samedi 8 octobre 2011

Les week-ends d'automne à Bruxelles


Les week-ends d'automne à Bruxelles, la première question qu'on se pose en ouvrant un oeil le matin, c'est: va-t-il pleuvoir aujourd'hui? Et généralement, la réponse est oui. Alors, on cherche ce qu'on pourrait bien faire sans trop mettre le museau dehors. On va respirer et s'étirer au cours de yoga en n'oubliant pas ses chaussettes, et on savoure la douce chaleur des couvertures en bébé alpaga que Claudia étend sur chaque élève pendant la période de relaxation finale. On s'engouffre dans un cinéma en secouant son parapluie trempé, et pendant deux heures, on se pelotonne l'un contre l'autre dans le noir. On emporte son livre du moment au Comptoir Florian pour bouquiner devant une théière fumante et, si on a de la chance, une part de succulente apple pie. On laisse le temps suspendre son vol pendant que les gouttes tambourinent doucement aux carreaux. On se demande où on pourrait bien dîner le soir; on réalise qu'on est un peu fauchés là tout de suite et qu'on n'a pas nécessairement envie de rentrer tard, et finalement, on va chercher des pizzas chez Mamma Roma ou on se fait livrer du pad thaï par le Tom Yam. On se goinfre les savoure devant le dernier épisode de "How I Met Your Mother" en se plaignant que la série traîne un peu en longueur, mais en fait, on l'aime toujours bien. On traîne sur Facebook où tous les copains râlent après la météo. On s'arrache à son ordinateur vingt minutes, le temps de préparer des madeleines au chocolat ou des mini-cakes à la confiture pour le petit-déjeuner du lendemain. On va se coucher un peu après minuit, et on pousse un grognement de bonheur en se glissant sous la couette qu'on vient juste de ressortir du placard après six mois de chômage technique. Même s'il est déjà tard, on sacrifie au rituel des deux chapitres de lecture avant d'éteindre la lumière. Puis on fait les cuillères en se demandant à quoi on occupera la journée du lendemain. Idéalement, on ira bruncher seuls ou avec des amis. Si le ciel s'est dégagé, on sortira le GPS pour chercher quelques géocaches; sinon, on passera l'après-midi à dessiner, à écrire, à se peinturlurer les ongles ou à coudre un doudou en feutrine. On se préparera doucement à entrer en hibernation en faisant déjà des projets pour le retour du soleil, au printemps prochain.

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Si cela peut consoler, le mauvais temps n'est pas qu'à Bruxelles ce week-end. Comme j'aimerais avoir autant de possibilités de sorties et loisirs malgré la pluie ! ^^°
Cela va sans doute se finir en réapprentissage du tricot, puisque j'ai trouvé des pelotes de laine de bébé alpaga (Et bien pensé à toi d'ailleurs en les découvrant.) et qu'il est nécessaire d'apprendre pour la énième fois correctement les points avant de réaliser un col-écharpe :)

Mélusine

Ness a dit…

J'aime beaucoup l'ambiance de ce post :-)
Aujourd'hui, j'ai enfin vidé les derniers vestiges d'été de ma valise, j'ai découvert en voulant la ranger dans le placard des choses qu'on sort 2 fois l'an, qu'on avait assez de déguisements pour investir dans une vraie malle à déguisements (et des enfants? ;-) ). Mon amoureux a eu la bonté de faire les courses en rentrant de chez son pote et m'a rapporté de quoi faire des madeleines au miel...et au chocolat. Je vais travailler un peu mais c'est pas grave parce qu'il pleut...

The Geek Whisperer a dit…

Mmmh, un post qui sent l'mour et le bonheur d'automne...

Émilie Sunny a dit…

C est un joli week-end d automne que tu expliques bien là...

Anonyme a dit…

Un temps à avoir un mec à soi, parce qu'avec celui que tu ramènes la veille parce que tu t'es dit "putain la vie est courte, il me plait, je fonce" il va se barrer même s'il pleut des cordes, à la limite il ne va pas partir tout de suite parce "qu'il fait vraiment trop dégueu" mais va te faire sentir qu'il a envie de se barrer, à qui tu n'oseras pas demander d'aller chercher des couques à la boulangerie du coin histoire de se quitter sur une note sympa, avec qui tu te dis "tant qu'à faire remettons le couvert" mais qui te regarde en disant "encore?", qui se retourne dans le lit et à qui tu dis "t'es pas là pour dormir!", qui se lève vexé et se barre en râlant qu'il n'est pas "un objet sexuel"
Bref, un temps à avoir un mec à soi!

ARMALITE a dit…

Le chouette mec à soi ne gâche rien. Cela dit je fais partie des gens qui apprécient beaucoup leur propre compagnie, et si j'étais célibataire, mon post n'aurait pas été très différent ^^