vendredi 10 mai 2019

Où je succombe à une nouvelle addiction




Tout est parti de l'incendie de Notre-Dame.

Parmi les nombreux messages attristés que j'ai vus passer sur internet, il y a eu un Instagram-hommage montrant un puzzle nommé "A day in Paris", dont l'illustration avait été réalisée par Jennifer Orkin Lewis alias @augustwren. Comme j'adore cette artiste, j'ai aussitôt cherché le moyen de commander le puzzle en question, en me disant que ça m'occuperait durant la période de chômage technique qui s'annonçait. Malheureusement, ni le fabricant américain ni ses distributeurs n'expédient en Europe. Mais à force de fouiller un peu partout, j'ai trouvé sur eBay un autre puzzle signé Jennifer Orkin Lewis: un design rond crée en hommage à la Women's March. Coup de foudre. Bon, avec les frais de port depuis l'Angleterre, ça revenait trois fois plus cher que le prix en dollars initial, mais tant pis: il me plaisait trop.

J'avais déjà eu une brève période puzzles du temps où je vivais avec l'Homme-ce-chacal-jaune et où je m'emmerdais sévère. A l'époque, difficile de trouver des motifs qui sortaient un peu de l'ordinaire. Je me souviens d'avoir transpiré sur un paysage de dunes d'après une photo de Yann Arthus-Bertrand, ainsi que sur un bateau pirate dessiné par un humoriste assez célèbre dont j'ai oublié le nom. Une fois terminés, je les avais soigneusement collés sur un panneau de contreplaqué avec une colle spéciale, puis fourrés sous le divan de la chambre d'amis où ils avaient pris la poussière jusqu'à ce que l'Homme et moi nous séparions et que je finisse par les bazarder. Depuis, rien. Ma mère et ma soeur sont récemment devenues accros aux puzzles sur tablette ou smartphone, mais ça ne me disait rien du tout - et je passe déjà assez de temps les yeux rivés sur un écran.

J'ai reçu mon puzzle Women's March. Le lendemain, je l'avais terminé, et j'en voulais davantage. Je l'ai photographié avant de le défaire et de ranger la boîte dans ma bibliothèque. Puis je suis allée faire un tour sur Amazon, et très vite, je suis tombée sur toute une série de puzzles Ravensburger aux illustrations délicieusement fantaisistes signées Colin Thompson. Celui qui me plaisait le plus n'était disponible que pour les abonnés Amazon Prime, mais en promo à la moitié de son prix initial. Du coup, j'ai souscrit exprès à la période d'essai de 30 jours. Je me suis éclatée à reconstituer Le placard de cuisine, La bibliothèque bizarre et La maison en coupe en deux ou trois jours chacun. J'ai foutu de la poussière bleue partout dans mon salon. Je me suis fracassé le dos et les yeux. J'ai traqué désespérément traqué les derniers morceaux de bord. J'ai cru cinquante fois qu'il manquait des pièces dans la boîte (non). Je me suis amusée de mille petits détails qui faisaient tout l'attrait de l'illustration. J'ai admiré la facilité d'emboîtement de la technologie SoftClick. J'ai maudit les similitudes de motif, les coupures vicieuses et les nuances diaboliques conçues pour me compliquer la tâche. 






Après, histoire de varier les plaisirs, j'ai changé de style et de fabricant. Le collage steampunk de Lisa Sutton pour Hennessy (disponible uniquement sur le site anglais d'Amazon) m'a donné du fil à retordre avec ses pièces de taille très variable et ses formes dingues qui bloquent le côté intuitif de l'identification, mais au final, je n'ai pas mis plus de temps que pour les Ravensburger: environ 11 heures les 1000 pièces tenant pile poil sur ma table de salon. Sur la fin, j'ai bien cru qu'il me manquait un bout de ciel, mais je l'ai retrouvé sous mon canapé - ce qui m'a donné l'occasion d'y faire la poussière! Par contre, les pièces m'ont paru dures à assembler: parfois, je devais tellement forcer qu'il me semblait que j'étais en train de me tromper, alors que non. 




J'ignore combien de temps durera cette nouvelle addiction, mais une activité qui consiste à remettre les choses pile-poil à leur place ne peut qu'apporter une profonde satisfaction à une obsédée de l'ordre comme moi. Le manque de place dans l'appartement de Bruxelles va m'empêcher de sombrer durant les périodes où je serai avec Chouchou, mais je suis déjà en train de remplir mon panier Amazon en vue de mon prochain séjour monpatelinois. Dans ma ligne de mire, cette bataille de corsaires qui me rappelle énormément le puzzle fait autrefois (malgré la date de parution en 2013, je suis quasiment sûre que c'est le même motif), cette librairie de fantasy et ce coin lecture avec chat et tasse de thé qui me parle énormément. Je bave également devant cet autre puzzle rond du même fabricant que le Women's March, sans réussir à le trouver livrable en Europe. Si vous êtes également amatrice de puzzles, n'hésitez pas à me linker vos préférés en commentaires. 

6 commentaires:

elmaya a dit…

Rhââââââ…. Tu es folle de me montrer ça ! Juste au moment où j’ai envie de refaire des puzzles. Ça m’a pris cet hiver (à cause d’une opération, je ne pouvais plus broder ni crocheter), mais je n’avais rien sous la main; ni la place pour le laisser sorti…

Et là, quand je vois tous ces motifs fabuleux, je me dis que dans la nouvelle maison, j’aurai mon bureau perso, et que c’est bien le diable si je n'y trouve pas un coin pour un petit puzzle, non ? Quand j’en aurai marre de bosser…

Je viens d’en voir toute une série comme la bibliothèque, ils me font baver… Il y en a même un de 18000 pièces, tu as vu ?https://www.amazon.fr/Ravensburger-Puzzle-Biblioth%C3%A8que-Magique-Taille/dp/B00VR4LZXE/ref=sr_1_1?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&keywords=puzzle+18000&qid=1557496426&s=toys&sr=1-1 (Navrée pour le lien immense, je ne sais pas utiliser les balises html…)

ARMALITE a dit…

@elmaya: Oui, je l'ai vu, mais il faudrait un hangar pour avoir la place de le mettre (et se couche dessus pour faire le milieu, j'imagine!).

elmaya a dit…

:-)) Quand même, ça fait rêver...

Anonyme a dit…

Pour ma part, j'ai un faible pour le Wasgij. La photo sur la boite ne représente pas le puzzle. Le puzzle est une image de ce que l'un des personnages de l'image sur la boite, voit. j'adore!
Grosquick

ARMALITE a dit…

@Grosquick: WOPUTAIN. J'adore. Il m'en faut un.

elmaya a dit…

Oh la la... C'est carrément fou !