jeudi 7 juin 2012

Les bouquins que j'étais censée adorer, et que je n'ai même pas réussi à finir


"Sur la route" de Jack Kerouac. Le roman phare (et autobiographique) de la beat generation. Un road trip à travers les USA, des  jeunes qui brûlent leur vie par les deux bouts. Franchement, j'aurais dû adorer. Sauf que... le style est A-TRO-CE. L'auteur écrit comme on vomit un torrent de pensées sur le papier sans chercher à les ordonner. Quand c'est Virginia Woolf qui procède ainsi, ça donne "Mrs Dalloway" et c'est grandiose. De la part de Kerouac, ça fait juste brouillon. Les amateurs du bouquin disent que ça retranscrit bien l'urgence de vivre des protagonistes. Moi, je trouve ça paresseux et inabouti, tellement illisible que j'ai lâché "Sur la route" dès la page 50 après m'être forcée à continuer pendant les 49 1/2 précédentes. Peut-être me laisserai-je tenter par le film actuellement sur les écrans, histoire de ne pas mourir idiote. 


"La conjuration des imbéciles", de John Kennedy Toole. Autre roman-culte, sis à la Nouvelle-Orléans et souvent qualifié de chef-d'oeuvre de l'humour cynique. Son manuscrit ayant été rejeté partout, l'auteur finit par se suicider. "La conjuration des imbéciles" fut publié après sa mort et, ironie du sort, connut aussitôt un immense succès. L'anti-héros du roman, un érudit paranoïaque qui refuse obstinément la modernité et se fait entretenir par sa mère alcoolique, jette un mépris immense sur tout ce qui l'entoure. Jamais un personnage n'aura été aussi antipathique et aussi totalement dénué de la drôlerie qui aurait pu le racheter à mes yeux. J'ai abandonné ma lecture aux deux tiers du bouquin, totalement dégoûtée. La Nouvelle-Orléans, que je n'avais guère appréciée "en vrai", n'est pas remontée dans mon opinion grâce à John Kennedy Toole.


"Sans parler du chien", de Connie Willis. Parce que les voyages dans le temps sont un de mes thèmes de prédilection, plusieurs personnes dont Miss Sunalee et Daelf m'avaient conseillé ce roman qui a reçu les prix Hugo et Locus en 1999. Au milieu du XXIème siècle, des historiens financés par une riche mécène sont chargés de reconstituer la cathédrale de Coventry telle qu'elle était avant sa destruction  pendant la Seconde Guerre Mondiale. Mais alors qu'ils enchaînent les aller-retour entre les deux époques, ils ramènent accidentellement un chat du passé dans leur présent, chose qui n'aurait pas dû être possible et qui risque de provoquer un paradoxe temporel. Super pitch, me disais-je. Et puis je n'ai pas du tout accroché au style verbeux de l'auteur, et encore moins aux multiples références à "Trois hommes dans un bateau" de Jérôme K. Jérôme (un classique de l'humour anglais dont je ne suis venue à bout que parce qu'il était miséricordieusement court). 

Et vous, quels sont les bouquins que vous auriez dû adorer et qui vous sont tombés des mains? 

31 commentaires:

Cécile de Brest a dit…

J'ai détesté La conjuration des imbéciles. J'ai dû lire les 50 premières pages en me forçant, mais bon, la vie est trop courte et parfois suffisamment pas rigolote pour se forcer à lire des bouquins pénibles.
Quant à Sur la route, j'ai hésité l'autre jour à l'acheter, finalement je l'ai reposé en j'en ai pris un autre. Apparemment, j'ai bien fait !

Myriam,qui n'est plus une elfe fée a dit…

J'ai le souvenir horrible d'avoir été la seule de mes copines à ne pas avoir aimé "Au bonheur des Dames". Aujourd'hui encore,quand les gens en viennent à en parler,j'ai honte.

Les Fefjaine. Je pense que j'étais sensée aimer vu qu'on m'a offert la trilogie deux fois. Jamais pu aller au delà de la 50eme page.

Les Eveilleurs (Prix des Imaginales 2010,Grand Prix de l'Imaginaire 2010, Prix de la PEEP 2010 (Décerné par la Fédération des parents d'élèves), Prix ADO 2011 (décerné par la ville de Rennes), 1er prix du Meilleur roman fantasy français Jeunesse par Elbakin)conseillé à l'époque par mon amie Akroma, j'ai toujours adorés les livres qu'elle me conseillait sauf celui-ci. Je ne me rappelle plus si j'avais réussi à le terminer.

