vendredi 31 janvier 2020

Les conversations absurdes #84


MOI: Etant donné qu'il va falloir économiser beaucoup de sous pour le Grand Changement de l'an prochain, je te propose qu'on reporte à plus tard le voyage à St-Petersbourg qu'on voulait faire cet automne. 
CHOUCHOU: Pas de souci. Mais tu sais, le plus dur, ça ne sera pas de le payer. Ca sera de gratter la Russie sur la carte en rentrant.



Janvier 2020



dimanche 26 janvier 2020

La semaine en bref #107




Lundi:
 ...Comment ça, 9h45 et j'ouvre à peine un oeil? Bon, ben c'est toujours pas cette année que j'arrive à me lever tôt.
Arrivée d'un énorme colis d'exemplaires de traductrice - dix tomes de deux bouquins différents. Vite, organisons des concours!

samedi 25 janvier 2020

[CONCOURS] Les gagnantes de "Shadowscent" et "The rule of one"


La gagnante de l'exemplaire de SHADOWSCENT est Boomerang.

La gagnante de l'exemplaire de THE RULE OF ONE est Chouvelle.

Envoyez-moi votre adresse postale rapidement pour que je puisse expédier vos livres mardi.

Merci à toutes pour votre participation.

Si tout va bien, le prochain concours aura lieu début mars et portera sur ce titre...

A très vite!


jeudi 23 janvier 2020

"Je suis ton soleil" (Marie Pavlenko)


Je vais être honnête. Alors que "Je suis ton soleil" a apparemment fait le buzz chez toutes les amatrices de littérature jeunesse lors de sa parution en grand format, courant 2017; alors qu'il a récolté une dizaine de prix et qu'il est en cours d'adaptation pour le cinéma, je n'en avais même pas entendu parler jusqu'à ce qu'un commentaire d'une de mes copines éditrices, laissé sur un statut de l'autrice à l'occasion de la sortie en poche, excite ma curiosité. Et puis pour être honnête jusqu'au bout: la couverture est craquante, voilà.

Déborah entame son année de terminale sans une paire de chaussures, rapport à Isidore le chien-clochard qui dévore toutes les siennes et seulement les siennes. Mais ce n'est pas le pire, non. Le pire, c'est sa mère qui se fane, et la découverte de son père, au café, en train d'embrasser une inconnue aux longs cheveux bouclés. Le bac est en ligne de mire, et il va falloir de l'aide, des amis, du courage et beaucoup d'humour à Déborah pour percer les nuages, comme un soleil.

mercredi 22 janvier 2020

[CONCOURS] "The Rule of One"


Dans un futur proche, les États-Unis sont cernés par un mur et appliquent la loi de l'enfant unique avec la plus grande sévérité. Ava Goodwin, fille du directeur du Planning familial au Texas, mène une vie paisible et sans histoires. En apparence, du moins, car depuis sa naissance elle cache un lourd secret... Elle a une soeur jumelle, Mira. Aux yeux de tous, seule Ava existe. Depuis 18 ans, les deux soeurs partagent cette identité et sont interchangeables. Mais quand ce dangereux jeu de rôle est découvert, leur père est emprisonné et les jumelles doivent fuir. Considérées comme des traîtresses, traquées par les gardes et les drones du gouvernement, Ava et Mira plongent dans l'inconnu. Parviendront-elles à trouver les alliés qui pourraient les aider à libérer leur père et bouleverser l'ordre établi? Désormais elles ne sont plus une, mais deux, et pour survivre, elles devront d'abord apprendre à être différentes... Un palpitant thriller dans la veine de "Hunger Games" et "Divergente".

