mercredi 24 juillet 2019

[TALLINN] Où nous tombons sous le charme de la Vieille Ville




Le réveil à 6h pique un peu, d'autant que comme toutes les veilles de départ, je n'ai presque pas dormi. Bizarrement, c'est beaucoup moins difficile de m'arracher à mon lit que si c'était deux heures plus tard et que je devais passer la journée à bosser! Juste le temps de nous doucher et de sauter dans nos vêtements, et nous partons prendre la navette pour Zaventem. Tout se passe sans encombre: pas de bouchons sur la route de l'aéroport, aucune attente au contrôle de sécurité, un embarquement à l'heure et zéro problème de bagages - je pars avec mon sac à dos de 30 litres à moitié plein seulement; Chouchou avec une petite valise cabine noire bourrée massacre. Durant le vol paisible, le ciel est si dégagé que nous pouvons voir le nord de l'Europe défiler en contrebas. Nous nous posons à Tallinn vers 12h30 heure locale (+1 par rapport à la France et la Belgique) et filons tout droit prendre le tram n°4 qui, pour la folle somme d'1€ par personne, nous amène dans le centre-ville en une demi-heure environ. Jusqu'ici, c'est un sans faute. 





Malgré des pavés meurtriers pour les valises à roulettes, nous trouvons facilement notre Air BnB situé au beau milieu de la Vieille Ville. Ca cafouille un peu pour l'entrée dans les lieux: la logeuse, qui fait ça professionnellement, n'est pas présente pour nous accueillir et ne nous a précisé ni où nous pouvions récupérer la clé de l'immeuble, ni quel était le code d'accès à l'appartement. Mais quelques textos et un peu d'attente plus tard, nous pénétrons dans un T2 très chic, très grand et extrêmement bien équipé. Le canapé et le lit sont immenses et paraissent ultra-confortables; les fenêtres donnent sur une église entourée d'arbres; les produits de bain sont d'une marque estonienne et les mugs viennent de chez Iittala: n'en jetez plus, je suis comblée. 






Nos estomacs criant famine, nous ne nous attardons pas et, dès nos bagages posés, nos vessies vidées et nos iMachins un peu rechargés, nous mettons le cap sur le point restauration le plus proche parmi ceux que je souhaite tester. Tout comme l'appart' Air BnB, le Kompressor se révèle un excellent choix. J'imaginais un snack où j'espérais juste manger rapidement malgré l'heure tardive, et pour pas trop cher. Nous tombons sur un lieu à l'atmosphère si chaleureuse que nous ne rechignons absolument pas à attendre nos crêpes géantes plus d'une demi-heure. Le cidre (à l'effigie d'un hérisson) est bien frais, le wifi vigoureux, et nous ne voyons pas le temps passer. Et quand les crêpes arrivent, quel festin! Chouchou a pris dinde fumée/feta/tomates séchées, moi champignons/fromage bleu; nous nous régalons tous les deux, et c'est tellement copieux que nous nous réjouissons de ne pas avoir commandé de dessert. Seule l'envie d'explorer la Vieille Ville finit par nous pousser à partir, mais nous savons déjà que nous reviendrons. 












Je ne prévois jamais rien pour le premier jour des vacances, histoire de ne pas ajouter de pression au stress du voyage proprement dit. Du coup, nous passons l'après-midi à explorer le quartier sans plan ni objectif précis - un tour de repérage, en quelque sorte. Il ne fait "que" 25°, ce dont nous nous réjouissons très fort en pensant aux amis français et belges qui doivent crever de chaud. En revanche, la lumière très crue ne facilite pas la prise de photos et ne met pas nécessairement très en valeur les jolies façades aux teintes pastel, non plus que les belles portes colorées si caractéristiques de Tallinn. Je note une abondance de boutique de souvenirs et, malgré une concentration évidente des touristes dans ce quartier historique, suis ravie de constater que la plupart des rues restent très tranquilles et peu fréquentées. Beaucoup de vêtements en lin, ainsi que d'assez jolis objets en céramique artisanale ou en bois de genévrier à l'odeur divine. Je me dis que nous ne sommes pas loin d'Helsinki et que j'arriverai peut-être à retrouver des grosses chaussettes de laine comme celles que j'avais achetées là-bas en 2013 et qui sont au bout de leur vie - mais mes premières recherches restent vaines. 







Vers 18h, après avoir renoncé à goûter dans la plus vieille pâtisserie de la ville où il faisait 200° et où il ne restait que des gâteaux peu engageants, nous nous posons à la ravissante terrasse ombragée du Hell Hunt. Il fait agréablement frais en ce début de soirée; comme nous sommes fatigués et légèrement décalés, nous décidons de piocher dans la sympathique sélection de nourriture de pub pour pouvoir rentrer de bonne heure en ayant réglé la question du dîner. Ce sera une shepherd's pie pour Chouchou et un filet mignon rôti au miel et au romarin pour moi. Cerise sur le gâteau: ils ont du schorle à la rhubarbe importé d'Allemagne (et appelé spritzer ici). Après une dernière boucle dans les rues presque désertes, nous nous écroulons sur le canapé de notre Air Bnb avec une tasse de thé vert et de quoi traiter les photos de cette première journée quasiment parfaite. 







3 commentaires:

Méghane a dit…

Tu la vends tellement bien que la ville va être noyée de touristes sous peu :)

Anonyme a dit…

Très jolie et d'accord avec Meghane,ça donne envie ;)
Bisous Nad :)

ARMALITE a dit…

@Méghane et @Nad: j'espère bien! C'est une jolie ville qui mérite d'être découverte.