mercredi 5 octobre 2011

"The clothes on their back"


Londres, années 70. Vivien Kovacs, fille d'un couple d'immigrés hongrois qui mènent une vie de reclus et ne parlent jamais de leur passé, est irrésistiblement attirée par l'oncle dont tous les journaux, au moment de son arrestation, ont publié la photo avec la légende "Est-ce là le visage du mal?". Fascinée par ce personnage haut en couleurs dont elle se sent beaucoup plus proche que de ses timides parents, elle l'approche sous un faux nom et devient sa secrétaire. Son travail? Recueillir les confidences de Sàndor sur sa vie extraordinaire et les mettre en forme en vue d'une publication...

"The Clothes on Their Backs", publié en France sous le titre "Ce qu'ils se mettent sur le dos", m'a laissé une impression mitigée. J'ai beaucoup aimé le style de Linda Grant, évocateur sans lyrisme excessif. Le personnage de l'oncle, ex-prisonnier de guerre torturé par les Nazis devenu propriétaire immobilier véreux, m'a paru très intéressant tant il est impossible de porter un jugement sur lui. Il illustre parfaitement la nature humaine, souvent composée de nuances de gris plutôt que toute blanche ou toute noire. Par contraste, la narratrice vingtenaire semble presque falote. Elle passe tout le livre à se chercher, essayant de se situer aussi bien sur le plan familial qu'idéologique ou vestimentaire. Le dénouement tragique survient d'une façon un peu brutale; il aurait pu être amené de manière plus subtile et plus progressive, après qu'on ait davantage exploré le passé de Sàndor. Globalement, malgré des thèmes forts et prometteurs, j'ai trouvé que l'auteur restait un peu trop à la surface des choses. J'ai pourtant déjà un autre de ses romans dans ma PAL: "We had it so good".

Aucun commentaire: