jeudi 13 juillet 2017

"La libraire de la place aux herbes" (Eric de Kermel)


Lasse de sa vie parisienne, Nathalie s'installe dans la charmante petite ville d'Uzès. Mais ses enfants sont assez grands pour avoir quitté la maison et son mari continue à exercer son activité d'architecte dans la capitale, de sorte qu'assez vite, elle s'ennuie. Un jour, elle remarque sur la place aux Herbes un panneau "A vendre" dans la devanture de la librairie locale. Lectrice passionnée depuis toujours, elle décide de se lancer dans l'aventure. Ce sera pour elle l'occasion de faire quelques belles rencontres, et d'influer sur la vie de ses clients autant qu'eux-mêmes enrichiront la sienne...

Narré à la première personne, "La libraire de la place aux herbes" fait d'abord penser à un témoignage qu'aurait recueilli Eric de Kermel. Mais assez vite, le profil bien particulier des clients de Nathalie, le style très littéraire jusque dans les dialogues et les réflexions intimes qui émaillent le texte font réaliser qu'on est en présence d'une fable humaniste. Chaque chapitre se focalise sur une rencontre précise, dresse le portrait d'un client et raconte ce que la libraire et lui s'apportent mutuellement.

C'est de toute évidence un livre destiné aux amoureux des livres, qui évoque des dizaines d'ouvrages français ou étrangers, classiques ou contemporains, connus ou méconnus, et chante même au passage les louanges d'une ou deux maisons d'édition. En plus d'y piocher quelques idées de lecture, les amateurs hocheront sans doute la tête durant les passages où Nathalie parle de la place que la littérature tient dans sa vie, de l'aide qu'elle lui a apportée par le passé, de la manière dont elle l'aide à structurer son rapport à elle-même, aux autres et au monde.

Si j'avoue avoir été quelque peu rebutée par une écriture manquant de fluidité à mon goût, j'ai beaucoup apprécié la façon dont l'auteur dépeint Uzès et en restitue l'atmosphère typiquement provençale. J'ai aimé aussi la bienveillance qui émane de ses propos, la recherche de sérénité sans aveuglement ni mièvrerie que mène son héroïne. Et surtout cette petite phrase prononcée par une nonne: "Il ne faut jamais se priver d'être heureuse", dans laquelle je retrouve complètement ma propre philosophie de vie. 

Merci aux éditions Eyrolles pour cette lecture.

Aucun commentaire: