vendredi 31 mai 2019

"Le goût de la papaye" (Elisa Macellari)


En Thaïlande, dans la première moitié du 20ème siècle. Le shérif Kunchai destine l'aîné de ses quatre fils à une carrière de médecin. Mais le jeune Sompong se passionne pour les langues. Alors, il s'engage dans l'armée comme élève-officier et décroche une bourse qui lui permettra d'aller étudier à Berlin. Hélas, c'est le moment que choisit le chancelier allemand pour déclarer la guerre à la Pologne. Sompong est donc réaffecté à Rome, et embarque à Singapour pour un voyage en bateau qui durera une vingtaine de jours...

C'est en se basant sur la jeunesse mouvementée de son grand-oncle que l'illustratrice Elisa Macellari a écrit et dessiné son premier roman graphique. Dès l'âge de 5 ans, le petit Sompong apparaît comme curieux du monde, enthousiaste et optimiste: des traits de caractère qui, bien qu'il soit un bon fils, le poussent à défier l'autorité paternelle pour choisir son propre chemin. Malgré les circonstances houleuses, c'est avec des yeux émerveillés qu'il découvre l'Europe du début des années 40 et y rencontre la femme de sa vie. 

J'ai beaucoup aimé la manière dont l'autrice retranscrit son monologue intérieur et sa vision des choses, bien entendu influencée par sa culture d'origine. La séparation entre les différentes parties est marquée par les ingrédients de la salade de papaye, dont la confection sert de fil rouge au récit. Côté graphisme, j'ai d'abord eu un peu de mal avec les visages et les couleurs pastel, mais j'ai fini par m'y faire et même par beaucoup les apprécier, leur douceur et leur naïveté apparente collant bien au caractère du héros. Récit d'initiation original et bien mené, "Le goût de la papaye" m'a entraînée dans un délicieux voyage. 

Traduction de Marie Giudicelli

Aucun commentaire: