jeudi 12 décembre 2019

2019: l'année où...




Le fabricant du You Zi Hua Cha a cessé l'exportation vers l'Europe - mais j'ai fini par lui trouver un remplaçant vietnamien à Paris.
Mon ophtalmo bien-aimée a pris sa retraite.
Attila a eu son bac et entamé des études de médecine, tandis que Darklulu partait en sport-études à Grenoble.
J'ai réalisé mon rêve de visiter le château de Neuchswanstein et eu un gros coup de coeur pour la vieille ville de Tallinn.
Je suis retournée à Porto et à Vienne pour un deuxième séjour très réussi.
J'ai connu deux mois de chômage technique suivis par une surprenante embellie professionnelle.
J'ai découvert les bienfaits de la couverture lourde contre le stress et les angoisses.
J'ai (enfin) fait réparer l'éclairage de ma cuisine et acheté un lave-vaisselle.
J'ai investi dans un canapé avec méridienne pour le salon de Bruxelles et un fauteuil de lecture pour la bibliothèque de Monpatelin.
J'ai remplacé mon vieil iPad par un iPad mini que je me suis mise à trimballer partout, tombant ainsi à moitié dans les travers des utilisateurs de smartphone.
J'ai été hyper déçue par la fin de "Game of Thrones" et celle de "La Passe-Miroir".
J'ai fini par accepter mes limitations sociales et comportementales de probable autiste.
J'ai fait du yoga très régulièrement, pas tous les jours comme je l'ambitionnais, mais assez souvent pour en retirer un vrai bénéfice et pour que dérouler mon tapis devienne mon premier réflexe chaque fois que je me sentais mal.
J'ai arrêté de boire de l'alcool pour lutter contre mes migraines de plus en plus fréquentes. 
J'ai commencé à avoir des bouffées de chaleur sans pour autant entamer ma ménopause.
Et ma tension déjà en hausse l'an dernier est montée jusqu'à la limite de l'acceptable avant traitement.
De son côté, Chouchou a été diagnostiqué pour de multiples problèmes de santé qu'il traînait sans doute depuis très longtemps.
L'accélération palpable du réchauffement climatique, la montée des extrémismes et la destruction des acquis sociaux en France m'ont souvent donné un sentiment d'apocalypse imminente.

mercredi 11 décembre 2019

[TOULON] Best of 2019




Quand je dis "Best of", entendons-nous bien: je n'ai pas tout testé. Il ne s'agit pas d'un palmarès exhaustif, juste des adresses que j'aime, que je fréquente régulièrement et que je suis prête à recommander les yeux fermés. Toutes se situent dans le centre-ville et sont à distance de marche les unes des autres. J'actualise cette liste d'année en année. 

RESTAURANTS

Cuisine italienne sublime; pâtes maison préparées le jour même avec des produits importés d'Italie,  et pizza napolitaine dont la recette figure au patrimoine de l'Unesco. Le restaurant s'est dédoublé en récupérant un second local situé juste derrière le premier. Terrasse (couverte en hiver). Réservation conseillée.

Cuisine fraîcheur avec les produits du marché voisin. Déco fantaisiste et colorée. Plats légers et souvent inventifs. Mais le meilleur, ce sont les desserts de Gilles, qu'on peut également savourer l'après-midi avec un thé Mariage Frères ou un chocolat chaud maison. Terrasse presque toute l'année.

O garden, 6 rue Emile Zola (à côté de la cathédrale)
Le midi seulement. Cuisine multi-culturelle et healthy, avec de grandes salades variées et délicieuses - ma préférée: la Pattaya, d'inspiration asiatique. Service un peu lent aux heures de pointe, mais ça vaut la peine d'attendre. Terrasse quand la météo le permet.

Le resto des artistes, 10 rue de l'Humilité
Cuisine du marché savoureuse et salle à l'ambiance intimiste dans une toute petite rue près de l'Opéra.

Les tables de la fontaine, place Gustave Lambert
C'est le resto le mieux noté de Toulon sur TripAdvisor, et il le mérite. Accueil toujours au top. Spécialités du sud-ouest à déguster dans une salle à l'atmosphère chaleureuse ou, si la météo le permet, sur la jolie terrasse au calme devant la fontaine. Ouvert le soir seulement le vendredi et le samedi. Pensez à réserver.

Les têtes d'ail, 22 rue des Bonnetières
Pour la carte provençale variée et savoureuse, qui change tous les jours, mais surtout pour profiter de la place en zone piétonne garnie d'oliviers et de fontaines, les jours où il fait beau.

Le Bistrok, 19 rue Picot
Mon dernier coup de coeur en date. Pour la carte à base de plats asiatiques revisités, la qualité de l'accueil et l'ambiance indus chaleureuse.  

dimanche 8 décembre 2019

La semaine en bref #100




Lundi:
★ Livraison de mon lave-vaisselle. Au premier coup d'oeil, je constate que le panier (fixe) de dessus est tellement bas que mes assiettes plates ne rentreront pas dans celui de dessous. Mais après avoir mis des années à me décider pour en acheter un, j'ai la flemme de le renvoyer et de tout recommencer à zéro. De toute façon, quand je suis seule, je salis surtout des mugs, des bols et des couverts.
★ Arrivée du thé vietnamien à la fleur de pamplemousse envoyé par Shermane. Je le goûte immédiatement. Sur une échelle de 1 à 10, 1 étant le Lipton jaune et 10 le You Zi Hua Cha, je lui attribue un petit 9. Autrement dit, il fera très bien l'affaire, d'autant que le vendeur est disposé à me l'envoyer par la Poste quand j'aurai épuisé ce premier sachet. Hourra!

samedi 7 décembre 2019

[NOEL 2019] 10 idées de bédés à offrir aux grands




Tout le monde aime les albums de Pénélope Bagieu ou Riad Sattouf; du coup, la personne pour qui vous cherchez un cadeau risque fort de les avoir déjà lus! Voici quelques suggestions de bédés moins connues, mais qui me semblent susceptibles de plaire aussi bien aux fans du genre qu'à ceux qui en lisent peu. A une exception près, ce sont toutes des histoires complètes.

"Nous vivons chez nos chats": La journée ordinaire d'un couple d'artistes très amoureux, qui travaillent à la maison et doivent affronter deux deuils parallèles. Une tranche de vie réaliste et hyper touchante. Ma critique détaillée ici.  

jeudi 5 décembre 2019

[TOULON] Le Bistrok




Depuis son ouverture au début de l'été, je voulais tester ce resto-concept où tout est à vendre: les meubles, la vaisselle et la déco aussi bien que les plats de la carte (mais pas le personnel... quoi que, vous précise-t-on malicieusement). J'avais déjà tenté ma chance un samedi midi et m'étais heurtée à une porte close. Ma seconde tentative, mardi midi après un rendez-vous médical, fut la bonne.

mardi 3 décembre 2019

Envies délirantes de décembre




Cher Papa Noël,

J'ai été exceptionnellement sage cette année, et ça fait des lustres que je ne t'ai rien demandé. Aussi, tu trouveras ci-dessous une liste de cadeaux tout à fait hors de mon budget, mais que je mérite de découvrir le 25 au pied de mon sapin ma piléa:

Un puzzle en bois artisanal de 900 pièces, représentant les 4 saisons de Mucha (Ce sera toujours moins cher qu'une oeuvre originale de l'artiste, et ça m'amusera plus longtemps.)

Les 3 volumes de l'omnibus de "Sandman" (Te rends-tu compte que je n'ai lu que deux ou trois bribes de cette oeuvre majeure? Mon honneur de lectrice est en jeu.)

Une robe en lin brodée sur mesure par la talentueuse Pinja Heikkinen (Oui, je passe trop de temps sur Instagram.)

Un traitement visage raffermissant "Biotec firm-a-lift" d'une heure et demie, au spa Elemis de Londres (Merci de joindre un aller-retour en Eurostar, ainsi qu'une nuit dans un hôtel de bon goût.)

Un baptême de montgolfière en Suisse (C'est sur ma bucket list depuis si longtemps que ça en devient presque embarrassant.)

Une nuit au Full Moon Lodge de Pairi Daiza (Si possible avec ma soeur, mon beau-frère et mes neveux puisque le logement est pour 6 personnes.)

Et si vraiment tu es disposé à casser ta tirelire: un voyage en Orient-Express: Londres-Vérone, par exemple (Mais honnêtement, n'importe quelle destination me conviendra.)

Merci, bisous.

lundi 2 décembre 2019

Novembre 2019



Lectures de Novembre 2019




ROMANS/RECITS/NOUVELLES
- Un sandwich à Ginza (Yôko Hiramatsu/Jirô Taniguchi) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- The Storm Keeper's island (Catherine Doyle) ♥︎♥︎♥︎
- A witchcraft mystery #9: A magical match (Juliet Blackwell) ♥︎♥︎
- The Starless Sea (Erin Morgenstern) ♥︎♥︎♥︎
- Cruelty (Roald Dahl) - en cours
- Oligarchy (Scarlett Thomas) ♥︎
- Dreamer #1: Call down the hawk (Maggie Stiefvater) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- The last Spell Breather (Julie Pike) - en cours
- La passe-miroir #4: La tempête des échos (Christelle Dabos) - en cours

BEDE/MANGA
- Fruits basket #1 (Natsuki Takaya) ♥︎♥︎♥︎
- Je veux manger ton pancréas #1 (Yoru Sumino/Idumi Kirihara) ♥︎♥︎♥︎
- Kitsune (Stéphane Presle/Thibaut Chimier) ♥︎♥︎♥︎
- La boîte de petits pois (GiedRé/Holly R) ♥︎♥︎♥︎
- Fruits basket #2 (Natsuki Takaya) ♥︎♥︎♥︎
- Five years #5 (Terry Moore) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Fruits basket #3 (Natsuki Takaya) ♥︎♥︎♥︎
- Stand still, stay silent #2 (Minna Sundberg) ♥︎♥︎♥︎♥︎♥︎
- Fruits basket #4 (Natsuki Takaya) ♥︎♥︎♥︎
- Fruits basket #5 (Natsuki Takaya) ♥︎♥︎♥︎
- Nous vivons chez nos chats (Eloisa Scichilone) ♥︎♥︎♥︎♥︎♥︎
- L'atelier des sorciers #5 (Kamome Shirahama) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Gloutons & dragons #7 (Ryoko Kui) ♥︎♥︎♥︎

DIVERS
- Boutiques de Tokyo (Mateusz Urbanowicz) - en cours
- La maison de Madame M (Clotilde Perrin) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Big dreams, daily joys (Elise Blaha Cripe) - en cours

dimanche 1 décembre 2019

La semaine en bref #99




Lundi:
Après plus de deux mois de vaines tentatives pour donner notre ancien canapé-lit, nous nous résignons à appeler les encombrants afin qu'ils viennent le chercher. Ils promettent de passer "entre 7h et 14h" dans une dizaine de jours. Merci d'avance à la Seconde Epouse de Chouchou, qui va venir l'aider à descendre le bouzin sur le trottoir à une heure où l'aube n'aura pas encore blanchi la campagne.
 Chouchou a reçu les verres progressifs commandés pour une bouchée de pain chez Polette, et ils lui conviennent parfaitement. J'espère qu'il en ira de même pour moi l'an prochain.

samedi 30 novembre 2019

[NOEL 2019] Des idées de livres à offrir aux ados




"Magic Charly (1 tome paru): Un Harry Potter à la française avec un jeune héros noir. Beaucoup de références aux classiques du genre, et notamment aux Annales du Disque-Monde de Terry Pratchett. Un de mes grands coups de coeur de l'année, dont ma critique détaillée se trouve ici.

"Chroniques des Cinq Trônes" (1 tome paru): Une saga envoutante et épique entre magie séculaire et combats médiévaux. La mägerie n'obéit qu'à un seul principe : elle ne peut s'exercer qu'à deux. Liutgarde le sait. Elle a pourtant fui Ortaire, l'époux qui lui avait été imposé, renonçant ainsi à son pouvoir. Exilée au nord des terres, elle serait morte sans l'aide des caravaniers et de Rollon, un mäge à l'esprit torturé. Épris l'un de l'autre, Liutgarde et Rollon se déplacent en roulottes avec leur communauté dans l'hostile forêt de la Sylverëe, ancien royaume des Faëes de l'Hiver. Mais l'équilibre de cette vie en cavale va complètement basculer, les obligeant l'un et l'autre à régler les dettes de leurs vies antérieures. Car dans ce monde tout se sait et tout se paie un jour. Leur pouvoir et leur amour suffiront-ils à les protéger ?

jeudi 28 novembre 2019

A few things I'm grateful for





Thanksgiving, que les Américains célèbrent aujourd'hui, a des origines historiques passablement affreuses. Mais outre le fait qu'elle a donné lieu à une scène absolument hilarante dans "Addams Family Values", j'adore l'idée d'une fête annuelle de la gratitude. Surtout en cette saison où la météo maussade et les journées si courtes nous poussent à nous replier frileusement sur nous-mêmes et à ne pas voir plus loin que le bout de notre nez gelé. En vrac, quelques choses pour lesquelles je me sens très reconnaissante au terme d'une année plutôt mouvementée, tant à titre personnel que mondial...

mardi 26 novembre 2019

[NOEL 2019] Des idées de livres à offrir aux 3-12 ans




3-8


JOLIES HISTOIRES:

"La maison en thé": Michèle et ses parents viennent d'emménager dans une nouvelle maison. La petite fille commence à aimer ce nouvel endroit, mais une chose cependant l'intrigue. Tous les jours, à l'heure du goûter, son chat se met à gonfler puis disparaît comme par magie ! Bien décidée à percer ce mystère, Michèle entreprend alors de le suivre discrètement. Sortant d'une plinthe, tremblotante et fumante, une théière fait alors son entrée sur le parquet. Comme une locomotive, elle traîne tout un convoi de porcelaine derrière elle. Ses étranges passagers et son contrôleur poussent alors Michèle à grimper à bord et la voilà, devenue minuscule, embarquée pour une étrange aventure aux accents d'"Alice aux pays des merveilles"...

"Le pull de Noël": C'est Noël ! Le chat Fransson sort pour se promener dans la ville en fête. Heureusement, son beau pull de laine rouge lui tient chaud. Pourtant, au bout d'un moment, une étrange sensation de froid le saisit au ventre : son pull s'est entièrement détricoté en chemin ! Comment va-t-il faire pour tenir bon dans sa maison de carton ? S'ensuit alors une course-poursuite après le dernier fil de son pull. Parviendra-t-il à en retrouver la trace ?

lundi 25 novembre 2019

La semaine en bref #98




Lundi:
Histoire de ne pas trop déprimer pendant les fêtes, je nous réserve une chambre au superbe hôtel 1898 The Post, un jour de semaine entre Noël et le Jour de l'An. Je suis sûre que Gand sera encore plus belle à cette période de l'année!
 Pour la première fois de ma vie, je vais donc utiliser une bouillotte, non pas pour soulager mes douleurs d'endométriose, mais pour remplir sa fonction première: réchauffer mes draps glacés avant de me glisser dedans. 

samedi 23 novembre 2019

"Nous vivons chez nos chats" (Eloisa Scichilone)


Dans une maison rustique, au cœur de l’hiver italien, Elo et Mao essaient tant bien que mal d’avoir un bébé. Difficile pour eux de se ménager des moments d’intimité avec leurs cinq chats qui cherchent à obtenir toute l’attention possible - pires que des enfants, mais si attachants! Un dimanche en apparence ordinaire égrène les attentes, les espoirs et confronte le couple à la perte de deux êtres chers. Heureusement, les facéties félines vont animer cette journée faite de drames et de sourires… 

A l'époque où j'avais des chats, je me suis souvent fait la réflexion que c'était moi qui habitais chez eux et non l'inverse. Du coup, lorsque mon regard s'est posé sur la couverture du roman graphique d'Eloisa Scichilone, ce choix de titre m'a d'abord fait craindre une bédé humoristique - créneau dont je ne suis vraiment pas cliente. Un rapide feuilletage m'a vite rassurée: il s'agissait plutôt d'une tranche de vie réaliste. Et ça, par contre, j'adore!

vendredi 22 novembre 2019

Privilège de classe




Je suis issue d'une famille de Français tout ce qu'il y a de plus moyens. Mes parents travaillaient tous les deux et touchaient un salaire correct de petits fonctionnaires. Mais très marqué par la pauvreté dans laquelle il avait grandi, et à cause de laquelle il avait dû entrer dans la vie active à 14 ans, mon père refusait de dépenser le moindre centime superflu. Il achetait de la bonne qualité pour les choses indispensables: voiture, mobilier, nourriture... Le reste n'entrait tout simplement pas chez nous. Il n'y avait ni magnétoscope ni Canal+ à la maison. Nous ne voyagions pas: nous passions toutes nos vacances chez mes grands-parents maternels, dans le trou du cul du monde un petit village de Haute-Loire. Nous n'allions au cinéma qu'une ou deux fois par an, et nous ne mangions à l'extérieur que le dimanche le plus proche du 31 mars - au Flunch, pour l'anniversaire de mariage de mes parents. Quand j'avais 20 ans, mon petit ami de l'époque s'est gentiment moqué de moi parce que j'entrais dans un restaurant asiatique et goûtais des nems pour la première fois de ma vie... 

mercredi 20 novembre 2019

Les conversations absurdes #79


Chouchou a reçu un nouvel objectif spécial portraits. Il fait des tests et s'extasie sur les performances du bouzin. 
CHOUCHOU: Tu te rends compte? Même dans cette lumière merdique, on distingue chacun des pores de ton nez!
MOI: Le monde avait-il réellement besoin de ça?

lundi 18 novembre 2019

"The Starless Sea" (Erin Morgenstern)


Alors qu'il prépare une thèse sur la narration dans les jeux vidéo, Zachary Rawlins découvre un curieux livre dans la bibliothèque de son université. Parmi les histoires de pirates amoureux, de cités perdues et d'acolytes sans nom, il tombe sur une scène extraite de sa propre enfance. Bien décidé à résoudre cette énigme, il suit la piste des indices présents sur la couverture. Une abeille, une clé et une épée le guident jusqu'à un bal masqué, puis un inquiétant club privé, et pour finir, une porte magique. De l'autre côté de celle-ci s'étend un monde souterrain rempli d'histoires...

8 ans. 

Après le succès mondial de "The Night Circus", que j'avais adoré à l'époque, c'est le temps qu'Erin Morgenstern aura pris pour publier son deuxième roman à la quatrième de couverture si prometteuse. Je l'attendais avec tant d' impatience qu'à minuit une le jour de sa sortie, je le téléchargeais sur ma Kindle.

dimanche 17 novembre 2019

La semaine en bref #97




Lundi:
 La première crève de la saison débute innocemment, par une narine gauche bouchée sans raison apparente. Cette nuit, pour une fois, c'est peut-être moi dont les ronflements empêcheront Chouchou de dormir.

mercredi 13 novembre 2019

Mes trucs anti-migraine




Je suis migraineuse depuis toujours.