Pour terminer :Pratchett : une de mes meilleures amies est fan, beaucoup de mes amis en parlent d'ailleurs comme d'une sorte de Dieu de la littérature. J'ai essayé 2 ou 3 fois, des titres différents.C'est plus fort que moi, je n'aime pas du tout. C'est décousu et pas du tout attirant. Je n'aime pas les images que cet auteur met dans ma tête. Je n'ai jamais su terminer le moindre de ses romans.Quand je vois mes amis se marrer pendant une heure en citant Pratchett je me sens un peu seule...

Londoncam a dit…

Dans mes bras pour La Conjuration des Imbéciles ! On l'a lu pour le book club il y a quelques années car chaudement recommandé par notre entourage. On a toutes detesté ce livre et le personnage principal que je n'ai pas trouvé drôle ni même intéressant.
Je n'ai jamais lu Sur la route non plus, les premières pages feuilletées ne m'ont pas plues ... Ta critique ne me motive pas plus !

funambuline a dit…

Pareil pour Sur la Route et la Conjuration des Imbéciles.

Mais le pire c'est A la Recherche du Temps Perdu de Proust. Je l'ai commencé 4 fois, à chaque fois le premier chapitre me paraît sublime. Au deuxième je me dis que je vais enfin le finir, au 3e je baille. Je n'ai JAMAIS réussi à terminer le 4 chapitre.
Le Rouge et le Noir m'ennuie profondément, mais j'ai été obligée de le terminer alors ça ne compte pas. Ainsi que l'Emploi du Temps de Michel Butor, un des pire souvenir de lecture de ma vie.

Et c'est étonnant parce que je suis capable de faire des nuits blanches à dévorer du Balzac et du Hugo, ce n'est donc pas une allergie aux classiques.

Balise a dit…

N'importe quoi de William Gibson. À chaque fois que je lis une 4e de couv de Gibson, je me dis "HAAAN ÇA DOIT ÊTRE COOL CE TRUC" - et j'ai jamais réussi à en finir un, à mon grand agacement.
(Par contre j'ai beaucoup aimé Sans parler du chien ;) )

ARMALITE a dit…

En lisant vos témoignages, je me pose une question: mais QUI a aimé la Conjuration des imbéciles, qui?

Pascale a dit…

Moi c'est "mange, prie, aime" j'ai calé vers la centième page.
C'est super-rare que je ne termine pas un bouquin.

Ca fonctionne aussi dans l'autre sens note bien: j'adore "Superstars" d'Ann Scott, que j'ai lu et relu alors que franchement le milieu techno-lesbien, ben c'est très très loin de ma vie!!

Pascale a dit…

Dans les "classiques" un peu à la manière de Kerouac, y'a aussi Salinger et son Attrape-coeur, je me suis copieusement ennuyé.
Et alors que j'adore Germinal et l'Assommoir, lecture obligée au lycée mais que je relis quasiment chaque année par plaisir, je coince sur les autres Zola... dont Au Bonheur des Dames!

Anonyme a dit…

J'aime finir les livres, quitte à y passer du temps. Mon seul souvenir de roman lâché parce que testé au mauvais moment, c'est *Honte* "Les trois mousquetaires". À une dizaine/douzaine d'années, je n'étais vraisemblablement pas prête. (Pourtant, j'avais survécu à "Cyrano de Bergerac" juste avant, c'est à n'y rien comprendre...) Ah, si, je suis incapable de lire du Léa Silhol. J'ai tenté, il y a des années, quand elle était représentée aux Imaginales. J'ai dû tenir une vingtaine de pages, en grimaçant. Plus jamais. (J'ai trouvé ça lourd, mais lourd !)

Dans les "j'ai-lu-jusqu'-au-bout-quand-même", j'ai peiné (et pesté) sur Proust comme funambuline en début d'année, avec "Du côté de chez Swann". Je ne connaîtrai JAMAIS la suite, Proust est le genre d'auteur qui me donne envie de sortir un stylo rouge et de reformuler ses phrases, en rayant des mots et ajoutant de la ponctuation, beaucoup de ponctuation pour contrer les phrases qui n'en finissent pas. Ça ne passera jamais entre nous.
J'ai eu énormément de mal à entrer dans "Le roi d'ébène", à ma grande déconvenue car une amie m'en disait du bien depuis une éternité, avant même sa parution. Je me suis accrochée. Le manque de descriptions m'a laissée me perdre dans un univers qui n'a jamais gagné en consistance, et le fait de "ne pas voir" m'a gâché ma lecture..
"Le Talon de fer" de Jack London a été toute une expérience aussi. Mon copain d'alors insistait pour que je le lise en me disant combien l'auteur et le récit était génial. Jack London écrit bien, mais le sujet me barb... m'endormait.

Et autant "Sans parler du chien" m'intrigue, autant je n'irai jamais jeter un oeil dans "La conjuration des imbéciles" avec ce que vous en dites ^^

Mélusine

ARMALITE a dit…

Ah tiens l'Attrape-Coeur, j'ai réussi à le finir, mais je me suis ennuyée aussi.