Et oui: un second concours immédiatement après celui d'hier! Pour gagner peut-être un exemplaire de "The Rule of One" (premier tome d'une probable trilogie dont j'ai déjà rendu ma traduction du deuxième...), laissez-moi un commentaire en me citant une autre oeuvre que vous avez appréciée (livre, film, série télé...) et qui a également des jumeaux ou des jumelles pour personnages principaux. Participation limitée à l'Europe. Clôture vendredi 24 à minuit et annonce du résultat dans le courant du week-end. Bonne chance à tou(te)s!

mardi 21 janvier 2020

[CONCOURS] Shadowscent: Le parfum de l'ombre


Dans l'empire d'Aramtesh, les parfums, sacrés, sont l'objet de toutes les convoitises. Avec son nez affûté et sa grande connaissance des senteurs, Rakel espérait devenir parfumeuse et gagner de quoi soigner son père malade. Mais le prince Nisaï est empoisonné et elle est accusée à tort... Obligée de fuir, Rakel doit absolument découvrir l'antidote au poison qui a plongé le prince dans le coma. Ainsi, seulement, elle pourra laver son nom. Pour cela, elle devra s'allier avec Ash, le soldat envoyé sur ses traces. Ensemble, ils découvriront d'anciens secrets enfouis aux confins de l'empire – et au plus profond d'eux-mêmes. Mais parviendront-ils à déjouer la machination qui menace la paix fragile d'Aramtesh ?

J'ai beaucoup aimé traduire "Shadowscent: Le parfum de l'ombre", premier tome d'une trilogie de fantasy située dans un univers assez original. Et comme je suis partageuse, je vous propose d'en gagner un de mes exemplaires fraîchement reçus. Pour cela, laissez-moi un commentaire en me disant quel parfum vous portez - ou si, au contraire, vous n'en mettez jamais! Participation limitée à l'Europe. Clôture vendredi 24 à minuit et annonce du résultat dans le courant du week-end. Bonne chance à tou(te)s!

dimanche 19 janvier 2020

La semaine en bref #106




Lundi:
J'appelle l'URSSAF Limousin dès l'ouverture, à 9h pile. La première fois, je fais un mauvais choix sur le menu numérique et le bouzin me raccroche au nez après m'avoir renvoyée vers leur site internet. La seconde fois, je tombe sur une dame très aimable qui effectue mon changement de nom tout de suite et me fournit l'adresse mail à laquelle écrire pour moduler à zéro les acomptes qui me sont réclamés. Vu je suis parano (et Dieu sait que les circonstances le justifient...), je vais quand même doubler ma démarche d'un courrier recommandé.
 Comme les petits commerçants de Monpatelin sont fermés le lundi, je traîne mon caddie rose jusqu'au supermarché le plus proche. L'avantage, c'est qu'il y a dix fois plus de choix qu'à la supérette de l'église. L'inconvénient, c'est qu'il y a aussi dix fois plus de saloperies industrielles et d'aliments interdits pour moi, ce qui met ma volonté à rude épreuve. (Mais OK, ces quatre mousses au chocolat ne contiennent ni fromage ni charcuterie.)
 Miracle: j'ai reçu un très gros virement, non seulement sans avoir à le réclamer, mais quinze jours plus tôt que je ne l'attendais dans le meilleur des cas. Deux miracles du Nouvel An dans la même journée, c'est limite chelou, non?

vendredi 17 janvier 2020

[THE] Cassis-groseille d'Instants Botaniques




Lors de mon dernier passage au Renard Doré, fin novembre, je me suis laissée tenter par un des thés bios de la marque Instants Botaniques. La plupart des mélanges de leur assortiment contenaient au moins un ingrédient que je n'aime pas (oui, rose et cannelle, c'est vous que je regarde); en revanche, je suis une très grand fan de noir au cassis et je n'en avais plus depuis des mois.

jeudi 16 janvier 2020

Pour en finir avec la culpabilité écologique




A cause des grèves actuelles (que je soutiens de tout mon coeur, l'ai-je déjà dit?), j'ai été amenée à prendre deux fois l'avion entre Toulon et Bruxelles en moins d'un mois. Et j'ai été abasourdie de constater que non seulement les trajets me revenaient bien moins cher ainsi, mais qu'ils me laissaient la liberté d'organiser mes déplacements à la dernière minute plutôt que 3 à 6 mois à l'avance. Alors que le réchauffement climatique accélère de façon visible et que tous les scientifiques revoient leurs prévisions à la hausse d'une manière très très flippante, comment est-il possible que les voyageurs soient de facto encouragés à privilégier les moyens de transport les plus polluants? 

