lundi 28 janvier 2019

L'authenticité plutôt que la perfection





J'ai passé la semaine dernière à bosser et faire du yoga sans mettre le nez hors de chez moi. Du coup, je n'avais rien de sympa à poster sur Instagram, et même si ce n'est pas du tout une obligation, ça me manquait. N'ayant personne sous la main pour me prendre en photo, je me suis dit que j'allais apprendre à me servir de la fonction retardateur de mon Lumix et immortaliser les poses un peu difficiles de mes séances quotidiennes de yoga. La planche latérale, par exemple. Ou le danseur. J'ai fait plusieurs essais pour obtenir des clichés satisfaisants et... j'ai eu honte à l'idée de les poster. Je n'ai pas une silhouette athlétique ni plaisante à regarder, et ces postures, je suis capable de les faire, mais je ne les réussis pas spectaculairement bien non plus. Alors que sur Instagram, c'est plein de vingtenaires élastiques comme du chewing-gum, avec des cuisses fuselées et un ventre concave. D'ailleurs, me suis-je dit tristement en pianotant sur mon iPad, il suffit d'aller voir le hashtag du challenge en cours d'Adriene.

...Sauf que quand j'ai validé #ywadedicate, je suis tombée sur une incroyable variété de pratiquantes.  Des débutantes complètes encore au stade de la vague approximation. D'autres juste assises en sukhasana. Des femmes obèses en lycra moulant. Des dames bien plus âgées et rouillées que moi. Et puis des lianes dans des équilibres absolument incroyables, à jamais hors de ma portée. Bref, des gens qui y arrivaient beaucoup mieux que moi, et d'autres qui y arrivaient beaucoup moins bien - ce qui est le cas pour à peu près tout dans la vie, qu'on parle de choses pour lesquelles on est doué ou pas. J'ai beau chanter atrocement faux, il y pire casserole que moi. J'ai beau écrire bien, il y a largement meilleur que moi. Et en fait, personne n'était là pour chantonner "nananère", "je vais vous en mettre plein la vue", "voyez comme je réussis cette posture mieux que vous". Tout le monde était là pour dire sa fierté d'avoir pris le temps de dérouler son tapis au cours d'une journée chargée, d'avoir tenu l'engagement de se faire du bien avec cette pratique. Bref, c'était une démonstration de self-love et non de vanité. 

Je dis toujours que je ne suis en concurrence qu'avec moi-même, que mes seules vraies victoires sont celles que je remporte sur mes propres limitations, mes propres peurs, mes propres préjugés. Malgré le narcissisme apparent de mes photos de yoga, je trouvais ça plutôt pertinent d'utiliser un réseau social pour dire: "Je m'entraîne régulièrement depuis des mois; j'ai obtenu ce résultat à force de persévérance et ça m'apporte une profonde satisfaction". Le renforcement positif est rarement une mauvaise idée, surtout quand il peut inspirer d'autres gens. 

Reste l'aspect esthétique du truc. J'ai beau avoir fait la paix avec mon corps imparfait, le vivre bien de l'intérieur et l'exhiber dans un état vulnérable sont deux choses extrêmement différentes. Même en sachant que les gamines de 16 ans qui s'affichent en couverture des magazines féminins s'affament à longueur d'année et/ou possèdent un métabolisme exceptionnel, même en sachant que les actrices d'Hollywood ont le temps et les moyens de s'occuper d'elles et qu'on les photoshope copieusement dans les reportages qui leur sont consacrés (sauf Jameela Jamil qui exige par contrat de ne pas l'être - elle, je l'aime d'amour), ça reste difficile de se prendre en pleine face à quel point on s'écarte des critères esthétiques en vigueur, si absurdement irréalistes soient-ils. 

Pourtant, je suis tout le contraire d'une personne obsédée par son apparence. Je ne me maquille plus depuis des années; je me fiche royalement que de parfaits inconnus me trouvent baisable ou non; je choisis mes fringues pour leur confort au moins autant que pour leur joliesse, j'estime que la pilosité féminine n'est pas plus honteuse que sa contrepartie masculine et ne doit pas être éradiquée à tout prix. J'attache très fermement ma valeur d'être humain et mon estime de moi à d'autres critères que mon poids, la lisseur de ma peau ou la fermeté de mes chairs. Mais rien à faire: quand je vois des photos peu flatteuses de moi (pratiquement toutes, donc, à l'exception de certains portraits pris par mon amoureux selon des critères ultra stricts), ça me heurte et ça me fait honte. Pas pour ce que les gens pourraient penser de moi, vu que je m'en fiche royalement, mais parce que mon propre dégoût  résiduel me choque après tout le travail de déconstruction et d'acceptation que j'ai fait sur moi. 

