvertes de certaines participantes. Pas étonnant que les hamacs (qu'on replie et qu'on range directement dans un sac à la fin de la séance, oui oui...) aient une odeur de vieux drap moisi.

jeudi 17 septembre 2020

Les conversations absurdes #91

 

CHOUCHOU, juste après avoir éteint la lumière un soir de résurgence de canicule: Je peux ouvrir la fenêtre tout de suite, ou je dois attendre que les moustiques collés à la vitre se découragent et qu'ils partent voir ailleurs?

MOI, intraitable: La réponse B, Jean-Pierre. 

CHOUCHOU, gentiment moqueur: Tends l'oreille, ils sont en train de discuter entre eux pour savoir si ça vaut le coup d'attendre. "Encore cinq minutes max et on se casse!"

MOI: Parce que tu es bilingue moustique, maintenant?

CHOUCHOU: Tout à fait. Pourquoi crois-tu que c'est toujours toi qu'ils piquent et jamais moi? C'est parce que je leur dis: "Bzzz bzt bzzzz bzbzzt".

MOI: Je SAVAIS qu'il y avait un truc. 


mercredi 16 septembre 2020

10 things I love Wednesday #3




1. Le bar de l'hôtel Radisson Red, à proximité de la place du Luxembourg. Super confortable, climatisé pas trop fort, presque désert l'après-midi: l'endroit idéal où bosser tranquille un jour de canicule.

dimanche 13 septembre 2020

La semaine en bref #140

 


Lundi:

Flûte, j'ai repris tout le poids perdu pendant le confinement. En même temps, vu la fréquence à laquelle on commande chez le traiteur et où je mange dehors depuis quelques semaines, je peux difficilement m'en étonner. 

 Ma joie est d'autant plus grande quand Facebook me balance une pub pour un studio bruxellois qui propose, entre autres choses, des cours d'aerial yoga. Ca tombe bien: Chouchou et moi avions tous les deux envie de nous y remettre sans pour autant vouloir retourner à notre ancienne salle. 

jeudi 10 septembre 2020

Où mes sous ne viendront pas à moi si je ne vais pas les chercher




Ce billet n'aura d'intérêt que pour mes lecteur.ice.s artistes-auteurs - ou éventuellement free lance dans un autre secteur. Il s'agit d'une anecdote personnelle illustrant à merveille un principe que je ne me lasserai jamais de répéter. 

Fin juin, je reçois un relevé de droits d'auteur d'un éditeur pour lequel je ne bosse plus depuis quelques années, et qui dans le meilleur des cas ne me doit que des clopinettes au titre de mes publications passées. A tel point que n'ayant pas reçu de relevé en 2019, je n'ai même pas jugé opportun de le lui réclamer. 

mercredi 9 septembre 2020

10 things I love Wednesday #2



1. La machine à réveiller les livres de Ramd'Am, à Namur. Je l'avais déjà testée en 2016, mais j'étais ravie de découvrir, le week-end dernier, qu'elle fonctionnait encore et continuait à dispenser ses pouêt-pouêt et ses paillettes sur les ouvrages de cette très sympathique boutique de seconde main. 

mardi 8 septembre 2020

Ce que la Covid-19 a changé dans ma vie

 

Source

Ne pouvant plus - à mon grand désespoir - voyager à l'étranger, je multiplie les excursions aux abords de mon domicile. D'ici à ce qu'on trouve enfin un vaccin efficace, je connaîtrai très très bien la Provence-Côte d'Azur et l'ensemble de la Belgique, ainsi que leurs hébergements les plus insolites ou instagrammables. 

Pour mes aller-retour entre Monpatelin et Friteland, je prends systématiquement l'avion plutôt que le train. Un nombre non négligeable d'autres passagers ayant tendance à baisser leur masque une fois à bord et hors de vue des contrôleurs ou des hôtesses, je préfère flipper pendant une heure et demie que pendant 7 ou 8. Et ironiquement, ça me revient moins cher. Par ailleurs, au lieu de réserver mes billets trois, quatre ou six mois à l'avance (selon que c'était des TGV, des Thalys ou des Ouigo, sachant que mon trajet combinait toujours au moins deux sortes de train), je les prends presque au dernier moment, ce qui m'offre davantage de souplesse dans mon planning. 

dimanche 6 septembre 2020

La semaine en bref #139



 

