vendredi 29 mai 2020

Où je prends les mesures qui s'imposent




Pendant le confinement, la talentueuse Anne Montel (qui a créé la bannière du blog, faut-il le rappeler) publiait sur Instagram des stories la montrant en train de réaliser des dessins libres. Quand j'ai vu celui qui illustre ce billet, il m'a tellement parlé que je le lui ai réservé avant même qu'elle l'ait fini. Cette petite fille qui crie aux animaux qui l'entourent qu'elle n'a pas besoin d'eux, BORDEL, c'est tellement moi! Par rapport aux gens en général, bien sûr. Mais à ce moment-charnière où ma santé mentale recommençait à basculer vers le pire, elle incarnait aussi ma défiance envers les deux seuls moyens connus, non pas de guérir mais de traiter l'anxiété chronique: les médicaments et la thérapie.

dimanche 24 mai 2020

La semaine en bref #124




Lundi:
Sur son compte Instagram, Jordi Lafebre, le dessinateur de ma série-chouchou "Les beaux étés", confie qu'il dort sur son canapé quand il est stressé - il ne sait pas trop pourquoi. Je réponds que je fais pareil, que le changement d'endroit a un effet apaisant sur mon cerveau quand mes pensées tournent en rond, un peu comme des mini-vacances. Pierre-Henry Gomont commente que c'est la même chose pour lui, et plusieurs lectrices renchérissent dans mes messages privés. J'envisage la création d'une Secret Society of Stressed-out Sofa Sleepers avec un pyjama officiel pour chacun des membres.

mercredi 20 mai 2020

Aussi vite que possible, aussi lentement que nécessaire



Avant-hier soir, je ronchonnais ferme pendant mon appel vidéo avec Chouchou:
- Tu te rend compte que maintenant, je dois organiser un déménagement international doublé d'un déménagement local, sans aucune perspective de voyage pour me servir de carotte? Pendant un an à vue de nez, tout mon temps libre et tout mon argent vont être consacrés à des trucs hyper stressants, et je ne pourrai même pas tenir bon en pensant aux prochaines vacances. J'en déprime d'avance. 

dimanche 17 mai 2020

La semaine en bref #123




Lundi:
La tension monte de manière palpable... Plutôt que de faire du mauvais boulot sur ma trad en cours ou de ronger mon frein sur le canapé, je m'attaque aux corrections du texte que j'ai rendu fin mars. Pour une fois, je suis d'accord avec 90% des changements proposés. La preuve que les miracles sont possibles (ou juste que je m'habitue à la façon de travailler de cet éditeur, et réciproquement).
 La sortie du tome 3 de "Nevermoor", déjà repoussée de février à fin août, est maintenant annoncée pour le 15 octobre. 2020 veut vraiment ma peau. 
 Après avoir caressé la tentation de me raser le crâne durant tout le confinement, et fini par renoncer de crainte de ressembler encore plus à ma mère pendant la phase de repousse, je sors le tube de Majirel 745 acheté avant la fermeture des commerces non-essentiels pour refaire mes 5 cm de racines. Ca ne règle pas le problème de ma coupe, qui restera  en suspens jusqu'à ce que je puisse revenir à Bruxelles et aller chez Wakko. Décidément, j'ai bien fait de konmariser mes accessoires à cheveux en janvier (non).

vendredi 15 mai 2020

Où je me tape 1000 kilomètres en train 3 jours après la fin du confinement




Avertissement: ceci est un billet très peu passionnant, écrit dans le seul but de rassurer les anxieux comme moi qui devraient prendre le train dans les jours à venir. 


Ce jeudi, je l'attendais et le redoutais en même temps depuis l'annonce de la date du déconfinement. J'avais décidé que le stress de rester à Bruxelles avec Chouchou, mais en laissant en suspens tous les problèmes que je devais régler en France, serait probablement supérieur au stress d'être chez moi sans lui - même si pas de beaucoup. Du coup, j'avais réservé à prix d'or un trajet compliqué à base de Thalys + TGV + TER. Entre les grèves de la fin de l'an dernier et le confinement, je n'ai pas eu un voyage en train qui s'est passé comme prévu depuis plus de six mois, et dans les circonstances actuelles, je flippais comme une folle malgré les mesures de sécurité annoncées par la SNCF.

