lundi 20 mai 2019

La semaine en bref #71




Lundi:
 Je ne veux pas me vanter, mais mon candidat des dernières présidentielles utilise des gifs de Kristen Bell sur son compte Twitter. 
La petite victoire du jour: j'arrive à plaquer complètement mes mains l'une contre l'autre en Paschim Namaskarasana. La semaine dernière, il me manquait encore tout le bas de la paume et les pouces. C'est dingue que ça se soit débloqué d'un coup alors que je bosse cette posture sans avoir l'impression de progresser depuis des mois.
 Désormais, je qualifierai mes frustrations sur une échelle allant de "Il n'y a plus de Chocapic" à "La fin de Game of Thrones". (Au-delà du twist génial mais si mal amené de l'épisode 5, une analyse hyper-intelligente de la dégringolade de la série depuis qu'elle ne peut plus s'appuyer sur les bouquins.)

Mardi:
 Non seulement j'ai encore une place isolée dans le Ouigo, mais je suis dans le sens de la marche. Par contre, Gaspard, 3 ans environ, assis dans le carré le plus proche avec ses parents, répète chacune de ses phrases une dizaine de fois au volume sonore d'un concert de Korn.
 J'aime bien l'Hippopotamus de la gare du Nord; le service y est toujours sympa et ultra-rapide. Mais je crains que 12 ans de Belgique m'aient définitivement gâché les frites du reste du monde.
 En arrivant à l'appart de Bruxelles, j'ai la bonne surprise de trouver de mignons autocollants et une carte de pré-anniversaire, envoyés par Shermane depuis Hong Kong. Mon anniversaire étant fin mars, j'imagine qu'ils sont venus à la nage.

Mercredi:
 Le syndic m'appelle pour m'informer sur un ton surpris et blessé qu'il ne comprend pas pourquoi j'ai demandé la mise en concurrence avec un autre cabinet. Moi qui déteste à la fois le téléphone et les confrontations, je suis servie.
 Une double descente chez Filigranes et Waterstones me laisse pauvre mais richement pourvue en livres papier. Dont un que - je m'en rends compte une fois rentrée à la maison -, j'avais déjà acheté en e-book. Au moins, mes choix sont cohérents.
 Je suis sceptique face au concept du banh mi préparé façon panini, mais à défaut d'être authentique, c'est quand même pas mal délicieux. Merci le Peck 47!

Jeudi:
 Munie d'un Cartoville récent, je prépare notre prochain séjour à Munich. J'espère qu'il fera beau: la description de la moitié des restos comporte la mention "Biergarten à l'ombre des marronniers".
 Deux jours que je ne décolère pas face à ce qui vient de se passer en Alabama. Les extrémistes de droite, ces gens qui protègent les foetus mais ne trouvent rien à redire au fait qu'on abatte des Noirs en pleine rue ou qu'on laisse crever les réfugiés, et qui interdisent l'avortement plutôt que les armes semi-automatiques.
 Et la dernière couv' de Valeurs Actuelles, qui qualifie d'"Inquisition féministe" les revendications de parité, de légalisation de la PMA et d'adoption de l'écriture inclusive, on en parle? Jamais j'aurais cru qu'il ferait encore aussi mauvais être une femme au XXIème siècle dans des pays soi-disant développés.

Vendredi:
 Plan B de carrière: écrire un livre de développement personnel nommé "Comment rester sain d'esprit et relativement heureux dans cette époque désespérante"; le faire rembourser par la Sécu à la place de l'homéopathie et traduire en 120 langues; en vendre des milliards à travers toute la planète; ne pas m'enfuir fiscalement à l'étranger; utiliser ma célébrité pour propager l'Inquisition féministe sur les réseaux sociaux.
 Contacté spontanément, un éditeur ami d'amies me répond qu'il a déjà une équipe complète et qu'il publie de moins en moins d'étranger (ce dont je me doutais, vu que c'est le cas partout), mais qu'il veut bien m'ajouter à sa liste de traducteurs "de secours" si je lui envoie mon CV. J'ai pris l'habitude de référer les gens à mon profil LinkedIn et n'en ai donc pas de tout prêt, mais ça m'occupera ce week-end.
 J'écrase une larmichette à la fin de l'ultime épisode de  "The Big Bang Theory". La série a connu des variations de qualité au cours de ses 12 saisons, et il y avait deux-trois trucs qui m'énervaient assez fort chez les personnages ou dans la façon dont ils étaient traités. Mais je suis encore plus triste qu'à la fin de "Friends", parce que je m'identifiais encore plus à Sheldon Cooper (49 point de QI et un doctorat de physique en moins) qu'à Monica Geller. Je suis aussi un peu inquiète de constater que dans toutes les séries, je m'identifie systématiquement au pénible de la bande.

Samedi:
 Après ma crise d'angoisse d'hier soir, je préfère annuler l'excursion prévue à Mons de crainte de rejouer l'Ostende-Gate du mois dernier. A la place, nous restons sagement à Bruxelles et allons dans le centre visiter l'expo "Intimate Audrey", qui réunit des centaines de photos privées pour la plupart jamais montrées auparavant.
 La NVA (parti d'extrême-droite flamand) a un char dans la Gay Pride. Je.
 Philou, de passage pour les 20 km de Bruxelles, nous rejoint au Comptoir Florian pour un thé et un gâteau; puis nous allons dîner juste à côté au Little Tokyo. Je suis ravie de cette sortie impromptue jusqu'au moment où mon ami de presque 30 ans, pas sexiste pour un sou, me sort au sujet du droit à l'avortement: "Oui enfin, y'a des batailles plus importantes que ça en ce moment". Je réplique "Droit de la moitié de l'humanité à disposer de son corps", "Pas d'utérus, pas d'avis"; il s'offusque que c'est un peu facile comme argument, et je préfère réorienter la discussion sur un dessert éventuel que gâcher la fin de la soirée. D'ailleurs, cette sphère chocolat noir-fraises-yuzu était une tuerie.

Dimanche:
 A la rentrée prochaine, Darklulu fêtera donc ses 13 ans en sport-études à plus de 500 km de chez lui. Ma soeur et David sont des parents héroïques (qui, à mon avis, connaîtront bientôt par coeur la portion d'autoroute entre Toulouse et Grenoble).
 Comme prévu, refaire un C.V. me prend des plombes et me colle la migraine. Et je n'ai que des photos de moi où je suis en train de faire l'andouille ou éventuellement de picoler. Pour inspirer confiance, on repassera.
 Chouchou a passé les derniers jours à tenter d'exterminer l'humanité à coups de virus et autres champignons meurtriers; ce soir, il se met au lit avec le manga tiré du bouquin de Marie Kondo. Je ne sais pas lequel des deux me fait le plus peur.

3 commentaires:

Morgan a dit…

Les attaques contre les femmes (et les minorités de manière générale) sont d'une telle violence en ce moment... Vraiment, "L'humanité disparaîtra, bon débarras !"

Allie a dit…

Je ne suis pas d'accord, c'est Ross le pénible de la bande !

elmaya a dit…

Ton plan B, si tu le mets en « pré-vente », préviens-moi, je m’inscris tout de suite. Bien besoin de ça … (Moi aussi, j’ai mal au coeur en voyant la régression de la situation des femmes en ce moment… et des libertés en général.)