dimanche 27 octobre 2019

[VIENNE] Une bibliothèque fabuleuse, un resto dans une palmeraie, l'expo de l'année et un café-librairie super chill




Dormir une heure de plus cette nuit fut appréciable, mais à vrai dire, nous sommes toujours claqués. Nous partons vers 10h45 et prenons le métro jusqu'à Stephensplatz, puis descendons à pied vers la Hofburg. La bibliothèque nationale d'Autriche est assez bien planquée, et malgré les plans qui pullulent, nous mettons un moment à en localiser l'entrée. Mais une fois dans la salle d'apparat, quel éblouissement! Je trouve ça encore plus magnifique que la bibliothèque du Trinity College à Dublin. Evidemment, pas moyen de s'approcher des livres, et encore moins de monter sur les grandes échelles roulantes ou d'accéder à la mezzanine depuis laquelle on doit se sentir comme le roi du monde. Mais la somme d'ouvrages antiques rassemblés là donne le tournis. 










Pour le déjeuner, j'ai réservé chez Palmenhaus, une brasserie située à l'intérieur d'une serre très similaire à celle que nous avons visitée hier au palais de Schonbrunn. L'endroit est superbe, vraiment très agréable avec sa profusion de plantes et la belle lumière d'été indien qui pénètre à flot par les vitres. En revanche, Chouchou se déclare déçu par son burger végétarien, qui contient une rondelle de courgette et une autre d'aubergine d'un centimètre d'épaisseur chacune, plus un steak de falafel pas terrible. Pour une fois, j'ai fait un meilleur choix avec mon canard rôti, même si la cuisson par défaut est à point alors que je l'aime rosé. Service impeccable, mais addition est un peu salée pour ce que nous avons mangé. Venir juste boire un verre dans l'après-midi aurait été préférable. 






Tout près de là, l'Albertina nous tend les bras avec l'exposition consacrée à Albrecht Dürer dont les affiches nous ont assaillis dès notre descente d'avion. C'est une rétrospective ultra-complète du travail de cet artiste prolifique, à la technique souvent époustouflante de détail et de réalisme. Si ses oeuvres religieuses nous laissent indifférents, je reste en admiration devant ses dessins naturalistes hélas trop peu nombreux, tandis que Chouchou se délecte de ses croquis et tableaux les plus macabres. J'avoue cependant que 8 salles ultra-pleines avec beaucoup de choses à regarder et à lire, c'est un peu trop pour moi qui commence à décrocher vers la moitié. Nous faisons ensuite un tour rapide au 2ème étage où est exposée une collection privée assez fourre-tout, mais qui me fait découvrir quelques peintres du courant expressionniste viennois. Au sous-sol, l'expo temporaire consacrée à l'artiste féministe Maria Lassnig, qui a beaucoup travaillé sur les auto-portraits et la représentation du corps, me laisse plus que perplexe malgré un thème a priori accrocheur pour moi. Je crois que techniquement, l'écart est juste trop grand entre elle et Dürer! 












Petit crochet par le musée d'histoire de l'art: l'amie de Chouchou qui gardait autrefois nos chats nous a demandé si nous pourrions passer à la boutique lui acheter un ouvrage qu'elle ne trouve pas à Bruxelles, et nous sommes bien entendu ravis de lui rendre ce service. Bien qu'on soit seulement en milieu d'après-midi, je ne me sens pas d'attaque pour enchaîner sur un second musée comme prévu, et nous allons nous poser au café-librairie phil qui grouille de monde en ce dimanche. Je sirote un délicieux jus pomme-cerise en mangeant un non-moins délicieux cheesecake. En revanche, le chocolat chaud italien est bien trop épais, lourd et sucré pour moi. J'ai malheureusement oublié mon mini iPad à l'appart' ce matin, et n'ayant guère de quoi m'occuper, je flâne parmi les bouquins. Certains d'entre eux (surtout le livre illustré "Girlsplaining" au rayon féministe, juste à côté des "Culottées" de Pénélope Bagieu) me tenteraient beaucoup si seulement je comprenais l'allemand. Comme ce n'est pas le cas, je donne le signal du départ aux environs de 17h. La nuit tombe déjà, et je me réjouis d'avoir une soirée un peu plus longue que d'habitude devant nous. 







1 commentaire:

Loli a dit…

J'adore tes articles de voyage! Ce sont sans aucun doute mes préférés sur le blog... Quel plaisir de revoir Vienne à travers tes billets!