Tetepe a dit…

Je suis ravie de découvrir que je ne suis pas la seule à ne pas avoir aimé "La conjuration des imbéciles". J'y suis revenue plusieurs fois persuadée que j'avais essayé dans de mauvaises conditions mais non, ce livre ne passe pas.

Quant à celui qu'il fallait lire au lycée et que je n'ai jamais pu lire, c'est Madame Bovary. Je peux avouer maintenant que mon résumé de l'époque était en fait une fiche de lecture trouvée à la bibliothèque et remaniée à ma sauce.

ARMALITE a dit…

Je dois l'avouer: tous les classiques, surtout Balzac, Flaubert et Zola, m'ennuient à mort avec leurs descriptions qui n'en finissent plus. Je n'arrive pas du tout à me projeter dans les préoccupations de gens qui vivaient à une autre époque. Raison pour laquelle, sans doute, je n'aime pas non plus la SF.

Miss Sunalee a dit…

Nous n'avons vraiment pas les mêmes goûts en littérature ;-) : ça fait trèèès longtemps mais je pense que j'avais adoré "La conjuration des imbéciles" et "Sur la route". Pour ce dernier, j'étais en pleine exploration de la beat generation et des années 50-60 aux USA, et j'ai donc enchaîné sur des auteurs comme Burroughs et cie.

Si tu veux aimer la Nouvelle-Orléans en romans: Poppy Z. Brite, les romans avec les vampires, ceux sur les restaurants sont moins biens. Et pour la Louisiane: James Lee Burke et sa série Dave Robicheaux.

Sinon, je n'accroche pas du tout à Pratchett et dans les classiques, je n'ai jamais terminé "Don Quichotte". J'ai beaucoup souffert aussi avec Balzac mais adoré Zola...

Cécile de Brest a dit…

Ahhh j'ai détesté L'attrape-coeur aussi et je ne l'ai pas terminé.

Par contre, j'ai une adoration pour Proust. J'ai lu la Recherche en entier 2 fois et j'ai fait mes deux mémoires à la fac sur cette œuvre. Et je suis une grande fan de Zola, je crois qu'Au bonheur des dames est celui que je préfère...
Mais beaucoup me disent que j'ai des goûts bizarres, je vais finir par croire que c'est vrai !!!

ARMALITE a dit…

Poppy Z. Brite: déjà lu, pas plus accroché que ça.

mamzellecarnetO a dit…

road trip de bill bryson.
dalva de jim morrisson (c'était le livre préféré de celui qui me le donnait)
la grammaire est une chanson douce
la conjuration des imbeciles
le club des incorrigibles optimistes
le seigneur des anneaux.

Miss Sunalee a dit…

ahaaaa, Bill Bryson, ça vient de me tomber des mains aussi !

ARMALITE a dit…

Alors que moi j'aime beaucoup, notamment "Ma fabuleuse enfance dans l'Amérique des années 50". Mais heureusement qu'on n'a pas tous les mêmes goûts, sinon la production littéraire serait bien pauvre!

Ann a dit…

La chartreuse de Parme et Le Lys dans la Vallée pour les classiques...j'ai été obligée de les lire à l'école et j'en tremble encore...Pour ce qui est des contemporains, j'ai détesté L'Alchimiste de Coelho (super chiant, super con), La douleur du dollar de Valdès (j'ai trouvé le style vulgaire, dépravé, pas fini, j'ai vraiment détesté) et Belle du seigneur m'a plongé dans une sorte de coma hypnotique...

Sophie a dit…

J'ai laissé tomber "Sur la route", je n'ai pas lu la Conjuration.
J'ai essayé mais sans succès de:
- lire Proust (pareil que Fun)
- Lire Victor Hugo (au sujet duquel j'ai eu un cours de 60h à l'unif, mais non, rien n'y fait, je n'y arrive pas).
- Lire Pratchett ( à l'époque folle où j'avais décidé de lire toute la liste de "The BIg Read" de la BBC)
- "L'attrape Coeur" n'a pas survécu à ma censure (si je m'ennuie, je referme et puis voilà, liberté pour le lecteur).

J'ai souffert le martyre avec (mes études de lettres):
- "Belle du Seigneur", le pire du pire du pire en beaucoup beaucoup de pages. Ils ne font pas l'amour, ils pratiquent le sacre sur je ne sais plus quelle musique classique et elle se demande si il l'entend quand elle fait pipi (à chaque fois et elle a une mini vessie). Depuis, je suis traumatisée et j'y pense encore et toujours.
- La poésie surréaliste en espagnol de Cesar Vallejo (j'ai vraiment serieusement envisagé de grimper sur mon bureau pour pouvoir sortir de la classe...)