Lundi:

Suite (mais hélas pas fin) de la prise de tête Urssaf. J'envie terriblement les collègues qui ont fini par réussir à valider leur déclaration en ligne. Moi, j'ai beau essayer sur 3 navigateurs différents, en vidant mon cache à chaque fois, et en tentant ma chance jusqu'à 4h du matin pour être sûre qu'il ne s'agit pas d'un problème de saturation du serveur, je reçois toujours le même message d'erreur. 

vendredi 4 septembre 2020

Wasgij: les puzzles qui font travailler l'imagination


Mon premier Wasgij, un modèle assez ancien qui m'avait été prêté et qui n'est hélas plus disponible.

Quand je me suis mise à faire des puzzles au printemps 2019, histoire de m'occuper l'esprit durant une angoissante période de chômage technique, mon amie Sophie-Grosquick m'a fait découvrir la marque Wasgij et son concept original: reproduire une illustration différente de celle de la boîte, mais néanmoins liée. D'abord un peu rebutée par les dessins de style caricatural, j'ai assez vite été conquise par le principe ses différentes déclinaisons. Et comme mon dernier Instagram à ce sujet a suscité beaucoup de réactions curieuses ou enthousiastes, je me suis dit que j'allais faire un billet pour vous les présenter. Forcément, les quelques exemples que je vais vous montrer vous spoileront pour ces puzzles précis. 

jeudi 3 septembre 2020

"Chavirer" (Lola Lafon)


En 1984, Cléo a 13 ans, et elle est passionnée de modern jazz. Lorsqu'une femme élégante, cultivée et charismatique débarque dans la MJC de sa petite ville de banlieue parisienne pour lui faire miroiter une bourse, la jeune fille tombe droit dans le piège de la fondation Galatée. Et bien que choquée par le tour que prennent les déjeuners avec les jurés, elle accepte à son tour de recruter d'autres collégiennes. 

Plus tard, elle devient danseuse par ses propres moyens, travaillant sur le plateau des émissions de Champs-Elysées puis dans une revue parisienne sans jamais réussir à oublier ou à se libérer de sa honte. Alors qu'elle approche de la cinquantaine, deux réalisatrices de documentaire lancent un appel à témoins concernant la fondation Galatée...

mercredi 2 septembre 2020

10 things I love Wednesday #1




J'inaugure aujourd'hui une nouvelle rubrique dans laquelle je vous présenterai brièvement des choses que j'aime et que j'ai envie de partager avec vous, même si je n'ai pas suffisamment de choses à en dire pour leur consacrer tout un billet individuel. 

1. Le magasin de plantes Sous la canopée. Kevin, qui tenait autrefois Urban Jungle sur la place Flagey, a ouvert récemment ce nouvel espace chaussée d'Ixelles. Il a des plantes magnifiques; il est d'excellent conseil, et c'est difficile de passer chez lui sans faire une caresse à la petite Maine Coon Rhéa qui lui tient compagnie pendant la journée. 

mardi 1 septembre 2020

[LECTURE] Les sorties de septembre que j'attends avec impatience


Assez peu de sorties intéressantes comparé à août ou octobre, mais j'ai quand même déniché quelques bouquins prometteurs pour occuper mes soirées de fin d'été! Et vous?
C'est l'histoire d'un amour à rebours. Une passion platonique mais éternelle entre deux êtres. D'un côté, il y a Ana. Sexagénaire charismatique, ancienne maire tout juste retraitée, mariée et maman. Une battante au grand coeur qui impose le respect. De l'autre, il y a Zeno. Célibataire endurci, libraire proche de la retraite et doctorant en physique qui aura mis quarante ans pour terminer sa thèse. Un esprit libre et voyageur, aussi séduisant que mystérieux. Au fil des années, ils ont tissé ensemble un amour impossible et intarissable. Tout en égrainant les excuses qui ont empêché qu'elle ne prenne forme, on remonte le temps de cette romance et de ses méandres... jusqu'à sa source.
J'adore les histoires à rebours, et je suis une fan absolue des dessins de Jordi Lafèbre, l'illustrateur de la série feel good "Les beaux étés" qui signe ici sa première oeuvre en tant que scénariste. En plus, j'ai vu passer quelques cases de cet album sur son compte Instagram, et il a l'air vraiment magnifique.