mardi 11 octobre 2016

"Journal d'un homme heureux" (Philippe Delerm)


Je me souviens encore de mon émerveillement lorsque j'ai lu "La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules", souvent raillé en raison de son succès commercial et de l'insignifiance apparente des sujets choisis. En vérité, tel un monsieur Jourdain de la pensée positive - et trente ans avant que celle-ci ne devienne à la mode chez les bobos -, son auteur se faisait déjà le chantre de la pleine conscience et de la gratitude pour les petits bonheurs du quotidien. Une philosophie que je m'approprie de plus en plus au fil du temps. C'est dire si j'ai une immense sympathie pour Philippe Delerm malgré les cyniques ou les snobs littéraires qui se plaisent à mépriser son oeuvre.

C'est dire aussi si je me délectais d'avance de ce "Journal d'un homme heureux" qu'il a tenu de septembre 1988 à décembre 1989, et annoté en début d'année 2016 avant de le publier au Seuil. Hélas! Le plaisir anticipé ne fut pas au rendez-vous. Dans ces pages, l'auteur parle des fleurs du jardin de sa femme, de la peinture écaillée sur les fenêtres de la maison où ils ont emménagé un an auparavant, de la météo au fil des saisons, du calme bienfaisant de la vie en province. Tous les trois jours, il répète combien il est heureux, et on s'en réjouit pour lui - mais en même temps, on s'ennuie ferme. Ca et là, quelques considérations littéraires, un commentaire pertinent sur l'actualité, une scène de village pittoresque viennent piquer l'intérêt. Je ne suis pas certaine que cela suffise à justifier la parution d'un document intime qui n'a au final de valeur que pour son auteur.

Aucun commentaire: