lundi 3 décembre 2018

La semaine en bref #47





Lundi:
Maintenant, quand je tente de m'asseoir sur mes talons, le contact s'établit entre mes fesses et mes pieds. La question étant de savoir si les ligaments de mes genoux commencent enfin à s'assouplir avec tout ce yoga, ou si les chocolats chauds-tartines de ces dernières semaines ont juste fait pousser mes fesses vers le bas.

Mardi:
 Je sens qu'elle ne va pas me passionner, cette 4ème saison du "Bureau des Légendes". Tout ce que j'ai envie de faire, c'est baffer les deux nouveaux de la sécurité interne. Pour le reste, je bâille beaucoup.

Mercredi:
 Quand deux de tes copines éditrices bossent à cent mètres l'une de l'autre, c'est super pratique pour organiser un jubilatoire lunch-bitchage. Ce métier n'est pas toujours de tout repos, mais je suis très reconnaissante pour les chouettes personnes qu'il m'a permis de rencontrer. Et ravie quand l'une des chouettes personnes en question m'annonce qu'elle vient de signer une de mes copines autrices, qui publiera donc chez elle son premier roman de blanche adulte.
 Histoire de tuer le temps en attendant l'heure de me rendre à l'inauguration du salon du livre jeunesse de Montreuil, je fais quelques courses en parapharmacie et vais voir l'expo sur l'art brut japonais à la Halle Saint-Pierre. Hé ben, ça me parle vachement plus que l'art contemporain. Et je trouve cette absence de prétention assez stimulante.
 Venue à Paris exprès pour me présenter à deux éditeurs lors de la soirée susmentionnée, je réussis à postillonner dans le champagne de la première, qui n'aura sans doute guère été impressionnée que par mes gènes de lama, et à zapper totalement le second, qui me revient en mémoire alors que ma correspondance vient de quitter Nation. Je suis un fléau social lâché sur le monde.
 Points positifs, néanmoins: j'ai pu claquer une bise à G (deux fois), croiser une de mes lectrices en bas des escalators, remercier L pour la découverte de Yoga With Adriene, bavarder un bon moment avec B, rencontrer brièvement la nouvelle cheffe de M pour qui j'espère bosser bientôt - ainsi qu'une de ses ex-collègues à qui elle m'a chaudement recommandée, grignoter au buffet Bayard-Milan qui était de loin le plus miam de tous, et admirer la très chouette expo pour les 10 ans de la collection Métamorphoses de Soleil. Par contre, il y avait autant de monde qu'à l'inauguration de Livre Paris, et il faisait à peu près aussi chaud (dans les 97°C).

Jeudi:
 Seulement dix minutes d'attente pour accéder à l'expo Mucha, youhou! A l'intérieur, par contre: des hordes de vieilles qui rouspètent qu'il y a beaucoup trop de monde, une main plaquant l'audioguide contre leur oreille et l'autre brandissant leur smartphone pour faire des photos de chaque oeuvre. A part ça, j'apprends beaucoup de choses sur un artiste politiquement engagé, à l'oeuvre bien plus riche et diverse que je ne le soupçonnais.
 Un petit tour boulevard Haussman pour admirer les vitrines de Noël, puis une longue séance de lecture chez W.H. Smith, où je parviens à réquisitionner un des box avec les banquettes en cuir orange pour savourer ma soupière de chocolat viennois. En sortant, j'hésite à faire un tour de chaises volantes à la fête foraine des Tuileries, et me contente finalement d'attendre le nouveau décollage dix minutes dans le froid pour prendre des photos toutes ratées.
★ Au Renard Doré, 40 personnes font la queue pour une dédicace de l'autrice de "Beyond the clouds". A dix minutes par dessin, je prédis une longue soirée.
 Dîner avec JC chez Origin by Renaissance. On ne s'était pas vus depuis 8 ans, et c'est comme si notre resto précédent datait du mois dernier. Le temps file jusqu'à ce qu'il n'y ait plus que nous dans la salle et que le serveur éteigne les lumières pour nous mettre diplomatiquement dehors.

Vendredi:
 Je voulais aller voir la nouvelle expo Manga <-> Tokyo ce matin, mais je n'ai pas le courage de me traîner à La Villette avant le départ de mon train. A la place, je fais un quart d'heure de yoga entre le lit et la penderie de ma chambre d'hôtel.
 Entre Paris et Bordeaux, je reçois pas moins de 6 textos m'informant que l'Intercités à bord duquel je me trouve a 10, puis 15, puis 20, puis 25, puis 30, puis 35 minutes de retard. Alors que le système audio fonctionne parfaitement bien. Perplexe je suis.
 Mon beau-frère n'a pas touché à un seul féculent ni un gramme de sucre rapide depuis 3 mois. Résultat: moins dix kilos sans avoir faim. Mais ses menus me font halluciner tellement ils sont contraignants. Bravo à lui pour sa volonté.

Samedi:
 Attila, qui vise prépa véto pour l'année prochaine, passe sa matinée à lancer du bacon sur la tête de l'homme invisible au lieu de faire ses devoirs. On n'est pas rendus.
 Séance de yoga au bord de la piscine de ma soeur. Il fait soleil et j'ai du mal à voir l'écran, mais... j'ai le corbeau, J'AI LE CORBEAU! Un équilibre parfait le temps de compter lentement jusqu'à 5, puis je retombe en arrière. Prochaine étape: parsva bakasana, le corbeau latéral. Je sens que ça va être plus chaud.
 J'annonce mon intention à mes neveux, qui demandent aussitôt: c'est quoi, un corbeau latéral? Je leur montre une vidéo Youtube. Trente secondes plus tard, Attila prend la position sans difficulté du premier coup. Sale jeune.

Dimanche:
 On s'est pété le bide à la raclette, engueulés à propos de Macron et des gilets jaunes, disputés parce que ma soeur et moi ne voulions pas entendre parler de la vie sexuelle de notre oncle, et maintenant, on hésite entre un Time's Up et une sieste digestive sur le canapé. Un dimanche normal en famille, quoi.
 "C'est un animal très lent... qui rampe par terre... qui bave... et qui a des cornes.... et une coquille..." Darklulu, en 4ème avec un an d'avance: "...Je vois pas du tout, c'est beaucoup trop dur!"
 En allant au lit à minuit, je suis saisie par une grosse crise d'angoisse. N'osant pas prendre de Xanax de peur d'être dans le coaltar demain matin, je passe une nuit complètement blanche, ce qui ne m'était pas arrivé depuis longtemps.

2 commentaires:

Allie a dit…

Je t'aie vue au salon mercredi soir (plus précisément, j'ai vu tes cheveux) mais j'étais trop loin pour te dire bonjour :(
Du coup, j'ai passé les dix minutes suivantes en mode fan-girl comme les gens normaux quand ils viennent de croiser Brad Pitt ou Angelina Jolie (enfin, j'imagine)!

ARMALITE a dit…

@Allie: Je te dirais bien que tu aurais dû venir me voir, mais la foule était vraiment terrible!