lundi 13 janvier 2020

Les conversations absurdes #83


MOI: Si je passe la commande maintenant alors que je ne suis pas à Bruxelles, tu te chargeras de la réception? 
CHOUCHOU: Non, je laisserai les livreurs devant la porte et je ferai des petits avions avec les avis de passage. 
MOI: Tu vis avec moi depuis beaucoup trop longtemps; mon sarcasme commence à faire vases communicants...

dimanche 12 janvier 2020

La semaine en bref #105




Lundi:
★ La première migraine de l'année ne se sera pas fait attendre. Je mobilise toute mon énergie pour bosser comme prévu - et après ça, j'avoue qu'il ne m'en reste ni pour aller marcher, ni même pour faire ma séance de yoga.
★ Histoire de contrebalancer, je reçois une bonne nouvelle de boulot: l'essai envoyé vendredi dernier est "très concluant"; je récupère donc une trad jeunesse courte et sympa qui vient s'insérer dans mon premier trimestre désormais bourré à craquer.
★ De joie, je commande un grand tapis bleu clair pour notre salon. Il a juste les bonnes dimensions, l'air bien moelleux, et il est soldé à -70%. Ce serait bête de ne pas en profiter.
★ Si comme moi, vous flippez à mort devant l'actualité internationale du moment, conseil d'amie: n'essayez surtout pas de regarder "Years and years". Le premier épisode n'est pas encore fini que me voilà recroquevillée en PLS autour d'une plaquette de Xanax.

Mardi:
★ Sans surprise, j'ai passé une mauvaise nuit. Mais Chouchou, lui, va passer une mauvaise journée, car il se fait un tour de reins en allant à la salle de bain.
★ Histoire de sortir un peu de la maison, je vais relire une des deux trads que je dois rendre avant la fin du mois au Léopold Café Presse le plus proche. C'est drôle: tous les gens qui papotent par deux sont dans la salle de devant, alors que dans la salle du fond, nous sommes trois nanas seules, chacune en train de bosser sur son Mac avec un air hyper concentré. Encore plus drôle: nos mecs respectifs nous rejoignent à quelques minutes d'écart.

Mercredi:
★ En allant à la Poste pour expédier un colis Momox, je remarque les sapins alignés devant les maisons de la rue derrière chez nous, et je me dis: "Zut, ça aurait fait un bon plan pour ma seconde vidéo du jour". Je me décide à redescendre en fin d'après-midi, après avoir terminé mon quota de pages: le camion du ramassage est passé entre-temps. Damned. Il va me falloir un peu de temps pour intégrer ce nouveau rituel à mon quotidien et développer les réflexes qui vont avec. 
★ "Bonjour Armalite, et meilleurs voeux pour 2020! Merci pour la relecture d'épreuves que tu as effectuée pendant les fêtes; tu trouveras ci-joint des corrections à valider pour lundi." Je, je.
★ Patreon refusant de me laisser accéder à mon ancien compte inactif depuis deux ou trois ans, je me décide à en créer un autre pour soutenir la charmante Rebecca de A clothes horse, une des Instagrameuses qui m'inspire le plus. Elle me donnerait presque des envies de nature...

Jeudi:
★ J'ai du boulot par-dessus la tête, mais je me lève tard et après m'être colletée avec les sites de la SNCF et de TUI pour tenter de planifier mes prochaines allées et venues entre Toulon et Bruxelles, je suis totalement vidée.  Du coup, je ne fous rien le matin et je dois mettre les bouchées doubles l'après-midi. Pas bravo.

Vendredi:
★ Après des semaines d'empêchements divers et variés, j'arrive enfin à me traîner jusque Chez ta mère pour le banh mi du vendredi midi. Aujourd'hui, ils n'ont que des penne aux champignons. Le frigo est vide, et je n'ai pas le temps de déjeuner dans un "vrai" resto. Je rebrousse chemin dépitée. Finalement, Chouchou rapporte des plats du Iyagi, un Coréen qu'on voulait tester depuis plusieurs mois. 
★ Pour la... 37ème fois à vue de nez, je transpire à grosses gouttes afin de remettre d'aplomb une timeline de thriller complètement foireuse, et je m'interroge: bordel, mais que foutent les éditeurs américains? Je ne parle même pas des autres incohérences du texte, aussi nombreuses que souvent flagrantes. Je pense néanmoins avoir fait du bon boulot, et j'envoie ma traduction finie à l'éditrice avec autant de satisfaction que de soulagement. 

Samedi:
★ C'est officiel: j'ai réussi à tuer une piléa. Oui, la plante qui pousse si facilement et si vite qu'on s'étonne qu'elle n'ait pas encore colonisé la lune. Il m'aura fallu presque deux ans, mais le résultat est bien là. Au fond du salon, la nouvelle monstera tremble en contemplant son avenir.
★ J'ai tellement l'habitude des meubles Ikea que je ne m'attendais pas à recevoir une table basse en kit sans trous pour les vis. Une fois de plus, c'est la seconde épouse de Chouchou qui va nous dépanner en nous prêtant sa perceuse.
★ Au Comptoir Rodin, le propriétaire nous reconnaît et nous informe qu'il a tellement aimé les photos prises par Chouchou qu'il les joint désormais à toutes ses communications officielles - par exemple, l'article sur les meilleurs brunchs de Bruxelles qui sortira bientôt dans Femme Actuelle. Crédit photo? C'est quoi ça?
★ Nous sommes très contentes de papoter avec nos amies G et D pendant que leur adorable petit garçon explore la salle, examine les couverts et tente d'escalader les sièges sans embêter personne. Si contentes que lorsque nous rentrons à la maison, il est... 16h30, quand même.
★ Non seulement l'amie suisse qui porte le même prénom que moi a déjà reçu le tablier brodé, mais elle a tenu sa promesse de se photographier nue avec. Oboï. Je ne pensais pas que ce cadeau pourri me procurerait tant d'authentique joie. 

Dimanche:
★ Une navette Bruxelles-Charleroi + un vol Charleroi-Hyères réservé il y a une semaine + un taxi Hyères-Monpatelin m'auront coûté 80€, soit le même prix qu'un billet de train Bruxelles-Toulon pris des mois à l'avance. J'ai gagné sur le temps de trajet, et au lieu de m'émerveiller en voyant la mer apparaître sur la droite à Cassis, je me suis émerveillée en voyant les marais salants et la côte se découper en contrebas à l'atterrissage. L'un dans l'autre, pas une mauvaise opération.
★ Non seulement l'URSSAF m'a envoyé un appel de cotisations comme si j'étais encore en BNC alors que je ne le suis plus depuis 3 ans, mais elle l'a envoyé au nom de... mon ex-mari, dont je suis divorcée depuis 22 ans (et dont je n'avais de toute façon jamais pris le nom). Je ne sais même pas par quel miracle ce courrier a atterri dans ma boîte à lettres. Mon facteur doit être devin.
★ En échange du tablier brodé, mon amie suisse m'a envoyé douze plaques de chocolat protégées par une couche anti-incontinence. Propre, a-t-elle néanmoins eu la bonté de préciser dans le petit mot d'accompagnement. J'attends avec impatience Noël 2020 pour échanger mon prochain cadeau pourri contre une meule d'Etivaz que je n'aurai pas le droit de manger.

vendredi 10 janvier 2020

Les conversations absurdes #82


MOI: Tu pètes vraiment beaucoup depuis ce matin.
CHOUCHOU: Je crois que ce sont les oignons rouges d'hier soir. 
MOI: Ah bon? Parce que moi, ils me filent des brûlures d'estomac, et je kiffe pas trop de me réveiller avec leur arrière-goût dans la bouche. On les supprime de nos recettes? 
CHOUCHOU: Si tu veux. 
MOI, solennelle: Oignons rouges, les aventuriers de la tribu ont décidé de vous éliminer, et leur sentence est irrévocable.

