jeudi 28 mars 2019

[PORTO] Où l'estomac et les mollets en prennent un coup




Obliger les gens à se lever à 6h30 pour ensuite les faire attendre presqu'une heure dans l'avion que les contrôleurs aériens partiellement en grève lui trouvent un créneau de décollage, ça frise la cruauté mentale. Et le concept des frites servies à bord d'un avion, on en parle?  "On a du liquide pour prendre les tickets de métro?" "Quand tu dis "on", on est bien d'accord que c'est "tu", donc moi, vu que toi tu n'en as jamais?" ★ Et donc, attention amis touristes: si vous choisissez l'option "2 titres", la machine ne vous donne pas 2 fois 1voyage, mais 1 fois 2 voyages ne pouvant être utilisés par 2 personnes différentes.  J'avais totalement oublié qu'au Portugal les "fries" servies avec les burgers sont en fait de simples chips et que par défaut, la viande de boeuf est bien cuite alors que je l'aime saignante.  Une fois de plus, la serveuse pose automatiquement la boisson alcoolisée (un cidre pression) devant Chouchou et la limonade devant moi.  Comment ça, on passe directement du 61 au 65 alors que notre logement est censé se trouver au 63? Une fois n'est pas coutume: notre appartement Air BnB est plus grand et plus agréable que les photos ne le laissaient supposer. Je regrette moins de ne pas avoir pu relouer le T2 sublime près de la gare.  L'exploit du jour: ressortir d'A vida portuguesa les mains vides (Chouchou, en revanche, s'est acheté des sardines).  Désormais, les photos sont autorisées à la livraria Lello, mais l'entrée coûte 5€... récupérables sous forme de bon d'achat. Excellent prétexte pour craquer sur une mignonne édition de "Contes choisis" d'E.A. Poe.  A la caisse, se retrouver derrière les deux filles qui nous précédaient déjà dans la file d'attente pour les distributeurs de tickets de métro, et qui ont acheté par erreur 1 fois 2 voyages.




La librairie-bar à cocktails d'en face n'est qu'une façade de librairie, et à peine un bar à cocktails si on considère que dans chaque verre flottent 3 glaçons de la taille de l'iceberg qui a coulé le Titanic. Mais le serveur m'appelle "Miss" quand je vais payer, alors ça compense un peu. (Non.)  Dommage: les travaux en cours défigurent la rua das Flores que j'avais tant aimée la dernière fois.  Golden hour sur la cais da Ribeira: un de ces moments où il te semble que la vie sera toujours douce et que rien de grave ne pourra jamais arriver en ce monde (Non plus.) (Hélas, trois fois hélas.)  Au bout de 12 ans et demi de relation, j'ose enfin avouer à Chouchou ma passion coupable pour les fenêtres à guillotine. ★ Comment ça, il ne reste que des tables en terrasse chez Brick?  Finir au Hard Rock Café où on n'avait pas mangé depuis longtemps, et où je n'arrive même pas à avaler la moitié de ma monstrueuse assiette de twisted mac, chicken and cheese. J'avoue, je ne suis pas aidée par le poivron rouge visiblement collé là pour faire couleur locale.  "C'est qui qui chante?" "Tu ne reconnais pas la voix? Elle est quand même très particulière." "Led Zeppelin?" "Non, c'est... c'est... rhâââ merde je ne trouve plus leur nom... (chantonne très faux) The hypocrites are slandering the sacred halls of truth... Rush! Je ne connais pas cette chanson-là, mais la voix et le son, je suis sûre que c'est Rush!" (Oui.) (Maintenant je veux réécouter "A farewell to kings".)  J'avais aussi oublié à quel point Porto, c'est rude pour les gens habitués à un terrain urbain plus ou moins plat. Il est encore loin, l'appartement?

3 commentaires:

elmaya a dit…

Votre R B’n’B, c’est l’équivalent local du 12 Square Grimmaurd ? :-)

Isabelle Pernot a dit…

Ta robe me fait de l’œil depuis que j'ai vu les photos sur Insta. Je peux te demander d'où elle vient ?

ARMALITE a dit…

@Isa: c'est une Cora Kemperman d'il y a quelques années; je recommande leurs robes (disponibles sur leur site internet) pour leur côté confortable et super facile à vivre :-)