Généralement, cela survient de la façon suivante: j'ai eu trop chaud pendant la nuit, et je me réveille avec un mal de tête qui empire au fil de la matinée. S'il devient vraiment très violent, je vomis, et la douleur s'évapore instantanément; sinon, il est parti pour me pourrir toute la journée. En revanche, il persiste rarement jusqu'au lendemain. Il m'arrive parfois, mais c'est beaucoup plus rare, qu'une migraine démarre en journée à cause d'une odeur trop forte ou d'un coup de stress. Enfin, depuis deux ou trois ans, il me semblait que l'alcool bu le soir pouvait être un facteur déclencheur du lendemain - raison pour laquelle j'ai totalement arrêté d'en boire le mois dernier.

mardi 12 novembre 2019

Les conversations absurdes #78


MOI: Tes nouveaux followers risquent d'être bien déçus. Tu les as appâtés avec des bombasses vingtenaires nues alors qu'à partir de lundi, tu ne publieras de nouveau que les photos d'une quinquagénaire dodue emmitouflée jusqu'aux oreilles. 
CHOUCHOU: Tu te fais une fausse idée de mes followers. J'ai beaucoup de gens de notre âge. 
MOI: ...Et les hommes de 50 ans ne s'intéressent pas du tout au corps des femmes de 20, c'est bien connu. 

lundi 11 novembre 2019

La semaine en bref #96





Lundi:
Alors que j'attends le métro à Trône, un monsieur aux cheveux teints en orange me demande avec un fort accent indien: "Doubroukèr?" en désignant le panneau d'affichage sur lequel ne figure aucune station de ce nom. J'essaie de lui expliquer que De Brouckère est sur l'autre ligne et qu'il faut changer à Arts-Loi, mais visiblement, il ne comprend pas l'anglais. Et il traîne une énooorme valise. Du coup, je renonce à rester sur ma ligne jusqu'à Rogier, et je l'accompagne à sa destination. Tant pis pour Waterstones: ce n'est pas comme si je manquais de bouquins à lire! 
 Je retrouve Nelly au Peck 47 pour lui donner les poêles en inox achetées il y a quelques années, et dont nous n'avons jamais su nous servir correctement. Elle et son chéri cuisinent beaucoup; ils en feront sûrement un meilleur usage! En échange, elle m'a apporté des cannelés maison. Je lui dis que je les dégusterai demain; elle me suggère d'en goûter au moins un ce soir, "pendant qu'ils sont bien craquants". Puis nous passons une soirée agréable à discuter autour d'un burger. 
 Mon métro de retour tombe en panne à Parc, et après 20 minutes d'attente vaine, je me décide à finir le trajet à pied. On est mal récompensée de ses bonnes actions, je vous jure. 
 Arrivée chez nous, je dispose les cannelés sur une jolie assiette et j'attends Chouchou (qui avait un événement pro ce soir) pour les partager avec lui. Quand il vient s'asseoir face à moi, il est déjà en train d'engloutir le deuxième. Je pousse les hauts cris. "Mais je croyais que tu avais mangé les tiens et que les autres étaient tous pour moi!" se défend-il. Du coup, obligée de me jeter dessus pour en avoir. "Au moins un ce soir", tu parles: ils ont tous disparu en 5 minutes.

dimanche 10 novembre 2019

Les conversations absurdes #77


CHOUCHOU: Une des modèles que j'ai photographiées hier à la Brussels Tattoo Convention a partagé ma publication. Résultat: j'ai touché 1500 personnes au lieu de 30 d'habitude, et j'ai 32 likes de plus sur ma page Facebook Monsieur Tout-Le-Monde. Et tout ça en quelques heures!
MOI: La fâmâpoâl, c'est toujours vendeur. 
CHOUCHOU: Du coup, j'ai une suggestion pour remonter les stats de ton blog...

vendredi 8 novembre 2019

La quête du New You Zi Hua Cha




Lundi en fin de journée, je suis passée au Nong Cha demander les coordonnées du fabricant de You Zi Hua Cha qui ne veut plus importer vers l'Europe. La patronne m'a expliqué que c'était encore pire: il arrête complètement son activité, d'une part parce qu'il est très âgé et que son fils ne veut pas prendre la relève, d'autre part parce que les thés subtils mais assez chers qu'il produit ne trouvent plus vraiment d'acheteurs en Chine (son pays d'origine et son principal marché). Manque de bol, c'était également lui qui vendait le fabuleux thé au jasmin que j'adorais.

mercredi 6 novembre 2019

Les sacrifices de l'âge




Au début de l'automne, trois incidents se sont produits en succession rapide.

D'abord, mon généraliste m'a annoncé que j'avais 14/9 de tension artérielle - le dernier stade avant une augmentation significative du risque d'AVC. J'ai été à 12/9 toute ma vie d'adulte jusqu'à l'an dernier, où j'étais passée à 13/9. Si ça monte encore d'un point, je devrai prendre des médicaments. J'ai demandé ce que je pouvais faire pour éviter ça; mon docteur a suggéré de commencer par diminuer très sérieusement la charcuterie, le sel et le fromage. La charcuterie, je n'en mange presque jamais. Le sel et le fromage, en revanche, sont deux de mes plus grands plaisirs gustatifs. Et je ne suis pas du tout certaine qu'ils soient seuls responsables de cette tension limite. Mais il faut bien commencer quelque part, et de toute façon, en consommer moins ne peut pas me faire de mal. Avec la modération qui me caractérise, j'ai donc cessé d'utiliser du sel quand je cuisine, renoncé au parmesan sur les pâtes et mis la pédale douce sur l'adjonction de fêta dans à peu près tous les plats qui s'y prêtent vaguement. Au début, j'ai trouvé que ma bouffe n'avait plus aucun goût. Et puis petit à petit, je me suis habituée. Je ne suis pas encore au stade où je ne fais plus la différence, mais je suis confiante: ça viendra. 

mardi 5 novembre 2019

"Un sandwich à Ginza" (Yôko Hiramatsu/Jirô Taniguchi)


Ecrivaine et gastronome, autrice de nombreux essais culinaires, Yôko Hiramatsu se penche sur les délices que propose la cuisine japonaise, de la plus populaire à la plus raffinée. "Un sandwich à Ginza" rassemble quantité d'histoires délectables classées en une douzaine de thèmes et illustrées par le regretté Jirô Taniguchi. On y découvre le végétarisme bouddhique à Kamakura, la fête de l'anguille à Narita ou le pot-au-feu de fugu à Osaka, mais aussi les menus de restaurants d'entreprise, les sandwichs au pain de mie de Ginza, la comfort food par excellence que peut être un simple omu-rice, la façon différente de savourer un nabe selon qu'on se trouve dans un cadre moderne ou traditionnel, une toute première dégustation de viande d'ours... La curiosité de l'autrice la pousse également à écumer les restaurants chinois d'Ikebukuro à la recherche des plats régionaux les plus authentiques, ou à se lancer dans une étude des bières belges en pleine percée sur le marché japonais.

