mardi 6 février 2018

"Le Club de l'Ours Polaire T1: Stella et les Monde Gelés" (Alex Bell)


Trouvée dans la neige quand elle était toute petite, Stella a été adoptée par Felix, un explorateur du Club de l'Ours Polaire qu'elle rêve d'accompagner dans sa prochaine expédition au coeur des Mondes Gelés. Oui mais voilà: tout le monde sait bien que les filles ne peuvent pas devenir exploratrices. D'ailleurs, sa tante Agatha préfèrerait l'envoyer dans un pensionnat pour que la fillette de douze ans y apprenne la broderie et les bonnes manières...

C'est la superbe couverture de ce roman jeunesse qui a attiré mon attention en librairie (comme quoi, payer un bon illustrateur vaut vraiment la peine - je dis ça je dis rien, mesdames-messieurs les éditeurs). Je n'avais jamais entendu parler d'Alex Bell, qui n'avait jusqu'ici écrit que pour un public adulte, mais j'avoue avoir dévoré "Stella et les Mondes Gelés" en une seule journée. Certes, on pourra trouver que l'héroïne est le stéréotype de la jeune aventurière: têtue, curieuse au point d'en devenir imprudente, mais toujours sauvée par son courage et son astuce. Et le public visé étant relativement jeune, il ne faut pas non plus s'attendre à un scénario d'une complexité diabolique ou d'une originalité folle.

En revanche, je peux vous certifier que l'histoire est menée tambour battant, qu'on ne s'ennuie pas une seule seconde et que l'auteure réussit à caser très habilement ses convictions féministes en même temps que quelques leçons de vie bien senties. Mais ce qui m'a le plus enchantée, c'est l'univers qu'elle a construit, un univers magique dans lequel se côtoient des dinosaures nains et des arbres à bagels, des concombres chantants et des cuillères à moustache. J'ai adoré le personnage de Dragigus, meilleur ami demi-elfe et vraisemblablement autiste de Stella, les quatre clubs d'explorateurs et leurs règlements intérieurs respectifs qu'on trouve à la fin du livre, mais aussi le cliffhanger final qui donne très très envie de découvrir la suite de cette série bourrée de charme. J'espère qu'Alex Bell écrit vite!

Traduction de Faustina Fiore

1 commentaire:

Mathilde de Cherbourg a dit…

Je me le suis offert aussi, et moi aussi c'est la couverture qui m'a emballé ! Je n'ai pas du tout chercher à savoir de quoi cela parle : surprise !!! :)