mercredi 1 mai 2019

SPOILERS: Pourquoi j'ai été hyper déçue par l'épisode 3 de la saison 8 de "Game of Thrones"


The Night King is not impressed, and neither am I

La semaine dernière, j'ai A-DO-RE l'épisode 2: 10 ans d'investissement émotionnel dans les personnages qui payaient de la plus belle des façons, avec ce qui ressemblait fort à un très émouvant au revoir général avant le massacre. Connaissant la propension de la série à surprendre ses spectateurs (même s'il n'y a en vérité eu aucun gros coup de théâtre depuis le Red Wedding à la fin de la saison 3), j'avais peur pour tous nos héros. Je me préparais à regarder mourir héroïquement les trois quarts d'entre eux, et d'un côté j'aurais été super triste, mais de l'autre, j'aurais trouvé ça normal et logique. 

Ca fait 10 ans - et même davantage pour ceux d'entre nous qui lisaient les livres avant la création de la série - qu'on nous serine que les petits conflits de succession, c'est bien mignon, mais que le véritable enjeu, ça va être la guerre entre les morts et les vivants. Depuis le début, le spectateur SAIT que la question n'est pas de savoir qui finira assis sur le siège le plus inconfortable de l'histoire de l'ameublement, mais si l'humanité survivra au déferlement des zombies du froid. Qui ont aimablement baguenaudé dans les pâturages de glace et mis des années à atteindre le Mur, histoire de laisser à leurs adversaires incrédules le temps de se réunir pour les affronter. 

Et puis voilà, le Night King arrive au contact, et après une heure vingt de décisions stratégiques pourries de la part des défenseurs de Winterfell (envoyer la cavalerie au casse-pipe toute seule, mettre les fantassins devant les barricades plutôt que derrière, planquer les femmes et les enfants dans les cryptes alors que l'ennemi relève les morts...), il est vaincu par un quasi tour de passe-passe qui neutraliste simultanément et très commodément toute sa horde. Les showrunners nous ont bien eus: le boss final, en fait, ça va être Cersei.

HEIN?

SERIEUSEMENT?

Mais ce n'est pas tout. Ce tour de passe-passe survient sans qu'aucun personnage majeur ait été sacrifié. Theon et Jorah, tous les deux arrivés au bout de leur arc narratif, étaient partants à 100%. Edd, franchement, on s'en fout. Et si Lyanna a eu une très belle mort (un des meilleurs moments de cet épisode), elle n'était qu'un chouette personnage secondaire arrivé sur le tard dans la série et n'ayant pris autant d'importance que grâce au jeu génial de la petite actrice qui l'interprétait. Pour le reste... Tout le monde a miraculeusement survécu. Même Jaime et Brienne submergés à plusieurs reprises; même Grey Worm qui se tenait en première ligne des Unsullied; même Sam qui ne sait pas se battre et qui avait une enseigne rouge clignotante "Je suis une victime" sur le front. Même Bran qui, sachant déjà qu'il s'en tirerait, a jugé le moment opportun pour aller faire une balade à dos de corbak - ça valait le coup de lui filer le pouvoir de warg, dites donc, je suis impressionnée. (Non.)

Alors oui, OK, la tension est à couper au couteau pratiquement d'un bout à l'autre. J'avais vraiment le souffle court et le coeur qui battait super fort toute seule devant mon écran. Les scènes de bataille sont spectaculaires à souhait et font jaillir l'adrénaline. J'ai particulièrement aimé l'embrasement des épées des Dothraki, Brienne qui crie "Stand your ground!", Arya qui joue au derviche tourneur avec son quarterstaff customisé. J'avais presque oublié Mélisandre; son retour était une excellente surprise - surtout qu'elle a servi à quelque chose, ELLE. (Oui, c'est vous que je regarde, Dany et Jon. Félicitations, vous êtes les heureux gagnants ex-aequo du Grand Prix de la Spectaculaire Inefficacité cette semaine.) Et coeur avec les doigts sur Sansa et Tyrion pour la brève réminiscence de leur à peine moins bref mariage sur fond de "Walking Dead".

Mais je suis hyper déçue. J'ai l'impression qu'on m'a volé l'enjeu dans lequel j'avais investi pendant une décennie. Dans le preview de l'épisode 4, Dany dit: "Nous avons gagné la Grande Guerre; maintenant, nous allons livrer la Dernière Guerre". Et j'avais juste envie de lui crier: "Mais quelle guerre, bordel? C'était juste UNE bataille. Impressionnante et tout, mais au final, remportée beaucoup trop vite et beaucoup trop facilement. Tu veux que je t'en file, de la vraie menace envers l'humanité? Je vais tourner un reboot de GoT où Westeros sera frappé par le réchauffement climatique. Et je filerai le rôle d'Arya à Greta Thunberg, et on verra ce qu'on verra!".

Il reste 3 épisodes aux showrunners pour nous surprendre. J'espère vraiment qu'ils vont sortir un atout de leur manche et bluffer tout le monde avec. 

4 commentaires:

Loïc a dit…

Traite moi de naïf, mais je partage tellement ton avis que je me refuse de croire qu'on en a fini avec les marcheurs blancs... Ce n'est pas possible que cette grande menace disparaisse ainsi et je veux croire, qu'on va en reparler. C'est beau l'optimisme.
D'accord avec toi sur le ressenti et l'analyse en tout cas.

Méghane a dit…

J'étais certaine que Jaime allait y passer, et suis également très déçue que les scénaristes n'aient eu le courage de tuer aucun personnage principal. Daenerys n'a rien tiré de sa confrontation précédente avec le NK, et aurait bien mérité de mourir clouée au sol avec son dragon.
Le making-of de l'épisode était plus intéressant que l'épisode lui-même.

Sandra de Hannut a dit…

En demi teinte ici aussi, on se dit qu'ils ont très peu de chance contre Cersei(qui est super tranquille chez elle depuis le début) et ses énormes troupes. A moins que Tyrion trouve "LE" truc.

Cécile de Brest a dit…

Daenerys m'agace très fortement depuis le début, finalement, j'aurais été contente qu'elle y reste. Raté ! J'avais parié sur la mort de Brienne et de Jaime, encore raté !
Bref, je suis moi aussi déçue et je finis par me dire "tout ça pour ça".