dimanche 3 novembre 2019

La semaine en bref #95




Lundi:
L'Agessa m'informe que je suis éligible à la compensation de la CSG pour un montant de X euros, et qu'en conséquent, elle va me verser (X+10%) euros. Pourquoi, je l'ignore. Mais c'est mieux que l'IRCEC, à qui j'ai récemment payé Y euros, et qui m'a aussitôt émis un avis de versement pour (Y-10) euros. En revanche, la date reste un mystère: "au 15 novembre" d'après le site, "courant décembre" d'après le mail que j'ai reçu. Ce sera la surprise.
 Parce que le stand OPI de la boutique duty free de Zaventem était momentanément indisponible, j'ai acheté un rouge Essie à la place. 24h après la pose, il est déjà tout écaillé au bout de mes ongles de touriste qui n'a pourtant pas foutu grand-chose de ses mains récemment. Essie, c'est un peu le Apple du vernis à ongles: joli et user-friendly, mais niveau solidité, zéro.
 Devant un terrarium où seule est visible une mue abandonnée sur une branche, Chouchou commente: "Le serpent s'est barré en laissant son slip". 


samedi 2 novembre 2019

Envies de novembre




CULTURE

"La tempête des échos", le très attendu quatrième et dernier tome de "La Passe-Miroir" de Christelle Dabos

"The Starless Sea", le deuxième roman d'Erin Morgenstern dont j'avais adoré "The Night Circus"

"Explorers on Black Ice Bridge", le troisième tome de la chouette série 9-12 "Le Club de l'Ours Polaire" d'Alex Bell

"Call down the hawk", le nouveau Maggie Stiefvater ayant pour héros Ronan Lynch (un des Raven boys de sa série précédente)

"The Morning Show", nouvelle série avec Jennifer Aniston et Reese Witherspoon

...et la saison 3 d'"Atypical"

SORTIES

la 5ème Bourse 'o' Pop, convention dédiée aux figurines Funko Pop, demain à Bruxelles

une gaufre salée chez Gaufres & Waffles, dans les galeries royales

le Salon du Livre et de la Presse Jeunesse, le dernier week-end du mois à Montreuil (je serai à la soirée d'inauguration si j'arrive à choper une invite)

SHOPPING

le calendrier de l'Avent FunkoPop Harry Potter (que j'ai commandé dès le jour de sa mise en vente, tant je craignais qu'il n'en reste déjà plus début novembre)

deux mini-infuseurs Sakkunnig chez Ikea: ils me seront utiles dans mes efforts pour remplacer le thé par des infusions de plantes cet hiver

la robe à carreaux Mimi Pumpkin; j'envisage assez sérieusement de faire virer une partie de mes droits d'auteur directement chez Collectif

ce pull Emily & Fin rouge et rose pâle - une association de couleurs que j'adore

vendredi 1 novembre 2019

Les conversations absurdes #76


Le "courgette-aubergine" du jour:
CHOUCHOU: Peux-tu venir poser à côté de cette vitrine d'ibis? 
MOI: ...Des kiwis. Ce sont des kiwis. 
MOI, conciliante: Mais OK, ce sont deux noms de 4 lettres avec deux I, tu as pu mélanger.
CHOUCHOU: Mmmh non, ce n'est pas pour ça; c'est juste parce qu'ils se ressemblent. 

Pour les nuls en ornithologie, je me permets de poster ci-dessous une photo de chacune des espèces concernées.


Octobre 2019



jeudi 31 octobre 2019

Lectures d'Octobre 2019




ROMANS:
- The Dutch House (Ann Patchett) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Tout quitter (Anaïs Vanel) ♥︎♥︎♥︎
- Falalalala (Emilie Chazerand) ♥︎♥︎♥︎
- Le prince à la petite tasse (Emilie de Turckheim) ♥︎♥︎♥︎
- Mon année de repos et de détente (Ottessa Moshfegh)
- Magic for liars (Sarah Gailey) ♥︎♥︎♥︎
- The Heavens (Sandra Newman) ♥︎♥︎♥︎
- Evvie Drake starts over (Linda Holmes) ♥︎♥︎♥︎

BEDE/MANGA:
- La tectonique des plaques* (Margaux Motin) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Jeune dragon recherche appartement ou donjon #1 (Kawo Tanuki/Choco Aya) ♥︎♥︎
- Five years #4 (Terry Moore) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Formica (Fabcaro) ♥︎♥︎
- Une année sans Cthulhu (Thierry Smolderen/Alexandre Clérisse) ♥︎♥︎
- L'imprimerie des sorcières #1 (Mochinchi/Yasuhiro Miyama) ♥︎
- Nagasaki (Agnès Hostache) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Stand still, stay silent #1 (Minna Sundberg) ♥︎♥︎♥︎♥︎♥︎
- Le Detection Club (Jean Harambat) ♥︎♥︎
- La cantine de minuit #6 (Yaro Abe) ♥︎♥︎♥︎

DIVERS:
- Midi pile (Rebecca Dautremer) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- La maison en thé (Nicolas Zouliamis) ♥︎♥︎♥︎
- 100 ans, tout ce que tu apprendras dans la vie (Heike Faller/Valerio Vidali) ♥︎♥︎♥︎

Les conversations absurdes #75


MOI: C'est terrible cette démarche de stormtrooper que j'ai sur toutes les photos. Y'a des nanas qui ont le pas gracieux et léger; moi, on dirait que j'ai renoncé à envoyer mes branleurs de soldats à Vienne et décidé de prendre la ville personnellement toute seule. 
Consternée, je contemple l'évidence.
MOI: Non mais je vais finir par comprendre qu'il y ait des gens qui me trouvent terrifiante malgré mon mètre 54 et ma voix de Minnie Mouse sous hélium. C'est juste une question d'attitude.
CHOUCHOU: Tout à fait. Tu es le nouveau capitaine Phasma. 
MOI: Euh. La version de voyage, alors. 
CHOUCHOU, mort de rire: ...Un échantillon de Gwendolyne Christie.

mercredi 30 octobre 2019

[VIENNE] Un incinérateur, une pizza napolitaine, des dinosaures et une blogueuse anglaise




Nous nous sommes levés tard ce matin; la fatigue s'accumule depuis le début des vacances. De plus, Chouchou doit travailler davantage que prévu. Il est donc déjà midi et demie lorsque nous quittons nous appartement Airbnb. Direction Spittelau, deux stations de métro plus au nord sur la ligne 4. Nous y prenons des photos de l'incinérateur délirant qui est la troisième grosse construction d'Hundertwasser dans Vienne, allant jusqu'à emprunter la ligne 6 (aérienne sur cette partie du trajet) le temps d'une station aller-retour pour bénéficier d'une vue différente. 