jeudi 9 janvier 2020

"Imaqa: Une aventure au Groenland" (Flemming Jensen)


Dans les années 1970, Martin Willumsen, un instituteur danois de 38 ans qui s'ennuie dans la vie, réclame sa mutation au Groenland - non pas dans un comptoir qui se rapprocherait des grandes villes qu'il connaît, mais dans un hameau de quelques centaines d'habitants. Le fonctionnaire du ministère en charge de son dossier le prévient: Martin ne doit surtout pas apprendre un mot de la langue locale. Il va là-bas pour imposer le danois et le mode de vie moderne de son peuple. 

Mais une fois à Nunaqarfik, Martin oublie tous les conseils reçus. Il est fasciné par la joie inouïe dont les Groenlandais font preuve dans les circonstances les plus terribles, le fatalisme qui leur fait accepter les épreuves comme elles viennent, les traditions de chasse, de pêche et d'élevage de chiens de traîneau qui leur permettent depuis toujours de survivre dans des conditions extrêmes. 

Petit à petit, il découvre aussi le revers de la médaille, la raison pour laquelle les Danois considèrent les Groenlandais comme des sauvages qu'ils ont le devoir de sauver d'eux-mêmes. Que peut faire un étranger contre l'alcoolisme omniprésent au village et les violences domestiques qu'il entraîne? Doit-il seulement faire quelque chose? Malgré toute sa bienveillance et sa bonne volonté, Martin ne trouve aucune réponse à ces questions...

mercredi 8 janvier 2020

Les conversations absurdes #81


Chouchou possède le super pouvoir pourri "Dispersion de nourriture". Régulièrement, je retrouve des miettes dans sa poche, un petit pois derrière son oreille, un bout de jambon collé sur son omoplate... Mais cette semaine, nous avons atteint un nouveau level.

Echange de messages privés:

MOI: Il y avait ceci sous ta chaise.
La zone de contamination s'étend.
CHOUCHOU: J'en suis fort marri.
MOI: Je suis assez intriguée par la présence d'un morceau de courgette parfaitement cuit mais n'ayant de toute évidence jamais touché la passata. Qui, que, comment?
CHOUCHOU: Il y a peut-être un portail dimensionnel entre la poêle et le dessous de ma chaise?
MOI: L'espace-temps a fini par warper dans l'appartement. Je suppose que ça devait arriver un jour. 
CHOUCHOU: Il y a un objet gravitationnel très dense quelque part qui plie l'espace et crée un wormhole.
MOI: ...LE CHAT EN CERAMIQUE!
CHOUCHOU: C'est lui! Jetons-le vite avant qu'il n'ouvre un trou noir qui avalera tout l'univers depuis Ixelles.
MOI: Nous n'avons plus le choix. Si ta mère se vexe, nous lui dirons qu'il en allait de la survie de l'univers.

mardi 7 janvier 2020

Mon projet 365




Si vous avez lu ma liste d'intentions pour 2020, vous vous êtes peut-être demandé en quoi consistait le fameux projet 365 que j'y évoquais. 

La première fois que j'ai entendu parler de self-compassion (il y a quelques années, alors que je lisais tout ce que des scientifiques sérieux avaient pu écrire sur le sujet du bonheur), j'avoue avoir ricané intérieurement. Encore un prétexte pour se montrer complaisant avec ses propres défauts et ne surtout rien y changer! J'ai toujours été une grande adepte de la responsabilité personnelle, ce qui à mes yeux implique d'être lucide sur ses propres failles et de travailler en priorité à les combler. Mais je présente aussi un manque d'empathie assez sévère doublé d'un manichéisme rampant. Et il y a quelques mois, j'ai fini par admettre que si je pouvais effectivement oeuvrer à améliorer mon attitude, il existait néanmoins - chez moi comme chez autrui - un câblage de base qu'il était impossible de changer.

lundi 6 janvier 2020

"The map of us" (Jules Preston)