lundi 11 mai 2020

La semaine en bref #122




Lundi:
A peine réveillée, je commence à pleurer de stress. Elle s'annonce sympa, cette semaine...
 Dans la foulée, j'apprends que Neil Gaiman et Amanda Palmer, qui avaient l'air de vivre un confinement de rêve dans la campagne néo-zélandaise, viennent de se séparer. J'avais bien compris que leur mariage n'était pas de tout repos mais je suis super triste pour eux. Vivre ça en ce moment en plus de tout le reste, ugh.
 La nouvelle bouilloire Smeg qui a coûté un rein siffle quand on l'allume, quand on la règle, quand on la met en marche, chaque fois qu'elle passe un palier de 10° et quand elle atteint la température voulue. "On dirait R2D2", commente Chouchou, mort de rire. Moi, ça va vite me soûler.

samedi 9 mai 2020

Où je nage à contre-courant




Si tout se passe bien, je rentre en France jeudi prochain par une combinaison de 3 trains + un taxi (hors de question que je prenne le métro dans Paris). La journée s'annonce tendue, au point que Chouchou m'a très sérieusement suppliée de ne rien faire qui puisse m'envoyer en prison. Note à moi-même: arracher la tête des gens sans masque qui s'approcheraient trop de moi, c'est non. 

mardi 5 mai 2020

"Flipette et Vénère" (Lucrèce Andreae)


Flipette, c'est Clara, 26 ans, une photographe mignonne et propre sur elle qui vit dans l'heureuse ignorance du reste du monde mais commence à s'interroger sur le sens de son travail. 
Vénère, c'est Axelle, sa petite soeur piercée de partout qui a coupé les ponts avec leur famille pour s'engager dans le milieu associatif et venir en aide aux squatteurs, aux SDF, aux réfugiés, aux mineurs abandonnés et autres nécessiteux. 
Quand un accident de scooter la laisse avec une jambe dans le plâtre, leur mère demande à Clara d'aller s'installer chez elle pour lui donner un coup de main... L'occasion d'un clash violent qui les ébranlera toutes les deux jusqu'à leurs fondations mêmes.

lundi 4 mai 2020

La semaine en bref #121




Lundi:
Comment noter un bouquin très sympa, qu'on a eu beaucoup de plaisir à lire, mais qui ressemble tellement à un autre roman jeunesse hyper connu que le mot en "P" n'a pas quitté notre esprit tout au long de ses 500 pages?
 Arrivée du colis de thé à la fleur de pamplemoussier envoyé par la gentille dame de chez Sobica. Elle a joint 50g de thé au jasmin en cadeau, ainsi qu'un petit mot gentil comme tout. Voilà une commerçante qui peut compter sur ma fidélité.

samedi 2 mai 2020

Lettre à mon cerveau


J'ai écrit ce billet il y a plus de deux semaines. Depuis, j'ai recommencé à prendre des doses significatives d'anxiolytiques en continu. 




Cher cerveau,

Il est 6h du matin. Voici deux heures que tu m'as tirée d'un sommeil miséricordieusement dénué de rêves pour m'assaillir avec les mêmes questions que depuis un mois. Que se passera-t-il si je ne peux pas aller refaire le frottis au résultat ininterprétable pour lequel j'attends un second rendez-vous depuis décembre? Et si le cumulus que j'aurais dû changer au début du mois lâche en mon absence, noyant ma bibliothèque et mon voisin du dessous? Après plusieurs années de refus de la part de mes copropriétaires, puis une première tentative sabotée par l'incompétence de notre syndic, vais-je de nouveau rater la fenêtre de tir pour le traitement anti-fourmis charpentières? Si je rentre chez moi mi-mai, pourrai-je revenir en Belgique avant la fin de l'été? Si l'économie s'écroule, vais-je réussir à revendre mon appartement l'an prochain pour m'installer officiellement à Bruxelles et ne plus jamais risquer que des circonstances extérieures me séparent de mon amoureux? Et si la prochaine pandémie est beaucoup plus dangereuse que celle-ci? Et si elle provoque l'effondrement de notre civilisation?

vendredi 1 mai 2020

Ca ne serait jamais arrivé sans le confinement




J'ai pris une photo de moi uniquement vêtue de mon oreiller. Elle est ridicule et c'est mon Instagram le plus liké de tous les temps. Puis j'ai imaginé une reproduction de tableau façon @tussenkunstenquarantaine en mettant Régis à contribution. (Si vous savez qui est Régis, félicitations, vous êtes un très vieux lecteur ou une très vieille lectrice!)