dimanche 10 octobre 2010

Fingers crossed

Si tout se passe bien, demain soir à la même heure, je serai de retour à Bruxelles après très exactement un mois d'absence.

Je précise "si tout se passe bien", parce que les forces du chaos semblent se déchaîner pour m'empêcher de retrouver Chouchou. D'abord, il y a eu cette grève reconductible de la SNCF annoncée pile pour mardi, jour où j'étais censée rentrer en train. Un remboursement de billet plus tard, je réservais une place sur le vol Carcassonne-Charleroi de la veille (le Toulouse-Bruxelles pris au dernier moment étant hors de prix). C'est alors que la météo décidait de faire des siennes et de mettre tout le sud-ouest de la France en alerte orage orange jusqu'à lundi soir.

Donc, c'est pas encore gagné. Je ne crierai vraiment victoire qu'une fois les deux pieds sur le sol belge.

J'ai hâte. Et en même temps, ça me fait tout drôle de quitter mes parents. Oh, je ne culpabilise pas: je pense avoir fait tout ce qui était en mon pouvoir pour leur faciliter la vie ces dernières semaines. Et puis, je ne les laisse pas seuls. Mon oncle et ma tante de Lyon viendront leur tenir compagnie jusqu'au retour définitif de Soeur Cadette et de sa petite famille, à la fin du mois. Je sais aussi que je commence vraiment à atteindre mon taux de saturation question manque d'intimité. Même si l'automne est magnifique à Toulouse, même si je mange mieux qu'à la maison (et sans devoir faire la cuisine!), j'ai besoin de retrouver mon chez-moi, mon amoureux, mes chats et mes petites affaires. La simple liberté de pouvoir m'isoler quand j'en ai envie et travailler correctement pendant la journée. Le cours normal de ma vie, quoi. Et d'un autre côté, je sais que le cours normal de la vie de mes parents va continuer à être perturbé, au mieux, pour plusieurs mois encore. Je ne me sens pas lâche de partir, mais une petite partie de moi estime que quand même, je m'en tire à bon compte.

Pendant ces semaines où ils se sont tellement appuyés sur moi, j'ai eu l'impression que les rôles s'inversaient; que maintenant, c'est moi qui étais responsable d'eux. C'est un sentiment assez troublant, surtout pour quelqu'un qui a passé sa vie à fuir les responsabilités familiales comme professionnelles. Franchement, je ne trouve pas ça confortable. Mais j'ai le sens du devoir, et de l'amour pour eux. Donc, bon.

Je reviendrai. Mais en attendant, j'ai besoin de retrouver Chouchou. Affronter le mois qui vient de passer sans personne pour me réconforter et me serrer contre lui est l'une des choses les plus difficiles que j'ai jamais faites. J'ai bien mérité un gros câlin.

10 commentaires:

Les tests de Gridou a dit…

A Bruxelles aussi, l'automne est beau. Espérons qu'il le soit encore ces prochains jours, histoire de rendre ton retour ensoleillé =)
Fingers crossed =D

Ariane a dit…

Je te lis depuis quelques semaines grâce aux filles de beauté test. J'aime le ton de ce billet et ta sagesse. C'est en prenant soin de toi que tu peux aider au mieux tes parents.
Bon voyage :-)

ARMALITE a dit…

Merci Ariane! J'espère avoir de nouveau le temps de passer sur BT un de ces quatre...

Zaheenah a dit…

Bon retour en Belgique;)
Je comprends bien le problème de l'inversement des rôles parents/enfants auquel je suis moi même confrontée depuis un certain nombre d'années...très troublants en effet, très pesant parfois...envie de redevenir soit même un tout petit enfant dont on doit s'occuper...souvent...
Show must go on!Courage!Vous n'êtes pas seule...
De l'énergie, des ondes positives et une bise pour relancer tout ça;o)
xoxo

Miss Sunalee a dit…

Moi non plus je ne suis pas encore à l'aise du fait que les rôles sont inversés, que c'est maintenant à moi de m'occuper de mon papa et que ça va prendre de l'ampleur au fil des années qui lui restent.

Tu as fait ce que tu sentais devoir faire, ce qui est à mon avis beaucoup plus que la moyenne des gens qui sont bloqués par leur boulot... et je t'admire pour ça.

Prends maintenant ton temps pour penser à toi et à faire ce que tu as envie de faire.

Gros bisous et câlins !

Anonyme a dit…

Je suis contente que tu puisse retrouver ton chouchou, tes minets et tout....bon retour
Sylvie-québec

zizabel a dit…

Je pense même que tu as mérité plus qu'un calin mais beaucoup beaucoup de "canins" comme dit mon fiston de 4 ans... Alors Monsieur Chouchou, tiens toi prêt!!! Tu as une Armalite à chouchouter!
Bon retour en Belgique (où pour une fois on a du beau temps!)

Mayla a dit…

Un petit mot pour te dire que même si je ne postais pas, pas sûre de trouver les mots justes, je n'en suivais pas moins l'évolution des choses.

Tu as fait tout ton possible et tu mérites bien de souffler un peu.
C'est quand même éprouvant de voir les rôles s'inverser, de se demander si on fait ce qu'il faut ou pas.
Tu as besoin du réconfort de ton homme et de retrouver ton équilibre personnel.

Il faut, certes, soutenir sa famille, ses amis dans les coups durs, mais aussi savoir se ménager un petit coin à soi, un moment de calme et de repos. Sinon, on finit par disjoncter et ne plus être un soutien pour personne, pas même pour soi-même.

Bon courage et je t'envoie plein d'ondes positives de mon coin paumé.

VeroZeroSept a dit…

J'espère que le voyage s'est passé sans encombres et que tu es de retour, prends soin de toi.

Anonyme a dit…

Prends bien soin de toi.
Pour tout ce que tu as accompli, tu mérites bien plus qu'un câlin.

Mélusine