Si je réagis comme ça face à une simple photo, alors que je ne suis pas non plus un monstre et que j'ai globalement une excellente estime de moi, j'ai peur de penser à l'enfer que doit être le quotidien des femmes moins sûres d'elles. Peur de penser à toutes les contributions sociales importantes qu'elles s'empêchent de faire de crainte d'être jugées sur un détail physique. Peur de calculer le temps et l'énergie qu'elles gaspillent à gommer des imperfections subjectives au lieu de prendre fièrement d'assaut le monde de la politique, de l'entreprise, de la recherche médicale ou que sais-je d'autre. Et je me dis que pour lutter contre ça, il faut qu'on se force toutes un peu à dépasser notre conditionnement. Alors, j'ai posté mes photos de yoga. Ce n'est pas un acte révolutionnaire. C'est juste une manière de dire: "Voilà, je suis comme ça et je ne devrais pas le percevoir comme un problème; donc, je vais me faire violence et m'afficher ainsi, dans la meilleure version dont je suis capable mais sans trafiquer le résultat, en me focalisant sur tout le positif qu'il y a dans cette image et en ignorant le reste jusqu'à ce qu'il cesse réellement de me préoccuper. En pensant authenticité plutôt que perfection." 

Dont acte. Coucou c'est moi; je fais du yoga tous les jours depuis plusieurs mois; je suis grosse et pas hyper gracieuse, mais j'arrive à prendre mon pied dans ma main et à rester en équilibre sur une seule jambe - et j'emmerde mon critique intérieur. 


Mon cultivateur de bonnes habitudes

15 commentaires:

Sunalee a dit…

Ce que tu dis par rapport au groupe de yoga, je le retrouve aussi dans les groupes de couture du facebook: il y a des femmes des tous les âges et de toutes les formes, et jamais aucune n'est critiquée pour ça. Au contraire, tout le monde encourage tout le monde et aide les autres à mieux ajuster les vêtements cousus, peu importe le corps. La bienveillance existe, malheureusement elle est trop absente à certains endroits et je le regrette.

La Nébuleuse a dit…

Les réseaux sociaux nous amènent à nous comparer en permanence... Moi je trouve que tu la tiens très bien cette position, et tu as bien raison d'envoyer valdinguer les complexes. Les images lisses de yoga spectaculaire ne représentent pas la réalité de la pratique pour la plupart des gens (ma prof cette année avec la soixantaine, petite, pas particulièrement le "profil" mais super forte)

Ladypops a dit…

Je suis capable de tant de bienveillance avec les autres alors qu'il m'est impossible d'en avoir pour moi.
Tu parles de poils dans ton texte et ça m'a fait penser au fait que j'ai dû attendre 41 ans avant d'oser aller montrer les miens à une esthéticienne pour les faire enlever au laser. Aux yeux du reste du monde, c'est une question financière, mais en vrai, alors que mes copines se faisaient épiler en institut depuis leurs 16 ans, moi je n'ai jamais osé. Pas par manque d'argent, mais parce que je ne voulais pas exposer mon corps aux yeux d'une esthéticienne qui aurait déjà vu celui de mes amies autrement plus fines que moi ou aux yeux d'une étrangère qui a des clientes autrement plus "parfaites" que moi. Ça va jusque là... Heureusement, mon cher et tendre compagnon de toujours est le seul avec lequel je n'éprouve aucune honte, il a vu mon corps sous toutes les coutures et notamment en version baleine porteuse.
Ma tête me dit que je n'ai rien à envier à personne, de regarder ce que j'ai accompli et il y a même des jours où je me sens plutôt pas mal. Je suis entourée de gens bienveillants, mais je crois que j'ai trop longtemps été le vilain petit canard, je ne sais plus comment faire pour devenir cygne...

Anonyme a dit…

Bonjour Armalite!
Elle est magnifique cette photo!
Lire ici régulièrement que vous pratiquez le yoga quotidiennement m‘a fortement motivé à m‘y remettre. J‘avais oublié comment cela me faisait du bien et quel plaisir j‘y avais... Merci à vous pour ce cadeau!
Et pour revenir à la photo: personnellement je serais très heureuse d‘en voir régulièrement de vos progrès! (Si un jour je réussi un corbeau, je promets d‘en faire une aussi)
Je vous embrasse (si je peux me permettre)
Céline

ARMALITE a dit…

@Céline: Vous pouvez m'embrasser, vous pouvez même me tutoyer :-) Et je suis toujours ravie d'inspirer une lectrice, c'est le meilleur usage possible d'un blog!

