vendredi 24 mai 2019

[MUNICH] Où on ne maigrira probablement pas pendant ces vacances




Après une bonne nuit de sommeil malgré les ronflements déchaînés de Chouchou, je me réveille avec un léger début de migraine. Heureusement, j'ai emporté du Doliprane. Le temps qu'on boive un thé, qu'on fasse notre tour du matin sur internet et qu'on se prépare sans se presser, mon mal de tête n'est plus qu'un mauvais souvenir. On se met en route sous un beau ciel bleu. Premier arrêt dans un café tout près de l'appart': faute d'avoir eu le temps d'acheter quoi que ce soit à manger hier soir, nous dévorons chacun un croissant fourré (abricot pour moi, choco-crème pour Chouchou) en terrasse avant de nous remettre en route. Google Maps nous ayant fait prendre l'itinéraire voiture qui est trois fois plus long que le piéton, nous renonçons à passer par le cimetière sud et mettons directement le cap sur le centre de la ville en commentant la joliesse du paysage urbain.




Sur le pont qui enjambe l'Isar, nous constatons que notre logeuse disait vrai hier: l'eau est jaune, si haute qu'elle grignote les berges et noie le pied des arbres, si impétueuse qu'elle charrie des troncs entiers. C'est assez impressionnant. Tout comme la porte de Sendlinger qui fait partie des anciennes fortifications de la ville, ainsi que l'avenue du même nom avec ses ravissantes façades néo-classiques. La promenade et surtout les photos potentielles sont quelque peu gâchées par d'importants et bruyants travaux sur la chaussée. Nous marquons un arrêt chez Tea House dont le choix de thé est aussi vaste et intéressant que ses étiquettes sont désespérément moches. Je craque pour un mélange d'Assam parfumé à la pêche et au chocolat blanc, mais me retiens sagement d'ajouter un mug licorne kitschissime à ma déjà trop grande collection. 




Le hasard veut que nous arrivions sur Marienplatz peu avant midi. Nous nous joignons à la foule de touristes qui attendent nez en l'air le déclenchement du glockenspiel de l'hôtel de ville. Après la fin des douze coups, les automates du clocher se poursuivent en rond jusqu'à ce qu'un chevalier donne un coup de lance à un autre pour le désarçonner; puis des danseurs se mettent à pirouetter à l'étage du dessous. Il commence à faire faim et nous nous dirigeons vers le Viktualienmarkt tout proche. Je m'attendais à une halle couverte comme à Barcelone, Lisbonne ou Copenhague; en réalité, c'est un marché à ciel ouvert, composé pour moitié de stands en dur et pour moitié d'étals qui auront disparu l'après-midi. Nous déambulons en salivant à la vue de toutes les bonnes choses qui s'étalent sous nos yeux. Je craque pour un fromage au wasabi, un aux graines de citron et un autre plein de mystérieux trucs verts - ça fera une bonne base pour le pique-nique de ce soir -, puis pour une livre d'abricots qui seront mes premiers cette année. Nous achetons deux barquettes de saucisse-choucroute fournies avec une minuscule fourchette en bois et trouvons deux places libres à l'une des tables communes qui se massent sous les marronniers en fleurs. Ambiance détendue et bon enfant; un excellent moment. 








Nous venons de faire l'emplette d'un bretzel géant, de le goûter et de décider que nous n'aimions pas ça lorsque M brune nous rejoint avec son vélo. Nous pensions aller boire un verre au café Glockenspiel mentionné sur notre guide, mais elle nous dit que l'endroit n'est pas si chouette que ça et, à la place, nous entraîne jusqu'au café de la cinémathèque. Installés à la terrasse où le coup de soleil menace, nous sirotons du rhabarberschorle, délicieux mélange de jus de rhubarbe et d'eau pétillante, en papotant à bâtons rompus de nos vies respectives et de l'actualité. Je suis vraiment très heureuse d'être là (même si le monument commémoratif de la Shoah qui se dresse juste en face semble tout droit sorti d'un film de SF un peu inquiétant). 




Une fois désaltérés, nous rebroussons chemin vers l'hôtel de ville qui abrite apparemment la bibliothèque de droit, lieu magnifique repéré hier soir sur Instagram. Lieu très mal indiqué, aussi: nous faisons deux fois le tour du bâtiment pour rien avant de d'interroger un employé qui nous envoie au troisième étage. C'est l'occasion de découvrir l'intérieur du Neues Rathaus, pourvu de très belles arches et de splendides vitraux qui nous font chuchoter instinctivement. Lorsque nous arrivons enfin à la bibliothèque de droit, c'est pour apprendre qu'elle n'est accessible aux touristes qu'en dehors de ses heures d'ouverture officielles (réservées aux professionnels et aux étudiants), et seulement dans le cadre de la visite guidée de l'hôtel de ville qui dure 90 minutes. Nous repartons bredouilles mais pas mécontents de cette quête ratée qui nous a tout de même permis de découvrir des choses. 






M brune a un rendez-vous et doit filer. Chouhcou et moi continuons à nous promener dans le centre, faisant d'abord un tour chez Manufactum Warenhaus qui est une sorte de Muji local, hésitant à visiter le MUCA (musée d'art urbain et contemporain), ouvrant de grands yeux devant la très originale Wasserpilz Brunnen ou fontaine aux champignons d'eau. Je commence à avoir mal aux pieds et envie de faire pipi, aussi cherchons-nous un endroit où nous poser. Je rejette plusieurs suggestions de Chouchou avant qu'on débouche de nouveau sur Viktualienmarkt et que j'aperçoive la belle terrasse sur le toit de l'établissement Rischart. Une table surplombant la place se libère juste au moment où nous arrivons, et nous nous hissons sur les hauts tabourets en soupirant d'aise. L'endroit est bondé et la serveuse tarde à venir prendre notre commande, mais nous ne sommes pas pressés - bien au contraire. Nous dégustons un apfelstrudel d'anthologie (crème anglaise pour moi, glace vanille + chantilly + tranches de pomme crue pour Chouchou à qui aucune pâtisserie n'a jamais fait peur). Avant de repartir presque à regret, nous faisons un tour aux toilettes. Je ne peux m'empêcher de remarquer que la dame pipi est seulement la deuxième personne noire que je croise depuis notre arrivée (la première était un guide touristique). 





Nous faisons quelques courses aux stands encore ouverts du marché et, parce que je n'ai pas envie de rentrer à pied, nous dirigeons vers la station de métro la plus proche de la ligne U2. En chemin, nous tombons sur une boutique de laine absolument géniale où j'achète un set de grandes aiguilles en plastique et deux pelotes pour mon projet de tissage. Comme l'iPhone de Chouchou est mort et que la carte achetée hier se trouve dedans, nous reprenons deux tickets "voyage court" à un distributeur. Nous sommes très contents d'arriver "chez nous", mais devons ressortir avant la fermeture des magasins car il nous manque quelques bricoles pour notre repas du soir et le petit déjeuner de demain. Par chance, il y a un supermarché Express à 4 mn de l'appartement. Nous pique-niquons en traitant nos photos de cette très chouette journée. 

2 commentaires:

Karine a dit…

Pas encore testé ces fameux Biergarten (dont la poésie du nom me fait toujours rêver)?
Accessoirement, tu dois absolument goûter un Laugencroissant... la viennoiserie qui est au top 1 de tous les pains du monde !

MadeleineMiranda a dit…

Voilà qui fait envie! L'apfelstrudel de chouchou m'a l'air à tomber. J'ai encore plus hâte d'aller à Munich maintenant. Merci pour ces bonnes adresses! :)