vendredi 21 octobre 2011

Des avantages de séjourner, adulte, chez ses parents


Quand mes parents ont quitté Monpatelin et sont venus s'installer à Toulouse pour être plus près de Soeur Cadette et de mes neveux, j'ai pensé que je ne me sentirais jamais chez moi dans leur nouvelle maison: trop grande, trop isolée, trop dépourvue de souvenirs. D'ailleurs, quand je rendais visite à ma famille, je dormais toujours chez Soeur Cadette. Puis mon père est tombé malade, et ça a changé la donne.

Désormais, au lieu d'une semaine en été et une autre à Noël, je viens à Toulouse tous les deux mois. Et par certains côtés, c'est une contrainte (que je m'impose toute seule, entendons-nous bien). C'est du temps que je ne passe pas avec Chouchou dont je déteste être séparée, des jours où je bosse peu et mal parce que mes parents refusent d'installer un petit bureau dans leur chambre d'amis alors que je ne travaille bien que dans le silence le plus complet. Mais la situation a aussi ses avantages:

- Aucun repas à préparer. Chaque jour à 12h45 et 19h45 apparaissent sur la table des petits plats maison, généralement confectionnés avec des légumes du jardin et de la viande Label Rouge. Il y a toujours un Rustique croustillant dans la huche à pain et du Coca Light au frigo (j'attends la fin du stock actuel pour annoncer que j'ai cessé d'en boire depuis que des études ont confirmé que l'aspartame et autres édulcorants étaient cancérigènes). En outre, les placards sont toujours pleins sans que j'aie besoin de faire les courses, ou très exceptionnellement. Et ma mère fait une compote de pommes absolument terrible. Malgré quoi, je ne grossis jamais chez mes parents parce que mon alimentation y est bien plus variée et moins calorique que les plats uniques à base de pâtes ou de céréales que je prépare généralement chez moi.

- Pas non plus de ménage à faire. Ni de lessive. Ni de draps à changer. Mes efforts domestiques se bornent à tirer la couette sur mon lit le matin. Après ces douze secondes en mode "fée du logis", quand mon père va bien, je peux passer en mode "quasi-assistée" pour le reste de la journée. Du coup, j'ai vachement plus de temps pour glander sur internet lire.

- Il y a un porte-serviette chauffant dans la salle de bain d'invités. Je connais peu de voluptés aussi grandes que de renfiler un pyjama presque brûlant en plein hiver au sortir de la douche.

- Un 3ème lieu de vie, c'est un 3ème set de produits de beauté. Ce qui me permet, à côté des incontournables que je possède en 3 exemplaires (la crème pour peaux intolérantes et l'eau micellaire Avène, la Washing Cream Menard, le vagin artificiel bain dissolvant express Sephora), de tester perpétuellement des nouveaux trucs achetés pas cher à la parapharmacie Lafayette. Et de justifier la prolifération de mes vernis à ongles, répartis géographiquement de telle sorte que personne - pas même moi - ne puisse estimer leur nombre réel.

- La présence d'un poste de télé généralement allumé sur 1/une émission de jeu débile 2/ une série policière 3/les infos de TF1 et surtout LA METEO me confirme que j'ai bien fait de me débarrasser de cet engin maudit il y a des années. Mais j'avoue que j'aime bien regarder Masterchef avec mes parents le jeudi soir.

- Je ne suis pas fan de Toulouse; néanmoins, la ville possède quelques atouts non négligeables en la présence d'un grand Monoprix qui vend toute la collection Essie (je vais devoir y passer une heure là-bas avec Soeur Cadette samedi après-midi, trop dure la vie), du salon de thé Bapz qui est un endroit merveilleux ou encore de la pétillante Nekkonezumi avec qui je peux dévorer un scone crème-confiture dans l'endroit merveilleux susnommé. Oui, j'ai des joies simples. (Mais toutes caloriques ou ruineuses, comme le lecteur attentif ne manquera pas de l'avoir remarqué.)

10 commentaires:

funambuline a dit…

Moi aussi je veux manger des cones avec la pétillante Nekko et toi :'(

Mais sinon, je découvre le radiateur/chauffe serviettes dans mon nouvel appart, han comment c'est délicieux (surtout quand un homme prévenant pense systématiquement à y déployer ta serviette avant que tu aille prendre ta douche, moi j'ai pas encore le reflexe).

ARMALITE a dit…

Tu veux manger des connes? Tu as quelqu'un de précis dans ta ligne de mire? :D

funambuline a dit…

mouahahahaha joli fail !

Cécile de Brest a dit…

Perso, quand je séjourne chez mes parents,je fnis toujours par m'engueuler avec eux donc, j'évite !

ARMALITE a dit…

Oh, ça m'arrive aussi de m'engueuler avec mes parents, c'est même assez fréquent, mais jamais bien grave. On est des gens du Sud, on a la gueulante facile entre nous :-)

Cécile de Brest a dit…

Quant à la météo, c'est pareil chez les miens...un signe de quoi ??!!!

L@ure a dit…

Je séjourne moins longtemps que toi chez mes parents, mais c'est pareil, durant les week-end où j'y séjourne, j'adore retrouver mon "incapacité" à gérer quoi que ce soit (à part débarrasser la table) ^_^

Anonyme a dit…

C'est fou comme on régresse quand on reprend sa place de "petit"... et c'est fou ce que ça a de bien :-)
Pétillante, pétillante, vous en êtes une autre !
Sinon les cones, normalement, ça se mange pas, ça se suce. Mais bon, je dis ça je dis rien...
Très fun ta photo, j'aime, merci (cœur cœur)

kim a dit…

Profite. Moi quand je vais chez ma mère, c'est simple: j'ouvre le frigo et il est tellement vide que je peux entendre l'écho de mon coeur y battre/ pareil dans les armoires/ je dois me faire à manger avec le peu qu'il y a ... Et tant qu'à faire, lui faire à manger/ ranger 2-3 trucs... Evidemment, quand c'est elle qui vient chez moi, elle pose les pieds sous la table et attend que tout arrive. Sorte de jeunisme assez long... Tout est inversé alors... PRO-FITE.

Anonyme a dit…

oh mon dieu! des scones et clotted cream. mon tea time préféré. Je rêve de trouver un salon de thé à l'anglaise à bayonne