mardi 29 octobre 2019

[BRATISLAVA] No photos, and no verrou dans les toilettes




Trois autres capitales européennes sont très facilement accessibles par l'eau ou par le rail depuis Vienne: Prague, Budapest et Bratislava. Connaissant déjà les deux premières, c'est à la dernière que nous avons décidé de faire une excursion aujourd'hui. Nos billets de train, pris hier soir sur l'app de l'OBB, nous ont coûté une quarantaine d'euros pour deux aller-retour sur l'équivalent local d'un InterCités. Je suis surprise de trouver le paysage si plat et dénué d'intérêt entre les deux villes - je m'attendais plutôt à des reliefs montagneux... Mais à peine plus d'une heure après avoir quitté la gare centrale de Vienne, nous débarquons à Brastilava sous un ciel blanc, totalement bouché par la couverture nuageuse. Il fait à peine 7°, la pluie menace, et notre premier aperçu de la capitale slovaque n'est guère encourageant. Nous marchons environ 25 mn pour rejoindre le centre historique, infiniment plus joli et agréable que les quartiers modernes. C'est simple: d'ici, Bratislava me fait penser à Tallinn... en plus petit et en moins bien. 

lundi 28 octobre 2019

[VIENNE] Une malédiction d'invisibilité, des chauve-souris comme s'il en pleuvait et un salon de thé very british




L'automne est arrivé dans la nuit; le soleil s'est fait la malle et la température a chuté de dix degrés. Nous abandonnons donc nos blousons légers pour remettre les manteaux avec lesquels nous sommes arrivés de Bruxelles. Par chance, malgré un ciel qui restera très couvert toute la journée, nous ne recevrons pas une seule goutte de pluie. 

La semaine en bref #94




Lundi:
★ Comment se fait-il que Darklulu, 13 ans, like des Instagrams un soir de semaine à 23h30? Mes parents m'ont envoyée me coucher à 21h30 jusqu'à ce que je quitte la maison après mon année de prépa. Injustice, je crie ton nom. 
 Si je change ma bio Twitter en "Andouille badass", ce sera entièrement la faute de Rock'n'Laurette.

Mardi:
 Chouchou est tout excité de recevoir et de tester aussitôt son Polaroid Lab, qui permet de transformer des photos numériques en Pola. Ne partageant pas sa fascination pour les gadgets, j'avoue que le bouzin me laisse tout à fait froide.


dimanche 27 octobre 2019

[VIENNE] Une bibliothèque fabuleuse, un resto dans une palmeraie, l'expo de l'année et un café-librairie super chill




Dormir une heure de plus cette nuit fut appréciable, mais à vrai dire, nous sommes toujours claqués. Nous partons vers 10h45 et prenons le métro jusqu'à Stephensplatz, puis descendons à pied vers la Hofburg. La bibliothèque nationale d'Autriche est assez bien planquée, et malgré les plans qui pullulent, nous mettons un moment à en localiser l'entrée. Mais une fois dans la salle d'apparat, quel éblouissement! Je trouve ça encore plus magnifique que la bibliothèque du Trinity College à Dublin. Evidemment, pas moyen de s'approcher des livres, et encore moins de monter sur les grandes échelles roulantes ou d'accéder à la mezzanine depuis laquelle on doit se sentir comme le roi du monde. Mais la somme d'ouvrages antiques rassemblés là donne le tournis. 

samedi 26 octobre 2019

[VIENNE] Une terrasse végane en automne, des citrouilles chez Sissi et un double survol de la ville




Ce matin en me connectant à internet, je remarque que Google affiche un splendide drapeau autrichien et je me dis: "Tiens, c'est rigolo, on pourrait croire que c'est la fête nationale". Lorsque nous débarquons au marché de Naschmarkt vers 11h et trouvons tous les étals fermés, force m'est d'admettre que, en effet, c'est bien la fête nationale. Du coup, mon programme de la journée n'est absolument pas réalisable, et je dois basculer en catastrophe sur celui de demain. Alors que je ne porte pas la bonne robe pour ça, scrogneugneu. Heureusement, les végans ne sont pas des feignasses, et le chouette petit resto que j'avais repéré à proximité du château de Schonbrunn est ouvert pour nous servir un brunch non-dominical. En plus, la brume qui recouvrait les berges du Danube à notre réveil s'est dissipée, et un beau soleil nous permet de nous attabler sur la ravissante terrasse aux couleurs automnales. Chouchou commande un petit-déjeuner viennois et moi un assortiment baked beans, oeuf frit, saucisse végane et tofu fumé. Nous nous régalons dans un calme aussi délicieux que le contenu de nos assiettes, et partons à regret lorsque la table voisine de la nôtre est prise d'assaut par quatre mâles blancs bruyants.

vendredi 25 octobre 2019

[VIENNE] Un célèbre architecte, une poignée de faussaires, un mauvais apfelstrüdel et des boucles d'oreille délirantes




Fidèles à nos habitudes, nous passons une grande partie de cette première matinée viennoise à travailler (pour Chouchou) ou préparer la journée à venir (pour moi). Vers 11h, nous nous mettons en route vers la station de métro la plus proche de notre appart' Airbnb. Nous avons acheté hier une carte 72h pour faciliter nos déplacements, et 3 stations de métro devraient nous amener en direct jusqu'à Landstrasse... sauf que dès le premier arrêt, on nous fait descendre du train avec une explication que nous sommes incapables de comprendre. Du coup, il nous faudra pas moins de 8 stations avec 2 changements pour atteindre notre objectif.

jeudi 24 octobre 2019

Les conversations absurdes #74


MOI: Comment s'appelle ton nouveau joujou? Celui dont tu t'es servi pour me filmer au Smile Safari?
CHOUCHOU: C'est un Jimbal 3.
MOI: Tu m'épelles ça?
CHOUCHOU: J-I-M-B-A-L.
Je tape le nom dans la barre de recherche d'Amazon.
MOI: C'est Gimbal avec un G.
CHOUCHOU, chantant horriblement faux: La la laaaaaaaa... 
CHOUCHOU: Le G et le J, c'est la courgette et l'aubergine de l'alphabet. 

mardi 22 octobre 2019

[BRUXELLES] Smile Safari à Tour & Taxis




Une exposition uniquement composée d'oeuvres rigolotes et colorées, dans lesquelles le public est invité à se mettre en scène sous forme d'Instagrams: tel est le concept du Smile Safari. Loin de la Culture telle qu'on se la représente d'habitude - sérieuse et pas forcément très accessible aux profanes -, il s'agit là d'un véritable musée des vanités, consumériste en diable et donc hyper représentatif de notre époque. Bien que très attirée par son aspect ludique, j'avoue qu'avant de m'y rendre, je grinçais des dents à l'idée de participer à un cirque dont je déplore chaque jour les aspects négatifs. En plus, 21,20€ l'entrée, c'est un peu dur à avaler quand on voit que les billets pour les expositions de grands maîtres dépassent rarement les 15€ - tarif que je trouve déjà élitiste en diable, mais qui peut se justifier par la valeur des oeuvres et les précautions nécessaires pour les protéger. C'est donc en pleine dissonance cognitive que je me suis rendue dimanche après-midi à Tour &Taxis avec un Chouchou tout excité à l'idée de tester son nouveau stabilisateur. 