Sophie a dit…

Tu es (comme souvent) dans le vrai - et pour cela, chapeau bas.
Par ailleurs, ta posture est (selon moi) à la fois authentique, parfaite ET esthétique - et pour cela, des bisous et des hugs virtuels (si je peux me permettre ;-).

ARMALITE a dit…

@Sophie: Ouais, ouais, envoyez les bisous! Par contre à ma grande honte, ma posture n'est pas tout à fait correcte: j'ai fait un bras de danse classique au lieu d'un bras de yoga; ma paume devrait être tournée vers le ciel et mon coude légèrement plié. Depuis que je m'en suis aperçue, je ne vois plus que ça. Mais c'est bien, ça m'évite de focaliser sur le reste! ^_^

Furettekonk a dit…

Je crois que grâce à vous je vais me remettre au yoga. Cela me manque et vos photos me motivent. Vous avez tellement raison d'agir dans ce sens. J'adore votre honnêteté, votre authenticité. Merci pour tout ca!

Anonyme a dit…

Bonjour Armalite,

Je te comprends, j'ai aussi du mal à accepter mon corps et le fait que je ne corresponds pas aux critères esthétiques en cours. Je me dis souvent que le monde est mal fait et que tout serait tellement plus simple si tout le monde avait un corps esthétiquement parfait...
Mais j'ai un physique proche du tien et j'aime beaucoup te voir en photo, ça m'aide quelque part à mieux m'accepter, dans la mesure où ne voir que des corps parfaits peut être déprimant à la longue... Et en général je te trouve très jolie. D'ailleurs, j'ai relu récemment tes anciens posts et j'ai été frappée par ta "beauté", je t'ai trouvée toute mignonne. Comme quoi notre regard change avec le recul, et je suis sûre que tes photos de yoga actuelles te paraîtront beaucoup mieux dans quelques années.
Sinon, grâce à toi je viens de me mettre au yoga avec Adrienne et ça me plaît beaucoup! C'est la première fois que je fais du yoga seule chez moi comme ça, même si j'ai déjà pris des cours collectifs.
Alors merci pour ton authenticité, c'est ce qui me plaît personnellement.

Ness a dit…

J’ai une question peut-être ridicule. Quand tu réussis une posture compliquée au départ pour toi, tu penses que c’est parce que tu t’es musclée et tonifiée par la pratique ou c’est surtout une question d’acquisition d’equilibre/respiration/concentration/souplesse?

ARMALITE a dit…

@Furettekonk et Anonyme: Je suis super contente que des gens se mettent ou se remettent au yoga motivés par mon blog; là j'ai vraiment l'impression de faire quelque chose d'utile en partageant ma petite vie!
@Ness: Ca dépend des positions. Par exemple, le danseur qu'on voit sur la photo, c'est de la souplesse et de l'équilibre purs. La planche latérale que j'avais postée la veille sur IG, c'est essentiellement du gainage - des abdos, quoi. Dans la séance d'aujourd'hui, il y avait une sorte de grand écart debout: tu es en équilibre sur une jambe, avec l'autre levée le plus possible, le buste collé à ta jambe de terre, et idéalement tu dois attraper ta cheville à deux mains. Là, c'est 20% de muscles, 20% de souplesse et 60% d'équilibre, je dirais. Je sais que je n'arriverai jamais à faire les postures qui exigent une grande ouverture de la cage thoracique et/ou des biceps en béton, mais y'a toujours moyen de progresser sur le reste :-)

amélie a dit…

Merci pour ce post !
La self bienveillance est souvent ce qui nous paralyse...
Et merci aussi pour le challenge d'Adrienne : j'étais - je suis toujours - débutante, mais grâce à toi, j'y ai pris goût

FraiseDesBois a dit…

*gif de petit animal mignon*

Awwwww ces commentaires, des bisous à toutes tiens.

et comme d'habitude tu frappes juste là où ça fait du bien

Même si j'ai fail le yoga pour l'instant, ça me motive et ça me fait du bien de te lire (et de lire les commentaires)

Cyrielle a dit…

C'est dingue comme tu as réussi à parfaitement mettre des mots sur ce que je pense et ressens !
On a tellement besoin de lire ce genre d'articles... ça fait du bien :-)

LaurenceDeBxl a dit…

J’adore cet article! Merci!