C'est l'histoire de Tilly,  analyste de données en plein divorce qui crée un dossier à base de graphiques et d'index pour comprendre comment elle en est arrivée là.
C'est l'histoire de Violet aux jambes détruites par la polio, qu'une famille maltraitante a abandonnée dans une grande maison dont elle parvient à s'évader grâce à l'écriture. 
C'est l'histoire d'Abby qui ne peut pas avoir de frange parce que les cheveux ras, c'est plus pratique pour sa maman. 
C'est l'histoire de John, autorité mondiale sur la couleur bleue que tout le monde prend toujours pour un skater. 
C'est l'histoire de Katherine qui achète des centaines de sacs à main parfaits sans réussir à combler le vide de son existence.
C'est l'histoire d'un sculpteur de sable abonné aux deuxièmes places parce que c'est toujours un dauphin qui remporte la première.
C'est l'histoire d'Owen qui n'a pas de nom de famille mais qui parle aux jardins. 
C'est l'histoire de Daniel, businessman aux sept costumes gris-chemises blanches-paires de chaussures Oxford identiques, qui ne sait rien faire d'autre que travailler. 
C'est l'histoire de Rose qui envoie des lettres à sa fille trop souvent absente pour la tenir au courant de l'espérance de vie de sa 76ème machine à laver. 
C'est l'histoire de Matt qui tient beaucoup trop à ce vieux canapé rose défoncé dont il n'a jamais payé sa moitié. 
C'est l'histoire d'un chien appelé Le Chien, qui aime se faire transporter en brouette comme un roi. 
C'est l'histoire d'Arthur, aventurier peu coopératif qui refuse parfois de bouger de son rocher pendant des jours. 
C'est l'histoire de Sidney, l'homme qui n'enlevait jamais ses gants parce que...

dimanche 5 janvier 2020

La semaine en bref #104




Lundi:
30 pages de traduction + 150 pages de relecture d'épreuves: je me lève à 7h30 pour reprendre le boulot sur les chapeaux de roue. Même pas mal. La belle lumière hivernale aide beaucoup. 
 Je vois passer sur Twitter des bilans de la décennie écoulée - les gens qui énumèrent les grands changements dans leur vie depuis début 2010. Moi j'ai toujours le même mec, le même nombre d'enfants, le même boulot et les mêmes apparts. (Par contre: moins un père et moins deux chats, aucun des trois n'ayant été remplacé.) Dois-je en déduire que j'ai gaspillé mon temps?
 Chaque fois que Chouchou annonce qu'il met les princesses à cuire, j'ai des visions de Blanche-Neige et Cendrillon marinant dans une cocotte-minute. Alors que c'est juste le nom des haricots verts en Belgique.

vendredi 3 janvier 2020

"Greenglass House" (Kate Milford)


Milo Pine, 11 ans, s'attend à passer un Noël tranquille avec ses parents adoptifs: l'hôtel où ils habitent est surtout fréquenté par des contrebandiers, et ils n'ont jamais de clients à cette période. Pourtant, le premier soir des vacances, cinq personnes empruntent le funiculaire pour se hisser au sommet de la colline où se dresse Greenglass House. 

Le matin suivant, trois d'entre elles rapportent que des effets personnels ont été volés dans leur chambre - et peu de temps après, une tempête de neige coupe l'hôtel du reste du monde. Aidé par son amie Meddy, Milo tente de résoudre un mystère qui pourrait bien être lié à l'histoire de Greenglass House...

Quel dommage d'avoir lu ce chouette roman 9-12 (disponible en français sous le titre "L'étrange hôtel de Secrets' Hill") trop tard pour l'inclure dans ma liste de bouquins à offrir pour Noël: je connais pas mal de jeunes lecteurs qui auraient pu l'adorer! Certes, c'est un pavé dont l'histoire prend son temps pour dérouler les méandres. Mais la lenteur du rythme colle parfaitement à l'ambiance hivernale archi-douillette et un peu intemporelle. Le huis clos et la galerie de personnages secondaires tous potentiellement coupables font penser à une version junior des romans d'Agatha Christie. 

