vendredi 13 octobre 2017

[GALWAY] Excursion aux falaises de Moher


Si nous avions choisi Galway plutôt que Cork comme première étape de nos vacances irlandaises, c'était aussi pour la possibilité d'excursions à la journée au départ de cette ville. Deux circuits semblaient particulièrement intéressants: les falaises de Moher et les lacs du Connemara. Le second obligeait à partir tôt le matin, et je n'avais aucune envie que Michel Sardou squatte ma tête pendant 14 heures d'affilée. J'ai donc réservé pour les falaises de Moher. Avouez que les photos font envie:






Certes, j'avais conscience que l'Irlande ne bénéficie pas tout à fait de la même météo que la Tunisie. Mais j'ai croisé les doigts pour avoir un temps potable pendant notre séjour. Et ça a marché 6 jours sur 8, avec au mieux un très beau soleil d'automne; au pire un ciel couvert et un léger vent frisquet. Les deux autres? Le dimanche à Dublin, où on a dû sortir le parapluie en fin de journée. Et le mercredi aux falaises de Moher, où il faisait un froid glacial et un vent à décorner les boeufs. 

Notre chauffeur, le sympathique P.J. ("Patrick et Joseph, les deux plus grands saints d'Irlande, ce qui prouve que ma mère avait de grandes ambitions pour moi"), nous avait bien mis en garde. "Désolé les gens, il fait moche aujourd'hui, mais puisqu'on est là, on va tenter d'en profiter au maximum quand même, d'accord? Juste un truc: ne passez surtout pas par-dessus le mur de protection. Avec des vents à 130 km/h, vous auriez vite fait de terminer écrasés sur les rochers en bas. J'arrive sur le site avec 54 personnes dans mon bus, je voudrais repartir avec 54 personnes heureuses dans mon bus. En fait, non: 54 personnes vivantes, ça m'ira."

Bien entendu, je portais un manteau imperméable mais beaucoup trop léger, et j'étais transie depuis le matin. Les haltes précédentes avaient été soit brèves (château de Dunguaire, dolmen de Poulnebrone, cimetière de croix celtiques dont j'ai oublié le nom), soit abritée (pub O'Connors à Doolin pour le déjeuner), mais je voyais venir avec une certaine appréhension l'heure et demie au sommet de falaises exposées. Jamais je n'avais eu aussi peu envie de descendre d'un bus de tourisme. J'ai même envisagé de dire à Chouchou: "Vas-y sans moi; je reste au chaud et au sec avec mon livre". 

Mais bon, c'était sans doute ma seule occasion de contempler un site irlandais vraiment spectaculaire. Je pensais aussi à mon père, venu en vacances ici plusieurs fois il y a une vingtaine d'années et tombé amoureux de ce pays. Enfin, j'ai une certaine affection pour les circonstances contraires qui produisent parfois des résultats hilarants, à l'opposé d'une expérience de rêve mais toujours mémorables. L'important, c'est de savoir lâcher prise sur ses attentes initiales. Alors, j'ai accepté le poncho que Chouchou m'offrait en guise de protection supplémentaire contre le vent et le froid (lui, il portait des sous-vêtements thermiques de compète sous son jean, son pull et son blouson) et je l'ai bravement suivi vers le chemin de droite, réputé le plus spectaculaire. 

Je vous laisse apprécier la différence entre nos photos et celles du site officiel:





Parce que j'ai très peu le sens du ridicule, je vous laisse également apprécier ma lutte contre les éléments à l'occasion de cette ascension. Sachez que je me suis plusieurs fois retrouvée le poncho, le manteau et la jupe rabattus sur la figure, et que si personne n'a vu ma culotte, c'est uniquement parce que les autres visiteurs étaient bien trop occupés à empêcher eux aussi leurs affaires de s'envoler. 






6 commentaires:

elmaya a dit…

J’ai une vidéo du même genre, prise cet été en Normandie, même pas l’excuse de la saison… N’empêche qu’après, on en rit, non ?

Tu as quand même réussi à me donner envie de découvrir l’Irlande.


Par contre, je ne te remercie pas pour Les Lacs du Connemara. C’est malin, tiens.

Cécile de Brest a dit…

Tu exagères, j'ai passé mes vacances d'été dans le Connemara, on n'a pas pensé une seule fois à Michel Sardou ! En revanche, on avait en boucle du Ed Sheeran avec sa "Galway girl", merci à ma fille !

Julie a dit…

Je suis allée trois fois aux falaises de Moher pendant mon stage en Irlande et les trois fois il faisait un temps pourri (merci l'Irlande !). Cela dit, je trouve le site magnifique, ça vaut le détour rien que pour le panorama ... Et tant pis pour la dignité et les photos de rêve ^^

Erdrokan a dit…

On m'avait dit "Don't let the bad weather stop you!" mais des fois c'est dur.
J'étais y a deux ans en avril au même endroit : fin de journée (vers 18h) avec temps correct mais très venteux. Il n'y a personne et le cadre est magnifique. Et puis, petit à petit ça se couvre. Voire plus. On voit le dégradé au fur et à mesure des clichés photographiques. Bref en un quart d'heure, ça s'est changé en grêle avec énormes bourrasques. En courant pour me mettre à l'abri dans le visitor center, j'ai failli tomber à cause du vent.

Et pour le Connemara (grand beau temps, j'étais étonné), on a bien croisé 80% de Français/francophones. Je suppose que Sardou a beaucoup fait pour le tourisme francophone dans la région. Et rien pour nos oreilles (j'aime pas cette chanson).

Sophie Grosquick a dit…

j'adore la video. On dirait un gif humoristique, d'un lapin sans poil à lunettes, un jour de grand vent. Merci, tu illumines ma journée.

ARMALITE a dit…

@Grosquick: Serviteuse.