dimanche 20 octobre 2019

La semaine en bref #93




Lundi:
 Deux migraines en moins d'une semaine, c'est un peu rude. Heureusement, la séance dédiée d'Adriene me sauve la vie.
 Remise de ma grosse trad de fantasy YA, que l'éditrice voulait demain au plus tard. J'aimerais bien souffler un peu avant d'attaquer la prochaine: mon planning est bourré jusqu'à fin janvier. Mais loin de moi l'idée de m'en plaindre!
Autour des sushis que nous avons été chercher au resto local, ma voisine-copine (10 ans de moins que moi) me montre les vidéos prises pendant le concert de Soprano vendredi dernier. Je ne sais pas qui est Soprano. Je lui dis que le concert le plus émouvant de ma vie, c'était Leonard Cohen. Elle ne sait pas qui est Leonard Cohen.

jeudi 17 octobre 2019

Les conversations absurdes #73


Depuis toujours Chouchou confond les animaux (et aussi les couleurs) (et aussi les fleurs) (et aussi les courgettes et les aubergines, mais c'est un autre débat). 
CHOUCHOU: Tu as vu, pendant que tu n'étais pas là, je t'ai envoyé plein de photos de loutres.
MOI, attendrie: Oui, il y en avait de vraiment très mignonnes. 
CHOUCHOU: Le résultat, c'est qu'au lieu d'avoir plein de fâmâpoâls dans mes suggestions Instragram, maintenant, j'ai des loutres et des chinchillas.
MOI, horrifiée: Huuuuu, qu'est-ce que tu fous avec ces rats améliorés?
CHOUCHOU, rétropédalant: Quels rats améliorés? Je te parle des, euh, des lamas qui ne sont pas des lamas. 
MOI, entre deux sanglots de rire: Pas des chinchillas, des alpagas! 

mardi 15 octobre 2019

"Stand still, stay silent" (Minna Sundberg)


90 ans se sont écoulés depuis qu'une maladie mystérieuse appelée la rouille a éradiqué presque toute l'humanité. Seule l'Islande, qui s'est immédiatement coupée du reste du monde, a pu se préserver pour l'essentiel. Le reste de la Scandinavie est ravagé. En Finlande ne subsistent que quelques bastions isolés et presque aucune technologie. Les Suédois jouissent de meilleures conditions de vie et se prennent pour les maîtres du monde connu, mais ne sont plus qu'une vingtaine de milliers. La Norvège a basculé dans le mysticisme. Les Danois, eux, sont résolument athées mais obsédés par la récupération de documents de l'ancien monde.

Epargnés par la contamination à l'inverse de nombreuses espèces animales, les chats sont devenus de féroces guerriers et les meilleurs protecteurs des hommes. Partout sévissent des trolls et des géants redoutables, dont la lumière est la seule faiblesse. Et au sein de l'humanité, de nombreux individus naissent désormais avec des pouvoirs magiques. Lalli l'éclaireur en fait partie. Avec sa cousine Tuuri, une érudite qui rêve d'explorer le monde, il est engagé pour participer à une expédition dans les territoires silencieux...

dimanche 13 octobre 2019

La semaine en bref #92




Lundi:
 Après le climato-scepticisme, le mansplaining grammairien. Et hop, un vieux pote de moins dans mes contacts Facebook. Marre de répéter toujours les mêmes choses à des gens qui ne veulent pas comprendre. 
Généralement, il fait beau jusqu'à la Toussaint dans la région toulonnaise, mais c'est la première année où je dois mettre de la crème solaire avant de sortir au mois d'octobre.
 Arrivée à la fin de mon puzzle "Merveilles d'Europe", je m'aperçois qu'il manque deux pièces. J'ai beau retourner mon salon (petit et peu encombré), je ne les trouve nulle part. Dommage: ce puzzle est  joli et instructif, et je me suis beaucoup amusée à le faire. 

vendredi 11 octobre 2019

Où je cesse de m'en vouloir pour mon décalage




Il y a quelques mois, ma copine Mélanie se lançait dans une démarche pour diagnostiquer un éventuel autisme, et j'expliquais dans ce billet pourquoi je n'avais pas l'intention d'en faire autant. L'analyse était assez claire dans ma tête. Je n'avais pas envie d'investir mon temps, mon argent et mon énergie (trois choses que je refuse de dépenser à mauvais escient) dans un processus réputé long et pénible en France. Je savais que le résultat, même positif, ne résoudrait en rien mes difficultés relationnelles ni ne diminuerait mon hypersensibilité à certains stimuli, deux des choses qui ont eu le plus d'impact négatif sur ma vie. Le seul bénéfice éventuel que je pouvais y voir, ce serait que mettre un nom clinique sur ces symptômes me débarrasserait de la culpabilité qu'ils m'inspirent depuis toujours. Je serais certaine que non, ils ne sont pas juste le produit de ma mauvaise volonté, d'un tempérament capricieux ou d'une incapacité à prendre sur moi. Qu'ils font partie de mon câblage originel, et que lutter contre eux serait aussi vain que me rebeller contre ma petite taille en espérant que ça me fera prendre quelques centimètres. 

jeudi 10 octobre 2019

Courageux Hongkongais


Photo Nicolas Asfouri/AFP

L'an dernier à cette époque, j'étais en voyage à Hong Kong, et j'avais du mal à gérer ma déception. L'écart entre mon imaginaire et la réalité. La chaleur moite qui m'accablait à longueur de journée et de nuit. Mon profond malaise à me trouver au milieu de gens qui criaient beaucoup, souvent, et n'hésitaient pas à me bousculer sans un regard ni un sourire d'excuse. Tout m'agressait dans cette ville, et je regrettais de ne pas avoir plutôt consacré l'essentiel de mes vacances à explorer la plus paisible, moins grouillante Singapour.

dimanche 6 octobre 2019

La semaine en bref #91




Lundi:
 Sophie-Grosquick me propose un déjeuner. Je l'informe que je serai à Toulon puis à Vienne presque tout le mois d'octobre. Elle me traite de Niels Holgerson. Je réponds qu'à mon avis, Niels Holgerson ne filait pas un rein chaque mois à la SNCF et/ou à Brussels Airlines, mais qu'une oie géante me semble un moyen de transport fortement écologique et que je vais envisager de demander ça pour Noël.
 Comme je proteste que l'à-valoir est mal calculé sur le dernier contrat qu'il m'a fait établir, un de mes éditeurs me téléphone pour me rassurer sur le fait que cette fois, il honorera le nombre de feuillets français final. Il en profite pour me dire qu'il a adoré mes deux dernières (très grosses) trads de fantasy, qu'elles auraient pu partir à l'imprimerie sans correction, que je fais toujours du boulot génial et qu'il est extrêmement content de travailler avec moi. Regonflée à bloc je suis.
 Darklulu a le blues. Je lui envoie des encouragements sur Instagram, ainsi qu'une courte vidéo où Chouchou et moi lui faisons des bisous. Il répond: "Merci beaucoup, vraiment,  je vous aime", et mon petit coeur de Tatie se change instantanément en Chamallow fondu. 

vendredi 4 octobre 2019

25 ans de traduction littéraire, veine et déveine




Le mois d'octobre est celui de tous les anniversaires les plus importants de ma vie. Le 19, ma rencontre avec Chouchou. Le 17, la mort de mon père. Et le 4, le début de mon activité de traductrice littéraire. Cette année, cela fait 25 ans que j'exerce ce métier pour lequel je n'ai pas le moindre diplôme. Dans ce laps de temps, j'ai traduit près de 300 ouvrages, essentiellement dans le domaine de l'imaginaire, mais aussi des thrillers, des romans jeunesse, des guides de séries télé et même quelques bédés. Si, crise de l'édition oblige, remplir mon planning devient difficile depuis deux ans, je continue à aimer profondément ce travail et à penser qu'aucun autre ne me conviendra jamais aussi bien.

jeudi 3 octobre 2019

Envies d'octobre




CULTURE

"Une année sans Cthulhu": dans le Lot au milieu des années 80, une bande d'ados joue à "L'appel de Cthulhu", quand soudain... Entre le thème et les dessins trop beaux, ce n'est pas négociable: il me faut cette bédé.

"100 ans : Tout ce que tu apprendras dans la vie": un album magnifiquement illustré qui dresse une longue liste de jolies leçons de vie - j'en ai aperçu quelques extraits et je sais déjà que, même s'il est théoriquement destiné aux jeunes enfants, la vieille adulte que je suis va l'adorer.

"La maison en thé": autre album jeunesse sur un thème qui me parle forcément et avec une atmosphère "Alice au pays des merveilles". Chez le même éditeur (pour qui je travaille, et à qui je vais donc devoir réclamer soit une augmentation soit des services de presse), le très beau pop-up "La maison de Madame M".

"The future of another timeline": une histoire de voyage dans le temps féministe et queer? Bordel, mais PRENEZ MON ARGENT.

SORTIES

"Smile Safari", le "pop-musée le plus instagrammable de Belgique", à Tour et Taxis (Bruxelles)

l'expo Cool Japan sur la culture graphique japonaise, au MAS d'Anvers

la dédicace de Terry Moore durant la comic con FACTS à Gand... si je me décide à braver la foule

un atelier de fauconnerie au Jardin des Hiboux - j'en rêve depuis des années et j'avais repéré un lieu possible en Ecosse, mais le sud de la Belgique est quand même plus facilement accessible!

SHOPPING

cette ravissante robe de saison qui a des poches (mais pas de manches - pourquoi?)

deux de ces coussins brodés d'inspiration scandinave pour notre nouveau canapé

ces assiettes à dessert renards de la collection automne-hiver Marimekko, pour nos goûters du dimanche après-midi sur le canapé suscité

mardi 1 octobre 2019

Lectures de Septembre 2019




ROMANS: 
- The ten thousand doors of January (Alix E. Harrow)
- Une partie de badminton (Olivier Adam) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Miss Islande (Audur Ava Olafsdottir) ♥︎♥︎♥︎
- Dans la mansarde (Marlen Haushofer) ♥︎♥︎♥︎♥︎♥︎
- The swallows (Lisa Lutz) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- The Spellman files #6: The last word (Lisa Lutz) ♥︎♥︎
- Three dark crowns #4: Five dark fates (Kendare Blake) ♥︎♥︎♥︎
- Changer l'eau des fleurs (Valérie Perrin) ♥︎♥︎♥︎♥︎♥︎
- City of ghosts (Victoria Schwab) ♥︎
- The girl who speaks bear (Sophie Anderson) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Let's call it a Doomsday (Katie Henry)

BEDE/MANGAS:
- March comes in like a lion #14 (Chica Umino) ♥︎♥︎♥︎♥︎♥︎
- Les deux vies de Pénélope (Judith Vanistendael) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- La vie devant toi (Hideki Arai) ♥︎♥︎
- The Poe clan #1 (Moto Hagio) 
- BL métamorphose #2 (Kaori Tsurutani) ♥︎♥︎
- La lanterne de Nyx #3 (Kan Takahama) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Les temps retrouvés #1 (Kei Fuji/Cocoro Hirai) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Mes voisins les esprits #1 (Shirotori Ushio) ♥︎♥︎
- Les Cinq Terres #1: De toutes mes forces (Lewelyn/Jérôme Lereculey) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Marry Grave #1 (Hidenori Yamaji) ♥︎♥︎♥︎

lundi 30 septembre 2019

La semaine en bref #90



Lundi:
 Traduire une 4ème de couv en urgence en plus de mon quota de pages du jour; finir le dernier tome de la série "The Spellman files" et l'ouvrage au crochet que je dois livrer samedi; faire la séance anniversaire de Yoga with Adriene; tester une recette de chorba blanche; prendre un 2ème billet de Ouigo pour arriver plus tôt à Monpatelin la semaine prochaine: un lundi des plus ordinaires.  
C'est comme si Greta Thunberg, jusqu'ici toujours si calme et factuelle, avait ouvert les vannes de sa rage trop longtemps contenue pendant son intervention devant les Nations Unies. Regarder la vidéo me fait physiquement mal - pour elle, pour l'environnement et pour les générations futures.
 Chouchou ronfle tellement fort que même réfugiée dans la pièce d'à côté avec des bouchons d'oreille, je l'entends encore. Par contre, notre nouveau canapé fait comme je l'imaginais un excellent couchage d'appoint, presque plus confortable que notre vrai lit.

dimanche 29 septembre 2019

Les cinq langages de l'amour




Toujours à la recherche d'outils pour améliorer la communication dans mon couple, je suis tombée cette semaine sur un livre très intéressant appelé "The 5 languages of love" - en français, avec une couverture superbement cucul qui ne m'aurait pas du tout donné envie à elle seule: "Au coeur des 5 langages de l'amour : Le secret des couples qui durent". Oeuvre d'un pasteur baptiste qui travaille également comme conseiller conjugal, il ne date pas d'hier puisqu'il a été publié en 1992, mais j'ai trouvé qu'il développait une classification très pertinente.