20 intentions pour 2020




1. suivre le challenge de janvier d'Adriene
2. ... et m'abonner à sa chaîne FWFG pour rester motivée les 11 mois suivants
3. sur Instagram: poster des critiques vidéos de livres 
4. ...et mener à bien un projet 365 sur le thème du self-care
5. réaliser une vidéo de mon année avec l'app 1 Second Everyday
6. faire un carnet de voyage pendant le road trip écossais
7. organiser un séjour à Saint-Pétersbourg + Riga en automne
8. effectuer un stage de fauconnerie au Jardin des Hiboux
9. pour le salon de l'appartement de Bruxelles: acheter une table basse artisanale en bois
10. ...repeindre le mur marron en jaune
11. ... et trouver un très grand tapis, moelleux et pas trop salissant
12. faire un tri de penderie à Monpatelin
13. passer aux verres progressifs
14. tester les extensions de cils
15. m'offrir une robe en lin sur mesure, brodée par Pinja Heikkinen
16. noter le budget consacré à mes achats de vêtements et d'accessoires
17. lire un ouvrage de non-fiction chaque mois
18. mettre mon réveil à 7h30 les matins de semaine
19. viser 5000 pas par jour
20. me remettre aux exercices de cohérence cardiaque

jeudi 2 janvier 2020

Décembre 2019



[LECTURE] Les sorties de janvier que j'attends avec impatience


ROMANS:

"Il est juste que les forts soient frappés": Lorsque Sarah rencontre Théo, c'est un choc amoureux. Elle, l'écorchée vive, la punkette qui ne s'autorisait ni le romantisme ni la légèreté, se plaisant à prédire que la Faucheuse la rappellerait avant ses 40 ans, va se laisser convaincre de son droit au bonheur par ce fou de Capra et de Fellini. Dans le tintamarre joyeux de leur jeunesse, de leurs amis et de leurs passions naît Simon. Puis, Sarah tombe enceinte d'une petite fille. Mais très vite, comme si leur bonheur avait provoqué la colère de l'univers, à l'euphorie de cette grossesse se substituent la peur et l'incertitude tandis que les médecins détectent à Sarah un cancer qui progresse à une vitesse alarmante. Chaque minute compte pour la sauver. Le couple se lance alors à corps perdu dans un long combat, refusant de sombrer dans le désespoir. Un récit d'une légèreté et d'une grâce bouleversantes, entre rire et larmes, dont on ressort empreint de gratitude devant la puissance redoutable du bonheur. (Note à moi-même: préparer une boîte de Kleenex avant d'entamer ma lecture.) Sortie le 8

mercredi 1 janvier 2020

Bonne année 2020




Je vous souhaite des réveils frais et dispos, pleins de curiosité pour la journée qui commence.
Je vous souhaite des couchers de soleil sublimes qui écarquillent les yeux et gonflent le coeur.
Je vous souhaite un travail qui ne serve pas juste à payer vos factures (ou au moins, qui vous permette de les payer correctement). 
Je vous souhaite de vous sentir utile à quelque chose ou à quelqu'un.
Je vous souhaite de trouver ou de ne pas perdre de vue votre place en ce monde.
Je vous souhaite des projets qui vous feront trépigner d'impatience.
Je vous souhaite des fou-rires à vous couper le souffle et remercier la robustesse de votre périnée.
Je vous souhaite une infinie gratitude devant les petits miracles du quotidien.
Je vous souhaite le courage de vous montrer authentiques et vulnérables. 
Je vous souhaite une tête froide et une flamme d'espoir têtue devant le pire de l'actualité.
Je vous souhaite de l'air pur dans les poumons et de la sérénité dans le coeur.
Je vous souhaite une famille, biologique ou non, qui vous soit un refuge dans les moments difficiles.
Je vous souhaite une main chaude dans la vôtre.
Je vous souhaite de ne jamais oublier que la première personne dont vous devez prendre soin, c'est vous. 
Je vous souhaite de l'émerveillement, beaucoup d'amour et une force qui vous pousse en avant.

Soyez heureux, soyez bienveillants.