Et puis une multitude de trucs classés violents par mon cerveau de Bambi: Slumdog Millionnaire, Incroyablement fort et le reste, Mother India etc etc...

Merci pour cet article drôle et délicieusement déculpabilisant

Kleo a dit…

Je n'ai jamais réussi à finir "Le lys dans la vallée" alors que j'adore Balzac. Mais celui-là est d'un chiant...
Comme Cécile de Brest, j'adore Zola (ah, "Au bonheur des dames" et "L'Assommoir") et Proust. En revanche, Victor Hugo, ça ne passe pas. Ni en prose, ni en vers (et j'en ai eu au bac français, malheureusement).

J'ai vu le film "Sur la route" et j'ai trouvé ça atrocement décousu et sans intérêt... Je pensais lire le livre histoire de me faire une idée plus précise, mais tu me fais sérieusement douter :D

Sinon, en fantasy qui avait tout pour me plaire et où je n'ai pas dépassé la page 50 : Kushiel. Impossible, je n'ai pas compris pourquoi.

Akroma a dit…

J'ai détesté l'Attrape-Coeur et je me suis interrogée pendant toute ma lecture sur le statut "culte" de ce livre. Il m'est passé complètement au dessus de la tête.
Sinon, je n'arrive pas à me rappeler d'un bouquin qui me soit tombé des mains récemment... ah si, The Particular Sadness of Lemon Cake que j'ai fini en diagonale. Désolée ;)

Anonyme a dit…

MOI j'ai adoré La conjuration des imbéciles,j'ai trouvé ça drôle entre autre,humour noir bien-sûr,mais j'aime.

ANNESO

Anonyme a dit…

Ah oui L'Attrape-cœur est un chef d'œuvre pour moi!

Sinon tout le monde adore L'ombre du vent,j'ai trouvé ça creux et même carrément mauvais(bien que situé à Barcelone!),
Au-dessous du volcan: classique peut-être mais chiantissime pour moi,j'ai declaré forfait à la moitié(300 pages quand même!).
Belle du seigneur: pitié!
Bref,avant je m''obstinais à finir un livre,meme si je le détestais,maintenant je n'ai plus de scrupules à laisser tomber.

ANNESO

Moi a dit…

J'ai acheté "Sur la route" l'année dernière. Je pensais qu'étant une "amoureuse" des US et des roadtrips, j'allais ADORER ce livre.
J'ai du le reposer vers la 50ème page aussi.
En plus j'ai acheté la dernière version ! La longue ! Sans censures lol

Maerie a dit…

L'épée de Shanara, conseillé par mon oncle grand fan de fantasy, je n'ai pas dû dépassé le chapitre 3....j'accroche pas...
Les "grands" classiques en général, je n'y arrive pas, quand on commence à en discuter autour de moi je rougis intérieurement de mon "inculture"...

Londoncam a dit…

Ah j'aime beaucoup Zola, surtout ses livres "parisiens": l'Assommoir, le duo Pot-Bouille et Au Bonheur des Dames, Nana... J'aime beaucoup Maupassant aussi.
Je me suis aussi régalée avec certains livres de Bill Bryson, notamment Motel Blues et American Rigolos.
Comme quoi, les gouts littéraires sont variés.

mmarie a dit…

Je fais une copie-collage du 1er paragraphe de Miss Sunalee, qui correspond mot pour mot à mon cas :

""Nous n'avons vraiment pas les mêmes goûts en littérature ;-) : ça fait trèèès longtemps mais je pense que j'avais adoré "La conjuration des imbéciles" et "Sur la route". Pour ce dernier, j'étais en pleine exploration de la beat generation et des années 50-60 aux USA, et j'ai donc enchaîné sur des auteurs comme Burroughs et cie.""

"La Recherche" je suis loin du bout mais chaque étape est un régal.

Hugo m'assomme.
Et je ne suis jamais arrivée au bout d'un Faulkner.
Pas fini non plus "Don Quichotte" ni "Les Trois Mousquetaires" ni "Le Rouge et le Noir".

En revanche, en dehors de toute obligation scolaire, je me suis jadis lancée dans "Le Lys dans la vallée" et dans "La Princesse de Clèves" et ça devait correspondre à mon humeur parce que j'avais marché à fond.

Anonyme a dit…

"Freedom": help!!! alors que "Les corrections",c'était si bien...

ANNESO

funambuline a dit…

Ah oui tiens, l'Ombre du Vent, tentative de lecture en VO, mandieu ce que c'est mal écrit. J'ai tenu 150 pages en VO et j'ai jeté le livre à la poubelle, carrément.
Pour en avoir lu qq pages en français, ce traducteur est un génie, c'est vraiment beaucoup MIEUX ECRIT.

ARMALITE a dit…

Hé oui, parfois un traducteur améliore l'oeuvre originale. Si si.