mercredi 12 décembre 2018

Intentions pour 2019





Comme tous les ans en décembre, j'avais commencé une liste d'objectifs concrets pour l'année prochaine. Mais je me suis vite rendu compte que, hormis pour des voyage que je n'étais pas certaine d'avoir les moyens de faire, je n'avais pas grand-chose de concret à y noter. La seconde moitié de 2018 a été très compliquée et j'ai devant moi un gros travail de reconfiguration mentale et d'adaptation matérielle pour affronter (à peu près) sereinement le ralentissement de ma carrière et la baisse abrupte de revenus qui l'accompagne. Au final, donc, peu d'intentions mais qui toutes vont nécessiter un investissement important de ma part, et que je ne pourrai jamais vraiment cocher sur une To Do List. 

BOULOT

Par un concours de circonstances, j'ai presque entièrement renouvelé ma clientèle en 2018. Les éditeurs pour qui je travaille désormais payent mieux que les anciens - ça, c'est la bonne nouvelle -, mais ils ont aussi moins de boulot à me confier - ça, c'est la mauvaise. Si je me débrouille bien, l'un devrait partiellement compenser l'autre, tout en me laissant des plages de chômage technique durant lesquelles je pourrai développer une activité annexe. 
Comme il est inenvisageable pour moi de retourner au salariat (je ne supporte pas les gens, et mon mode de vie actuel dépend de ma mobilité), je me lancerai sans doute dans une forme d'entreprenariat s'appuyant sur internet. J'ai déjà quelques ébauches d'idées qu'il me faudra du temps pour développer et du courage pour lancer. Mais ça me permettra d'apprendre de nouvelles compétences et de sortir de ma zone de confort d'une manière qui pourrait se révéler intéressante même si elle n'est pas immensément lucrative. 
J'essaie de voir le fusil que j'ai dans le dos comme une opportunité plutôt que comme une menace, de ne pas me cramponner à une vision de ma carrière devenue obsolète, de rester - pour reprendre les paroles de mon ancienne prof de méditation - dans une mentalité d'abondance et non de pénurie. C'est difficile mais j'ai confiance en moi pour y arriver quand même. 

ARGENT

Un des problèmes avec mes nouveaux éditeurs, qui m'a causé pas mal de crises de panique en ce second semestre, c'est qu'ils payent deux ou trois fois moins vite que ce à quoi j'étais habituée: en moyenne, 45 ou 60 jours après l'émission de mes factures alors que j'étais plutôt habituée à du 15-30. J'ai dû taper dans les réserves constituées au fil des ans en prévision d'une longue maladie ou d'un chômage technique prolongé. Un de mes objectifs de 2019 sera donc de reconstituer ces réserves pour les prochaines fois, puisque je me doute désormais que prochaines fois il y aura, et aussi pour faire face à la multiplication par deux et demi de mon besoin de trésorerie. 
Cela risque de ne pas me laisser un gros budget pour les dépenses non-essentielles. Là aussi, j'ai décidé de voir ça comme une opportunité - celle de pousser un cran plus loin dans le minimalisme et la déconsommation, de faire une distinction encore plus stricte entre ce qui m'apporte un plaisir authentique/durable et ce dont je pourrais en réalité fort bien me passer. Car malgré mes efforts, il reste encore pas mal de repas au resto motivés par la flemme ou une mauvaise gestion des courses, et tout un tas de menus achats vraiment pas indispensables dont le coût et l'empreinte écologique finissent par s'additionner. Quant aux voyages, ce sera l'occasion de me bouger pour tester le housesitting que j'envisage depuis des années sans jamais être passée à l'action. 

FORME ET BIEN-ETRE

Le yoga m'a quasiment sauvé la vie cet automne. Rien ne sait mieux m'arracher au tourbillon de pensées noires dans lequel je m'enferme parfois souvent. Du coup, je suis très motivée pour continuer à pratiquer régulièrement, à raison d'une séance quotidienne de 20 mn à la maison. En janvier, je compte suivre en direct le nouveau challenge 30 days d'Adriene (si ça vous tente aussi, n'hésitez pas à rejoindre le groupe de soutien mutuel que j'ai créé sur Facebook); après ça, il me restera 3 de ses précédents challenges et des centaines de vidéos spécifiques à explorer. J'aimerais trouver des occasions de pratiquer en extérieur: quand la météo le permet, ça fait un bien fou. En postures d'équilibre, j'espère réussir à faire le headstand d'ici l'été prochain. Niveau souplesse, je voudrais surtout travailler les genoux, les backbends et l'ouverture des épaules qui sont naturellement très limités chez moi.

DIVERS

En vrac: laisser repousser mes cheveux jusqu'aux épaules; passer au moins 3 week-ends chez ma soeur; aller voir M&M à Munich et en profiter pour visiter le château de Neuchswanstein; se faire un city trip à Tallinn et/ou envisager un road trip au Canada; faire enfin venir l'électricien à Monpatelin (l'objectif-gag que je repousse d'année en année depuis une éternité, alors que je cuisine dans le noir ou presque et que mes interrupteurs et mes prises tombent en morceaux); trouver un joli fauteuil pour mettre dans le coin de ma bibliothèque; faire traiter les poutres de ma chambre contre les fourmis; réaliser au moins un tissage; me lancer dans la confection de shadow boxes; tester les critiques vidéo pour L'Annexe. 

J'aborderai dans un billet séparé le plus gros chantier de 2019, qui consistera à changer mon attitude générale par rapport au monde qui m'entoure, aux événements qui m'affectent directement ou pas, mais aussi aux autres et à moi-même.

3 commentaires:

Ness a dit…

Wouaw, la partie en italique, c’est le projet de toute une vie, non ? :)

ARMALITE a dit…

@Ness: il faut bien commencer quelque part, et je ne rajeunis pas ma pov' Lucette!

Bonheur du Jour a dit…

Je passe par ici. Je reviendrai.
J'aime bien vos projets pour 2019.
Bon week end.