samedi 20 février 2016

"Les cartographes T1: La sentence de verre" (S.E. Grove)


Nous sommes en 1891. Il y a près d'un siècle, le Grand Bouleversement a projeté tous les continents dans des époques différentes, depuis la préhistoire jusqu'à un futur lointain. Dans ce nouveau monde, la cartographie est devenu un art complexe, mélange de science et de magie. 
Sophia Tims appartient à une famille d'explorateurs et de cartographes. Huit ans plus tôt, ses parents sont partis pour une mission urgente dont ils ne sont jamais revenus. L'adolescente vit désormais avec son brillant oncle Shadrak, le plus doué et le plus célèbre cartographe de Boston, qui lui enseigne tout ce qu'il sait. 
Mais un jour, Shadrack est enlevé par des hommes arborant d'effrayantes cicatrices. Sophia part à sa recherche en compagnie de Theo, un réfugié de l'Ouest. Au cours de leur voyage, elle devra protéger le plus important des artefacts collectionnés par son oncle: une carte de verre qui révèle l'emplacement d'un trésor capable d'infléchir la destinée du monde...

Après "La passe-miroir", "Les cartographes" est la seconde série de fantasy jeunesse pour laquelle j'ai un énorme coup de coeur depuis le début de l'année. Ici aussi, l'auteur propose un univers hyper original, produit d'un grand bouleversement inexpliqué. L'Est des Etats-Unis vit toujours à la fin du dix-neuvième siècle, tandis que le Canada est retourné à la Préhistoire et que plusieurs âges se mélangent au Mexique. Du point de vue dramatique, les possibilités sont infinies. J'ai été fascinée par les différentes sortes de cartes, inscrites sur d'autres supports que du papier, s'activant à l'aide de certains éléments et pouvant être superposées pour obtenir une vision complète d'un endroit à un moment précis - je trouve le concept assez fabuleux. L'histoire de ce premier tome, bien que de facture assez classique et reprenant pas mal de poncifs du roman d'aventure, tient en haleine grâce à la richesse du monde et à un antagoniste très intéressant, tant par sa nature tragique que son objectif finalement très compréhensible. Seule l'héroïne ne m'a pas emballée: trop fade et passive. Mais cela changera peut-être dans les prochains tomes, au fur et à mesure qu'elle prendra de l'âge et de l'assurance!

J'ai lu ce roman en VO. Mais c'est ma copine Sophie Dabat qui a pondu la VF (veinarde), et elle est sûrement très bien!

Aucun commentaire: