vendredi 15 février 2019

[BRUXELLES] Les brunchs du dimanche (55): Train Bistro





J'adore les trains - mon petit côté Sheldon Cooper, sans doute. Alors, quand j'ai lu plusieurs critiques de blog élogieuses sur le brunch d'un nouveau restaurant appelé le Train Bistro et situé à deux pas de mon musée bruxellois préféré, le Train World, je me suis dépêchée de réserver une table pour le dimanche suivant. 

Arrivés à midi tapantes, nous avons été accueillis par le très enthousiaste et très aimable propriétaire. J'ai trouvé la salle sombre, et les petites tables fort proches les unes des autres, mais me suis dit qu'il s'agissait sans doute de rendre l'atmosphère d'un vieux wagon-restaurant. Pourquoi pas. Nous avons commandé deux boissons (non incluses dans le forfait de 25€) et, munis d'une assiette, sommes partis voir ce que le buffet avait à offrir. 





Et là, j'avoue, la déception a été grande. Avec une salle seulement à moitié pleine et à l'heure de plus grande affluence supposée, les plats étaient aux deux tiers vides. Nous avons dû revenir plusieurs fois à vingt minutes d'intervalle pour réussir à composer l'équivalent d'un repas. La corbeille à pain, qui ne contenait que des miettes, a fini par se remplir de tranches mal décongelées. Il y avait une machine à faire cuire les oeufs mais pas d'oeufs. Les mini-croissants - et j'en ai vu passer trois fournées successives - étaient systématiquement bien trop cuits, brun foncé et desséchés. Le rôti tout juste sorti de la cuisine était froid, les légumes au four durs et pas assaisonnés. Des deux tartes salées, l'une était brûlée et l'autre insuffisamment cuite; même après les avoir goûtées, je n'aurais pas su dire ce qu'il y avait dedans tant elles étaient fades. Un vrai massacre. 




Pour être tout à fait honnête, nos limonades maison étaient bonnes, et les gâteaux du buffet dessert corrects bien que trop sucrés à mon goût. La carte des vins, dans laquelle je n'ai pas pioché, m'a également paru décente. Mais malgré un service souriant et une déco intéressante dans son genre, je n'étais pas du tout contente de payer presque 60€ à deux pour avoir aussi mal mangé. Le propriétaire, à qui je faisais poliment part de mes griefs,  s'est excusé en me disant qu'ils étaient ouverts depuis trois semaines seulement, et qu'ils avaient ce jour-là des malades dans l'équipe de cuisine. Reste qu'il ne me reverra pas. Et que si vous avez vraiment envie de tester son brunch, je vous conseille d'attendre que l'organisation soit mieux rôdée. 

Avenue Georges Rodenbach 6
1030 Bruxelles


Mon cultivateur de bonnes habitudes

2 commentaires:

Méghane a dit…

Urgh... Du pain congelé, c'est vraiment scandaleux, quel que soit le prix du brunch. Et cette petite cuillère qui glisse dans le plat de viande et légumes braisés ne m'inspire pas trop confiance non plus. C'est un coup à devoir la repêcher au fond avec ses doigts (je suis légèrement maniaque de l'hygiène ^^').

Le propriétaire, se rendant compte des problèmes d'organisation/cuisine, aurait pu inclure les boissons dans sa formule ce jour-là. Vraiment triste, surtout que 60€, ça fait une très grosse somme pour un déjeuner raté :/

ARMALITE a dit…

@Méghane: Je trouve aussi... La plupart de nos dîners au resto nous coûtent moins cher que ça!